Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 19:48

frise 1 2011 Marrakech 026Nous sommes arrivés à Marrakech hier soir, après un vol tranquille depuis Lyon, et une longue attente pour passer le contrôle de police à l'arrivée. Il semble que les Révolutions tunisienne et égyptienne au moment des vacances scolaires françaises aient des effets sur la fréquentation du Maroc. Je crois que le chauffeur qui nous attendait depuis une heure et demie fut soulagé de nous voir enfin le chercher.

Le riad El Dar est en pleine Médina. Nous y sommes arrivés à pied, la rue Derb Halfaoui, est très étroite avec des coudes fréquents qui doivent rendre l'accès aux voitures impossible.

Nous avons été accueillis par la maîtresse de maison avec un verre de rosé, puis le temps d'un tour de quartier, d'un tajine de boeuf délicatement parfume l était trop tard pour nous pour autre chose hier soir !

 

Nous avons passé le dimanche à parcourir la Médina. Heureusement qu'il y a les appareils photos pour fixer tant d'images ! C'est notre premier voyage au Maroc ; nous avions nourri notre imaginaire de récits de Paul Bowles, de Joseph Kessel et de quelques amis, de tableaux de Delacroix et d'Yvon Tardy, de numéros spéciaux de Géo, de catalogues de voyagistes, d'émissions de télévision, mais ce que nous avons vu aujourd'hui dépasse de loin ce que nous attendions.

La couleur ocre des remparts se retrouve partout, et en particulier dans les ruelles "résidentielles" si tranquilles ce dimanche matin.C'est cette couleur des murs qui vaut à Marrakech son surnom de "ville rouge".

rd 2011 Marrakech 023

rd 2011 Marrakech 040

Des rues plus larges que la nôtre sont bordées des grandes portes en fer des commerces fermés,en arc brisé outrepassé d'une école, mais aussi de portes de bois ouvertes dont on peut admirer le décor de fleurs peintes, chez le bijoutier, ou de marqueterie simple chez le jeune herboriste. Nous sommes accompagnés de Zohra qui nous a promenés toute la journée dans le labyrinthe assez incroyable de la Médina qu'elle semble connaître parfaitement. Elle connaît aussi les gens du quartier à qui elle nous présente : l'herboriste nous explique ce que sont ces fleurs, ces graines, ces poteries qui nous intriguent.rd 2011 Marrakech 025Un marchand du bazar examine la rue, la tête couverte de la capuche de sa djellaba : il fait encore frais dans les rues étroites où le soleil n'a pas pu pénétrer.rd 2011 Marrakech 033Et voici que la rue s'anime : il nous faut faire attention aux scooters dont les sonnettes tintent, aux charrettes à bras dont le pousseur crie et nous interpelle. rd 2011 Marrakech 044Les commerçants accrochent des marchandises au sommet des portes et le long des murs, les premiers tapis apparaissent,rd 2011 Marrakech 054bici une treille ne va pas tarder à étaler ses pampres qui protègeront les passants du soleil.rd 2011 Marrakech 050

Première boutique étincelante de cristaux des lustres qu'elle propose dans un cadre de palais ! Ce n'est pas encore le souk !rd 2011 Marrakech 074Des encadrements de portes pavés de zelliges, ces carreaux de faïence traditionnels,de cèdre  ou de stucs sculptés d'arabesques.rd 2011 Marrakech 077rd 2011 Marrakech 071

rd 2011 Marrakech 105et la grande porte recouverte de cuivre repoussé au marteau qui nous barre le passage est l'entrée de la mosquée proche de la fontaine Chrob ou Chouf.

Nous sommes déjà repartis derrière Zohra, écarquillant les yeux sous une débauche de couleurs toutes plus vives les unes que les autres, chatoyantes, attirantes !rd 2011 Marrakech C 040rd 2011 Marrakech 069

De grandes portes sont ouvertes sur des cours où de petits ateliers retentissent des bruits de leur activité.rd 2011 Marrakech 098Zohra nous montre les "fondouks", anciens hôtels pour les marchands et les paysans, leurs montures et leurs marchandises. Je crois que c'est la même chose que le caravansérail ? Zohra est d'accord avec moi ! Maintenant ils ont été convertis en ateliers d'artisants (oh ! si petits) ouverts sur la cour, et en appartements pour les artisants à l'étage. Nous avons rencontré un bijoutier issu d'une famille de bergers berbères qui vit à la limite du désert sous une tente, alors que lui est installé ici.rd 2011 Marrakech 094

Ça bruit des cliquetis des machines qui tissent des passementeries de soies aux couleurs vives, du marteau des cordonniers qui montent des babouches, des brosses des lustreurs d'objets en métaux divers.rd 2011 Marrakech 096

Il y a même un tourneur sur bois qui fabrique de petits objets en se servant de ses mains et de ses pieds, '"ses quatre mains" nous dit-il ! La main droite tient le ciseau, le pied gauche le guide, la main gauche avec un outil qui ressemble à un arc fait tourner le morceau de bois alors que le pied gauche maintient l'ensemble !rd 2011 Marrakech 108

Une fois à droite, une autre fois à gauche, dans les ruelles, sous des passages pleins de lumière et d'ombre, une place où des carrioles, leurs ânes et leurs maîtres attendent les ordres de transportrd 2011 Marrakech C 060

et nous finissons par arriver place Jemaa el Fna, la très fameuse !rd 2011 Marrakech 113

Nous sommes en début d'après-midi, le spectacle n'est pas encore complet ! Des marchands de fruits frais et secs, des montreurs de singes, des charmeurs et leurs serpents ...rd 2011 Marrakech C 063 qui semblent onduler au son d'une flûte particulièrement aigre, le pungi. On entretient la légende que c'est ce son qui fait se dresser et se balancer les cobras, les pythons alors que les serpents seraient totalement sourds. Quelqu'un de l'équipe passe parmi les curieux pour les faire admirer de plus près.

Oh, on s'en va Zohra, voir le palais de la Bahia ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages familiaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens