Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 21:49

frise 16 2011 Marrakech 479

Mercredi 16 Février

Il y a plus de liens qu'on pourrait le penser entre notre voyage à Salzbourg et celui à Marrakech. Par opposition pour les couleurs, au grand blanc de Salzbourg répond la diversité des couleurs de Marrakech. Par similitude, pour les anniversaires : le 27 janvier, anniversaire de la naissance de Wolfgang Amadeus Mozart, 16 février fête de l'aïd al-wawlid, anniversaire de la naissance du Prophète.

Kheltoun nous a dit qu'en ce jour de fête on met les vêtements traditionnels, babouches et  djellaba et qu'on va ainsi à la mosquée pour prier.

Nous avons eu la visite ce matin de trois de ses petits-fils, et Fouad que nous connaissions déjà était très fier de nous montrer sa tenue de fête : babouches, djellaba et tarbouche. Quant à ses cousins, ils venaient faire notre connaissance et leur discussion très amicale était un vrai plaisir !rd 2011 Marrakech 470C'est ce jour là que nous avons choisi pour aller "à la ferme" en lien (même propriétaire) avec le riad. Mais avant, Zohra m'a accompagnée au hammam (mot impossible à prononcer correctement  avec son "h" par des Français .... Zohra est définitivement convaincue que c'est congénital !). Là une petite dame brune, si menue que je ne pouvais imaginer la force qu'elle a, m'a prise en charge : macération au savon noir (heureusement que nous en avions vu beaucoup à usage corporel chez les herboristes, j'ai été moins surprise), puis friction vigoureuse au gant de Kessa (j'avais l'impression de passer au couteau éplucheur), et enfin le massage à l'huile d'argan ressemblait assez à un pétrissage. Au terme de toutes ces triturations qui m'auraient parfois fait crier, il faut reconnaître que ma peau avait la douceur de celle d'un enfant ! Un moment de tranquilité doit être pris encore avant de revenir à la vie quotidienne. Merci Zohra d'avoir insister pour que je goûte à cet art de vivre oriental.

 

Nous partons à la ferme en fin de matinée. C'est dans la grande plaine de l'Haouz, à la limite Est de Marrakech, après les immenses complexes hôteliers en construction. Les oliveraies, les vergers et les céréales semblent être les principales cultures du village.rd 2011 Marrakech 472A l'heure à laquelle nous arrivons l'eau de l'Atlas coule abondamment dans les rigolles d'irrigation de part et d'autre de la route. C'est une richesse dont l'utilisation est parfaitement réglementée.

Les terres de "la ferme" sont fermées par une haie de figuiers de Barbarie emmêlés-serrés à de petits épineux , ça doit être très dissuasif et efficace ... Alors comment un chien du voisinage est arrivé ici, déclenchant les aboiements des cinq chiens de la maison ?  Nous en avions vus si peu dans Marrakech que j'avais pensé que les Marocains n'en avaient pas. Erreur dans les campagnes ils ont toujours leur rôle de gardien.rd 2011 Marrakech 476La maison basse et carrée est en pisé tout neuf, fait de terre et de paille. La couleur est tellement semblable à celle des champs fraîchement labourés, tout comme les villages vus hier, qu'on ne peut douter qu'elle soit prélevée juste à côté de la construction. Mais je n'ai pas posé la question pour vérifier.

Les terres sont plantées d'oliviers largement espacés pour pouvoir semer du blé entre les rangées. Les poules de la basse-cour auront ainsi une nourriture maison. Des moutons paissent sous les arbres et s'enfuient à notre approche.

Au loin les neiges de l'Atlas brillent sous le soleil.rd 2011 Marrakech 485Dans la cuisine Zohra prépare le tajine berbère (végétarien), Hassan (un quatrième petits-fis de Kheltoun) les boulettes, et Ahmed le gardien, le barbecue. Je coupe le concombre en lamelles bien fines comme en France, et je pelle les poivrons rouges qui, bien que grillés ne se laissent pas faire. Ce n'est pas la variété que nous connaissons : difficiles à peler et ils laissent les mains toutes rouges !rd 2011 Marrakech 483Nous allons mettre la table à l'ombre d'un jasmin qui commence à fleurir.rd 2011 Marrakech 482Mais attendons que le tajine finisse de cuire dans le patio où un jardin de senteurs exhale ses parfums : sauge, lavande, jasmins, oranger, mandarinier, citronnier et une plante inconnue au parfum très fort et sucré. La grande plate-bande de menthe nécessaire au thé est dans le jardin extérieur. Il en faut sûrement beaucoup plus que ce qui pourrait être mis ici. Et elle doit pousser de façon trop envahissante.  rd 2011 Marrakech 488

Cet espace entouré de bâtiments plutôt bas doit être très chaud l'été, et je me demande comment on vivait à l'abri des grosses chaleurs il n'y a pas si longtemps, avant la climatisation qui a été installée dans la ferme très modernisée pour recevoir prochainement des vacanciers.

 

Le tajine est prêt ! Zohra a disposé les légumes suivant un ordre très respectueux des temps de cuisson, ne les a pas mélangés, mais ajoutés par dessus au fur et à mesure. A délicatement choisi ses épices. Et Zohra est la digne fille de Kheltoun, bien que différente. Chacune exprime sa personnalité par l'utilisation de ses propres parfums, toujours avec délicatesse. Enfin presque, parce que c'est vraiment un piment vert qui brûle les lèvres et le gosier qu'elle a posé sur le dessus. Mais on aime bien de temps en temps ! Enfin elle a ajouté des olives roses, que nous ne connaissions pas. Le résultat est délicieux.rd 2011 Marrakech C 208 Nous nous régalons de la salade, des boulettes et des saucisses (merguez). Hassan est lui aussi bon cuisinier.rd 2011 Marrakech C 212Nous  finissons par une petite crèpe soufflée (baghrir) avec un thé à la menthe. Il doit y avoir bien des variétés de menthe car le goût est assez différent de celui que nous prenons tous les matins au riad.

L'après-midi se passe dans un salon en discussions. Mais qu'elle est la musique d'Hassan nous a choisie ? Des sons très orientaux entrecoupés d'extraits très célèbres de Mozart ? Juxtaposition pour le moins surprenante de ces voix et de ces instruments orientaux avec les notes de Wolfgang ! Le facétieux compositeur de l'Enlèvement au Sérail aurait pu en être amusé ? Il s'agit du deuxième volume de "Mozart l'Egyptien" laissé ici à notre intention. l'endroit est idéal pour l'écouter ! Merci beaucoup, monsieur le propriétaire !

 

Mais la question que je pose à nos interlocuteurs marocains depuis qu'ils nous parlent de Mouloud, la fête de l'anniversiare de la naissance du prophète, n'a pas reçu de réponse satisfaisante : "Il est né en quelle année votre prophète Mahomet ?" Oh ! les yeux des personnes à qui je pose cette question, éventuellement traduite par Zohra ! Ils ne savent répondre que "L'année de l'éléphant ". Non, c'est une date que je souhaite ! C'est une année importante que celle de cette naissance à l'origine de la troisième religion monothéiste, ce qui a tant joué sur nos relations plutôt conflictuelles depuis ! Nous apprenions ça en histoire, à l'école de la République il y a pas mal de temps, mais je dois dire que j'ai oublié.

Eh bien avant d'aller nous coucher il nous faudra consulter internet pour trouver la réponse : Mahomet est né en 570 à la Mecque !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Celine 27/02/2011 20:04


Vous avez vraiment bien choisi votre riad et vos hotes! Quelle chance d'etre accueillis directement chez les gens


Recherche

Liens