Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 08:08
1er octobre 2008
La matinée est libre jusqu'à 11h, moment du rendez-vous à la Maison du vin de Bordeaux pour une dégustation.

Enfin ! Car bien sûr Bordeaux est une ville exceptionnelle récemment inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, une belle restée endormie pendant des décennies et réveillée depuis peu par un prince charmant qui l'a étrillée, gratée, blanchie, fleurie, débarrassée de l'enfer de sa circulation automobile et rendue aux promeneurs (Merci à monsieur Juppé et son équipe de la part d'une visiteuse émerveillée et non concernée par la vie quotidienne de la ville !) Mais enfin, si elle est mondialement connue c'est parce qu'elle est la capitale d'une fabuleuse région viticole, et qu'elle doit tout, ou presque aux Vins dont nous allons enfin goûter quelques échantillons.
Le bar à vin de la Maison du Vin est un endroit prestigieux , cossu et lumineux. On ne pouvait attendre moins.

Nous sommes accueillis dans un grand salon. Voici les instruments de travail : papier à note, crayons et verres,
et la première bouteille que nous apporte le sommelier,  "Chateau de Lestrille 2007". Entre Deux Mers. 90 % Sauvignon, 5 % muscadelle et 5 % sémillon. Nez d'agrumes et cassis, note florale de muscadelle. Bouche fraîche et charnue.
C'est un château tenu par une femme. Tout à fait intéressant !


Deuxième bouteille : Château Cantelaudette. Graves de Vayres. Merlot, Cabernet Sauvignon. Belle fraîcheur.


Troisième bouteille : Le Prévot ...
Hum, les fruits mûrs, le caramel, la confiture, le cacao s'ajoutent aux agrumes et au cassis, aux notes florales, la bouche charnue se mèle à la belle fraîcheur ; le vin pas très tanique, à boire maintenant apaise les larmes de la puissance alcoolique, et je ne peux plus restituer d'impressions distinctes et claires. Elles fusionnent mes impressions, avec celles de Roland et de Joany ?


Et pas les vôtres, Marie, Camille et Julien ?


Et les régions deviennent floues. Où commence l'Entre Deux Mers ? Où s'arrête Saint Emilion ? Qui sont ses satellites ? Et Léognan touche-t'elle  vraiment Bordeaux ? C'est sur la route du Petit Commerce ? Non, c'est le contraire. Alors ne serait-il pas temps de nous y rendre au Petit Commerce, le restaurant très singulier où nous avons retenu notre table ? Un peu de solide sur tous ces nectares capiteux est nécessaire.


Beaucoup de poissons tous excellents dans ce sympathique bistro. La bonne humeur était très présente, et sans que les vapeurs d'alcool y soient pour quelque chose.
Maintenant deux options : après-midi avec visite de la mairie ou sans.
Par la place du Parlement que la pluie a rendu déserte


et des petites rues où nous rencontrons la "police montée" sur bicyclettes de Bordeaux,


(Finalement c'est sûrement assez efficace de silloner les rues ainsi.) nous arrivons jusqu'à la Mairie.


Il reste encore beaucoup d'ors et de trompe-l'oeil du décor de l'Hôtel de Rohan dans la mairie du 21ème siècle où


un marbre de Montesquieu, le plus prestigieux des maires de la ville, préside depuis sa cheminée aux grandes cérémonies.
La Salle du Conseil aménagée dans l'ancien tribunal nous fait découvrir l'illustration de la hiérarchie. Dans ce qui ressemble au lieu où siègeait la cour de justice on trouve le presque-trône du maire, et autour de lui, ses adjoints. Les autres conseillers sont répartis dans la salle, face aux grands élus. Et une si petite place est accordée aux administrés qui souhaiteraient assister aux réunions ... que c'est totalement dissuasif.


La deuxième étape de l'après-midi, le Musée des beaux Arts, est dans le parc de la mairie. Un des deux bâtiments est provisoirement fermé et les collections inaccessibles. J'ai très peu de goût pour la peinture de "grand style" ni pour la façon dont elle est présentée dans l'aile ouverte . Le seul tableau que j'ai aimé est "le port de Bordeaux, les Chartrons et Bacalan" de Pierre Lacour père. Je n'ai rien su voir d'autre. Visite ratée. Et pourtant je crois avoir été celle qui y est restée le plus longtemps !


Le musée des Arts Décoratifs rassemble des objets-témoignages de la vie de la grande bourgeoisie des 18ème et 19ème siècles. Belles collections de porcelaines, de faïences, des salles meublées dont une salle à manger où le couvert mis attend les convives, avant le passage au salon de musique ;


après quoi les maîtres de maison rejoindront leur chambre à coucher.


Le tissu dont est revêtu le lit me rappelle un simple couvre-pieds familial fait d'étoffe du même type. Je crois que ce fut une spécialité bordelaise dont je ne retrouve ni le nom ni aucun autre renseignement. J'appelle à l'aide. Merci.
Nous sommes revenus à l'hôtel par de petites rues où j'ai déniché chez un bouquiniste deux oeuvres en édition originale de Joseph Kessel, "les Rois aveugles" de 1925 et "les enfants de la Chance" de 1934 qui ont depuis longtemps déserté les rayons des libraires. Superbe.
Pendant ce temps là Marie, Roland et Camille sont allés à l'Entrepôt Lainé, entrepôt des denrées coloniales converti en Musée d'Art Contemporain de Bordeaux. Ils n'ont pas eu de chance, ce jour là le musée ne présentait pas d'exposition, mais se préparait à un grand dîner.


En bougeant un peu ciel et terre ils ont pu visiter au moins les locaux, jusqu'aux combles,


et quelques salles qui devaient bien plaire à un amateur de BD.


Pour dîner nous avons traversé le Pont de Pierre, à pied pour aller à l'Estacade, Quai des Queyries. Le bâtiment est sur pilotis, face aux kilomètres de façades classiques du quai de la rive gauche. Grande vue et grande cuisine.


Pendant que Marie règle quelques questions d'intendence


comme Josseline et Julien, nous prenons place.


Le "filet de boeuf à la moelle, sauce Bordelaise" accompagné d'un "château Mac Carthy 2005" (St Estèphe) va nous laisser un souvenir fastueux ...



Retour à pied pour ceux qui le souhaitent. La vue du Pont de Pierre et de la flêche de St Michel vaut bien quelques gouttes de pluie.

Les Trois Grâces de la fontaine de la place de la Bourse ont été réquisitionnées comme porte-drapeau pour la lutte contre le sida. La grande écharpe rose Va-t'elle les protéger de la pluie ?


Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Les Copains d'Accord
commenter cet article

commentaires