Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 21:50


LES RICHES HEURES DE SAOÛ CHANTE MOZART A AMSTERDAM, MUSEES ET GRANDS MAÎTRES

Deux grands musées sont inscrits à notre programme du 18 mars, le Rijksmuseum puis le Musée Van Gogh.
Le musée national, Rijksmuseum est tout près de notre hôtel, et c'est à pied que nous y allons, en longeant le canal Singelgracht. La matinée est fraîche, et couverte. Les jonquilles l'ensoleillent agréablement.


Ce bâtiment a été conçu, comme la Gare Centrale par l'architecte Cuypers en 1885. Et comme la gare il est en cours de rénovation. La seule aile Philips est accessible, où sont réunis les principaux chefs d'oeuvres ... Et ce sera déjà un vaste programme pour la matinée.


Les façades sont revêtues de vastes toiles portant des reproductions de parties choisies de tableaux célèbres.


Et ce seront les seules photos que je pourrai prendre : elles sont interdites à
l'intérieur du musée. Je glisserai quelques liens qui seront encore mieux que mes photos, avec commentaires en anglais.


Ici la petite chaussure qui évoque la Saint Nicolas et les souliers devant la cheminée.
Coup d'oeil sur les riches gouttières qui entourent le bâtiment pendant que nous faisons la queue pour passer sous le portique électronique de sécurité. Presque comme à l'aéroport, sauf pour les bottes que nous sommes dispensés d'enlever.


Voici un petit peu du visage de la "Servante à la cuisine", de Vermeer que nous allons voir accompagnée d'une oeuvre de la même période et de la même facture prêtée par la National Gallery of Art de Washington  "la Femme tenant une balance" link . Elles partagent l'immense mur qui leur est réservé avec "la Femme qui lit une lettre" link, "la lettre d'amour" et "la petite rue". Toutes de Vermeer.


Nous avions commencé notre visite par un vaste tableau de Franz Hals link qui sera notre grande découverte du voyage (à Camille et à moi). Rembrandt dont il était contemporain lui a peut-être fait de l'ombre ?
Nous avons eu le plaisir de voir "la ronde de nuit" de Rembrandt restaurée ; elle est maintenant beaucoup plus claire, et on distingue beaucoup d'éléments qui avaie
nt disparu alors que le tableau était si sombre.
Nous n'étions pas sûrs que  Floris van Dijck n'avait pas quelque chose à voir avec
van Dick. Eh bien après recherche, non ils n'ont rien de commun. La nature morte avec fromages du premier n'a pas à voir avec les grands de la cour d'Angleterre !
Il y avait aussi des objets du "Siècle d'or" livrés à l'admiration du public : une maison de poupée de rêve, de l'argenterie, des pièces de bateaux ...
Nous sommes passés trop vite, trop pressés par une guide qui n'a pas pu nous donner assez d'informations. Il semblerait que ceux qui ont fait le tour avec la conférencière française du musée ont eu bien de la chance ...
Nous avons aussi pu remarquer les nombreuses classes de jeunes enfants qui visitaient le musée. Impressionnant. Ils étaient un peu bruyants, mais semblaient si intéressés par ce qu'ils voyaient et les exercices qu'ils devaient faire en regardant les tableaux !


Retour sur la Museumplein après une promenade jusqu'au marché aux fleurs et le déjeuner pour la visite du Van Gogh Museum.
La conférencière de ce matin nous y rejoint et nous accompagne pour une visite rapide des collections permanentes. Les photos sont permises ici alors j'ai retenu les tableaux qui m'ont semblés un peu moins connus, tous réalisés à Paris en 1887:


Champ de blé avec perdrix.


Couples dans le parc Voyer d'Argenson à Asnières,


et La récolte de 1888.
C'est avec des audiophones que nous avons visité l'exposition temporaire "Les couleurs de la nuit" qui réunit des oeuvres du MoMA de New York, du Musée d'Orsay de Paris et des Musées Van Gogh d'Amsterdam.
Superbe ! Et il faut me croire sur parole !

Le 19 mars nous avons eu une visite surprise et informelle de la Galerie des Gardes civiques. Ce passage couvert situé entre le Béguinage et le Musée historique est toujours surprenant ! Il recèle quelques grandes toiles représentant les réunions annuelles des Gardes civiques recrutés parmi les grands bourgeois de la ville. C'est donc le même thème que la ronde de nuit de Rembrandt ou quelques tableaux de Franz Hals. Ils sont de peintres moins célèbres, et c'est à ça que nous devons un accès plus facile. Ils reflètent bien l'ambiance du 17ème siècle dans cette Hollande cousue d'or !


Les dames qui géraient les orphelinats bénéficiaient elles aussi du privilège de voir leurs grandes réunions fixées sur la toile.


Ici le peintre  Govert Flinck a représenté la Compagnie du Capitaine Joan huydecoper, l'un des personnages les plus influents de son époque, et du Lieutenant Frans Oetgens van Waveren. Il s'est aussi représenté, à droite, au dessus du capitaine. Je suis sûre que ces toiles constituent des documents d'archive exceptionnels. Et les musées sont pleins de ces témoignages.


Nous n'avons pas visité le Musée historique, nous n'avons fait que traverser cet ancien orphelinat de garçons et de filles construit au 15ème siècle et dont la porte d'entrée n'a pas dû prendre une ride, seulement un peu de gite !


Juste trois mots de plus sur l'ensemble des trois X qui surmonte la porte. C'est l'emblème d'Amsterdam et ces X symbolisent : l'un une terrible inondation, la seconde un incendie tout aussi terrible, et enfin la troisième "le" miracle d'Amsterdam : à la suite de cet incendie l'on retrouva une hostie consacrée totalement épargnée. C'était du temps où la Hollande n'avait pas encore connu la Réforme calviniste.
Un tableau dans l'église du Béguinage représente ce miracle.

A bientôt pour le chapitre "Les riches heures de Saoû chante Mozart à Amsterdam, Musardises".

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens