Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 08:21

12 Aout 2008

Il pleuvait, il pleut, il a plu ... Nous avons conjugué le verbe pleuvoir à tous les modes et à presque tous les temps.

Il avait plu lorsque nous nous sommes réveillés, et le temps était trop gris pour que nous fassions l'excursion du train le plus fameux de Norvège. Seulement le tour de la ville avant de la quitter.

 

Nous avons entendu parler de Chabeuil autour du globe de pierre qui tourne dans un bassin. Incroyable, non ? Et nous connaissions une des personnes de ce groupe de Drômois !

 

Jusqu'au 19ème siècle la façon la plus facile d'atteindre Fläm était le bateau. La ville est située au fond d'un des nombreux fjords, bras latéral du grand Sognfjord. Au début du 20ème siècle alors que le chemin de fer reliait Oslo à Bergen, une ligne a été construite de Myrdal, sur le plateau jusqu'à Fläm. Il parait que c'est une réalisation exceptionnelle, maintenant à vocation essentiellement touristique. Le train est seul à traverser un paysage inoubliable, mais un peu trop cher pour le prendre sous la pluie.

La route qui reliait FLäm à la région de Laerdal, à l'est n'était ouverte que de mi-mai à mi-septembre. Alors le tunnel de 24 km a tout changé pour les habitants. Et à l'ouest il y avait la route de la Poste très escarpée pour aller sur le plateau vers Voss, et de là à Bergen. C'est celle-ci que nous prendrons aujourd'hui, très simplifiée grâce à deux tunnels.

 

Quelques étapes en route. A la sortie du premier tunnel (5 km) nous allons voir la plus petite église de bois-debout, stavkirke, de Norvège, à Undredal.

Il avait tant plu ces derniers jours qu'un glissement de terrain avait obstrué la route, mais était en cours de dégagement lors de notre passage.

 

Nous sommes dans une région célèbre pour l'élevage des chèvres, qui ne doivent pas craindre la pluie : de l'autre côté du ruisseau un troupeau mené par sa bergère.

 

Undredal, village aux maisons de bois multicolores, se groupe autour de sa minuscule église.

 

48 fidèles suffisent à la remplir ! Et il y a de nombreux visiteurs lorsque nous y arrivons. Nous avons le privilège du commentaire en anglais destiné à ce groupe de l'est. 

 

L'assistance était beaucoup plus nombreuse au 12ème siècle, époque de la construction, car l'absence était punie d'une forte amende, et c'est debout qu'on assistait aux offices. Et si le village n'a plus que 75 habitants aujourd'hui (et beaucoup plus de chèvres), la population était beaucoup plus importante à l'époque.

Les peintures murales sont d'origine ; les grandes fenêtres, la chair et l'autel de la Réforme. Nous commençons à savoir notre leçon !

 

Les chèvres ont droit à un monument, elles doivent vraiment faire partie de la vie locale !

 

Le bateau du groupe est encore à quai, sous le pluie drue, comme nous ! Heureusement qu'il nous reste quelques ponchos de la croisière à Ushuaïa ! Ils sont d'une aide précieuse.

 

Nous quittons Undredal après le déjeuner, pour nous diriger vers Naeroyfjord, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Après un tunnel de 11 km nous arrivons à Gudvangen, d'où l'on peut prendre un bateau pour visiter les fjords de la région, et traverser le Sognfjord.

 

Le Routard estime que c'est un des plus beaux itinéraires d'excursion en bâteau, en été sous le soleil. Nous nous contenterons d'un coup d'oeil au village de Naeroy (normalement le e est pris dans le a, et le o est barré !) et au fjord très étroit aux parois verticales. Les eaux sont comme le ciel, grises.

 

Jolie petite église de bois blanc plantée au milieu de son cimetière, et au dessus du fjord. Un bateau passe, avec si peu de voyageurs à l'affut d'images à saisir.

 

Nous commençons à accumuler les prétextes pour revenir, l'excursion sur le Naeroyfjord ensoleillé en est un de plus !

Et maintenant il est temps de poursuivre vers Voss et Bergen. De petites cascades descendent de partout des parois verticales qui longent la vallée. Nous avons l'impression qu'il y a de l'eau partout. Sous toutes ses formes : les océans, les fjords, les lacs, les rivières, les glaciers, et particulièrement aujourd'hui la pluie qui fait la boucle. Partie des océans pour y revenir.

Au fond de la vallée un mur s'élève que l'on peut franchir par la nouvelle route, ou la route de la Poste qui arrive jusqu'à un vieil hôtel au passé illustre. Autour de 1900 l'empereur de Prusse Guillaume II y est venu chaque année pendant 25 ans pour pêcher le saumon. Chacune escalade les flancs d'une gorge au fond de laquelle coule un torrent, qui dégringole du plateau en formant une cascade impétueuse, largement alimentée par la pluie.

 

A gauche, la vieille route et une grande gerbe d'eau, à droite la nouvelle et des embruns. Nous prenons la vieille route, recommandée aux cyclos et aux marcheurs, étroite, en surplomb, et en épingles à cheveux serrées. Et subitement , dans un virage, de l'autre côté du précipice, entourée d'un nuage de bruine apparait celle de droite.

 

Le cri de surprise que j'ai poussé a fait caler Camille, en plein dans ce virage très pentu ... Impossible de repartir sur cette route mouillée. Le moins que nous puissions dire c'est que nous encombrons la circulation, heureusement pas dense. Nous reculons, manoeuvre délicate, pour rejoindre le dévidement qui permet le croisement des véhicules, et aussi pour nous, de faire demi-tour ! Et nous rejoignons un large espace au bord du torrent en bas, face à la ferme qui fut un relais de poste !

 

et face à la vallée que nous avons remontée.

Un thé pour nous réchauffer et nous détendre un peu après ce moment délicat, une bonne partie de dames chinoises que Camille a remportée haut la main, et nous décidons de profiter finalement de cette vallée. Nous nous resterons ici pour la nuit. Et petit tour par le beau chemin qui va vers la cascade de gauche.

 

 

 

 

Elle bondit du haut de la falaise avec puissance, et on distingue nettement des irrégularités de débit surprenantes. La pluie qui s'est enfin arrêtée ne peut se confondre avec les embruns de cette chute d'eau. Je me protège derrière un grand rocher le temps de sécher l'objectif de mon appareil photo et tente à nouveau quelques prises de vue.

Le torrent coule avec la même impétuosité que la cascade ...

La capacité du lit ne nous fait  pas craindre son débordement, et nous avons même des voisins qui se sont installés à côté de nous.

Il n'a pas plu de la nuit, et le lendemain matin le ruisseau semble plus calme.

 

Un retour à la cascade de gauche nous le confirme. Plus d'embruns, nous pouvons contourner le gros rocher, et nous approcher assez près. Nous voyons même une échelle qui permet de s'installer au plus près des saumons sûrement ! Voici son nouvel aspect :

 

 

 

 

Quelques fleurs le long du chemin, dont de belles ombelles.

 

 

Finalement nous avons gagné le plateau par la route de droite. Elle nous a permis juste un coup d'oeil sur la grande cascade dont le débit et la température sont tels que les arbres ne peuvent pas pousser dans un périmètre de 100 mètres (nous n'avons pas vu, c'est un panneau d'informations qui nous l'a appris). Et nous nous engouffrons immédiatement  dans un tunnel d'où nous ne sortons qu'en haut, sur le plateau. Les tunnels doivent nous cacher bien des paysages à grand spectacle ! Encore que celui-ci avait quelques fenêtres ouvertes sur la gorge. Sûrement pas pour admirer le paysage !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

celine 09/09/2009 17:54

c'est super d'avoir ajoute le module de recherche!
C'est vraiment bien de pouvoir relire les articles apres etre allees nous meme en Norvege, c'est bcp plus parlant du coup! C'est aussi tres enervant de voir les coins qu'on a du laisser de cote parce que bon, on avait pas 6 semaines de libre, nous! Plus que 27ans avant la retraite... ;-)