Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 18:05

rd10 09 23 panoramaOh ! la rando que nous avons faite aujourd'hui ! Tout simplement somptueuse, sous un ciel d'avant la pluie, si bleu, si clair qui laisse les montagnes toutes nues, sans voile de brume, si belles autour de nous.


Commençons par le début. La Grésière fait partie du Diois. On l'atteint en partant vers Châtillon en Diois, et juste avant d'y arriver il faut prendre à droite la D69 vers le hameau des Payats, puis la D226 jusqu'aux Gallands (altitude 672 mètres) où on laisse la voiture.

Le sentier choisi par Justin qui mène le groupe grimpe tout de suite, sans mise en jambes préparatoire.

rd10 09 23 965

C'est un peu rude car ça dure ! Enfin le Glandasse apparaît derrière la première montagne qui commence à nous laisser voir au-delà du vallon des Gallands.

rd10 09 23 971

Le soleil perce les feuillages sous lesquels nous cheminons en grimpant toujours. Les fleurs dont les corolles étaient refermées plus bas, plus tôt, sont maintenant ouvertes et nous intriguent bien. C'est le bleu d'une gentiane, mais la tige et le feuillage diffèrent ...Les avis sont partagés.

Flore Diois gentiane ciliée

Après vérification c'est une gentiane ciliée, qui fleurit en automne. Elle a "quatre pétales ovales longuement frangés sur les bords". Et comme toutes les gentianes, elle est à protéger !

Nous avons beaucoup de chance, juste au dessus les fruits d'un arbuste sont ouverts et offrent ses graines au vent dominant, ou aux oiseaux.

Flore Diois graines de fusainCar les couleurs ne vont pas manquer de les attirer : fermés les fruits sont un petit bonnet de cardinal rose-corail, ouverts s'y ajoute l'éclat oranger des graines ! Plusieurs hypothèses sont émises, bravo à celle qui a pensé au fusain ! C'est bien ça.

 

Justin nous avait parlé de partie de sentier escarpé, de tunnel où nous n'aurions pas besoin de frontale. Et nous y voici. La falaise calcaire dont nous admirions depuis quelques minutes le plongeon dans le vallon est devant nous.

rd10 09 23 981

Il faut la franchir par ce tunnel (altitude 1050 mètres) que l'on atteint par le chemin en à-pic. C'est la partie "via ferrata". Un câble fiché dans la paroi nous assure et nous rassure.

Ca monte tout doucement jusqu'au col de Pinet (1195 mètres), mais ensuite ça reprend fort en sous-bois pour finir en escalier dans une prairie sèche.

Au sommet (1482 mètres) la vue coupe le peu de souffle qu'il nous reste. Du bord de la falaise on voit jusqu'au Mont Ventoux, là-bas, tout au sud. En tournant le regard vers l'ouest le Grand Delmas et les Trois Becs ferment l'horizon.

rd10 09 23 991

Justin nous aide à reconnaître ou découvrir les principaux sommets qui nous entourent.

rd10 09 23 001

Le Glandasse et le Grand Veymont qui pointe derrière, et beaucoup plus loin à l'est le Jocou, le Grand Ferrand,

rd10 09 23 994

les Aiguilles de  Luz, jusqu'à un glacier dont la blancheur se faufile entre les croupes et les aiguilles des montagnes dénudées au nord-est. Il n'y a pas à hésiter, c'est en face de ce grand spectacle que nous nous installons pour pique-niquer.

rd10 09 23 007

Nous nous repaissons de cette vue jusqu'à 14 heures !

P1150011.JPG

Enfin presque tous, chacun son truc ! Christine, aidée de Jean François a fait une belle récolte de fossiles en grimpant.

rd10 09 23 985

rd10 09 23 005Ils sont si nombreux dans ces montagnes calcaires. Ca permet de réviser la géologie et la formation des sols des Alpes et des Préalpes.

rd10 09 23 panorama

Encore un regard sur le splendide panorama avant de redescendre vers le col de Fays.

rd10 09 23 017

C'est un sentier de chèvres que nous allons devoir emprunter, bordé de buis auxquels nous allons nous agripper avec vigueur. Car les bâtons sont presque encombrants sur ce type de chemin. Le buis est réputé pour la solidité de son enracinement, et aussi pour la dureté de son bois. Nous allons vérifier les deux. Les petites branches nues sont comme des couteaux, et déchirent profondément ...

rd10 09 23 018

Nous avons finalement réussi à "dévaler" avec des douleurs diverses, juste à droite de la falaise, par un sentier légèrement balisé à côté d'à-pics impressionnants. Le reste du parcours est moins vertical.

Les pentes de cet  itinéraire (n° 27 ) sont très importantes (dénivellé de 820 mètres sur une distance d'à peine 13.5 km), ça sollicite des muscles que je n'avais pas fait travailler autant depuis quelques mois. J'en remercie encore plus Christine qui a eu la très bonne idée de cette splendide randonnée.

Il paraît que le ciel n'est pas toujours aussi favorable, et il peut même arriver que tout le paysage ait disparu dans la brume ou les nuages ! Eh bien, si nous devons notre chance d'aujourd'hui à la pluie de demain, qu'elle soit doublement remerciée !

Et enfin une troisième salve de remerciements à Hubert à qui je dois toutes les photos de cet article !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires