Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 16:21

frise11 05 11 063On désigne souvent cette randonnée par "la tête de la Dame" qui en est le point culminant  et l'endroit où nous pique-niquons alors que nous faisons le tour du plateau d'Ambel, immense zone d'alpages et de forêts de hêtres et sapins pectinés. Et qu'importe le nom qu'on choisit, c'est une exceptionnelle randonnée dans un "lieu remarquable", propriété du département.

rd11 05 11 001

Nous avons laissé les voitures au refuge de Gardiol, et avons rejoint l'itinéraire en points roses au Vérâtre, direction le refuge d'Ambel, en dessous du Roc de Toulaud.

rd11 05 11 004

La température est un peu fraîche malgré le soleil légèrement voilé, la prairie bien verte et il devrait y avoir beaucoup de fleurs. Derrière Jeannette, Danièle et Marie Claire les fleurs blanches d'anémones des bois profitent encore de la lumière que le jeune feuillage des hêtres laisse passer avant de faner sous l'ombre trop dense.rd11 05 11 009Petite escale à la source d'Ambel pour vérifier les gourdes,rd11 05 11 012avant d'entrer sous la hêtraie à l'étrange odeur d'ail.

rd11 05 11 016

Ce sont des plantes à deux feuilles semblables à celles du muguet qui dégagent ce parfum encore plus net dans les boutons. C'est l'ail des ours qui couvrira d'ici quelques jours le sol de la forêt d'un immense bouquet blanc.

rd11 05 11 018

Au pas du Gouillat nous rejoignons le chemin d'accès qui part du col de la Bataille. D'ici le regard embrasse tout le vallon d'Omblèze qui s'étire quelques centaines de mètres au dessous de nous.

Nous allons maintenant suivre la ligne de crêtes jusqu'à la Tête de la Dame. Avec quelques regards derrière nous de temps en temps, sur la pelouse fleurie de jaune, au loin le Roc de Toulaud et au premier plan Josette à qui nous devons l'excellente idée de cette randonnée de la journée complète. C'est le jour idéal avec un temps particulièrement propice, il n'y a même pas d'air en haut des falaises !

rd11 05 11 021

Pendant que certaines se rappellent les jours de brouillard, de vent horrible, de pluie, de rando ratée qu'il a fallu abandonner, nous pouvons admirer les Gorges d'Omblèze dans la combe, rd11 05 11 023au loin la brume nous laisse tout juste deviner les contours très flous de RocheColombe et des Trois Becs.

rd11 05 11 028

Un regard aussi sur la ligne de crêtes et le sommet des falaises, toujours impressionnant.

Le temps est tellement favorable, le soleil chaud, que nous pouvons nous installer presque au sommet, à 1506 mètres d'altitude,entre les pissenlits et les narcisses

rd11 05 11 036

en face de la pelouse et des falaises qui dominent le Val de Quint. A l'horizon, à droite, au creux de la déclivité la porte d'Hurle permet l'accès au plateau.rd11 05 11 031Devant nous la prairie est tachée de blanc, celui des narcisses, celui des pierres nues et de quelques points d'eau, abreuvoirs pour les troupeaux qui passent l'été ici.

rd11 05 11 034Le Bec Pointu est juste derrière nous. C'est un fameux sommet, pas très haut mais sûrement très impressionnant. Josette me dit y avoir eu un vertige désagréable, et dans le groupe de Beauvallon il a aussi une rude réputation. Quant à moi, je n'ai pas encore eu l'occasion de me le "coltiner".

rd11 05 11 040

Pendant que je pars à droite et à gauche à la recherche de quelques fleurs idéales (que je présenterai sous la rubrique "Couleurs de la Drôme") c'est l'heure de la sieste surveillée par Mado. Sérieuse ou dissipée, n'est-ce pas Marianne et Josette ?

rd11 05 11 039 Alors que le soleil est à son zénith nous repartons, pas vraiment le long des crêtes. Je choisis un détour au milieu des narcisses qui dissimulent quelques petites pensées bleuesrd11 05 11 045avant de rejoindre le groupe pour la photo traditionnelle,rd11 05 11 049au-dessus du Val de Quint.

rd11 05 11 050A la bergerie de Saint Julien en Quint où les troupeaux (bovins, ovins et chevaux) accèderont bientôt en montant comme depuis des siècles par une draille, des randonneurs se sont installés pour un temps de repos.rd11 05 11 051Elisabeth et Josette resteraient bien ici, loin de l'agitation de la vallée. Je pense qu'il faut beaucoup apprécier les jeux de société, les bonnes lectures et la présence des troupeaux pour y passer l'été ! Mais les bergers ont beaucoup trop de travail, (et peut-être pas assez de partenaires) pour les jeux de société ... Qui nous a conté l'expérience des loups d'une jeune bergère qui ne pût, même avec ses patous, les empêcher de tuer quelques brebis ? Il paraît qu'elle n'a pas pu finir sa saison pour dépression nerveuse.

Nous sommes passés par le refuge de Tubanet dont Josette voulait vérifier les capacités d'accueil (21 personnes), afin de nous proposer de revenir vers le 15 septembre, un soir de pleine lune écouter le brame du cerf. Et pourquoi pas en profiter pour chercher des champignons et faire une omelette dans la grande cheminée ? Il faudrait emmener une poële, il n'y a que des tables, bancs et châlits, pas d'instruments de cuisine !

rd11 05 11 065

La vie des animaux sauvages est particulièrement protégée dans cette partie du plateau d'Ambel, avec des interdictions d'accès pendant la période du rut, du 15 septembre au 15 octobre.

Nous croisons encore un important groupe de marcheurs (parmi lesquels les amis de Suze sur Crest et Crest avec lesquels Camille chantait dans la chorale des Deux Vallées). Nombreux sont les randonneurs qui sont venus ici aujourd'hui, profitant ainsi des conditions si favorables pour admirer cette immense prairie.

rd11 05 11 066

La végétation est variée, et nous n'avions pas encore vu de ces grandes plantes qui ressemblent aux gentianes jaunes. Josette qui est une botaniste bien mieux avertie que moi, nous dit que se sont des vérâtres. (je vous recommande la lecture de l'extrait du "Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle" du lien. Cet écrit de 1791 de Jacques Christophe Valmont de Bomare, tout comme le vérâtre, ne manque pas de saveur !)

Ce sont sûrement ces plantes qui ont donné leur nom à l'endroit où nous avions tourné à droite, ce matin vers le refuge d'Ambel.

Il ne reste que quelques minutes avant de rejoindre le refuge de Gardiol et les voitures. Claudie et Michel nous font là une bien agréable surprise : une cagette de cerises, grosses, juteuses et sucrées à point. Pour nos premières cerises de l'année, elles sont de choix ! Grand merci Michel et Claudie  pour avoir cueilli cette gourmandise et nous la faire partager !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens