Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 15:57

15 Mai 2008.
Le temps est incertain, il y a beaucoup de nuages et il a encore récemment plu. Quel temps avons-nous ce printemps ! Aussi, nous ne sommes que 10 à partir pour Combovin, pour la randonnée de la Grand'Dent. C'est une sortie à classer dans les faciles. Rien à voir avec celle du Pas de la Pierre à la suite de laquelle j'ai eu des douleurs aux cuisses comme jamais ! J'ai pris de l'efféralgan pendant plusieurs jours pour les calmer ... Ça m'apprendra à manquer d'assiduité.

La végétation fait fi du mauvais temps et nous avons trouvé beaucoup de fleurs. Les narcisses et le muguet étaient même la raison de la destination d'aujourd'hui.



Nous avons trouvé de gros bouquets d' euphorbes de Nice au point de départ, quartier Branchet. Elles étaient piquetées de gouttes de pluie. Un peu plus haut nous avons rencontré beaucoup d'ancolies communes. Cette plante à protéger doit se trouver bien ici car il y en a beaucoup.



Nous aimerions bien savoir pourquoi un des rochers de la ligne de crêtes s'appelle la Grande Dent et quelle est la légende qui y est attachée. Ce doit être ce que se disent Maryse et Jean Claude. Quant à moi, je n'ai même pas demandé quelle est la pointe qui porte ce nom. Arrivée sur le plateau, d'où nous voyons les prairies en face où nous pique-niquerons, à l'abri du vent.
Les habitués du groupe connaissent bien LA prairie sur le plateau où l'on trouve les narcisses. Et voici Denise qui compose son bouquet.



Un peu plus loin nous trouvons une nouvelle orchidée : l'ophrys Bourdon. Qu'il faut les observer de près ces ophrys pour les distinguer les unes des autres. Il y en a tant de variétés avec des nuances parfois ténues. Rien ne vaut l'appareil photo pour cette observation, et les comparaisons qui m'occupent quelques heures dans la nuit suivante !
Le vocabulaire qui désigne les différentes parties de ces fleurs est savoureux : "inflorescence en épi pauciflore", "bractées",  "tépales",  "labelle trilobé" : je n'ai plus qu'à me plonger dans le dictionnaire !

Le ciel est tellement incertain que nous ne flânons pas après le pique-nique. La montée sur le plateau s'est faite toute douce, aussi n'avons-nous pas un grand besoin de repos. Et parmi les bosquets qui occupent la ligne de crêtes nous prenons un sentier rapide, juste en dessous des falaises bordé d'un chaos,  qui va nous mener jusqu'au muguet convoité.



Nicole est bien fière de sa cueillette, mais Ady préfère attendre sur une pierre !


Pour atteindre le creux du vallon nous traversons un sous-bois puis une hêtraie peuplée de nouvelles orchidées : l'étrange néottie nid d'oiseau, fleur sans couleur, et la gracieuse céphalanthère de damas dans sa variété blanche.


Eh bien la descente est vraiment rapide, et il est bien tôt alors que nous retrouvons les voitures, et que les gouttes d'eau ont séché sur les fleurs des euphorbes.

C'était une de ces belles promenades qui mettent le coeur en joie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens