Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 17:34
7 Août 2009.Nous venons d'arriver à Brioude, étape idéale très accueillante pour les camping-caristes et au patrimoine si riche ...
Mais nous nous étions quittés dans le pré communal de Bas en Basset. Et si on reprenait là ?
Délicieux petit déjeuner avec Marie Pierre et Sylvain. Vraiment, merci pour votre accueil !
Suivi d'une ascension jusqu'au château de Bas en Basset juste en face, qui domine la plaine, parfaitement en vue, de nuit comme de jour. Jolie promenade jusqu'au chantier de jeunesse et lieu d'accueil.


Nous continuons par des petites routes, et nous laissons souvent distraire par des indications tentatrices. Ici le village médiéval de Chalencon


et le pont roman du 12ème siècle dit "du diable" qui n'est qu'à 35 minutes de marche ! Mais sous un soleil de plomb. Nombreux sont les baigneurs dans la rivière enjambée par le vieux pont qui ne paraît pas si diabolique vu d'en bas en ce jour d'étiage.


Tiens, il y a aussi une route sur l'autre rive, ce qui explique que tant de maisons sont restaurées et habitées autour du château et de son église.
Nous faisons le tour de Craponne sur Arzon très animé ... et nous rendons compte que la plupart des personnes rencontrées reviennent d'un enterrement .... Nombreux sont les commerces de toute sorte, définitivement fermés dès que l'on quitte la rue principale. Encore un coeur de village d'où l'activité s'est retirée ...
Nous avons repéré sur l'annuaire de France-Passion qu'un distillateur d'herbes médicinales et aromatiques, M. Christian Nugier à Cheyrac y est inscrit. Nous pourrions faire étape ici, sur ce haut plateau un peu loin de tout.
Notre repas du soir est une spécialité du Velay : pommes de terre à l'eau avec du "sarasson". C'est un fromage blanc de vache, très granuleux, auquel on ajoute du sel, du poivre et de l'ail. Frugal et agréable !
Il fait très chaud en ce début de nuit, à 1000 mètres d'altitude, les nuages roulent autour de nous et le tonnerre gronde : voici une nuit d'orage.


M. Nugier cultive aussi les plantes qu'il travaille, sur les terres du village, loin de la pollution des plaines.. Pour la distillation des capucines prévue aujourd'hui, Il est aidé par un stagiaire formé dans une école du sud de la Drôme ; à l'évocation de quelques grands labos drômois, on sent une irritation prête à surgir.


La serre voisine est tenue par Mme Véronique Gras qui y cultive et reproduit des herbes aux nombreuses vertus. Elle nous consacre tout le temps nécessaire à la visite de son installation et des quelques plantes qui lui restent, si tard dans la saison. J'ai retenu que l'angélique est bonne pour le sommeil, en huile essentielle, pas en tiges confites !


Il pleut encore beaucoup sur le village voisin, Saint Victor sur Arlan. Aussi notre tour de l'église romane du 9ème siècle est-il très rapide. Et c'est bien dommage car elle est très singulière cette rustique église fortifiée entourée de brumes qui montent des vallons voisins.
Et maintenant cap sur la Chaise Dieu un peu triste sous la pluie. Nous limitons notre visite au jeu d'orgues,


au cloître très démoli et à la petite salle dite de l'écho, ou salle de confession des lépreux. Est-ce vraiment le rôle qu'a tenu cette pièce dont les voûtes portent parfaitement les chuchotements de l'autre côté de la salle ?




Pour nous c'est un mystère de l'acoustique, pour les spécialistes du monde entier on se sert de certaines courbes depuis des siècles pour acheminer les sons. Nous avons même entendu des chuchotements de part et d'autre d'un barrage hydro-électrique dans l'arrière pays d'Adélaïde  et l'avons relaté dans nos articles australiens de 2006.

Outre les vierges à l'enfant enchassées dans les murs des maisons, la ville regorge de marchands de souvenirs déjà mille fois vus, d'artisans et de chantiers. L'Europe déverse encore quelques financements sur ces grands sites chargés d'histoire et que des manifestations au large retentissement ont réveillés depuis déjà longtemps.



Nous suivons maintenant la vallée de la Senouire dans l'intention d' atteindre Brioude ce soir. Les arbres s'égouttent, les brumes remontent de la rivière, et s'effilochent en fin lambeaux. La route est toute petite, sinueuse et il faut être très attentif. Heureusement les voitures sont rares.


Un panneau mentionne pour la route à gauche "Chavagnac-Lafayette". Nous nous regardons. Lafayette, celui de l'Amérique ? Oui ! Un moment de grande histoire nous éloigne vers le sud de Brioude.


Nous sommes accueillis au château par une dame qui en connait toute l'histoire ainsi que celle de Lafayette !

Elle vit ici depuis toujours , sollicite les questions et est ravie d'y répondre. Un peu de grande histoire dans ce château qui a appartenu pendant longtemps à l'Association américaine des Amis de Lafayette. Mais la crise passant par là, il a été remis au département très récemment. Dans le jardin les drapeaux français et américains flottent au vent.
Enfance heureuse et choyée du petit garçon entouré de sa mère, ses tantes, ses grands-mères. Mariage heureux. Voyages en Amérique pour aider les colons à se débarrasser du joug anglais. Départ de la Gironde, de Rochefort, de Nantes... Et retour embarrassant de ce personnage devenu encombrant en France, et qui va passer quelques années en prison ... Nous allons garder nos questions pour plus tard, c'est l'heure de la visite.
Dommage, elle est entièrement électronique et nous nous ennuyons un peu en franchissant les salons et les grandes salles suivant le rythme que nous impose la sonorisation.
Le jardin est vaste et riche en arbres locaux et américains.


Maintenant direction Brioude, sans musarder. La basilique Saint Julien nous attire en premier chef. "La plus grande église romane d'Auvergne" a changé depuis notre précédent passage.


Aux couleurs des grès roses, rouges et jaunes se sont ajoutées des fresques dont je n'avais aucun souvenir. En particulier dans la chapelle Saint Michel, au dessus du narthex, un jugement dernier est riche de rouges, bleus et verts qui semblent juste rendus par des restaurateurs de génie. Eh bien non, il n'y a pas eu de restauration de fresques, le changement de perception provient des nouveaux vitraux. En 2008 ceux du moine dominicain-artiste verrier Kim En Joong ont remplacé les anciens vitraux ternes. link


La recherche d'harmonie entre les couleurs des sols, des murs, des fresques change tout dans cet édifice qui était déjà exceptionnel !

l'église de Brioude mérite bien le qualiticatif de "romane auvergnate essentielle" comme celles de Saint Nectaire, d'Orcival, d'Issoire et de Clermont-Ferrand (nous reste à découvrir la dernière, mais nous revoyons avec tellement de plaisir les autres ...) link




Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens