Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 13:44

Mardi 29 Mai 2007 - Nous quittons Skye avec quelques frustrations. Mais je me réjouis de montrer à Cécile le petit village de Plockton, à quelques miles du pont de Kyle of Lochalsh ... Un des plus joli village d'Ecosse avec ses petites maisons de pécheurs blanches sur la rive d'un détour du loch Caron, et ses palmiers qui sont sa particularité si insolite.
Nous quittons Plockton sous la pluie, arrivons à la gare de Kyle of Lochalsh toujours sous la pluie, et attendons l'heure du train ... à l'abri de la gare qui n'a pas changé d'aspect depuis un siècle et demi, mais toujours aussi neuve et pimpante.

Je dois ajouter là que c'est grâce à notre pugnacité que nous empruntons le train pour faire les quelques km qui nhous séparent de Plockton. Car nous avions demandé la semaine dernière, à l'employé de l'office de tourisme comment nous y rendre, et il nous avait largement incitées à prendre un taxi ... Un peu surprises nous avons examiné les panneaux d'informations du lieu jusqu'à tomber sur les horaires de train, et c'est la première gare sur la ligne d'Inverness. Ce jeune homme avait-il eu une nuit difficile à cause du festival de musique rock qui se tenait à ce moment là à Breakish, sur la route de Broadford, ou était-il imcompétant ? Ca reste un mystère, mais petit mystère.

Le paysage doit être superbe lorsqu'il est un peu moins gris. Mais la gare est si loin du village. Nous téléphonons à nos hôtes pour savoir exactement où est leur villa, et ils nous proposent de venir nous chercher à la gare. Aubaine. Nous nous installons dans une chambre sans originalité mais "cosy" et partons pour une visite pédestre du village, de la baie, des alentours du chateau ; passer l'aprèsmidi de randonneuses dans les environs un peu trop gris.
Le village est si petit que les renseignements touristiques sont délivrés par le pub le plus important qui est aussi un restaurant réputé. et qui délivre même des espèces aux gens de passage : il n'y a pas de distributeur de monnaie au village. Des pubs, des antiquaires, des boutiques d'artisanat local et beaucoup de résidences secondaires séparées de leur joli jardin par la route qui traverse le village.

Nous mangeons d'une assiette géante de produits de la mer locaux : diverses sortes de saumons, de poissons de mer, des huîtres de Skye, des coquillages divers : un régal. Et partons nous promener. Ancien lieu de culte catholique secret et en plein air (du temps de John Knox ?), épave de bateau pourissant au fond d'un bras de loch entouré de rhododendrons, chemin creux au fond d'un bois de pins avec mousses et lichens, jusqu'à un hangar à bateaux vieillissant un peu mal. L'ambiance est un peu oppressante, genre "Seigneur des Anneaux" ... que je n'ai pas vu.

Pour tout dire on a un peu de mal à remplir l'aprèsmidi ! Mais on y parvient. Ce soir nous avons réservé une table pour écouter les musiciens au pub où nous avons mangé à midi. Dommage que nous ne puissions pas les entendre de la salle à manger où nous dégustons une salade de crabes de Bracadale (encore un produit de Skye qui mériterait presque à lui seul un séjour dans cette région, peut-être avec les langoustines fraîches de Ullapool ?).

Mercredi matin, je soulève légèrement le store de notre chambre pour apercevoir un paysage sûrement sublime, mais si gris, si gris ... que Cécile n'y tient plus et téléphone à Céline pour lui demander de rentrer 24 heures plus tôt que prévu. Je crois que Céline est bien contente ... de nous entendre, et de retrouver sa soeur avec un peu d'avance. Nos hôtes sont d'accord de nous laisser partir sans nous sanctionner, et c'est dans de bonnes dispositions que nous gagnons la salle à manger. Breakfast avec deux couples d'Allemands qui visitent l'Ecosse en moto, et qui trouvent eux aussi ce mois de mai un peu trop humide. Notre hôte nous raccompagne à la gare, et nous l'en remercions encore. 
Le retour jusqu'à Edimbourg est comme un retour dans la civilisation. C'est vraiment très fort ette impression donnée par le lent changement de paysage accompagné d'un lent changement de temps. Cécile a dû trouver que ça manquait d'action, alors elle a dormi une bonne partie du voyage. Je me tenais pour ne pas la réveiller dans des endroits que j'aime beaucoup.
Lorsque nous arrivons chez elle, Céline nous fait part de son soulagement. Elle avait craint que notre séjour soit très difficile car Skye a la réputation d'un endroit avec beaucoup de brouillard et au temps très rigoureux. En Corse où le climat est infiniment plus clément des randonneurs sur le GR 20 viennent de trouver la mort ... Nous sommes en parfaite santé, merci ! Mais Cécile maugrée un peu en disant "C'étaient mes vacances d'été ... Maman, on recommence quand tu veux, mais au Maroc !"

Il nous reste deux jours avant de repartir. A l'heure du déjeuner, nous écoutons un concert gratuit à la Cathédrale St Gilles, choeur d'une université américaine de musique qui fait une petite tournée en GB Cécile veut aller au cinéma, moi je préfère aller à la Royal Scottish Academy et surtout à la National Gallery of Scotland. Les musées écossais sont riches, mais il y a aussi une ambiance qui me convient parfaitement, les surveillants rappellent avec sourire et fermeté l'interdiction de photographier, même une famille royale de Van Dyck.

Vendredi, Céline et Nadège nous ont invité dans un restaurant sympa de Victoria Street, (rue colorée, bien courte, mais des plus animées de la ville, avec des magasins rares qui joint le "Royal Mile" à la Place aux Herbes qui fût aussi l'endroit où était installé le gibet). C'était très bon et ça confirme notre sentiment de progression importante de la qualité des restaurants écossais. Visite de la bibliothèque universitaire de théologie où travaille Nadège et ensuite sur un mode plus léger aprèsmidi shopping. Nous nous devons de ramener quelques denrées pour ceux qui nous attendent sur le continent. Nous parcourons Princes Street et finalement nous trouverons chez Jenners  tout ce que nous souhaitons. Et beaucoup plus !

            Ces gâteaux ne sont-ils pas totalement british et irrésistibles ? Aussi typés que chapeaux royaux, non ?

 

 

Thé dans un endroit à belle vue sur Princes Street. Malgré tout ce que nous pouvons dire du temps que nous avons eu nous avons le teint hâlé et de jolies couleurs à côté de Céline qui a acquis depuis 7 ans à Edimbourg un teint bien blanc de pure Ecossaise.

Samedi matin 2 juin 2007. A l'aurore un taxi nous emmène à l'aéroport. Salut Céline et Nadège, à bientôt en France !

Epilogue.

Bien sûr pour une belle randonnée sous un beau temps printanier il aurait sûrement fallu aller plus au sud. D'ailleurs il n'y a qu'à regarder les catalogues des tours opérators qui se sont spécialisés dans ce marché : aucun ne propose de randonnée en Ecosse. Pas fous !
Alors merci Cécile pour la proposition d'un treck au Maroc. Mais je crois que maintenant tu n'auras plus le temps de randonner avec ta mère puisqu'il va te falloir sous peu apprendre à une petite fille à marcher ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens