Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 15:28

frise 20 042Nous laissons Vrachos finir de sortir de son sommeil hivernal et partons pour le sud de la Grèce centrale, vers Arta puis Ioannina. (Nous suivrons les recommandations du Guide bleu, édition 2009, points "exceptionnels" et "très intéressants" et à terme nous allons visiter le nord-est de la Grèce.)

Les collines sont couvertes de vieux oliviers énormes, aux pieds entourés de filets roulés, tout comme en Ardèche sous les châtaigniers. Sur les bords de la route les lauriers roses sont fleuris. Il fait beau, la vie est belle ...

 

Nous continuons les premiers contacts : au programme du jour, Histoire : Antiquité, et époques byzantine et ottomane. C'est beaucoup pour moi qui ai abandonné les Grecs en 6ème, au 3ème siècle après JC, à la fin de l'épopée romaine pour ne les retrouver qu'un soir de 1968, alors que des généraux dictateurs sont venus s'inviter à notre repas (depuis il n'y a plus de TV dans les espaces repas à la maison !) 17 siècles à combler, ça va faire des soirées studieuses ...

 

A un détour de la route nous sommes entourés de pans de murs antiques. Des basiliques paléo-chrétiennes à gauche et à droite, un long rempart qui protégeait une ville, Nicropolis, ancienne capitale de l'Epire romaine.

Nous n'avions pas prévu la visite de ce site , et savons que nous verrons beaucoup d'autres, mais il est impossible de ne pas s'arrêter quelques minutes, Guide bleu à la main.

 

rd10 05 20 C 040

 

C'est Arta, son église Panaghia Parigoritissa et son pont qui nous allons visiter maintenant. Nous arrivons tout de suite près du vieux pont de pierre. Pas pratique de s'arrêter là, près du musée des Arts et Traditions populaires.

rd10 05 20 174

Une grande maison rouge profond, un puits à la margelle de marbre découpée par les cordages qui ont remonté des seaux pendant des siècles, des projectiles de quelque bombarde du Moyen-Âge et le  magnifique grand pont byzantin. Dommage que le lit de la rivière soit totalement à sec !

rd10 05 20 171

 

Il est à l'origine de quelques légendes qui font un peu froid dans le dos !

Quarante cinq maçons et soixante apprentis travaillèrent pendant trois ans à la construction de ce pont. Chaque jnuit le travail de la journée s'effondrait. Tous les travailleurs se lamentaient chaque matin et un jour un Génie leur répondit : "Si vous ne sacrifiez pas un être humain, aucun mur ne tiendra. Que ce ne soit ni un orphelin, ni un étranger, ni un passant mais sacrifiez la belle femme du maçon, qui vient tard le matin, qui vient tard à midi ..." Le maître maçon en l'entendant tombe malade à en mourir. Il fait parvenir un message à sa femme pour la protéger, mais le messager se trompe et sa femme vient comme d'habitude ...

Les textes dont je dispose ne disent pas la fin de l'histoire. Mais le pont a fini par être construit et il défie encore le temps. Il faut ajouter que les sacrifices de jeunes filles lors de la construction des villes dans cette région n'étaient pas seulement des légendes. (Jean Malalas, auteur du 6ème siècle) Donc à chacun d'imaginer.

 

Nous trouvons une place de parking presque au centre ville. Dans l'enceinte d'une clinique ou d'un établissement pour le sang, en regardant mieux. Nous sommes déjà capable de lire "parking" en grec, mais rien de plus. Le gardien nous  dit que ça ferme en début d'après-midi. Merci beaucoup.

 

La Panaghia Parigoritissa, église consacrée à la Vierge consolatrice domine la ville. Elle fut construite au 13ème siècle à la demande d'Anna Paléologue et de son époux, le despote Nicéphore. C'est la plus ancienne et la plus grande de la ville.

rd10 05 20 C 046

Sa façade est toute en briques et pierres blanches, soigneusement assemblées, cinq coupoles la coiffent.

rd10 05 20 C 058

L'intérieur est sombre, les murs sont ornés de fresques dont certaines ont été restaurées, ou sont en cours de nettoyage.Des essais ont fait apparaître sur cette Dormition quelques espaces de couleurs vives de l'origine.

 rd10 05 20 C 059

Un christ Pantocrator occupe le sommet de la curieuse coupole qui repose sur trois étages de colonnes réemployées (je me demande s'il reste beaucoup de choses de la capitale que fut cette ville au 3ème siècle av JC ?)

rd10 05 20 177

Les colonnes verticales reposent sur des fûts de colonnes posées horizontalement et qui s'enfoncent dans le mur, de part et d'autre ! Quelle étrange architecture !

rd10 05 20 C 062

Certains murs sont fortement ceinturés pour les maintenir dans l' état où ils sont. Des cellules monacales entourent le petit parc de l'église. Un musée archéologique y est installé, fermé. Nous ne pouvons pas voir les vestiges exhumés d'Ambracie, nom antique d'Arta.

Nous allons faire notre marché en ville, tomates et féta seront maintenant la base de nos repas ! Et nous trouvons sur une grand-place un chevalier qui nous rappelle quelqu'un : Pyrrhus.

rd10 05 20 186

Ah ! finalement nous avions continué à apprendre sur les Grecs après la 6ème. Mais l'impression que j'ai aujourd'hui est d'avoir essayé d'apprendre quelques tirades de Corneille et que ce fut difficile.

Il fut roi d'Epire (début du 3ème siècle av JC) juste après la mort d'Alexandre le Grand dont il était parent. Et il choisit cet endroit comme capitale.

Eh bien, voilà pour Arta, il est temps de reprendre la route sous un ciel très obscurci !

Nous devons traverser le fleuve Arachtos à sec en passant à côté du vieux pont. Surprise : l'eau coule sous le pont, et abondamment !

rd10 05 20 187

Avons-nous eu des hallucinations quelques heures plus tôt ? Nous comprendrons un peu plus tard en regardant la carte alors que nous attendions la fin d'un gros orage : il y a un barrage avec un grand lac artificiel entre deux montagnes, un peu en amont. Le volume de pluie attendu était suffisamment important pour devoir lâcher quelques milliers de mètres-cubes ! Nous confirmons que les prévisions étaient justes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens