Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 06:35

La colonisation de Rotorua débuta en 1870, et dès 1880 la ville naissante avait gagné ses galons d'attraction touristique de premier rang. Les terrasses roses et blanches d'origine volcanique, leurs baignoires naturelles d'eau chaude des environs attiraient des curistes et des curieux.

Ça n'a pas duré. En 1886 une terrible irruption volcanique du mont Rotomahana a tout détruit, enterrant en même temps plusieurs villages maoris.

C'est très bien expliqué et reconstitué dans une des salles du musée, animations, bruitages, films tout y est pour nous faire ressentir ce moment profondément inscrit dans la mémoire de la région.NZ Nord Rotorua MuséeMais avant d'accéder à cette salle nous avions eu la possibilité de nous imprégner de l'ambiance. Dès qu'on descend de voiture, l'odeur de soufre nous saisit. D'autant plus qu'il pleuvait lors de notre visite ...NZ Nord Rotorua parcLes nuages devaient empêcher l'envol des gaz sulfureux.

Nous nous étions arrêtés juste à côté du "parc géothermal". Des monticules de pierres derrière Camille s'échappaient des fumerolles, NZ Nord Rotorua trou du diabledans des trous béants de la boue clapotait. Ca avait l'air très chaud. Heureusement tous ces points d'activité "géothermique" (ça fait moins peur que volcanique ...) sont entourés de barrières qui les rendent inaccessibles pour tous les visiteurs de culture anglo-saxonne. Nous sommes aussi restés derrière.

NZ Nord Rotorua Baignoire du diableNZ Nord Rotorua Marmite du diable

Il parait que ces trous ont reçu le nom de "trous du diable". Il y en a de plusieurs tailles, on pourrait parler de marmitte pour ceux de 2.5 mètres de diamètre, et pour ceux qui sont proches de 5 mètres de baignoire, non ?

Si l'on dit que la terre vit ici, on ne peut pas dire que la végétation proche y résiste !

C'est un tout petit peu plus loin que nous avons trouvé, sous des taillis une très belle talève sultane.NZ Nord Talève sultaneJ'aurais aimé que ce soit une talève Takahé, endémique de Nouvelle Zélande et rare, mais non, les couleurs du plumage et de la crête sont trop différentes.

Dommage, celle-ci est très commune, même en Camargue ! Il faudra que j'ouvre un peu mieux les yeux le prochaine fois que nous y irons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article

commentaires

pierrette 05/12/2011 10:25

les Maoris appellent cette talève "Pukeko"

Recherche

Liens