Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 13:10

Samedi 2 Août 2008

Nous avons quitté les îles Lofoten sur un grand ferry qui nous emmène à Bodo. La mer est un peu grosse et j'ai le coeur un peu près des lèvres ... Et si le retard que le ferry a était vraiment dû à un homme d'équipage qui serait passé par dessus bord lors de la traversée précédente ? Comment peut-on repêcher un homme avec ces vaques et la vitesse du navire ? Et combien de temps peut résister un homme dans l'eau du fjord Ouest (et non de la Mer du Nord) à cette lattitude, même "réchauffée" par le Gulf Stream ? Nos questions resteront sans réponse : "on" est discret sur le bateau, et nous ne pouvons ni lire les journaux, ni comprendre la radio.
Mais nous avons fait provision d'images magnifiques, très colorées et ensoleillées de ces îles du bout du monde en été.

AUSTVAGOY
Après quelques tunnels et ponts gratuits, nous sommes enfin arrivés sur l'île Austvagoya (au nord-est). Par des petites routes nous avons longé la côte ouest. Des plages de sable blanc ensoleillées où j'ai testé la température de l'eau. Eh bien je peux vous assurer que ça coupe un peu les jarrets ...

des oiseaux dont les appels résonnent fort entre ces montagnes, et beaucoup de fleurs,

des dunes de temps en temps, et pas un souffle de vent dans ces fjords miroirs,

des villages de pêcheurs, avec des flottilles pour professionnels,

ou des barques pour artisans ou amateurs,

et bien sûr des montagnes qui plongent dans la mer.

Je me rappelle de quelques emissions de TV qui auraient pu faire croire qu'il n'y avait même pas la place de construire puisque les maisons sont sur pilotis.

Ce sont les rorbuer (pluriel de rorbu) du verbe ror : ramer et de bu : petite maison. Les maisons des pêcheurs. Leur origine est très ancienne : au Moyen-Age les seigneurs vikings envoyaient leurs serfs pêcher la morue dans ces régions septentrionales. L'église s'émut de leurs conditions de travail et obligea les maîtres à leur construire des abris. Ils ont traversé les siècles, sont maintenant  restaurés et loués fort cher aux vacanciers pour leur séjour. Il semblerait même qu'on en construise des tous neufs à Svolvaer, la ville la plus importante.

Les vrais rorbuer sont accompagnés d'installations de séchage du poisson,t vides actuellement. D'après quelques photos, ça doit être un grand spectacle tous ces espaliers couverts de milliers de cabillauds exposés à l'air pur, sec et froid pour devenir des stockfishs. Pas de document touristique ni de carte postale qui relate l'odeur de ces villages au printemps ... L'air froid empèche-t'il le développement des odeurs ?
Kabelvag fut le principal port de pêche des îles Lofoten autrefois, et le roi Oystein y fit construire une église au 12ème siècle, avant même les rorbuer ...
Des maisons de bois et des magasins aux vitrines colorées en bordent les rues.

Il faut faire étape à Henningsvae.r (je n'arrive pas à écrire correctement le nom des villes, il manque quelques possibilités à mon clavier : ° au dessus des A,  /en travers des O et des E pris dans le A ... j'espère qu'il ne m'en sera pas tenu rigueur.), véritable village de pêcheurs. Les ateliers de pêcheries, les entrepots, les maisons et les commerces sont construits lelong d'un long et large canal.

et même aussi  sur les îlots d'un archipel.

Enfin nous trouvons un hangar de stockfish avec des palettes qui dégagent l'odeur que nous supposions, prêtes à partir ou plutôt à être conditionné pour le transport.

Nous repartons en longeant des plages aux eaux émeraude,

en franchissant des ponts qui font le gros dos au dessus de détroits aux courants puissants

en nous arrêtant  pour voir une des oeuvres d'art contemporain le long des côtes ; cette fois-ci un immense miroir incurvé nous permet de voir d'un coup d'oeil les 360° du paysage ! Je n'ai malheureusement pas noté le nom du créateur.

tout près d'un  vieux quai solitaire

et arrivons sur la petite île de Gimsoy où le vent doit souffler terriblement à voir la façon dont l'église est arrimée : trois filins d'acier la maintiennent solidement au sol !

Beau coucher de soleil derrière la ligne de crètes, ce n'est pas encore le soleil de minuit !


Le soleil est radieux et le vent un peu fort lorsque nous passons sur l'île de Vestvagoy.

 Des îlots de quelques arpents sont habités par des colonies d'oiseaux dont on perçoit très bien les différents chants. Des ramasseurs de myrtilles récoltent les baies le long de la route. Et nous filons jusqu'àux longues plages de sable blanc aux eaux claires  de Haukland : des moutons y paissent,

gardés par des grilles électrifiées qui leur barrent la route, et des clotures de fil de fer.

Quelques baigneurs audacieux se plongent rapidement dans l'eau aux couleurs accueillantes, mais à la température dissuasive !

Quel bel endroit pour passer des vacances tranquilles, d'ailleurs entièrement occupé par des tentes aux terrains clos.

Sur l'île Flakstadoy Nous filons vers Nusfjord, ancien village  de pêcheurs devenu musée par la grâce d'une inscription au patrimoine de l'Unesco. Il faut s'acquitter du billet de visite pour pénétrer dans le village.
qui en vaut le prix 
d'où qu'on le voie !

Les anciens équipements de pêche sont soigneusement conservés
bateaux, cordages,
et filets.
Et si l'on y rencontre de jeunes Sams, ils sont comme nous des visiteurs curieux et heureux de montrer leurs riches vêtements traditionnels.

Nous remontons le fjord de Nusfjord et traversons l'île bien étroite à cet endroit pour trouver la longue plage de sable blanc de Ramberg qui fait face au grand large, à l'ouest.

Enfin notre soleil qui va chavirer dans l'eau à une heure incroyable ? Pas de chance, nous veillons jusqu'à fort tard pour le voir basculer derrière une barre de nuages qui s'approche depuis des heures vers nous ... Décidément nous devrons revenir pour assister à ce spectacle, car maintenant une telle opportunité ne devrait plus se présenter !
Soleil rasant du soir.

Après un petit arrêt pour voir l'oeuvre de l'artiste japonais Toshikatsu Endo nommée "Epitaph"

qui fait partie de l'expo d'art contemporain, nous arrivons à l'île de Moskenesoy qui nous a semblée la plus belle de tout l'archipel

D'abord le pont qui nous permet de passer le fjord d'Hamnoy : charmant village coloré installé au pied de hautes montagnes.
suivi d'un espace pique-nique où les installations, tables et bancs sont des élèments de l'expo d'art contemporain : les matières nobles et les lignes en font un endroit de rêve pour le petit café du matin ! Pour un peu on oublierait de mentionner l'environnement ...


et nous atteignons Reine qui est impressionnante de couleurs

et d'activité ! Voici un port qui semble avoir encore une activité de pêche , entrepôts, engins de transport

et magasins avec un peu de folklore pour faire plaisir aux touristes : les morues,

et leurs têtes.

Nous pouvons goûter dans cette boutique les produits locaux : saumons fumés, au poivre, aux épices, à l'aneth. Maquereaux et harengs séchés et conservés de différentes manières, et aussi de la baleine ... en toutes fines lamelles. Nous essayons un morceau grand comme un ongle, avec tant d'appréhension que nous ne nous rendons pas bien compte du goût. Nous n'avons pas envie d'en acheter, mais au moins nous aurons testé !

Nous arrivons enfin à Moskenes qui est le port d'arrivée le plus fréquenté par les ferries en provenance de Bodo, la ville continentale la plus proche. C'est de là que nous repartirons cet après-midi, après la visite du village de A (nom idéal pour cruciverbistes s'il en est !).

Encore un village-musée, mais si joli avec ses hangars en service,

ses rorbuer rouges,

et son activité portuaire qu'il est très fréquenté par les touristes indépendants et en groupe ...


Je n'ai pas encore parlé des fils électriques qui sillonnent tous les paysages : pas de question, la Norvège et ses îles sont intensément électrifiées. Et la possibilité d'enterrer les réseaux n'a pas l'air d'être envisagée. C'est vrai que dans des paysages aux montagnes si nues ça ne doit pas être facile. Alors il y a des fils un peu partout aussi sur les photos !


Et nous quittons les îles Lofoten vers 16 heures.
Assurement c'est une région magnifique, qui réserve de nombreuses surprises, et nous débarrasse de quelques idées reçues !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

Angèla 20/10/2008 10:17

les paysages de montagne sont à tombés parterre
j'en suis bouche bée................ grandiose !

Recherche

Liens