Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 05:50

4  Juillet 2010 - Orchestre Philharmonique de Baden-Baden, Philippe Bernold (Direction),

W.A. Mozart : 40ème symphonie en sol mineur KV550,

F. Schubert, 5ème symphonie en si bémol majeur D485.

 

Beaucoup de monde ce soir à Saoû sur la terrasse de l'Oiseau sur sa Branche, et vers la place des Cagnards. En plus des visiteurs, des marcheurs, des amateurs d'escalade habituels les auditeurs du festival arrivent.

(Je pense n'avoir jamais dit que la place des Cagnards fut, avant un bombardement punitif allemand de la deuxième guerre mondiale, un quartier du village, avec de nombreuses maisons. Saoû a payé un lourd tribut à ce conflit.)

Mais aujourd'hui c'est la fête : l'Orchestre Philharmonique de Baden-Baden sous le direction de Philippe Bernold va nous interpréter deux symphonies : la 40ème de Mozart et la 5ème de Schubert.

Grâce au mistral il fait un peu moins chaud que les jours derniers, mais à l'heure du concert il n'est pas encore tombé ... Il va falloir faire avec. Philippe Bernold nous prévient qu'il peut être dérangeant, tourner les pages inopportunément, faire s'envoler les partitions. Hervé Chifflet qui veille toujours avec son épouse Arielle à ce qu'il ne manque rien aux musiciens, est attentif avec un paquet de pinces à linge.

rd10 07 04 002

Quelques minutes pédagogiques, en attendant que diminue le souffle du vent, de Philippe Bernold qui nous explique le choix des oeuvres que nous allons entendre ce soir.

Dans un festival dont la thématique est "Mozart intime" la 40ème symphonie est exactement à sa place. Sombre, dramatique, pleine d'émotion. Schubert admirait profondément Mozart et cette oeuvre en particulier et a calqué la composition de sa 5ème symphonie dessus.

Lorsque le développement de sa démonstration est terminé le chef d'orchestre invite ses musiciens à enlever leur veste dans la chaleur de ce jour d'été drômois.

rd10 07 04 004

Sous l'impulsion d'un premier violon très précis et fin, l'orchestre nous fait entendre une très sensible interprétation des deux oeuvres. Acclamations et applaudissements chaleureux.

rd10 07 04 008

Pour rester sur une note un peu plus légère c'est le quatrième mouvement, le menuet qui nous est donné en premier bis. Et en deuxième, d'accord avec le premier violon, c'est l'inévitable premier mouvement qui nous offert.

rd10 07 04 011

C'est sûrement le Directeur artistique du festival qui propose de nous faire des sessions d'analyse comme il vient d'en faire récemment ! Pourquoi pas pour les prochaines années ?

rd10 07 04 013

Est-ce de ça que l'état major discute en fin de cette bien belle soirée ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens