Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 21:45
MGM - Bezaudun sur Bine

Journée absolument magnifique sur la Drôme ce mercredi. Tu as bien fait de changer exceptionnellement le jour, Josette !

Beaucoup de contrastes sous la lumière encore rasante de cette belle matinée d'automne. Les verts profonds de la végétation, le brun clair du champ fraîchement labouré, le noir des marnes et le ciel très bleu contribuent au bonheur du départ sous un grand soleil.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous partons depuis la mairie de Bezaudun sur Bine. C'est un petit village de 83 habitants, dont le mitage est tel que nous avions pensé qu'ils étaient encore moins nombreux. Il est en pleine progression puisque la population était tombée à 47 en 1990.

Au nord la montagne Couspeau et plus loin le Veyou, le plus élevé des Trois Becs, font la limite du paysage. C'est pas mal !

MGM - Bezaudun sur Bine

Au sud quelles sont les montagnes qui se dessinent ? Non, pas notre Raye, mais la montagne au dessus d'Eyzahut, celle du Trou du Furet.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous suivons dans un premier temps les flèches "Pas la Baume", et passons entre des haies de ronces qui nous griffent au passage, longeons des prairies sèches.

MGM - Bezaudun sur Bine

"Hou, hou, messieurs revenez, au collet nous abandonnons le fléchage" et montons vers la tour. Même sans balisage ce sentier est bien marqué et nous partons peut-être à l'aventure, mais pas si audacieuse que ça !

MGM - Bezaudun sur Bine

Cet itinéraire monte constamment. Au début beaucoup, et nous avons tous abandonné très rapidement nos polaires. Maintenant régulièrement vers la tour qui semble s'éloigner au fur et à mesure que nous avançons.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous avons fini par la rattraper. De là le panorama est circulaire. Voici la route qui monte au col de la Chaudière ! C'est la première fois que nous la voyons ainsi, superbe !

MGM - Bezaudun sur Bine

Mais l'état de la tour est tel que nous ne tenons pas trop à rester. Au dessus des fenêtres béantes il reste bien peu de pierres qui ne doivent pas être insensibles à la pesanteur.

Trouver par où il nous faut repartir nous a pris quelques minutes. Il n'y a qu'une possibilité, et elle est impressionnante : le sentier quitte le sommet occupé par le donjon d'une façon très abrupte, par des rochers qui font de hautes marches mais qui permet bien de rejoindre le sentier de crête bien dessiné.

MGM - Bezaudun sur Bine

Le sentier de crête est agréable, entre des arbres qui nous font une belle ombre légère. Mais il monte régulièrement, et parfois aussi brusquement. Deux ou trois efforts soutenus pour arriver à des replats sont nécessaires. Oh ! c'est impressionnant ce mur devant nous !

Mais non, voyons ! Nous connaissons déjà cet endroit et il ne faut pas continuer tout droit, n"est-ce pas Josette ? A gauche, s'il te plait, par le GR 9.

MGM - Bezaudun sur Bine

Oui, justement c'est ça ! Un peu plus loin nous avons trouvé des clairières où quelques sapins épars font une belle ombre sur des herbes pas trop sèches. En face du col de la Chaudière c'est un endroit idéal pour un pique-nique.

MGM - Bezaudun sur Bine

Puis repos, discussions et photo de groupe,

Remarquez comme les brins d'herbe du premier plan sont nettes, au détriment du groupe.

MGM - Bezaudun sur Bine

A l'est la tour de Bézaudun est très en dessous de nous.

MGM - Bezaudun sur Bine

Encore un col, et avant de prendre le chemin complètement à gauche nous jetons un coup d’œil vers l'ouest et Rochecolombe qui se profile entre les arbres.

MGM - Bezaudun sur Bine

La pente que nous devons maintenant descendre est rude. Raide, avec beaucoup de cailloux et de pierres, et longue, si longue ... Quelques unes en avaient gardé un mauvais souvenir.

Nous avons rejoint la plaine, traversé le Rastel, hameau où semblent vivre bien des familles et sommes arrivés à la ferme des Bourelles.

MGM - Bezaudun sur Bine

Nous sommes sur le sentier des Huguenots. Régulièrement des panneaux rappellent les grands moments de la guerre de religions qui mis à sang et à feu la Drôme et la région de Bourdeaux en particulier.

"1683, deux ans avant la révocation de l’Édit de Nantes, la police multiplie les arrestations de chefs protestants. Une quarantaine d'entre eux venus de la plaine de Valence se réfugient dans la Forêt de saoû où ils fondent "le Camp de l’Éternel".

Le dimanche 30 août, alors qu'ils assistent à l'office à Bezaudun ils apprennent que le marquis de Saint Ruth, à la tête de deux régiments de dragons, vient investir Bourdeaux.

Les capitaines ^protestants et leurs hommes se divisent en deux colonnes qui descendent vers le village. Au quartier des Bourelles ils affrontent les dragons venus à leur rencontre. Après huit heures de combat acharné les protestants sont débordés. Quelques uns réfugiés dans une grange sont brulés vifs.

Le combat fit une soixantaine de morts chez les dragons, autant chez les protestants."

MGM - Bezaudun sur Bine

C'est la grande boucle bleue que nous faisons. Il nous faut maintenant rattraper la route, longer la rivière Bine qui court sur ses pierres avec un débit surprenant en ces jours de sècheresse, et nous arriverons à la mairie.

C'est pas loin du ruisseau que nous avons dégusté le gâteau aux pommes de Josette. Avec de l'eau pétillante bien fraîche, c'était délicieux.

Quelle belle randonnée !

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 15:41
Saoû chante Mozart à Rovereto, récital Roberto Capello

Yves Jaffrès nous a présenté dès 9H du matin, sur la terrasse de l'hôtel, le concert du soir

- fantaisie en ut mineur KV 475 de Mozart,

- fantaisie op 17 de Schumann,

- fantaisie "Der Wanderer" en ut majeur, op 15, D760 de Franz Schubert

jouées par Robert Capello.

Ce pianiste lauréat de nombreux premiers prix dans de concours internationaux, docteur en musicologie, enseigne le piano au conservatoire de Parme et exerce une carrière de soliste en Europe, aux Etats Unis, au Japon ...

Cependant nous allons tous, les 17 personnes du groupe, le découvrir ce soir dans un magnifique programme de trois fantaisies.

Mozart composa la fantaisie en ut mineur KV 475 alors qu'il était au fait de la gloire à Vienne. Il la dédia à son élève, madame Thérèse von Trattnem, très bonne pianiste. Pleine de mélancolie elle exprime le déchirement provoqué par leur séparation, mais reste dynamique.

La fantaisie op 17 de Schumann, composée en 1836 est très longue. Elle a été composée alors que le père de Clara, excellente pianiste dont Schumann était éperdument amoureux, s'opposait à leur mariage. C'est un cri de désespoir amoureux, techniquement si difficile à jouer qu'elle ne le fut jamais du vivant de son compositeur. Maintenant, grâce aux évolutions techniques, tous les grands pianistes la joue.

Quant à la fantaisie "Der Wanderer" en ut majeur, op 15, D760 de Schubert c'est son œuvre pour piano la plus exigeante techniquement. Elle exprime un désarroi extérieur, l'errance.

Etais-je la seule à croire qu'une fantaisie était une petite chose qui plaît facilement ?

Nous avons passé une très grande soirée à entendre Roberto Capello. ce pianiste virtuose, C'est une musique exigeante qu'il vaut mieux entendre en concert ; ça aide à garder la concentration nécessaire à une bonne écoute.

Saoû chante Mozart à Rovereto, récital Roberto Capello

Après ces trois difficiles fantaisies le maestro nous a offert en bis, d'abord l'Ave Maria de Schubert adapté par Liszt puis Jésus que ma joie demeure de Bach ... Quelle générosité !

C'était vraiment un concert exceptionnel.

Photos officielles en fin de concert car nous sommes reçues en invités de marque, Saoû chante Mozart est nommé, et la relation vieille de si nombreuses années rappelée lors du discours d'introduction.

Saoû chante Mozart à Rovereto, récital Roberto Capello

Mr Arnaldo Volani nous a emmenés dans la loge de Roberto Capello pour que nous puissions lui exprimer tout le plaisir que nous avons eu à l'écouter.

Nouvelles photos officielles où l'on reconnait Etienne Schaerrer qui travaille avec moi sur les voyages de langue germanique, Arnaldo Volani, président de l'AMI, Roberto Capello et Yves Jaffrès, notre musicologue, sont les messieurs, et je suis la dame sur l'image, très heureuse de ma soirée, comme mes compagnons !

Saoû chante Mozart à Rovereto, récital Roberto Capello

Petit mot de trésorière : le public n'était vraiment pas nombreux malgré la qualité du concert.

Est-ce une tendance de fond ?

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 14:03
Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Le Musée d'Art de Rovereto et de Trente m'avait été chaleureusement recommandé par Bob, sûrement le plus compétent des amis de Mozart-France en matière de peinture. Sa visite fait donc partie de notre programme.

Le bâtiment conçu par l'architecte Mario Botta comprend, autour d'une belle coupole, trois étages entièrement consacrés à l'art moderne et contemporain.

Arnaldo Volani, président de l'AMI, m'avait fait passer le programme des expositions temporaires en nous recommandant celle sur la lumière.

Nous avons trouvé là toute une collection de toiles faites de contre-jour magnifiquement restitués, ici de Giovanni Sottocornol "joies maternelles" avec transparence des rideaux brodés sur la fenêtre ensoleillée.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

de jardin au crépuscule de Guiseppe Pellizza da Volpedo (1901-02)

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

de lumière des prairies printanières de Giovanni Segantini de 1896

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

le pointillisme de Baldassare Longoni "à la façon des Français" (1914) qu'on nomme "divisionnisme" en Italie.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Tous ces peintres sont presque inconnus en France. Le passage des frontières n'étaient pas que facilité il y a un siècle. Cependant des artistes italiens ont rejoint au 19ème siècle les impressionnistes, les pointillistes français puis l'école parisienne. Mais on ne voit pas beaucoup de leurs œuvres dans nos musées.

Angelo Morbelli a travaillé en France et voici trois de ses œuvres présentées ici.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART
Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART
Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Je ne me souviens plus qui a peint avec tant de nuances de blanc cette première neige.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

L'agave sur fond de mer est une œuvre divisionniste, "à la française" de Giacomo Balla

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Et je suis passée aux salles consacrées au mouvement "Futuriste", un mouvement proche du cubisme qui exalta au début du 20ème siècle la cité, les machines et la vitesse, et même le dynamisme du canon ...

Umberto Boccioni, costruzione spiralica, 1913.

Umberto Boccioni, costruzione spiralica, 1913.

Giacomo Balla, vitesse d'automobile, 1913.

Giacomo Balla, vitesse d'automobile, 1913.

Gino Severini, canons en action, 1915.

Gino Severini, canons en action, 1915.

Toute une partie du musée est consacrée à Giorgio de Chirico. Je n'en ai jamais vu autant réunis au même endroit !

Un auto-portrait avec sa mère accueille les visiteurs.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Dans la salle suivante, voici d'abord un "intérieur métaphysique" de 1921 alors qu'il faisait l'admiration des surréalistes.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

où déjà on voit la piazza italienne et sa perspective qu'il a déclinée jusqu'en 1950 au moins avec ce trouvère.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART

Le temps est passé très vite. Et je n'ai plus de place dans cet article pour Depero, artiste de Rovereto qui a son propre musée dans la vieille ville et également quelques œuvres très colorées au MART.

Nous nous sommes retrouvés près du bassin sous la coupole pour essayer de retrouver le souvenir de Mozart dans la vieille ville, organisée par l'AMI pendant la Settimana Mozartiana. Assez semblable à celle que nous avons faite le matin.

Saoû chante Mozart à Rovereto, le MART
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 08:31
Saoû chante Mozart à Rovereto

Nous sommes un groupe de 17 membres de l'association pour assister à la Settimana Mozartiana de Rovereto, siège de l'association Mozart en Italie.

Nous sommes arrivés le mardi 13 en voiture pour les Alsaciens, en train pour la semi-suisse, en autocar super-confortable pour les autres, et nous retrouvons avec grand plaisir pour le verre de l'accueil, un marzemino auquel nous rêvions depuis longtemps : c'est le vin que chante Don Giovanni ou Da Ponte dans le dernier opéra de Mozart, produit autour de Rovereto.

Le président Arnaldo Volani semble nous attendre. Après une régulière correspondance depuis presque un an, nous pouvons faire connaissance ! Ça sera un peu difficile de lui faire comprendre que notre programme est déjà bien rempli, et que nous n'avons pas vraiment besoin de chaperon pour notre séjour, mais j'ai accepté de participer au tour de la ville visitée par Mozart organisé par son association en fin de journée.

Mercredi matin c'est notre guide Maddalena qui va nous faire faire un premier tour de ville !

Saoû chante Mozart à Rovereto

Place Rosmini (du nom d'un saint homme né ici dont le principal défaut n'était peut-être pas de tenir au rattachement du Trentin à l'Italie, mais plutôt d'avoir écrit des ouvrages très critiques qui furent longtemps mis à l'index, et d'être l'auteur de théories dont l'enseignement fut interdit encore plus longtemps ... Il fut cependant béatifié en 2006) nous sommes devant le palazzo de style vénitien le plus beau de Rovereto.

Et là commence l'histoire mouvementée de Rovereto, ville du nord-est de l'Italie, proche de Trente. Cette région fut une partie de l'empire austro-hongrois jusqu'à le fin de le première guerre mondiale.

Rovereto occupe un endroit stratégique éloigné de la capitale sur la route qui mène du col de Brenner à Vérone. Jusqu'à la fin du 14ème siècle elle était placée sous l'autorité d'un prince-évêque nommé par l'empereur pour sa fidélité.

Mais à cette époque une riche famille (situation très rare) s’éteignit en léguant sa fortune à un prince vénitien. Commença alors une guerre entre Vénitiens et Tyroliens qui se termina par la défaite des seconds. Le pouvoir vénitien s'installa à Rovereto et supprima les impôts exorbitants que devaient payer les habitants. Ils y gagnèrent la popularité que l''on comprend.

A la culture de la vigne déjà pratiquée ils ajoutèrent l'élevage des vers à soie réservé aux femmes. Elles gagnèrent alors leur vie, pratique incroyable pour l'époque. Les mentalités changèrent. Il devint possible de se projeter dans l'avenir ... Une activité culturelle se développa et l'on vit apparaître nombre d'académies.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Mais après un siècle ... une ligue menée par les Tyroliens déclencha une lutte contre les Vénitiens qui furent chassés en 1509.

Les habitants de Rovereto veillèrent à ne pas retomber sous le régime des princes-évêques et firent en sorte de dépendre directement de l'empereur. Ils continuèrent ainsi à vivre décemment et à développer la vie culturelle.

C'est donc dans une ville où la musique était très appréciée que Léopold et Wolfgang Mozart firent étape 6 fois lors de leurs voyages entre Salzbourg et l'Italie de 1769 à 1773..

Saoû chante Mozart à Rovereto

Mais revenons aux siècles précédents avec le Neptune de la place aux Oies, ancien marché central de la ville. Des palais la bordent, et dévoilent maintenant leurs fresques retrouvées sous des crépis.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Nous voici arrivés devant l'ancienne boutique d'un chapelier. La devanture en bois est maintenue par des cariatides, mais surtout deux très beaux oriels scandent la façade. De l'autre côté de la rue était la limite du ghetto juif "qui permettait à sa population de pratiquer en harmonie ses habitudes de vie si différentes".

Maddalena nous fait remarquer les corps d'obus plaqués sur une façade. C'est en mémoire de la première guerre mondiale pendant laquelle la population de Rovereto a beaucoup souffert. , Beaucoup parmi les hommes partis au combat périrent. De plus la population fut jugée non fiable car trop favorable aux Italiens dont elle parlait la langue. Elle fut donc déportée dans des régions lointaines de l'empire où on parlait d'autres langages. Une grande partie ne revint pas. Quant à ceux qui le purent, ils trouvèrent une ville saccagée, à relever complètement. Il a donc été choisi de garder des monuments rappelant les atrocités de la guerre par générosité pour la future population. C'est aussi pour cette raison qu'un musée de la guerre a été installé dans le vieux château de la ville et que plusieurs monuments sur les collines autour de la ville ont sanctuarisé des champs de batailles.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Nous sommes arrivés piazza San Marco où Maddalena nous fait remarqué le bâtiment où fut créée la première école vers 1770. Les parents payaient les enseignants, mais chaque année la municipalité octroyait des bourses aux enfants prometteurs. Ce fut ensuite le siège de la première bibliothèque.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Sur cette place il y aussi l'église Saint Marc. Les Vénitiens avaient construit, pour vénérer le saint patron de la ville, une église assez modeste qui fut agrandie au 17ème siècle. En 1950 une nouvelle façade a été élevée pour remplacée celle détruite pendant la guerre. Elle respecte plutôt bien la façade précédente.

Saoû chante Mozart à Rovereto

L'intérieur est très baroque autrichien !

"L'interminable concile de Trente qui, en vingt-cinq sessions échelonnées de 1545 à 1563" réagissait à la Réforme de Luther en créant une réforme catholique. Il imposa des règles strictes en matière d'art religieux. Et c'est ainsi que l'art baroque vit le jour.

Beaucoup de peintures pastelles, de stuc et d'or, de marbres, de pierres de différentes couleurs : la ville est riche. Elle a des carrières de marbres à Castione et des artisans marbriers réputés qui vont travailler dans les palais jusqu'à Salzbourg. Ils exercèrent aussi dans cette église leurs talents.

Au fond de l'église un jeu d'orgues, en assez mauvais état. Ce n'est pas celui-ci que Mozart, le 26 décembre 1769 eut tant de mal à atteindre tellement la foule était venue nombreuse pour l'entendre jouer. Il fallut que des gardes-du-corps lui ouvrent le passage pour atteindre l'instrument alors dans le chœur. Les lettres de Léopold à son épouse sont très précises et fourmillent de détails très appréciés par les historiens.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Entre le chœur et la nef l'histoire d'un miracle est représentée. En 1703 pendant la guerre de succession d'Espagne les armées françaises et tyroliennes ne sont opposées à Rovereto. Plus de 20 000 soldats saccageaient la région. Il neigea dans la nuit du 4 au 5 août. Au matin la neige aussi abondante qu'en hiver chassa les armées. Cet épisode d'une période de glaciation éphémère fut considérée comme un miracle dû à la Vierge. Et la Vierge des Neiges devint la patronne de Rovereto !

Saoû chante Mozart à Rovereto

Une petite Vierge à l'enfant est attribuée à un des élèves de Lucas Cranach le Vieux. Sur le maître-autel le retable est une allégorie de Venise présentant à Saint Marc sur un nuage avec son lion, la petite Rovereto.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Les églises contiennent tant de souvenirs que seuls une visite guidée peut nous faire approcher. Mon crayon ne va pas assez vite et j'en ai oubliés !

Nous avons repris notre tour de ville en passant par les remparts abandonnés lorsque qu'ils devinrent insuffisants en face des canons, le château avec ses grosses tours de défense qui avaient pris le relai, pour arriver en face d'un grand immeuble dont une partie est encore couverte de fresques. C'est la mairie.

Saoû chante Mozart à Rovereto

La rivière Adige coule derrière. Nous sommes en face du quartier turc : de vieilles maisons ont des balcons suspendus au-dessus du torrent, parfois fermés par des moucharabiehs.

Nous sommes repartis vers le centre ville en passant par la rue Mercerie et le palazzo Todeschi, appelée maintenant "maison de Mozart". C'est peut-être un peu surfait, mais il est vrai que c'est là que Wolfgang eu son premier grand succès italien lors de son concert très privé du 25 décembre 1769.

Saoû chante Mozart à Rovereto

Il paraît qu'il est très joliment orné de fresques et de stuc. Mais il n'est pas ouvert au public.

Saoû chante Mozart à Rovereto
Saoû chante Mozart à Rovereto

Nous avons traversé des places avec fontaines, bordées de palais, qui ne sont exactement ce que nous imaginons en France, pris une calade et un "portici" puis des rues plus larges pour arriver à notre restaurant près du MART auquel je consacrerai un article moins bavard que celui-ci.

Nous avons refait, en fin d'après-midi presque le même tour de ville avec un accompagnateur de l'AMI, en italien et français qui nous a donné à peine plus de précisions sur les étapes de Mozart que nous en avions eu par Maddalena. Et c'était beaucoup plus long car le comte Todeschi n'a pas lésiné sur les anecdotes qui n'étaient pas traduites.

Surcharge inutile du programme. J'espère que M. Volani a su que nous étions là !

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 14:32
MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Il y a bien des façons d'aller randonner vers Gilhac et Bruzac. Josette a choisi de partir depuis le col de Rotisson en passant par Saint-Georges-les-Bains.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Après nous visons le Moulin à Vent qui est à une douzaine de kilomètres par la route.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Heureusement nous la quittons rapidement. C'est mauvais pour la colonne vertébrale le goudron, et c'est tellement plus long que les chemins, mêmes ceux qui sont larges comme des avenues.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

L'itinéraire choisi passe souvent dans la forêt de Rotisson, bien plus à l'abri du vent que les espaces découverts tournés vers le nord.

Les buis sont assez peu touchés par la pyrale qui a dévoré ceux de la vallée du Rhône et des premières Pré-alpes.

Il y a beaucoup de houx dans cette partie de forêt. La sortie permet un repérage pour les besoins de fin d'année.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Dans les fougères le long des chemins creux, quelques châtaignes sont tombées, mais elles sont loin d'être mûres, toutes blanches dans leurs bogues.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous sommes passés par le Moulin à vent où on n'en voit plus trace. Des maisons sont en cours de construction, le nombre d'habitants de cette commune ne cesse de progresser depuis les années 1975 où il n'était plus que de 108. Il atteint maintenant 165. Cette partie de la commune est le hameau de Bruzac, celui de Gilhac est autour de Pierregourde que nous apercevrons cet après-midi.

Un tout petit peu plus bas nous arrivons au temple, très isolé et assez bien caché dans la végétation.

Entre le camion ERDF et le générateur d’électricité la façade du temple sera un excellent fond pour la photo de groupe du jour.

Avez-vous remarqué que Danielle est revenue ? C'est vraiment une grande joie pour tous de l'avoir à nouveau avec nous pour randonner !

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

L'organisation du village est étrange, il y a si peu de maisons autour de nous, et pourtant nous passons l'annexe de la mairie, ouverte deux fois par semaines, et arrivons immédiatement à l'église. Son cimetière placé à l'ouest est bien petit, et pourtant si vide, si peu de tombes apparaissent dans l'herbe.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Une ferme semble gardée par des ânes qui nous rejoignent dès qu'ils nous aperçoivent. Ils ont raison, Nadine a du pain bien frais dans son sac et leur en donne un morceau à chacun.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Maintenant le chemin offre des vues panoramiques à l'est et la vaste forêt de Rotisson, au nord et au hameau que nous venons de traverser.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous nous sommes arrêtés pour le pique-nique au Combeau, avec vue au loin à l'ouest. Et sommes rapidement repartis. Nous avions 8 kilomètres avant le repas, ça va faire plus de 12 au total !

La nature du chemin a changé. Il y a dans les bois des rochers qui affleurent, et sont même à découvert. La bruyère ici est en fleur, alors qu'elle était fanée ce matin.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

A un endroit le chemin est détourné à l'écart d'un "bachas" formé dans un creux du chemin ; une cuvette assez importante car elle est encore pleine d'eau doit être le point de rendez-vous des sangliers et autres animaux sauvages pour se désaltérer et se baigner. Ils vont bientôt pouvoir aussi manger : c'est sous un châtaignier.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous sommes passés par les Tuilières puis par un sentier escarpés, ou peut-être bien le lit d'un oued ardéchois, Ça descend vraiment beaucoup, avec des pierres qui roulent, des roches pointues et des ronces qui nous accrochent (car il y en a eu tout au long de nos chemins, avec des mures). Il faut avoir les yeux partout pour éviter les pièges.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Nous finissons par arriver au fond du ravin, là où le Turzon a creusé son lit, en roulant quelques énormes rochers. Ce que c'est que l'érosion ! Il ne semble pourtant pas en mesure de bouger quoi que ce soit aujourd'hui.

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.

Il faut alors remonter sur l'autre rive, heureusement moins accidentée. D'ailleurs la rando est recommandée dans ce sens, monter la rive par laquelle nous sommes descendus doit être redoutable.

Et c'est le moment du gâteau de Lyne. Pommes et rhum, délicieux, mais juste un petit morceau après tout ce que j'ai mangé la semaine dernière !

Belle remise en jambes. Épatante randonnée !

MGM - Gilhac et Bruzac, 15 kilomètres, dénivelé 400 m.
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 04:59
Eglise de Glandage, Haut Diois

En traversant le village de Glandage pour aller vers le Jocou j'avais remarqué quelques reliefs sur le portail de l'église qui devaient nécessiter un arrêt intéressant.

Merci à nos chauffeurs qui ont bien voulu s'arrêter lorsque nous revenions.

Eglise de Glandage, Haut Diois

L'église, dédiée à Saint Pierre et saint Paul faisait partie d'un prieuré dépendant d'une abbaye proche de Châtillon en Diois. En 1242 elle devint dépendante de l'abbaye d'Aurillac (surprenant, mais c'est bien ce qu'indique la plaque posée sur le mur).

Elle fut ruinée par les guerres de religions et reconstruite aux 17ème et 18ème siècles. Le portail roman tardif a pu être réemployé lors de cette réédification.

L'archivolte est superbe. Elle est composée de trois voussures en plein cintre en quart de cercle. Les deux voussures internes reposent sur des colonnettes surmontées de chapiteaux à crochets, la voussure externe sur des corbeaux ornés de têtes humaines et à gauche aussi d'un petit singe prêt à l'escalader

Juste à l'embrasement de la porte deux corbeaux sculptés (des lions ?) devaient supporter un tympan disparu.

Eglise de Glandage, Haut Diois

La porte de la mairie, qui doit occuper à droite une partie des bâtiments de l'ancien prieuré, présente elle aussi des éléments de réemploi. La naïveté de la sculpture, la facture plus grossière permettent de dire qu'ils sont plus anciens que le portail de l'église.

Eglise de Glandage, Haut Diois

Ce sont les dédicataires de l'église. A gauche Saint Pierre et sa clef, à droite Saint Paul et son épée encadrent le Christ en majesté, tenant une bible de la main gauche et accordant sa main gauche.

Il faudrait avoir un peu plus de temps pour flâner dans le village bien actif en été. Il y a de belles demeures dont le passé doit être passionnant.

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Belles romanes et autres
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 19:21

Clet Abraham égaie nos villes européennes et nos panneaux de signalisation.

Voici quelques panneaux qu'il a transformés sans en changer le sens, interdit bien sûr !

Quelques tags Clet Abraham
Quelques tags Clet Abraham
Quelques tags Clet Abraham
Quelques tags Clet Abraham
Quelques tags Clet Abraham

Ces premiers, nous les avons trouvés à Londres, avec quelques nouveautés à chaque voyage.

Il ne faut pas croire qu'il limite son détournement à Londres. Il parait qu'il y en a beaucoup en Bretagne, région où il est né. Nous en avons vus à Paris que voici.

Quelques tags Clet Abraham
Quelques tags Clet Abraham

Il part en vélo avec son stock d'image à coller à la recherche de ses cibles. Il appuie son vélo sur le pied du signal, monte sur la selle, colle un sticker de son choix et repart en continuant sa quête.

Je crois que ce que nous avons vu n'est qu'une toute petite partie de ses nombreuses créations. Je vais essayer d'être plus attentive dorénavant.

Elle a beaucoup de caractère cette expression de street art, drôle et plutôt discrète.

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Europe
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 17:48
Le concert à Pratmiral

Pratmiral est un hameau perché sur une montagne ardéchoise. Et c0 e4 août une foule s'y est rendue pour entendre le concert de musique de chambre organisé par Teresa Llacuna et Philippe Andriot.

Marc Drobinsky, violoncelliste et Yumeto Suenaga, pianiste ont choisi d'interpréter les sonates suivantes :

- 3ème sonate en la majeur op.69 de Beethoven

- 1ère sonate en mi mineur op 38 de Brahms

- et quelques surprises musicales.

Le concert à Pratmiral

Mark Drobinsky est un ancien élève de Msitislav Rostropovich au Conservatoire de Moscou. Evadé de Russie en 1974 il s'établit à Paris. Depuis il joue sous la baguette de chefs d'orchestre prestigieux comme : Valery Gergiev, Charles Dutoit, Alexandre Rabinovich, Arnold Katz, Dmitri Liss, Maxime Schostakovitch et a des partenaires tels que Martha Argerich avec qui il a enregistré plusieurs disques.

Yumeto Suenaga, pianiste français d'origine japonaise a obtenu, entre autres concours, le prix Teresa Llacuna-Ville de Valence en 2007. Il interprète avec beaucoup de subtilité un répertoire très varié allant du 18ème siècle à aujourd'hui.

Le concert à Pratmiral

Ca a été superbe. Les sonates sont passées de grondements profonds à de doux murmures.

En duo et en bis nous avons d'abord eu le célèbre Vocalise de Rachmaninov puis Yumeto Suenaga nous a fait cadeau de nombreux autres bis dont un rondo "colère pour un sou perdu" op. 129. de Beethoven pour finir par Turquoise d'Eroll Garner.

Je me rappelais de temps en temps le jeune pianiste que nous avions entendu à Suze la Rousse en 2008, lors d'un concert de Saoû chante Mozart, qui semblait intoverti, caché sous une grande mèche de cheveux. Au plaisir d'entendre toutes ces musiques s'est ajouté celui de le voir ouvert, causant, très souriant et heureux.

Heureux de jouer avec ce grand violoncelliste qui l'impressionnait beaucoup m'a t'il confié alors que nous nous retrouvions autour d'un buffet bien garni à l'abri de la pluie et de l'orage qui n'ont même pas troublé le public, ni les musiciens.

Belle après-midi. Merci Teresa et Philippe.

Le concert à Pratmiral
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 00:31
MGM - Vassieux

Le projet initial de Josette était "départ 8 H ...à la Clairière de Malatras .nous nous intéresserons à la montagne de Montué. 470 m de dénivelé et 13 km environ…(vent du Nord )"

Après presque 2 mois sans randonner l'appel est irrésistible.

Hors, non seulement le vent du nord est fort, mais il plaque sur nos montagnes un brouillard d'une densité exceptionnelle. On ne voit pas à 10 mètres à la clairière de Malatras, quelques kilomètres plus loin ce n'est guère mieux à Chaud Clapier, donc Josette décide de pousser jusqu'à Vassieux où le vent dégage en général le ciel.

MGM - Vassieux

Bien vu ! Passé le col de la Chau et le mémorial de la Résistance le plateau apparaît bien dégagé.

La randonnée du jour sera en fait tranquille pour les jambes avec peu de dénivelé et c'est parfait pour une reprise.

Mais pas pour la mémoire. Vassieux fut un village martyre de la Résistance. Et le souvenir de la tragédie de juillet 1944 est respectueusement conservé avec le mémorial au creux du col, le cimetière dans la boucle d'un virage, le musée dans le village et les plaques devant des maisons familiales à la mémoire de familles assassinées.

Au 21ème siècle l'activité est celle d'un village de montagne : accueil des touristes été comme hiver, et élevage de bovins, ovins et même des ânes pour accompagner les randonneurs ?

MGM - Vassieux
MGM - Vassieux

Mais pas pour nous ... Nous traversons le plateau karstique qui occupe une partie du synclinal du plateau de Vassieux avec scialets et dolines, ces cuvettes plus ou moins profondes entourées de rochers. Certaines sûrement dangereuses sont entourées de clôtures pour que les animaux les évitent.

MGM - Vassieux

Au hameau du Château pas de traces d'un castel, mais un socle bien original pour une vieille croix de fonte.

MGM - Vassieux

Il est bien tard pour trouver une flore originale. Quelques rares fleurs, œillets ou scabieuses que j'ai déjà bien souvent photographiées sont malmenées par le vent. Ce sont les chardons qui sont là intéressants. Enfin, je veux dire les carlines acaules butinées par des insectes élégants : une punaise à la carapace rayée ou un papillon qui cache ses couleurs chatoyantes.

MGM - Vassieux
MGM - Vassieux

Nous sommes passés par le Sapin d'Aimé puis avons pris la direction du hameau de la Mure. Une clairière bien dégagée et abritée du vent est l'endroit choisi pour notre pique-nique, nos papotages de rentrée et la photo de groupe. Toujours un peu difficile avec des camarades facétieux !

MGM - Vassieux

Là sur fond de Grand Veymont les moulins du hameau de la Mure sont visibles de loin. Construits à la fin du 17ème siècle ils furent actionnés par "la bise glaciale du nord ou les rafales humides du sud" pendant plus d'un siècle. Ils furent ensuite transformés en bergerie et en juillet 1944 en nid de mitrailleuse allemande.

Ces ruines de moulins à vent sont les seules des Alpes du Nord nous indique le panneau pédagogique voisin. Il nous dit aussi que des expériences de réhabilitation de ces moulins ont permis de produire l'électricité nécessaire à un groupe d'une dizaine de maisons. Intéressante expérience qui permet des rêves de nouvelle vie aux vieux moulins !

MGM - Vassieux

Au hameau les oies sont aussi vaillantes que pendant l'Antiquité. Elles ont lancé l'alerte de notre arrivée bien avant tous les autres animaux, dindons, canards et même les chiens qui ont été les derniers à se manifester.

Les maisons reconstruites après les incendies des villages et hameaux par l'armée allemande en 1944 l'ont été avec les mêmes matériaux sur tout le plateau du Vercors, et sont souvent restées comme celle-ci.

MGM - Vassieux

Une petite chapelle où ils avaient trouvé refuge évoque pour beaucoup le souvenir d'un court séjour très pluvieux précédent à Vassieux.

Aujourd'hui le ciel est parfaitement bleu, au-dessus de Vassieux. Mais également de part et d'autre, en ce début d'après-midi : clair au-delà du col de la Chau et bien dégagé sur les crêtes voisines du grand Veymont.

Qui l'eut cru ce matin ?

MGM - Vassieux

Je maintiens Alféo et voici une photo de groupe complet.

MGM - Vassieux

Revenus aux voitures il y a eu ceux qui sont redescendus dans nos vallées par le col du Rousset et les autres qui ont repris par le col de la Bataille.

Avec une étape au refuge de Gardiol où Josette veut nous montrer le saut de la Truite.

C'est tout le cirque étroit et profond de 500 mètres au-dessus de Bouvante le Haut qui s'appelle "la truite".

En ce début de septembre bien sec, dire que le ruisseau de Toulau se jette dans le vide est beaucoup dire. Car il y a bien peu d'eau.

En fait, juste assez pour observer un phénomène assez singulier créé par le vent du nord : il oblige l'eau à remonter le rocher en se répandant en fine pluie dans l'herbe abondante qui pousse au-dessus et que nous avons traversée. On comprend pourquoi il est recommandé de ne pas s'aventurer sur le sentier de la Truite en hiver.

On voit sur la ligne de falaise, au milieu droit les traces sombres d'humidité. C'est leruisseau qui n'arrive pas à couler !

MGM - Vassieux

Nous avons continué le sentier des anciens forestiers qui débarder les grumes de la forêt et les transportaient jusqu'au fond de la vallée à Bouvante. Il fut un temps où ce chemin livrait passage à des engins motorisés ... Enfin, ce n'était peut-être pas pire que la piste que nous avons prise pour aller à la Vallée des Merveilles. Les engins devaient être moins bien équipés pour ce genre de route.

MGM - Vassieux

Merci Josette pour cette étape qui a été une découverte pour tous.

Je suis sûre que tu sais que la route forestière peut donner l'occasion d'une randonnée au départ de Bouvante le Haut. Mais sais-tu que le dénivelé n'est que de 600 mètres ? Lorsque les forêts de fayards ont leur feuillage d'or d'automne, ça doit être superbe.

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 15:43

Sur un devers de la montagne du Jocou, 2051 mètres, point culminant du Haut-Diois le vent soufflait très fort en ce jeudi.

C'était un paysage de début du monde qui s'ouvrait devant nous, sous les nuages qui s'effilochaient dans le ciel après avoir longtemps plongé depuis les crêtes.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Nous nous sommes transformés en ethnologues pour étudier une étrange tribu. Crayon à la main et appareil photo en place.

il paraît qu'il s'agit d'un groupe de "bipedarius rigolarium", de la fin du 20ème et (ou ?) début du 21ème siècles venant de la vallée du grand fleuve à l'ouest.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Nous avons trouvé des inscriptions rupestres faites au charbon de bois. Oui, charbon de bois nous pouvons l'affirmer puisque nous avons aussi trouvé un foyer plus ancien proche de cette pierre. Ces traces ne vont pas défier les siècles ni même les années. Petits joueurs par rapport aux hommes du néolithique qui ont laissé les gravures de la vallée des Merveilles.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Tous les individus, mâles et femelles ne manquaient pas une occasion de tomber sous les coups de boutoir du vent qui devait souffler avec des pointes voisines des 100 km/heure.

En fait, ça avait l'air de beaucoup les amuser !

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Décidément ils avaient des comportements étranges.

Un grand mâle semblait être le mâle dominant ou leur "théoricien". Il prenait souvent la parole et la gardait longtemps. Mais y avait-il une guerre de pouvoir avec cet autre mâle qui s'est approché de lui, l'a bâillonné, lui a bouché les oreilles et les yeux pour obtenir enfin cette parole si précieuse ?

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Autre particularité comportementale, ils ont passé beaucoup de temps à observer les papillons très nombreux sur cette montagne qui ne doit pas être aussi polluée que la plaine. Et voici le résultat de leurs observations.

Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...
Sur les pentes du Jocou, étrange rencontre ...

Ils ont été obtenus par Alféo et Pierrette, alors que la tribu qui se roule dans l'herbe est de Michel,

et le mot de la fin de Marianne "Bêtes à manger du foin, mais que ça fait du bien d'être foutraques !"

Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article