Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 21:38

Dimanche 26 juin.

C'est vraiment un bonheur d'aller à Saint Jean en Royans, particulièrement pour le festival !

Et je crois que nous le partageons bien, ce bonheur avec la municipalité et aujourd'hui avec les gens de la paroisse.

La messe de ce dimanche a été un des évènement de la saison pour l''église aux si belles boiseriesrd06 26 017

qui connaissait l'affluence des grands jours. Accueillir la messe du festival c'est célébrer l'Eucharistie avec le meilleur accompagnement  musical possible.

Ceux qui sont arrivés bien avant le début de célébration ont pu entendre les dernieres mises au point,rd06 26 008

rd06 26 006

 

après le long travail préparatoire de samedi des choristes de l'Ensemble Noctuelles dirigé par Maïa Paille, de ses musiciens et du chef de choeur de l'église de Saint Jean.

Noctuelles est l'un des trois choeurs que Maïa Paille a créés avec l'Ensemble vocal de Valence et le choeur à voix égales Infractus. C'est une toute jeune femme issue du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, exigeante, qui sort des sentiers battus et nous fait entendre des oeuvres presque inconnues. Nous avons été ravis d'entendre un concert d'Infractus ce printemps où les chants contemporains avaient la meilleure place.

 

La chorale paroissiale chante avec une conviction qui assure la participation de nombreux fidèles. Le curé a montré  une forte personnalité tout au long de la cérémonie. L'éclat de la musique de la messe en ut majeur "de Spaur" KV 258 composée pour la'ordination de Friedrich Franz-Joseph comte de Spaur, nous transmet la joie de la foi.

Nous avions été brieffés en début de cérémonie : c'était avant tout une messe, pas un concert, et ne pouvait être coupée d'applaudissements. rd06 26 009Par contre à la fin, Maîa Paille et l'ensemble Noctuelle sont venus dans le choeur pour un bis et ont alors reçu tous les applaudissements que le public leur avait réservés.rd06 26 014

Après la messe nous étions invités, avec les musiciens et les organisateurs de la messe, par les gens de la municipalité à un sympathique pique-nique à la villa La Paz. Quel lieu singulier : les tables sont installées sous les grands arbres du parc d'une grosse maison bourgeoise qu'on pourrait presque qualifier de "néo-baroque" !rd06 26 025Madame le Maire nous a raconté son histoire un peu semblable à celle des barcelonnettes. Un habitant de Saint Jean émigra au 19me siècle en Bolivie et y trouva fortune. Il revint dans son village où il fit construire cette belle maison entourée d'un grand parc agrémentée de sources. Quelques décennies plus tard la municipalité puis la communauté de communes en sont propriétaires et y exercent quelques acivités sociales.

La maison vieillit et le crépi se déteriore et s'effrite. Alors apparaissent des fresques qui illustrent les voyages de son propriétaire.rd06 26 019Madame le Maire les a fait classer,

rd06 26 021

rd06 26 018

et attend la première occasion pour les mettre en valeur, rd06 26 020ainsi que les inscriptions de la façade Est que l'on devine plus qu'on ne peut les lire.

Enfin nous avons fait connaissance ce dimanche d'un des fondateurs du festival ! Sur la photo M. Henry Fuoc à droite, concepteur du festival discute avec M. Jean Michel, concepteur du nom du festival, "Saoû chante Mozart". rd06 26 028Voici deux des enchanteurs de nos étés drômois. Peut-être qu'un de ces jours nous connaîtrons tout de la genèse de notre festival favori !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires