Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 14:07

24 Janvier 2008

 

Le ciel est bien dégagé ce matin après une nuit étoilée et glaciale. Il m’a fallu gratter les vitres de ma voiture avant de partir rejoindre les marcheurs de GREB chez Robert et Nicole.

Nous sommes 23 volontaires pour le volcan du Chénevari qui surplombe Rochemaure. (http:// www.netrando.fr) Nous partons du parking à côté de la nouvelle église pour le quartier du château, en passant par l’église qualifiée de « gothique provençale » juchée sur un rocher de basalte.undefined C’est assez discret le caractère gothique dans sa version provençale ! Et je viens d’apprendre que la première église Notre Dame des Anges du 13ème siècle a été détruite par les protestants (nous sommes sur des terres de guerres de religion cette semaine encore) puis reconstruite au cours des 16ème et 17ème siècles. C’est sûrement pour ça qu’elle est si peu gothique !  http://wikimapia.org/1495480/fr/

Le temps est magnifique et le soleil illumine la plaine du Rhône qui s’étand sur des kilomètres à nos pieds. Une grande partie du village des Videaux qui voisine le château est encore à l’ombre lorsque nous visitons ce sommet. Le château construit au 12ème siècle par les Adhémar de Monteil appartint successivement à diverses familles du Vivarais avant de devenir au 16ème siècle un refuge des catholiques de Montélimar. Quant au hameau autour il est maintenant très restauré et les la plupart des superbes maisons ont l’air habitées tout au long de l’année. Nous en faisons une visite presque complète avant de reprendre le chemin vers les Audouards. Et finalement nous arrivons très vite dans la prairie au dessous des laves du sommet. Regroupement.undefined Avant de repartir à l’ascension du sommet du volcan.undefined Mur de laves grises et rougeâtres d’un côté, et colonnade de laves de 200 mètres de haut de l’autre. Et d’en haut, coup d’œil à 360° sur les Préalpes drômoises, les cheminées de la centrale de Pierrelatte, les Cévennes et le Coiron, et la centrale nucléaire de Cruas dont les 4 cheminées sont en fonction aujourd’hui. C’est assez rare.

Nous nous installons entre les bouquets de thym et les touffes de buis pour le pique-nique puis un long repos. En face, le massif de la forêt de Saou, le Grand Delmas, la montagne Couspeau, et dans le creux du col de la Chaudière, au loin, bien enneigé le Grand Ferrand. Superbe. Et il fait si bon au soleil … Mais une légère brise se lève et nous apprécions d’y échapper en redescendant pour continuer la boucle.

Rencontre et discussion avec un groupe de chasseurs en battue dont nous n’arriverons pas à apprendre grand chose sur leur tableau de la saison. Il nous faudra atteindre un homme seul en attente des chiens et lui demander s’ils ont eu 200 prises cette saison pour l’entendre nous répondre « et même beaucoup plus » !undefined

Le château est juste en dessous de nous, et il est à peine 15 heures. Alors nous allons faire un grand tour vers le Teil avant de redescendre. Nous nous éloignons vers le sud. Le long du large chemin que nous empruntons plusieurs vieux puits nous indiquent que ce plateau a eu des ressources en eau, et une petite source coule : les pluies récentes ont réalimenté les réserves. undefinedLes chatons des noisetiers sont déjà sortis, et les bourgeons des amandiers prêts à éclater. Après les froids très vifs que nous avons eus en décembre la douceur des journées de janvier tourneboulent la végétation !undefined

Au nord-est le château nous apparaît juste en dessous des 3 Becs et du Col de la Chaudière. Nous rejoignons le sommet du sentier botanique de Rochemaure où un chèvrefeuille d’Etrurie  me paraît être la plante la plus photogéniques du jour.undefined

Et lorsque à Rochemaure nous remontons la rue de la Viole, le soleil a déjà disparu derrière les montagnes, et la fraîcheur de janvier nous regagne.

Maisons restaurées, porte ancienne en bon état, porte ancienne détruite, volets bleu charrette, volets verts. Christine nous dit alors que les volets verts il y a quelques siècles étaient une marque de reconnaissance entre protestants.undefined

La rue de la Viole se termine presque au bassin dominé par la reproduction d’une borne romaine qui rappelle le lointain passé de Rochemaure. Et un peu plus loin nous voyons des personnes qui font provision de l’eau de source bien connue de Rochemaure. A l’époque romaine une source était déjà exploitée qui portait le nom de « fontes calloxionis »
http://medarus.org/ardeche/07genera
Nous quittons Rochemaure la Romaine et Rochemaure l'Ardéchoise vers 5 heures. Nous avons marché 15 km  avec un dénivelé cumulé de 700 mètres.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens