Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2008 6 26 /07 /juillet /2008 16:03

Ca y est nous avons atteint cette ligne magique ... Mais reprenons le récit lorsque nous avons quitté le château de l'archévêque, hier matin
Vendredi 25 Juillet 2008
Soleil éblouissant à notre réveil. Pas de grandes visites pour ce jour-là, seulement quelques gravures rupestres, et puis on verra suivant les sollicitations.
La première est la petite église de pierres, romane de Maere. Extrèmement rare une église de pierres, que seules des grandes villes avaient les moyens de construire.

Nous tournons un peu autour de Steinkjer pour trouver les pierres gravées de Bardal ... Vraiment mal indiquées, mais nous y arrivons. La lecture en est vraiment difficile et heureusement qu'il y a une notice avec les dessins qui aident ! Cette pierre jouxte une très belle et opulente ferme qui ne doit rien faire pour promouvoir les visites.

Nous quittons la route E6 et passons sur l'autre rive du lac Snasavatnet pour voir le "Bolareinen", le renne de Bola, très célèbre, paraît-il. C'est un endroit perdu dans la forêt qui sent les troupeaux sans que nous puissions voir une vache.

La visite est gratuite, cependant une contribution à l'entretien du sentier est la bienvenue. Et le voici ce renne, surprenant, tout seul, grandeur nature, au milieu de la nature, à côté d'un torrent, et accompagné par un skieur un peu plus loin, pas très grand pour un homme. Bruyère, champignons, baies rouges et myrtilles un peu acides complètent la promenade.


Ca aide, les panneaux informatifs, qui sont mêmes parfois écrits en français !








Pas beaucoup plus loin nous sommes détournés par l'indication de chutes d'eau "Formofossen".  La hauteur de la chute est de 30 mètres et représentait pour les saumons un obstacle infranchissable jusqu'à ce qu'on leur creuse un escalier en tunnel. Ces travaux ont pris 10 ans ! Les gouttelettes d'eau font des arcs en ciel et le grondement de l'eau est assourdissant.

Puis on nous propose la visite d'un aquarium à saumons, nous nous contentons de saluer le troll pêcheur qui doit s'appeler Grincheux !

Et nous passons la porte du Nord. Un panneau nous invite à prendre un itinéraire secondaire, "le chemin de la nature sauvage". Camille n'hésite pas longtemps, la route E6 est très chargée, de gros camions particulièrement, et parfois plutôt étroite. De plus il y a de très nombreux radars pour contrôler la vitesse, mais là nous ne courrons pas beaucoup de risques, les 70 ou 80 km/heure autorisés sont parfaits pour nous dans cette route assez sinueuse.

Bientôt la petite route devient une piste, mais nous ne nous laissons pas surprendre et Camille continue assez cool. Le paysage du parc national du Borgefjell est superbe : les lacs Filpin supérieur et inférieur, les fjells bien ronds (montagnes glaciaires), les larges rivières à saumon peu profondes, et des fleurs partout.

Quelques chalets dispersés dans la forêt sur des kilomètres forment le village de Simskaröet où nous passons la nuit à côté d'étranges boites à lettres : il doit falloir des échasses pour les atteindre !

Samedi 26 Juillet 2008

S
oleil éblouissant dès le réveil. Le paysage est superbe, et nous en profitons. Tiens, de nouvelles fleurettes blanches, à identifier ... Puis des orchis à feuillage tacheté, là je n'en reviens pas ! des orchis quasiment polaires !

Les lacs Filpin se déversent par un rapide , allez, qualifions le d'impétueux, dans le lac suivant ... L'eau des ruisseaux est si claire que chaque galet de leur lit est visible.

Les chutes de Laksfors n'ont que 16 mètres de haut que les saumons franchissent grâce aux différentes marches naturelles. Quant aux pêcheurs, ils s'installent sur la terrasse du café en surplomb pour guetter leur retour afin de ne pas manquer un instant de leur traque favorite.

Le Mosjoenfjord aux eaux si vertes, avec le ciel bleu est superbe. Quelles couleurs !

Le quartier de Sjogata le long du fjord de la ville de Mosjoen avec ses maisons en bois habitées est classé. Ces maisons ont été construites aux 18ème et 19ème siècles.


En dehors de la ville l'église octogonale restaurée a repris son aspect du 18ème siècle. Il y a  un mariage lorsque nous y arrivons. Le témoin du marié est en jeans, ce qui nous confirme que les norvégiens ne sont pas chichiteux.

Nous déjeuner sur la plage familiale de Mosjoen, en arrière plan quelques névés, l'eau est fraîche, mais ça va.

Nous passons un grand tunnel de 8,6 km, au bout duquel nous trouvons un paysage différent : les montagnes sont devenues plus découpées et plus blanches ; elles semblent également plus hautes.

 A l'ouest, au dessus des montagnes que nous longeons s'étend le plus grand glacier du nord de la Norvège, le Svartisen, mais en dehors de notre vue. Les panneaux commencent à insister sur ce glacier, sur le Cercle polaire, sur la montagne, sur les randonnées. La pression monte et la voute plantaire commence à me démanger.
Nous atteignons une altitude de 500 mètres, et à cette lattitude la végétation devient rare : plus d'arbres, seulement de la lande.

Nous y arrivons enfin à ce fameux Cercle polaire ! et c'est magique.

Nous savons depuis la première fois que nous avons franchi cette ligne (en 1995, en Finlande) que ce n'est pas la limite au delà de laquelle on vit sur la banquise peuplée d'ours et de loups, mais que c'est la ligne à partir de laquelle le soleil ne disparait pas de l'horizon au solstice d'été : endroit mythique depuis que l'Homme est parvenu ici. Même pas décevant, seulement remise en place d'une idée reçue.

Et nous sommes très impressionnés d'être ici. Nombreux sont ceux qui passent là d'après tous les cairns édifiés sur la colline. Il y en a tant que c'est interdit d'en rajouter. Pour les Sams un cairn de pierres ne montre pas le chemin, mais exprime le voeu de revenir ici. Langage adopté par tous les visiteurs, semble-t'il.


Hommage aux prisonniers de guerre yougoslaves (1939-1945) qui ont bâti cette route par tous les temps et dans les conditions sanitaires que l'on imagine


Des chemins de rando partent dans tous les sens ... Laissons les et allons prendre une bière locale (de Tromso) pour fêter ce passage de la ligne.

Lorsque nous revenons au grand parking des camping-cars, nous sommes une vingtaine de véhicules. Quelques échanges avec des voisins et dîner.
Le soleil disparait entre deux sommets avec névés à 23H44 et il fait encore grand jour. Comment navigue la barque qui emporte le soleil des Vikings préhistoriques ? Ah, non. Ici ce sont les Sams, le soleil prend-il un bateau chaque soir aussi chez eux ?
Quel que soit le moyen par lequel il navigue, le soleil semble maintenant au nord-ouest. La lumière qui embrase les nues sera-t'elle au nord d'ici peu pour réapparaître bien plus tôt que tout ce que j'imagine à l'est ? Pour nous éblouir à 6H30 lors de notre réveil ?


Je ne tiens pas éveillée pour recevoir une réponse à mes questions. Il faudra donc revenir pour les obtenir ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

Angèla 28/09/2008 17:57

j'adore ces belles églises
magnifique la couleur verte du Mosjoenfjord
mais ne serait ce donc pas notre Pierrette sur la plage du Mosjoen?

Recherche

Liens