Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 13:12

Mardi 14 Juillet 2009 : l'Académie baroque européenne d'Ambronay, direction Martin Gester
Pour notre plus grand bonheur nous avions rejoint le festival par cette chaude après-midi d'été pour le concert dans la forêt de Saoû.
Cette forêt qui revêt les pentes d'un synclinal perché est un "lieu sensible" pour toutes les organisations et personnes qui l'entourent. Et pour nous c'est un des endroits les plus magiques de la Drôme ... Allez, je vais dévoiler le fond de mon coeur, c'est le nombril du monde ! Regardez le bien, les endroits qui regroupent tant de merveilles sur une si petite surface sont peu nombreux, et sa forme correspond parfaitement à la définition du petit Robert : "cicatrice arrondie formant une petite cavité ..." Faut-il être sur une de ses cimes ou le nez sur une bonne carte pour que se soit évident ?


Aujourd'hui c'est le bel écrin du monde mozartien : le pavillon baroque de l'Auberge des Dauphins (restaurant étoilé du début du 20ème siècle presque en ruine lorsque le département racheta la forêt il y a quelques années) sera un fond de scène parfaitement adapté au concert du jour : un ensemble d'airs qui chantent les relations amoureuses choisis dans les plus célèbres opéras de Mozart.
Nous arrivons juste pour le moment de détente des artistes après une dernière répétition : une heure à l'ombre des grands arbres pour goûter quelques gourmandises locales en discutant. Les mots échangés autour de nous sont anglais, espagnols et français, car l'Académie baroque est un ensemble qui "permet chaque année aux meilleurs jeunes musiciens d'Europe de se fomer et de débuter leur carrière professionnelle". En réalité le recrutement ne se limite pas à l'Europe : quelques Américains du nord et du sud font partie du groupe.
















Atteindre le lieu du concert est un exercice de patience : il a fallu des heures à certains spectateurs pour y arriver. Les écogardes de la forêt ont veillé toute l'après-midi sur l'accès, réservé au public puis guidé les voitures et les spectateurs dans les voies d'accès. Les promeneurs étaient si nombreux aujourd'hui que ça a dû être un exercice délicat ! Les liaisons talkie-walkies ont permis d'attendre que tout le monde soit arrivé avant qu' Henry Fuoc et Didier Guillaume, Président du Conseil Général ouvrent le concert.


Et l'enchantement a commencé ! Heureusement deux oeuvres instrumentales étaient programmées en ouverture, sinon j'aurais un peu négligé l'écoute de l'orchestre éclipsé par les chanteurs. Ils sont tous beaux,  joyeux, talentueux et les chanteurs drôles et bons comédiens. Les airs se succèdent sans coupure, passant des Noces de Figaro à Don Giovanni, Cosi fan tutte, la Flûte enchantée ou l'Enlèvement au Sérail.


L'entr'acte arrive à point  et va permettre à tous de se désaltérer : le Conseil Général offre un cocktail dînatoire ; tout le monde se retrouve autour des plateaux et des flutes de clairette et crémant de Die.

















La prise de photos en cours de concert est réservée aux professionnels, alors je vais voir les musiciens de groupe en groupe ; ils acceptent avec beaucoup de bonne humeur de poser pour moi. Je suis surprise que ce soit si simple et les remercie encore.


La deuxième partie est aussi enlevée que la première. Nous sommes de plus en plus impressionnés par les chanteurs : Marian Krejcik, baryton-basse, Marianna Flores, soprano, Ina Kancheva, soprano (je ne sais pas le nom de la violoniste qui a posé pour cette photo), Soanny Fay, soprano, Fernando Guimaraes, ténor  et Jean Gabriel Saint-Martin, baryton. Leurs belles voix  et leurs jeux  remportent l'enthousiame de tout le public.


C'est encore une fois une ovation qui salue et remercie les artistes. Ils entonnent un "Joyeux Anniversaire" à grande allure, ainsi chanté !
Nous étions très nombreux sous les arbres, 750 auditeurs, les artistes, leur encadrement, FR3, le Conseil Général, les organisateurs, les écogardes, les traiteurs ... tous avaient un sourire radieux et communicatif à la fin de ce concert de si haut niveau. Même les chevaux des gardes, dans la grande prairie où 3500 personnes assistèrent à la grand-messe du festival il y a bien longtemps, riaient, euh, hennissaient de bonheur.  Belle réussite !
Il faudra  faire revenir l'Académie baroque européenne d'Ambronay plus souvent !
Et à dimanche pour le concert de Philippe Bernold & friends à Dieulefit !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens