Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 15:18

11 Décembre 2007

Après une nuit un peu courte à l'hôtel Victoria très central, notre guide nous attend pour nous faire faire le tour de la ville.  Il pleut, et le ciel est uniformément gris.
Heureusement c'est en autocar que nous rejoignons la colline de l'hôtel Belvédère d'où nous pouvons embrasser d'un coup d'oeil l'ensemble de la ville de 340 000 habitants, dont l'activité industrielle importante, et surtout une université très appréciée lui donnent un dynamisme très visible.
undefined Dans un français hésitant et entrecoupé d'anglais (les visiteurs français sont un peu rares, ce qui ne permet pas à Lydia d'entretenir ses connaissances comme elle le souhaiterait ; aussi allons-nous l'aider à les rafraîchir !) Lydia nous trace rapidement un historique de la vie mouvementée de la Roumanie et de la Transylvanie. La fondation dace, les règnes des empereurs romains Hadrien et Marc Aurèle, les marchands allemands, les invasions tatares, les tentatives turques, l'annexion par la Hongrie jusqu'en 1918 puis le rattachement à la Roumanie, le régime de Ceaucescu, la révolution de 1989, et enfin l'entrée dans l'Union Européenne début 2007.
Redescendus en ville nous abandonnons notre autobus et continuons à pied. Nous sommes un peu surpris par toute la boue que nous trouvons dans les rues, mais il a neigé récemment et ici comme chez nous, ça salit beaucoup les rues.De plus il y a des travaux d'aménagment dans l' artère principale qui l'alimentent.undefined
L'église Saint Michel est "un exemple élégant de l'architecture gothique de Roumanie", qui nous semble très dépouillé, voire rustique. Saint Michel nous semble terrasser un tout petit dragon qu'on prendrait bien pour une tortue !
undefinedPas à la hauteur de notre fantasme de monstre des Carpates. Par contre les vitraux anciens sont vraiment très beaux.
undefined
Sur la place de l'Union la statue équestre de Matthias Corvin, souverain de Hongrie né à Cluj est totalement encaissée sous des échafaudages, et nous ne pouvons pas voir cette grande figure de l'histoire que le maire nationaliste à la tête de la ville de 1992 à 2004 a essayé de minimiser pendant ses trois mandats !
Les aspects néfastes de la politique de ce maire nous seront relatés à maintes reprises, mais nous ne pouvons pas nous empécher de penser qu'il aura fallu trois mandats avant que les opposants soient plus nombreux que les partisants. Et il nous semble que la phobie des Hongrois est à peine voilée chez quelques personnes que nous rencontrons.
La maison natale de Matthias 1er porte deux plaques, l'une en Hongrois, l'autre en roumain, dont les inscriptions sont lourdes de différends politiques.
Beaucoup de voitures dans les rues , parmi lesquelles nous remarquons de nombreuses R12 ! qui sont en fait des Dacia, voitures roumaines issues d'un  partenariat avec Renault.
undefinedC'est maintenant l'heure du café au bar Agape, particulièrement apprécié par ce temps froid. Et c'est le premier entretien de Michèle et Philippe Andriot, qui semblent souvent d'accord sur certains musiciens qu'ils aiment bien, parfois moins et assassinent tous les deux le même interprète au comportement de star capricieuse ... La carte des cafés a de quoi satisfaire tous les amateurs, et il y en a un tellement arrosé qu'il ressemble presque à un grog !
Avant de visiter l'église orthodoxe nous avons le temps d'aborder le problème des familles, avec 1 homme pour 3 femmes en Roumanie. Les hommes jeunes émigrent vers des pays où les salaires dont plus attirants. Le salaire mensuel moyen actuel serait de l'ordre de 250 €, et les loyers sont souvent de ce même montant. Alors pour s'en sortir les Roumains doivent avoir
deux emplois.
undefinedLes financiers ont grand espoir dans le developpement  de la Roumanie car de nombreuses banques aux sigles bien connus ont pignon sur rue. A part des banques et des magasins de téléphonie il y a peu de commerces dans les rues que nous empruntons. une magnifique librairie en face d'Agape. 
Nous arrivons à l'église orthodoxe construite au début du 20ème siècle, dont une partie des fresques a été récemment rénovée avec des émaux italiens. Elles scintillent particulièrement et rendent bien ternes  les autres.
L'histoire des religions n'est pas plus simple que l'histoire du pays. Nous apprenons qu'il existe une Eglise orthodoxe roumaine totalement indépendante au sein de l'Eglise orthodoxe, ce qui lui permit de continuer à exister au grand jour pendant la période communiste, et de rafler l'ensemble des biens non réclamés par les autres tendances après la Révolution, lors de la restitution foncière. C'est la raison de sa grande richesse qui lui donne les moyens de construire de nombreuses  églises neuves.
undefinedPoursuite de notre visite avec ce qui reste des remparts du 13ème siècle. Une énorme tour  (de garde ?) est en renovation, et des ouvriers travaillent sur le toit, à quelques étages au-dessus de la rue, sans aucune sécurité.
Nous voyons un gros chien qui erre seul dans la rue. Nous en avions vu un autre au belvédère, qui ressemblait à un loup. Ce seront les deux seuls chiens que nous verrons pendant notre séjour !
L'église réformé hongroise est notre étape suivante. La matinée avance, mais la température est si basse que même St George terrassant le dragon a la goutte au nez, oui, oui, regardez bien !
undefined
Passage à l'université dont Cluj est si fière (cette visite rappelle à certains les passages obligés de l'époque stalinienne), dans une autre église qui possèdeundefined une chaire baroque rutilante, dans les jolies rues aux maisons anciennes hongroises très colorées et nous revenons à l'hôtel Agape qui dispose de plusieurs restaurants, et d'une boutique dans laquelle nous découvrons des élèments de décoration de Noêl qui ressemblent fort à ceux que nous pouvons trouver dans les boutiques françaises, et au même prix .
Le menu sera composé d'une soupe de pot au feu, de veau servi avec des boulettes de riz et du chou acide, de crèpes fourrées de confiture et d'un café.

L'après-midi est consacré à la visite du musée ethnographique qui a une superbe collection de costumes traditionnels. Curieux de voir que beaucoup de costumes masculins sont de coton clair, brodé au pantalon large et plissé.undefined Une guide nous accompagne et undefinedessaie d'obtenir des photographes qu'ils n'enfreignent pas trop souvent l'interdiction de photographier, mais c'est dur pour elle !
Anne n'est pas à la recherche d'une jupe pour une manifestation prestigieuse sur le continent américain, mais comme nous, elle visite le musée.
Outre les costumes, il y a de belles collections de poteries, d'outils et de photos.
Nous avons rendez-vous à 18 h pour la conférence préparatoire au concert du jour. Philippe Andriot a du travail pour nous y préparer :Bianca Manoleanu, soprano et Remus Manoleanu au piano vont nous interpréter des chants de Mozart, Grieg et Messiaen. Association étrange que ces 3 compositeurs au même programme, et le "cycle des Chants de terre et de ciel" est particulièrement difficile à entendre pour des oreilles non habituées à la musique du 20ème siècle. Mais 2008 verra la célèbration du centenaire de Messian et c'en est peut-être une introduction ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens