Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 20:19
Le ciel est clair, et la météo parle de radoucissement des températures. Aussi suis-je surprise de trouver les pare-brise de ma voiture givrés, et de devoir les gratter avant de partir. Beaucoup moins givrés que la semaine dernière, heureusement. Il ne me reste plus qu'à aller aussi vite que possible tout en restant prudente jusqu'à Beauvallon.
Nouvelle surprise : il n'y a que la voiture de Gérard et Mimi devant chez Robert et Nicole à 8 heures 29 ! Que se passe-t'il ? Etant donné le temps d'hier, le départ sera un peu plus tard aujourd'hui". Ah, et c'était comment le temps d'hier ici ? Pluie et neige. Nous sommes rentrés à plus de 11 heures et n'avions pas pu nous en rendre compte.
A 9 heures nous sommes tout juste huit à partir pour les Ollières. Programme du jour, à l'abri du vent, et pas trop haut pour éviter la neige tombée hier : Peyre Mourrier.
Il fait frais, le soleil brille, mais reste froid. Nous montons le long de prairies où paissent quelques moutons. Finalement il fait plutôt chaud à monter les côteaux ardéchois, même dans la forêt humide.


Nous avons grimpé tout au long des 2.4 km en arrivant au Serre, et avons encore un bon dénivellé à franchir, aussi nous defaisons-nous de nos KWay, en admirant la forêt autour de nous. Chênes verts, pins et châtaigniers 
longent le chemin de pierres moussues, et couvrent les pentes vers la rivière.


Un groupe de chasseurs retient quelques uns d'entre nous pour une longue discussion. C'est curieux comme il y a toujours une personne de notre groupe qui connait quelqu'un qui a des relations avec ... Mais nous nous refroidissons pendant que vous vous cherchez des relations communes ou des parentelles !


Nous attendons au Pertus du Souffre pour nous regrouper, juste avant de franchir un "col" qui va nous ouvrir le paysage sur la vallée de l'Eyrieux en amont des Ollières.


Nous sommes surpris de trouver encore des champignons, le 4 décembre alors qu'il gèle depuis plusieurs nuits. Lactaires, pieds de moutons, et plus rare une coulomelle d'une parfaite fraîcheur.


Nous avons atteint un des balcons de l'Eyrieux, vallée au fond, et neige sur les cimes autour.

Je reconnais ce sentier parcouru ce début d'automne avec le groupe de Montmeyran, le jour où  nous sommes rentrés à 20 heures ! Je reconnais le pierrier que nous avions eu un peu de mal à escalader.
Curieux, c'est Robert et Gérard qui ferment la marche !


Moment de la pomme ou de la banane avant de traverser le prochain pierrier.
Le chemin poursuit le long des terrasses envahies par les châtaigniers jusqu'à Conjols. Aujourd'hui beaucoup des maisons de ce hameau sont fermées, il semble qu'il y ait peu de résidents permanents.
Poursuite par la route jusqu'à un endroit assez abrité à l'entrée de St Michel de Chabrillanoux pour le pique-nique presque glacial. Nous trouvons des champignons de souche qui arrivent à pousser sur le bitume !


et aussi des terrasses où les petits gris sont nombreux, et sains malgré la température des derniers jours et le temps peu clément, particulièrement en ce moment. Le soleil se cache et les nuages deviennent menaçants. Nous avons attrapé l'onglée à ramasser des champignons par ce froid humide. Heureusement que le thé russe, le café, le chocolat et le biscuit de Nicole sont là pour nous réchauffer un peu. Hubert trouve que nous mangeons vraiment trop vite, il doit mettre ses clémentines dans ses poches, son gâteau ... où a-t'il mis son gâteau avant de devoir enfiler son poncho ? Nous ne saurons pas, car il est temps de reprendre notre marche si nous voulons rentrer en bon état.


Deux anamites tue-mouches cachées sous une pierre : il y a des champignons de toutes les couleurs aujourd'hui !


Retour à Conjols pour redescendre dans la vallée par un sentier puis un chemin muletier inégal. Parfois beaucoup de pierres ont été emportées par l'eau et le défaut d'entretien, et quelques portions sont encore parfaitement appareillées, comme ici sous les pieds de ces grandes silhouettes bleues.


Nous entendons et voyons au virage suivant un ruisseau cascadant. C'est la marque de pluies importantes, car nous ne l'avons presque jamais vu en eau.


Nous avons rejoint la vallée de l'Eyrieux dont le chant a accompagné une longue partie de notre randonnée aujourd'hui. Et il n'est pas 3 heures lorsque nous arrivons aux voitures. Et nous avons eu finalement de la chance car il n'a pas plu.
A l'arrivée à Beauvallon Nicole et Robert nous offrent une bonne infusion de verveine, et quelques recettes maison : la liqueur de verveine qui n'est absolument pas sirupeuse, et celle du biscuit Marthe, celui que nous avons tant aimé en haut de la colline ardéchoise où nous étions ce midi.

Recette de Nicole :
- 5 blancs d'oeufs
- 150 g de sucre
- 100 g de beurre
- 100g de farine.
Faire fondre le beurre, ajouter le sucre et la farine. Bien mélanger.
Monter les blancs en neige, les ajouter à la préparation précédente.
Mettre au four à 180° pendant 10 mn. Baisser la température et continuer la cuisson pendant encore 10 mn.


Quant à moi, il n'y aura aucun secret dans ma façon de préparer une grosse poëlée de petits gris demain !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Pierrette 08/12/2008 07:42

Non, ce sont mes compagnons de marche qui sont des chercheurs de champignons infatigables, et je profite de leur savoir ! Quant à ma poêlée de 750 g, elle devait une partie de son poids aux cailloux des collines ardéchoises qui étaient dissimulés dedans !

Anne 05/12/2008 06:15

Parce qu'en plus d'être calée en botanique, tu t'y connais en champignons ! Bon appétit à vous !

Recherche

Liens