Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 19:04

Je suis arrivée sur le champ de Foires à 9 heures moins 1, pas le temps de sentir si la température était froide ou seulement fraîche ! C'est seulement en remontant la D156, celle qui démarre juste avant Bourdeau pour franchir le col de la Chaudière, que j'ai vu la gelée blanche sur les prairies qui n'avaient pas encore été atteintes par le soleil ... Nous nous sommes arrêtés au col de Gourdon, 953 mètres d'altitude, flaques gelées.Gourdon 01

Donc si nos têtes sont couvertes de bonnets rouges, verts ou violets ce n'est pas un signe de contestation, mais seulement pour protéger nos oreilles et nos têtes ! Le café de Marie Claire, les sablés de Maguy et les rochers de Mado sont les bienvenus dans le froid du matin et nous éviteront une pause-banane.

Nous sommes parés pour descendre dans la Combe. Glace dans les flaques, et givre sur toute la végétation. Pas seulement car une épaisseur semblable à celle que nous voyons sur certains feuillages ou mottes d'herbe ça ne peut qu'être des flocons gelés ... Il peut donc faire beaucoup plus froid sur les flancs des Trois Becs que dans la vallée du Rhône même parcourue par un fort mistral. Les aboiements de chiens de chasse qui doivent courir sur les flancs de Roche Rousse, à moins que ce ne soit à l'intérieur de la forêt, vers les Trois Becs couvrent le tumulte du ruisseau qui coule au creux de la combe.Gourdon 04Nous nous arrêtons pour un premier rassemblement, car la marche est délicate sur le chemin à l'ombre, où l'humidité entretenue par les sources, les flaques, la neige ne s'assèche pas. Il faut négocier prudemment les virages en épingles à cheveux, et si en plus on se laisse tenter par quelques lactaires, on a vite fait de prendre du retard. Merci Serge d'attendre et de veiller sur les dernières. Et il ne faut pas se vexer si certains vont plus vite que d'autres : c'est normal que tout le groupe n'aille pas au même rythme !.

Nous approchons le ruisseau de Roland qui gronde  de plus en plus. Un guet est prévu dans le parcours du jour. J'espère que ce n'est pas ici, nous risquerions d'avoir de l'eau jusqu'aux chevilles.Gourdon 06Eh bien, si c'est ici ! Quelques grosses pierres un peu branlantes ont été placées pour sauter le ruisseau au courant très rapide et abondant. Merci Michel et Serge pour votre encadrement.

Nous retrouvons Marianne qui se chauffe au soleil, appuyée sur une énorme pierre, attendant le gros des troupes. Francine a continué son chemin que rien ne peut entraver.

Après la longue descente du début du tour, nous commençons à remonter vers Floréal. Le tour de Gourdon est une toute petite boucle qui a été heureusement allongée jusqu'à la ferme de Fonnderesse, à laquelle Josette ajoute une variante peu fréquentée. Le chemin est assez broussailleux et des pierres encombrent ce qui dut être une route de charroi.Gourdon 08Le paysage s'est ouvert sur les marnes de la colline qui conduit jusqu'à la tour de Bézaudun sur Bine (je croyais que c'était la tour de Mornans). Les marnes me fascinent et de font peur à la fois ; j'ai l'impression que ce sont des terrains très instables qui pourraient engloutir tous ceux qui osent les défier. Rien à craindre pour le moment, elles sont au loin.Gourdon 11Nous sommes arrivés auprès de Fonderesse et de ses prairies  juste pour le pique-nique. Au fond tout à l'est le Grand Delmas, et la petite montagne devant, c'est le Gourdon. Maguy nous sort de son sac une surprise : un cake que Renée nous envoie accompagné d'un message. Gourdon 12Renée, même sans gruyère il est parfait ce cake surprise que Maguy a bien gardé depuis un mois.

Après le repas il m'a été accordé une demi-heure pour aller voir sous les sapins si je trouvais des champignons ... mais j'ai très bien entendu que des conversations continuaient bon train. Il faudra que les dormeurs continuent à chercher qui les empèchent de dormir, moi, je ne dirai pas quelles sont les voix que j'ai reconnues !Gourdon 14

Si nous avons tous un air penché, ce n'est pas un problème de terrain, mais d'inclinaison de l'appareil photo !

Nous sommes repartis par un chemin que les sangliers doivent beaucoup pratiquer car les flaques y sont de vraies bauges parfois difficiles à éviter, surtout pour celle qui a envie de patauger !Gourdon 13Ma carte est difficile à lire, mais le sentier est très bien balisé, il suffit de suivre maintenant la flèche vers la Bâtie Roland puis celle vers les Athénols où une source déverse un généreux flot dans son bassin herbeux.Gourdon 15 C'est le moment de refaire les provisions car il ne nous reste que 1.6 kilomètre mais avec un important dénivelé ... oui, il faut remonter tout ce que nous avons descendu. Curieuse randonnée pour la Drôme où c'est à la fin qu'il faut grimper !

Mais que le paysage qui s'offre à nous est superbe avec le soleil à contrejour qui dessine des ombres chinoises avec la tour au premier plan et les montagnes du sud qui s'estompent de plus en plus dans la brume  !Gourdon 16Nous nous approchons du col et pouvons adlmirer tout le vallon avec la route prise ce matin qui "virouille" depuis Bourdeau jusqu'au col où sont les voitures. Virouille ? C'est un mot d'ici bie simple à comprendre !Gourdon 17Nous sommes à nouveau au col, à 950 mètres d'altitude, et après avoir enfilé nos T-shirts secs (même une sauterelle-couteau a senti notre linge propre !),Gourdon 18 nous être désaltérés, nous sommes dans des conditions parfaites pour apprécier le gâteau que Claudie nous a préparé hier soir avec des pruneaux et des amandes. Voilà de quoi reconstituer toutes les réserves que nous avions perdues.Gourdon 19

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens