Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 16:21

Les vacances de printemps et des prévisions météorologiques assez pessimistes ont fait que nous n'étions que cinq prêts à partir ce matin.

Robert et Justin sont prioritairement grands-pères cette semaine, ce sont donc Bernard et Jean qui mèneront la randonnée au Grand Pommerolle. En passant par le flanc sud, plus rapide que par le centre de la forêt.

Nous avons monté une douce pente jusqu'au pied des falaises par un sentier entre buis et chênes.rd12 04 12 004

Vérification constante du marquage de la carte et de ses symboles par Jean et Bernard. Nous n'y sommes pas habitués, Robert, Justin ou René font tout de mémoire ; autres temps, autre école !rd12 04 12 005Et voici notre but juste au -dessus de nos têtes. Elle porte bien son nom de "Grand Pommerolle" cette montagne !rd12 04 12 007Nous allons légèrement contourner cette haute falaise en passant par la faille qui la sépare de sa voisine, le "Petit Pommerolle". La pente devient raide et nous terminons l'ascension par une série de marches naturelles, plus ou moins hautes, qui franchit les rochers du sommet jusqu'au "Pas de Berthe".rd12 04 12 029Vu d'en haut il n'est peut-être pas facile de voir le tracé du chemin, c'est plus évidemment lorsqu'on le parcourt.

Le panorama est superbe et récompense bien des efforts que nous avons faits. Au Nord, d'abord la deuxième barre qui ferme le massif de la Forêt, puis tout le Vercors avec quelques traces de neige sur le Glandasse et le Grand Veymont. Celle qui est tombée hier a bien vite fondu. Bernard en est déçu, il avait compté nous faire marcher dans une neige bien fraîche ; c'est pour lui absolument irrésistible. Quant à moi, j'en ai peu l'expérience mais je crois bien que je préfère qu'il n'y en ait pas !rd12 04 12 017A l'ouest la forêt qui recouvre Roche Colombe est encore sombre. Les bourgeons ont à peine éclaté et le vert bien tendre des jeunes feuilles est encore rare.rd12 04 12 019Au premier plan on aperçoit le sentier blanc qui nous conduira au Petit Pommerolle. Mais pour le moment c'est de l'autre côté qu'il nous faut aller, 180 mètres au-dessus, après une petite prairie et un bois de hêtres.rd12 04 12 024Il est juste midi lorsque j'arrive en haut, accompagnée de Bernard. Fanny et André sont déjà là depuis un moment, attendant le regroupement pour le choix d'un endroit abrité pour le pique-nique.rd12 04 12 021Tout au fond, au-dessus de la tête d'André les Trois Becs avec quelques traces de neige et après la dépression du col de la Chaudière, à droite le Grand Delmas dont la pente est impressionnante d'ici.rd12 04 12 023L'endroit idéal où je n'ai même pas eu froid aux jambes était entre deux cairns, à quelques mètres de la falaise. Le vent qui montait de la vallée devait passer bien au-dessus de nos têtes et partait pousser des nuages, assez nombreux, vers le Nord. Un peu plus haut d'autres nuages semblaient au contraire redescendre vers le sud. Il devait y voir des courants d'air dans tous les sens !

Un peu de soleil sur le Veyou nous aurait donner envie d'aller jusqu'à lui. Ce n'est qu'une plaisanterie, il faudrait au moins trois heures pour y arriver ! La journée ne serait pas assez longue pour une telle expédition, et il va peut-être finir par pleuvoir ?

Nous avons donc quitté les falaises rondes du Grand Pommerollerd12 04 12 024en retraversant la forêt de fayards ; descente très rapide avec des marches de rochers, de racines, de pierres  ;rd12 04 12 027en redescendant la prairie où les marches sont de terre et de pierre,rd12 04 12 026pour arriver au Petit Pommerolle. Chacun a apporté sa pierre au cairn. Attention, elle doit être toute petite pour être posée en haut. Je mets la mienne, bien grosse, en consolidation du socle.rd12 04 12 031Regards panoramiques sur la masse de la montagne que nous avons quittée,rd12 04 12 032sur la vallée avec le village de Saoû au-delà des falaises. Celle au centre gauche du paysage est faite de strates verticales.rd12 04 12 036 Incroyable les pressions qui ont été exercées ici il y a quelques millions d'années pour obtenir un tel relief ! Et des formes de rochers assez bizarres. Des aiguilles ici, des lames ailleurs, et une tour couronnée devant nous, à côté d'une large porte découpée dans la paroi rocheuse.rd12 04 12 037 Bernard et Jean regardent juste au dessous d'eux le Pertuis, l'étroit couloir que s'est percé la Vèbre entre les hautes falaises.rd12 04 12 038Nous sommes redescendus par l'intérieur de la Forêt, long chemin forestier, avons entendu chanter le coucou, piquer le pic-vert, et pleurer l'oiseau qui avait fait son nid dans l'arbre que des bûcherons ont abattu dans un grand craquement.

Je ne crois pas que les traces rondes vert foncé au fond du synclinal soient des traces d'eau, ce sont sûrement des cercles de sorcières, tels que nous en avions vus en juin dernier à côté du Veyou.rd12 04 12 042Nous sommes encore une fois descendus à grande allure en sautant la Vèbre, sans passer par le camping de la Graville que les marcheurs ne sont pas autorisés à traverser, pour arriver à la voiture. 2,5 heures de marche ce matin, autant cet après-midi et un dénivelé approximatif de 800 mètres. Pas si mal !

Et comme il est bien tôt nous avons fait un petit tour de Saoû, du village perché abandonné,rd12 04 12 045jusqu'au beau chevet de l'église, caché dans les ruelles et passages discrets.rd12 04 12 049Quelques minutes après avoir quitté le village une énorme averse est tombée sur notre route. Quelle chance nous avons eue avec le temps aujourd'hui !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens