Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 21:42

Voici notre première nuit du piano dans la belle salle de Dieulefit. Deux concerts très différents, de quoi enchanter tous les amateurs.

2014bMartin Gester & Aline Zylberajch - pianoforte

dans

Beethoven : Marche en ré majeur op 45, 3 

Franz Xaver DušekSonate pour le Forte-Piano à 4 mains en mi bémol majeur

 Mozart : Sonate pour pianoforte à 4 mains en do majeur 1788  KV 52, Sonate pour pianoforte à 4 mains en do majeur KV 521            

Muzio ClementiSonate pour pianoforte à 4 mains en mi bémol majeur .Dieulefit 10L'instrument sur lequel ils jouent a été construit par un facteur hollandais. C'est la copie d'un piano-forte de 1795 qui comprend 5 1/2 octaves. C'était l'instrument idéal à Vienne à cette époque, et celui de Beethoven jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de 30 ans. C'est 40 ans plus tard qu'il fut remplacer par le piano tel celui de Chopin et ceux que nous connaissons dont la puissance du son et l'étendue du clavier nécessitent  une structure plus lourde.Dieulefit 11

Le programme a été bâti autour des grandes sonates de Mozart. Avant lui la musique à 4 mains était une agréable musique de salon, pour le plaisir de jouer à deux.  Mozart la fit passer dans le domaine de la grande musique, ce qui posa des problèmes de confort des interprètes car l'écriture très riche, un peu comme celle d'un orchestre complet faisait s'emmêler les mains !

Et ainsi nous sommes passés d'une marche militaire, oeuvre postérieure à Mozart composée par Beethoven à une sonate de Duschek, ami pragois de Mozart puis à des sonates concertantes de Mozart en passant par une sonate de Muzio Clementi, resté célèbre dans les mémoires non seulement pour ses compositions mais aussi pour le "duel" que l'empereur organisa entre lui et Mozart à la fin duquel le score fut déclaré nul.

Quant à moi, je déclare qu'Aline Zylberajch et Martin Gester nous ont permis de connaître un peu mieux cet instrument au son moins ample que celui du piano, et de nous faire passer ainsi un bien agréable moment !Dieulefit 12

Le concert de 21H30 est attendu avec fébrilité. Une queue s'est formée devant les portes de la Halle où

Alexandre Tharaud, va interpréter

Mozart : Præambulum KV deest, Gigue KV 574, Sonate KV 331

Schubert : Impromptes D 899

Très vif succès de l'un des plus talentueux pianistes de sa génération. A l'impatience de le découvrir pour certains se mèle l'émotion de le retrouver pour d'autres. Car nous l'avions déjà entendu durant le festival de 2002 alors qu'il n'était qu'un jeune pianiste promis à un brillant avenir.

Et tous les espoirs qu'il avait fait naitre ont été largt concrétisés : il se produit en soliste avec les meilleurs orchestres, en récital dans le monde entier, a remporté plusieurs premiers prix très prestigieux et à chacun de ses disques sont attribués les notes les plus élogieuses par les critiques les plus exigeants ...Dieulefit 13Sa présence au festival est donc un grand évènement et le public est bien au rendez-vous !

Ses mains sont immenses, elles survolent le clavier avec une agilité rare et ses doigts si longs effleurent ou martèlent les touches. Superbe ! Son succès est immense.Dieulefit 14Et sa générosité tout autant ! Il nous a fait le don de trois bis ...

le Prélude pour main gauche de Scriabine,

une sonate de Scarlatti

et pour finir une valse de Chopin.

Nous avions au programme pour la troisième fois cette saison la sonate en la majeur KV 331 de Mozart. Est-ce une nouveauté du festival ? l'écoute d'interprétations bien différentes pour que nous touchions pleinement de l'oreille tout ce que la sensibilité des artistes apporte à l'oeuvre ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens