Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 18:41

 

 

 

10 Août 2008

Nous allons continuer notre périple dans la région où les paysages s'accordent avec des superlatifs, l'étape du jour doit nous mener jusqu'à l'église de bois debout de Borgund .

Un dernier regard aux glaciers Briksdalsbreen et Brenndalsbreen qui nous entourent et nous redescendons la vallée jusqu'à Olden. Une bien jolie ferme avec quelques très vieux bâtiments nous retient quelques secondes.

 

Olden a retrouvé son calme et l'église est déserte. Nous en profitons pour en faire le tour. 18ème siècle, et de bien curieux porte-chapeaux le long de la travée de droite, celle des messieurs !

 

 linkWilliam Henry Singer, peintre fortuné, a participé au financement de la route que nous empruntons maintenant le long du Nordfjord jusqu'à Ulvik. Nous continuons plein sud par les routes 60 puis E39 qui traversent des montagnes aménagées pour le ski. Nous apercevons de temps en temps des bras du glacier Jostedalsbreen que nous contournons par l'ouest. Au bord du lac Jolstravatnet un petit panneau nous indique la direction de Astruptuner, le village où avait vécu le peintre Nicolai Astrup (1880-1928) avec sa nombreuse famille

 

Le ramassage de la rhubarbe,

 

ou la réunion d'anniversaire évoque une vie heureuse dans ce village. (Beaucoup de photos de ses tableaux sur link texte en anglais, mais ça ne gêne pas pour regarder !) Nous n'étions pas préparés à cette visite éventuelle, et sommes passés sans détour. Dommage pour nous.

 

Charmant spectacle de la vie rurale régionale : un troupeau de chèvres pas très loin d'un chantier de construction d'un nouveau tunnel.La manne pétrolière qui se déverse depuis 1970 sur la Norvège lui permet de s'équiper de moyens de communication qui l'ont transformée en si peu de décennies.

Un long tunnel (7 km) nous fait passer sous quelques langues de glaciers, et à sa sortie, nous sommes juste en face du Boyabreen.

 

Etape pour aller le voir de plus près celui-ci aussi. Moins de visiteurs qu'hier. Mais au début du 20ème siècle les croisiéristes le fréquentaient, jusqu'à 1000 personnes par jour ! Quelques unes des informations d'un panneau me surprennent beaucoup : "C'est en 1750 que le glacier Josterdalsbreen a atteint sa superficie maximale. A cette période, appelée "petit âge de glace" Boyabreen avançait de 2.4 km de plus dans la vallée et recouvrait de grandes prairies ... Boyabreen fut à son minimum vers 1960. Entre 1968 et 1989 le front du glacier ne bougea pas, mais son épaisseur augmenta considérablement dans les dernières années de cette période. Tôt dans les années 90 le front avança à nouveau, et depuis 1993 le glacier avance de 40 mètres par an."

Je ne suis pas sûre de tout comprendre, car j'imaginerais presque que c'est une bonne nouvelle ...

 

Conscients ou pas, ne boudons pas notre plaisir !

Nous ne nous arrêtons au musée des Glaciers que le temps nécessaire pour constater qu'il n'y a pas de documentation en français, puis poursuivons vers Sogndal par une autoroute à péage (le routard nous en parlait de péage depuis longtemps, et nous n'en avions pas rencontré autant que prévus), quelques tunnels à péage aussi. Et un assez surprenant, des panneaux demandent que l'on réduise la vitesse, et dès que l'on en aperçoit le bout, nous sommes sur le quai du ferry qui va nous faire traverser le Sognefjord ! Effet garanti.

 

Voyez-vous les deux bouches qui s'ouvrent juste au niveau de l'eau, affleurant le fjord ?

 

L'étroite vallée de Laerdal nous mène jusqu'à l'église de bois-debout, la stavkirke de Borgund, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Cette petite église de bois assombri par le goudron végétal qui le protège, ressemble à un jouet de dentelles, avec son toit à trois niveaux, ses clochetons, ses porches, ses galeries, les dragons juchés sur les pignons.

Elle occupe cet endroit depuis huit siècles, au milieu de son cimetière,

 

 

pas toujours semblable : la Réforme avait agrandi les fenêtres, posé des chaires baroques et des stalles de bois peint. Mais l'inscription à l'Unesco ne se fait qu'en contrepartie d'une recherche rigoureuse de l'authenticité : exit les grandes fenêtres, les bancs et les chaires. Il ne reste que les bois debout,

 

la nef vide, les fidèles restaient debout dans les temps reculés, et la structure de bois lustrée par les siècles

 

 

 l'entrée richement décorée, et la porte avec ses serrures du 13ème siècle

 

Encore un tour, rien que pour le plaisir de voir ce chef d'oeuvre miraculeusement arrivé jusqu'à nous. Sur le côté,

 

avec au fond, en rouge la nouvelle église. Encore un coup d'oeil au travers du feuillage de bouleaux,

 

et nous revenons sur nos pas versLaerdal sous la pluie que nous avions presque oubliée pendant notre visite de l'église de Borgund !

C'est une grande journée tunnels. a sensations. Encore un, à péage, et de 24.5 km. Oui, 24.5 km de longueur. Que Camille n'aime pas ça. C'est terriblement long et monotone. Mais curieusement nous apercevons une lueur bleue au loin, qui s'intensifie de plus en plus pour devenir presque surréaliste : au km 6 une vaste place entoure la route, éclairée de façon, normale au sol, et de bleu fluo en hauteur. Est-ce pour tenir l'attention du chauffeur ? C'est presque inquiétant. Au km 12 c'est la même chose en vert mais la surprise est moins intense. Et nous nous demandons de quelle couleur sera le km 18, rose ? Non, il est bleu lui aussi. Et  nous n'avons rien payé !

Nous arrivons à Flam, ville très touristique au fond d'un fjord avec des cascades qui dégringolent des falaises et des visiteurs qui ne flanent pas trop dans les rues. Dans un environnement semblable, trop urbanisé pour le camping sauvage, cherchons le terrain de camping.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires