Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 16:29


Les jours passent toujours trop vite car nous sommes très occupés à découvrir les régions que nous traversons.
23 Juillet 2008
Ce fut d'abord hier, le long de la vallée de Gudbrandsdalen un dernier coup d'oeil à la piste de saut de Lillehammer avant de prendre la route E6 en direction du nord. Nous sommes au coeur du pays de Peer Gynt, héros légendaire d'Ibsen, aventurier en quête de lui-même pendant toute sa vie. Il est l'élèment principal de la communication touristique régionale et prétexte à un festival début août. Il me faudra lire ses aventures en rentrant.
Puis l'incontournable starvkirke de Ringebu, la plus importante sur la route royale qui relie Oslo à Trondheim,  capitale jusqu'au 16ème siècle et ville de l'autorité religieuse jusqu'à la chute du catholicisme, nous attire sur une colline.
L'ancien chemin des pèlerins offre encore beaucoup de randonnées entre les deux villes, et est ici bien tentant.

L'église est étrange avec la couleur blonde de ses murs de bois débarrassés des nombreuses couches de goudron végétal par un ravalement récent, et le rouge du clocher, plus traditionnel sur des maisons qu'ici ! Elle fut construite comme toutes ses soeurs au 13ème siècle. La porte principale est dans le style du Moyen-Age avec dragons et reptiles entrelacés (il y a vraiment des serpents dans ce pays ?), reminiscence de la civilisation viking intégrée au catholicisme, mais le clocher n'a été posé au-dessus de l'église qu'au 16ème siècle. La décoration intérieure est baroque (dès son origine la religion luthérienne intégra les décors des cultes antérieurs)

Nous avons tranquillement visité cet endroit après le départ d'un bus de touristes, et en voici un autre qui arrive, alors nous leur laissons la place. En redescendant vers la E6  une grosse  touffe de fleurs bordeaux m'a attiré l'oeil, mais la route est trop étroite pour s'arrêter. Dommage.

Nous sommes détournés régulièrement de la route principale par le carré-bouclé : ici une halte pour pèlerins,

là une maison ancienne avec une collection de traineaux pas récents eux non plus ;

Un passage à l'office de tourisme de Vinstra nous permet d'apprendre qu'il y a encore de vieilles fermes classées dans les collines qui surplombent le torrent Heidal. On nous remet un petit opuscule en norvégien avec la liste de ces fermes qui vendent leurs produits aux visiteurs de passage. Nouvel écart à notre itinéraire par la route 257 qui longe le torrent à kayak et rafting. Le village d'Heidal a dans le même enclos deux églises de bois sombre

au milieu des tombes et des grands arbres. Quelques vieilles tombes de style art-déco voisinnent avec des tombes en bois protégées par un abri.

Au loin quelques unes de ces fermes classées.

Nous choississons tout à fait au hasard celle où nous arrêtons, il y a une démonstration de fabrication de pain-galette, et alors nous comprenons ce qui était resté très obscur dans l'opuscule : il y a un programme d'animation concerté dans toutes ces fermes, et nous avons eu la chance de nous arrêter ici au bon moment !

C'est vraiment très rassurant de voir que certains de ces bâtiments du 17ème siècle vivent encore  sur leur emplacement d'origine.
Nous devons maintenant rejoindre la route 15. En traversant la montagne, ce sera beaucoup plus rapide que les 40 km que nous propose le GPS ! Au col la petite route goudronnée se change en piste de terre ... et c'est moi, Pierrette qui suis au volant. Le coefficient de pente est assez élevé , et les virages en épingle à cheveux nombreux : c'est en seconde, à 20 km/h, et en cramponnant fermement le volant que je parcours les 6 km jusqu'à Lalm ! Je n'ai pas bien profité du paysage .
Nous rejoignons la E6 à Otta et filons vers Dombas.  La vallée est devenue étroite, les forêts ont remplacé les champs de céréales, et les villages sont plus rares le long du torrent qui gronde un peu plus bas. Dombas est une station de sport de montagne, entourée de hauts plateaux et sur le flanc des fjells (montagnes faconnées par les glaciers) les névés brillent. Les randonneurs sont rentrés de leur journée et la ville est très animée.
Nous trouvons un étrange animal sur son piédestal : un moskus. Est-ce le yéti norvégien ? on dirait un animal de légende !
Maintenant de nombreux parkings immenses bordent la route, au pied des montagnes. Il doit y en avoir des skieurs qui fréquentent ces pentes !

Nous trouvons un bel enplacement au bord d'un petit lac où sautent des poissons ; les linaigrettes sont nombreuses à ployer sous le vent ; et au pied de la montagnes des bosquets de bouleaux cachent des géraniums bleus, des lichens blanc, nourriture des rennes (mais où sont-ils ceux-là, vraiment tous partis vers le Cap Nord ?).

Alors que nous lisons dans la lumière du soir un groupe d'une douzaine de personnes arrive et s'équipe pour une sortie nocturne. Randonneurs ou observateurs de la vie nocturne ? Ils verront peut-être des rennes ou quelque autre habitant secret de cet espace, ces visiteurs organisés et accompagnés d'un guide.

Et le ciel s'assombrit, et l'or se mélange au plomb à l'horizon.

Jeudi 24 Juillet 2008
Nous avons roulé aujourd'hui dans un beau paysage varié, sans rencontre ou découverte majeure, le long de la route des pèlerins.

Une "maison de charité" les accueille toujours à Dovregubbens, même le troll pèlerin que voici ! 











Au carrefour des routes E6 et 29, à Hjerkinn s'élève une église contemporaine de commémoration du roi Oystein, pèlerin célèbre. Le chemin invite aussi les randonneurs à une promenade. Les arbres sont ici assez petits, car le climat commence à être rude, à 1026 mètres d'altitude. De jolies fleurs bleues envahissent tout le sousbois.

Lorsque la vallée devient un simple passage où le torrent bondit  la route des pèlerins se double d'un passage en hauteur qui évite les grosses eaux de la fonte des neiges, c'est le chemin de printemps.

Ici nous quittons la route de pèlerinage et un panneau nous donne quelques informations sur le moskus ou mustox : ce serait un herbivore pacifique  mais qui pourrait se montrer dangereux s'il se croyait attaqué. Il est conseillé de le contourner prudemment en laissant une distance de 200 mètres. Ce ne serait donc pas le yéti des trolls ?

Enfin un vrai renne avec des bois magnifiques ! Il attire l'attention des passants sur la boutique sam dont il dépend.

Enfin une jolie petite gare marque une étape sur la voie de chemin de fer que nous longeons depuis des dizaines de kilomètres. Des tunnels de bois, aux endroits les plu sensibles la protège des congères.

Les névés fondent sous le soleil et des filets d'eau ou de vraies cascades tombent le long des parois rocheuses nues et grossissent le torrent.

Nous perdons de l'altitude et la vallée s'élargit. Même des maisons récentes ont le toit couvert de tourbe, d'herbe et de fleurs. Parfois un arbuste cherche à s'y implanter ! Dans les prairies les ballots de fourrages sont les mêmes qu'en France et qu'aux antipodes : énormes, ronds et couverts de film blanc. Mais il y a toujours le séchage du foin sur des fils de fer, comme au musée, ça aussi ça existe encore !

Et alors que nous continuons à avancer vers Trondheim, dans la plaine le paysage devient presque banal. Nous n'avons pas le temps de nous arrêter maintenant dans cette ancienne capitale que nous contournons par l'est.

L'immense Trondheimfjord est là, découpant la Norvège en deux : au sud le pays de l'homme blond, pardon des Vikings, et au nord celui des Sams (il ne faut plus utiliser le mot Lapons, c'est péjoratif).

Nous poursuivons jusqu'à la presqu'île de Floan et établissons notre camp du soir juste à côté de la forteresse de l'archévêque Olav Engelbrektsson, dernier représentant de l'église de Rome en Norvège (16ème siècle), le château Steinvikholm.



A 22H30 le soleil disparaît et même les oiseaux se taisent.







Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

Celine 27/09/2008 10:54

C'est super interessant et plein de belles photos! Ca donne vraiment envie d'y aller aussi... Grosses bises C.

Recherche

Liens