Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 16:41

Tête dure 00Drôle de temps ce matin, si doux à Beauvallon et de moins en moins alors que nous nous enfonçons dans la vallée de la Drôme pour arriver à Die avec une alerte verglas.

Après nous être rassemblés sur le parking de la piscine nous avons passé le pont Rompu pour monter sur le plateau de sa rive gauche. Vers des cols et des sommets qui me font rêver, car je ne connais pas les toponymes que Robert nous a dit, et randonner vers de nouveaux paysages ou de nouveaux points de vue, c'est ce que je préfère !

Tout de suite, sans échauffement la route forestière grimpeTête dure 01vers le sentier des "40 lacets" qui monte jusqu'au pic de Beauvoisin, au creux des montagnes devant nous. Tête dure 02Robert a choisi de nous faire passer par la ravine où coule un ru qui lave nos chassures. Les miennes sont étanches, et je vais bien apprécier cette qualité aujourd'hui car les lacets du sentier sont dessinés de part et d'autre d'une cascade principale et limités par des ruisselets secondaires !Tête dure 03 L'eau est abondante tout autour de nous.Pas étonnant que la Drôme soit si grosse avec tout ce qui doit lui arriver des montagnes qui l'entourent.

Les passages à gué nous semblent délicats et c'est avec beaucoup de précautions que nous les abordons.Tête dure 04Heureux d'arriver sur la route, au lieu-dit Pic de Beauvoisin et de souffler un moment car la première côte que nous venons de grimper en à peine plus d'une heure présente un denivelé de 440 mètres !

Et la suivante pour arriver au col de Beauvoisin sera d'à peine plus de 100 mètres. Essoufflés, en nage,et contents, nous nous regroupons avant de continuer par un sentier presque plat vers la Tête dure, nouvel objectif fixé par Robert, les précédents étant trop loin, trop quoi exactement ?Tête dure 05Le sentier est bordé de pins, de petits chênes, de buis et de bouquets de thym dont le parfum se dégage à chacun de nos pas.Tête dure 09 Quel plaisir de marcher là, en face du sommet de Gavet et du col de Beaufaÿn où Thierry aurait bien aimé aller pique-niquer. Tête dure 06

S'il est un peu tôt pour s'arrêter à la Tête dure, aller jusqu'au col en face doit prendre encore beaucoup de temps et représente pas mal d'efforts. Etait-ce par là que Robert avait pensé aller ? Oh, oui, c'est trop d'efforts pour aujourd'hui !

Nous déjeunons donc assis entre les pierres et le thym, au soleil qui reste un peu frais. C'est un moment agrémenté par les discussions, les plaisanteries et le dessert aujourd'hui offert par Denise. Non merci, je ne veux pas la recette de cette extraordinaire gourmandise faite de chocolat, de beurre, de sucre sur un lit de biscuit aux amandes ; une deuxième petite portion me suffira, et je me lécherai les doigts ! Heureusement que nous avons dû monter jusqu'ici pour nous permettre une telle folie !

Tête dure 07Je récolte un gros bouquet de thym et en arrache deux pieds pour les replanter dans note jardin. Robert m'en donne deux autres auxquels il a laissé une grosse motte de terre, au moins ceux-là n'auront pas de choc dû au changement d'alimentation ... Tête dure 08

Une pause pour la photo de groupe avec la Tête dure à droite qui domine de quelques centaines de mètres l'ensemble du paysage.Puis nous prenons le sentier à gauche qui redescend dans la vallée en nous offrant une vue splendide sur le Glandasse où il reste quelques plaques de neige.Tête dure 10L'exposition de ce sentier est au nord-est et c'est curieux de constater combien il doit recevoir moins de pluie que celui par lequel nous sommes montés ce matin. Pad d'eau qui court, pas de boue qui sèche.

Lorsque nous avons rejoint la route forestière nous nous sommes accordés un moment pour jouir du paysage, vers le nord, le col du Rousset, Chamaloc et une barre rocheuse qui descend jusqu'au creux d'un vallonTête dure 11où un ruisseau a ouvert une cluse étroite. Juste assez large pour laisser aussi un chemin la franchir, passage de troupeaux, d'animaux sauvages et de randonneurs. Robert, n'y a-t'il pas des sentiers à explorer au-delà de cette porte ?Tête dure 12La vue sur les toits de Die n'est pas mal non plus. Les tuiles romaines que le soleil a tantôt décolorées, tantôt recuites offrent tous les tons de rouge.

Tête dure 13Belle journée sur les hauteurs du Diois où nous en avons vu de toutes les couleurs !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens