Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 19:35

Brame 00Nous en parlions depuis longtemps du brame du cerf,moment mythique des forêts du Vercors. Chaque fois que nous visitions un refuge autour du plateau d'Ambel l'affiche bien visibleBrame 04

alimentait nos rêves qui un jour ou l'autre allait bien devenir projet, voire plus.

Eh bien nous y étions à "voire plus" ! Rendez-vous à 14 heures pour aller entendre les cerfs bramer à la ferme d'Ambert.

Je pensais que ces appels résonnaient le soir et que nous allions avoir le temps de marcher un peu sur le plateau après avoir laissé les voitures au belvédère qui domine Bouvante. Brame 01

Je photographiais des gentianes cillées qui fleurissent en nombre juste au-dessus de la route lorsqu'un appel lointain a retenti sur les flancs du Roc de Toulau ! Il était à peine 15H30. Je commençais à mieux comprendre pourquoi toute une partie de la forêt de Malatra est interdite aux randonneurs du 15 septembre au 15 octobre.Les cerfs sont en rut pendant toute cette période, et pas à heure fixe.

Un mot d'ordre passe dans notre groupe : "Chut !". L'après-midi va être dure et longue s'il faut se taire jusqu'à 20H30, heure prévue de notre retour ! En fait les échanges ont continué, mais en chuchotant et j'ai ainsi appris que nous ne venions pas ici que pour entendre le long cri rauque des cerfs en rut, mais aussi pour essayer d'en voir ...

Brame 02

Et d'ailleurs voici déjà une biche qui broute dans la prairie tout en haut entre la forêt et le muret qui protège du précipice. Vous ne la voyez pas ? A l'oeil nu nous non plus !Brame 03

Il a fallu des jumelles auxquelles Dominique et Jacqueline avaient pensé et qu'ils nous ont  prêtées, et toutes les possibilités de mon zoom pour arriver à transformer un point roux en biche.Brame 05

Nous avons fait le tour du refuge pendant qu'Alain méditait auprès de la source, puis sommes allés nous installer juste en dessous, entre le chemin et les colchiques là où la prairie offre un vaste lieu d'ébats.Brame 08Brame 06 Brame 07Y voir quelques cerfs et ou biches, même tout à fait en lisière, ça aurait été vraiment bien ...

Tout à droite, là où la prairie semblait vide de nombreux meuglements de vaches s'étiraient et cachaient les appels de cerfs. A 5H, heure de la traite ça se calmerait. Des randonneurs que nous entendions de loin traversaient la prairie. Il y eut même un important groupe d'ado, cahier sous le bras qui semblaient venir s'installer au refuge. Un peu bruyants tous ces jeunes gens. Nous commencions à envisager de changer de lieu d'observation pour être plus tranquilles lorsqu'une interjection péremptoire a jailli de nos rangs, se répendant dans toute la prairie ... je ne pensais pas que la voix était ainsi amplifiée ici. C'est un phénomène dont jouissent aussi les cerfs pour lancer leur appel.

Et justement juste en face de nous un bramement a retenti long, rauque, immense. J'ai imaginé un énorme animal surgir du bois. Il n'avancerait pas jusqu'à nous ?

Pour occuper le temps qui ne passait pas bien vite nous avons mangé nos sandwichs tout en gardant les yeux sur l'orée du bois.

Heureusement que quelqu'un s'est retourné vers les nombreux brames émis depuis le Roc de Toulau car dans une clairière, une biche, un faon, une autre biche broutaient.

Branle-bas, repérage, jumelles, ça bougeait tout le temps et c'était très loin ... Alain a même vu les impressionnants bois d'un cerf, parmi toutes mes photos la dernière est bien lisible : le toupet blanc de la queue d'une biche, sa tête et ses grandes oreilles se voient distinctement. Pendant tout ce temps Alain a enregistré les sons autour de nous. Comprenions-nous bien quand il disait qu'il avait plein de pintades ?Brame 09Nous sommes restés longtemps à entendre les cerfs, et à chercher à les voir en vain. Josette a donné le signal de la retraite un peu tôt à mon goût, mais elle a bien fait car après quelques centaines de mètres une biche et son faon ont traversé notre chemin. Qu'ils étaient beaux !Brame 10 Ils se sont vite mis à l'abri d'un bouquet d'arbres, puis ont poursuivi leur course tout en observant nos mouvements.

Le faon reproduisait exactement ce que faisait sa mère ; ils marquaient l'arrêt, écoutaient, tournaient la tête, repartaient dans un parfait synchronisme.

Brame 11

Brame 12

 

Et finalement nous ne les intéressions plus du tout, ils sont repartis vers la forêt et nous vers les voitures.

Claudie avait préparé un clafoutis aux pêches de vignes vraiment délicieux que nous avons partagé dans la nuit noire, au-dessus des lumières de Bouvant.

Quel bon moment nous avons ainsi passé !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens