Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 18:39

Jeudi matin 29 novembre.
22 membres du GREB se retrouvent chez Robert et Nicole malgré le froid vif, mais les prévisions météorologiques sont excellentes. Robert change en cours de route son projet initial de nous emmener à la belle Justine, le parking est trop petit pour accueillir 5 voitures ; nous irons à la croix de Justin.
Nous avons beaucoup de brouillard dans la vallée de la Drôme, et il fait -5° à Pontaix. Heureusement le ciel se dégage dès que nous atteignons la vallée de Die, et c'est sous le soleil que nous nous équipons. Il ne fait déjà plus que -3° !

La lune brille à côté de la Croix qui domine la ville de Die. L'ascension commence dès que nous avons passé le Pont Rompu, et nous ne tardons pas à enlever anorak ou polaire dès que le sentier est sous le soleil.

La vue de la plateforme de la Croix également occupée par 2 relais de radio, TV, téléphone etc... porte très loin, à 360°. En face le Grand Veymont enneigé, le Glandasse, le Dévoluy. A l'ouest les Trois Becs se sont dégagés du brouillard où ils étaient totalement enfouis losque nous sommes passés. Mais la brume reste dans la vallée de la Drôme, on la prendrait pour un glacier ! La Belle Justine est derrière nous, et le col de Cabre à l'est.

Nous continuons vers l'endroit habituel de pique-nique, un peu plus haut. Le soleil nous chauffe agréablement et nous restons à apprécier cette douce température (environ 20°)  pendant toute une grande sieste, ou un moment de somnolence, ou une discussion animée : recettes de cuisine ou nouvelles des villages et des familles.

Un coup d'oeil du sommet de ce tertre sur la vallée de Die. Un peu plus bas la croix se découpe, et elle semble déjà loin. La neige qui recouvre le Grand Veymont scintille au nord.

        

Il est presque 14 h lorsque nous reprenons le chemin vers la Tête Dure. Nous avons failli perdre une partie de l'équipe occupée à photographier les paysages qui nous entourent. Moment de repos pendant lequel Jean François escalade les rochers pas si voisins que ça, et Jean Claude les chènes pas si frêles qu'ils paraissent

                      

A 16h15 nous sommes revenus aux voitures en passant par la large et longue route forestière, dont les versants exposés au nord ne sont pas dégivrés. Le gel restera-t'il jusqu'au printemps ?
  Nous avons parcouru 14.3 km avec un dénivelé de 750 mètres. Quelle belle rando et quelle journée magnifique.


Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens