Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 20:21
ercredi 8 Juillet 2009 : Octuor à vents de prague, Vladimira Klânskâ, cor
Le concert à Saoû sur la place des Cagnards, suivi du dîner sous les platanes est un des grands rendez-vous du festival. A 18 heures la place est prête à recevoir 450 ou 500 personnes, chaises parfaitement rangées face à la scène installée sous les gros platanes qui feront un parfait ecrin à la musique.


Aujourd'hui plus que les autres années c'est la fête du festival : c'est ce soir qu'aura lieu la célébration du vingtième anniversaire du festival, préparée dans la confidence par quelques membres de l'association. Et d'ailleurs Messieurs Balsan et Roque montent sur scène juste derrière les musiciens de l'Octuor à vents de Prague, appellent Henry et Anne Fuoc, Alain Balsan prend la direction de l'orchestre et la musique de "Joyeux Anniversaire"retentit !


Louanges à la témérité, à l'audace d'Henry Fuoc, à l'organisation sans faille d'Anne, à l'amitié qu'ils font naître autour d'eux, et à la réussite de leur festival depuis 20 ans ! et remise du cadeau : un chèque pour une croisière de leur choix.
Remerciements d'Henry aux Directeurs artistiques : Carl de Nys, fondateur décédé en 1996, Philippe Andriot, Philippe Bernold et Jacques Henry qui ne peut être présent cette année pour raisons de santé ; aux bénévoles et aux mécènes sans qui tout ceci serait impossible. Emotion d'Anne qui tient à inclure Bérangère dans cette réussite.


Henry présente alors l'Octuor et Vladimir Klânskâ liée depuis 1992 à Saoû chante Mozart et qui ne manque pas de lui témoigner son amitié à chaque rencontre, que se soit  en Drôme ou à Prague.

Place à la musique pour la première partie : Transcription de Josef Triebensee des grands airs des Noces de Figaro, puis Octuor pour instruments à vent Hob II 7, "musique de table" composée en 1760 par le jeune Haydn pour son employeur, le comte Morzin. Belle musique dont Philippe Anndriot écrit :"merveille de concision et d'équilibre sonore".

Entr'acte. Le soleil brille encore, le ciel est parfaitement bleu, la température chaude : le public a soif et se dirige vers les tables où la clairette et le crémant de Jaillance coulent abondamment. A chaque moment son plaisir !

















Et il est temps de revenir à celui de la musique avec la transcription des grands airs de Don Gionanni toujours par Josef Triebensee puis pour finir la Sérénade n°12 KV 388 de Mozart empreinte de gravité et de recueillement.


Jeux de mots par le hautboïste qui présente le concert en français : le "petit bis" de Hummel qui nous est offert, la "petite bise" qui tourne les pages des partitions et la "petite bise" à Henry Fuoc pour cet anniversaire avant de rejoindre les tables du dîner sur la place du village, entre fontaine et beffroi

qui est revêtu de l'une des cinq grandes toiles qu'avait peintes Christine Branden pour les festivals de 1993 à 1997 avant de disparaître en 1998.


















Tout est à l'image de l'anniversaire que nous célébrons : du vin jusqu'au dessert : des centaines de bougies illuminent la nuit alors qu'Anne et Henry font le tour des convives !


Une dernière sérénade de Hummel par l'Octuor de vents de Prague pour finir cette belle soirée de musique et d'amitié.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires