Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 17:26

frise12 11 13 012La météo prévoyait soleil et nuages. Et c'est vrai que les nuages ont été très présents, un peu trop même ; mais commençons par le début.

Le village de Châteauneuf de Vernoux est perché au-dessus d'une grande vallée surtout plantée de vergers qui étirent leurs branches bien rangées et coiffées de protections plastiques. Nous avons préféré le coteau où les prairies entourent de grosses fermes aux murailles de pierres. Enfin, c'est aussi l'itinéraire qu'a choisi Josette ; direction Saint Apollinaire de Rias et surtout la Commanderie.

Les brebis y sont bizarres. Plus brunes que claires, elles ont les oreilles et les joues noires alors que leur front et leur nez sont blancs.rd12 11 13 003Ce sont peut-être des Bizet ? Au pays de Vincent d'Indy pourquoi pas !

Mieux vaut regarder autour de nous qu'au-dessus où les sommets sont perdus dans la brume,  car nous ne voulons pas croire qu'il s'agit de nuages.

Depuis les années soixante du 20ème siècle le paysage est ponctué de "lacs collinaires". Artificiels, ils ont été creusés dans la pente, limités par des digues de terre. Ils sont alimentés par des sources, des petits ruisseaux ou de l'eau de ruissellement. Ils servent à irriguer et à abreuver les troupeaux et la faune sauvage. Ils ont modifié l'écologie par la multiplication des grenouilles et l'apparition de hérons.rd12 11 13 011Le trop-plein s'échappe par de petits canaux et aujourd'hui l'eau a envahi certains chemins creux.

Les arbres en bosquets, en haie ou en bordure de forêts comme deux châtaigniers à la silhouette ronde et solide ont enfin leurs couleurs d'automne.rd12 11 13 013Passée la Commanderie voici qu'encore une fois nous sommes un peu perdus avec les fiches publiées par le Conseil Général de l'Ardèche. Il nous faut une carte IGN et un moment de réflexion pour savoir précisément où est le sentier qui nous évitera la grande route où de nombreux camions vont si vite. rd12 11 13 019De jeunes bovins au pelage frisé et aux fortes cornes (issus de croisements avec des Highlands ?) sont très surpris de voir autant d'humains plantés si près d'eux. Ils s'effraient de chacun de nos mouvements vers eux, mais ne peuvent s'empêcher de se rapprocher de nous qui les intriguons tant.

Un beau bouquet d'arbres dépouillés au milieu d'une prairie pourrait avoir servi de cache pour les cérémonies  protestantes des 17èmes et 18èmes siècles. Ils semblent un peu à découvert maintenant, mais les routes et les forêts ont beaucoup changé en trois siècles.rd12 11 13 028

Le soleil a enfin réussi à percer les nuages alors que nous arrivons vers le col de Montreynaud que nous évitons en nous dirigeant vers Chamasse.

Un peu avant d'arriver au sommet de notre itinéraire (qui suit la piste 4 pour cyclos) nous décidons qu'un grand chemin au milieu d'une pinède pourra suffire pour pique-niquer. Car le vent qui a chassé les nuages et les pousse encore pourrait nous transir un peu plus loin.

L'apéritif du jour est un vin de mures confectionné par Josette. N'aurais-je pas oublié celui que Claudie nous a offert il y a deux semaines et que nous ne sommes pas arrivés à identifier ? C'était du vin de chicorée. En voici la recette :

 

- 1 litre de bon vin rouge (ou rosé)

   - 35 morceaux de sucre n° 4

   - 4 cuillerées à café de chicorée

   - le zeste de 1 orange

   - 1 grand verre (2dl) d'eau de vie blanche à 45°

   Dans un bocal de verre mettez le vin, le sucre, la chicorée et le zeste de l'orange soigneusement lavée. Remuez pour aider à la dissolution du sucre, fermez hermétiquement le bocal et laissez macérer pendant 48 heures.

Au bout de ce temps, filtrez, retirez un verre de la préparation et remplacez-le par un verre d'eau-de-vie.

A consommer après une semaine de repos.

 

Mais lorsque nous portons maintenant les yeux à travers la forêt nous constatons qu'un voile gris nous cache ceux du fond ! Pleuvrait-il à cinquante mètres ?

Il est grand temps de ranger nos recettes, nos cliques et nos sacs et de nous tenir prêts à sortir nos capes pour reprendre le chemin.rd12 11 13 033Les particules de brouillard se rassemblent sur les épines des pins et forment de vraies gouttes. Attention à ne pas toucher aux arbres, nous pourrions nous mouiller car il ne pleut pas, le vent déchire des lambeaux de brouillard qu'il pousse rapidement sur le sommet du serre.

Martine qui a profité d'un jour de congé pour venir avec nous prend un grand plaisir à photografier cette ambiance glauque.rd12 11 13 036

Au grand carrefour du Serre de la Roue où nous aurions dû avoir un panorama de rêve le paysage a disparu. Pas plus de traces d'un oppidum celtique ou de pierre commémorant les combats entre les protestants réunis par Dupont et Daniel et l'armée du roi en 1709.

Cependant quelques centaines de mètres plus loin, nous avons débouché dans une grande clairière entre des hêtres géants et dégingandés.rd12 11 13 043Là se tenaient les réunions d'un "désert", ces assemblées clandestines tenues par les protestants. Les lieux devaient à la fois dissimuler les cérémonies et permettre la surveillance des chemins alentour afin de signaler toute approche de personnes suspectes ou des dragons.

C'est aussi un endroit idéal pour la photo de groupe facilitée par le pied articulé que Michel a toujours dans son sac !rd12 11 13 045Petit à petit les nuages et la brume ont disparu et c'est grand soleil lorsque nous arrivons aux ruines du donjon du château féodal de Chateauneufrd12 11 13 050où tout le monde, assis sur les marches d'un théâtre de verdure (?) profite des rayons du soleil déclinant. rd12 11 13 054Les performances du jour différent suivant les sources : le GPS de Gérard nous dit 14 kilomètres et 414 mètres de dénivelé alors que la fiche annonce 13 km (avec des parties que nous avons évitées) et 300 mètres. Je pense que le GPS est un instrument plus précis que la fiche !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens