Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 19:47

frise12 08 05 1091

Notre dernière étape en Bretagne a été Cancale. Pour nous régaler d'huîtres, peut-être nos dernières huîtres bretonnes de ce voyage ... Elles étaient exactement comme nous les aimons. Et depuis la maison de la Baie du Mont Saint Michel le cadre de la dégustation est magnifique.rd12 08 05 390Les îles Chausey au Nord, la montagne de Dol au sud et à l'est "la Merveille", puisque c'est ainsi que les professionnels du tourisme qualifient le Mont Saint Michel. Tout a été revu lorsque les nouvelles conditions d'accueil ont été mises en place pour protéger ce site exceptionnel.

Mais maintenant la distance est telle entre le parking des camping-cars et le terminal de la navette qu'elle épuiserait Camille avant d'avoir mis le pied sur le rocher. Et la foule est si dense pendant les mois d'été que c'est totalement rédhibitoire ; nous attendrons un mois de mars ou de novembre pour revenir comme lors de notre visite précédente, il y a quarante ans !

Nous sommes un peu surpris de voir, ce dimanche à 14H, autour de la maison de la Baie  la noria de véhicules amphibie, de drôles de bateaux à roues, rd12 08 05 393qui prennent la route vers les parcs à moules, euh, à bouchots, qui se découvrent petit à petit. Pas de dimanche qui tienne, c'est la marée qui mène le ballet !

Nous avons choisi de visiter une autre abbaye, éloignée des grands chemins, celle de Hambye qui fut du 12ème au 16ème siècles un des grands foyers de la spiritualité en Normandie.rd12 08 05 1043L'église abbatiale est une ruine grandiose ! rd12 08 05 1046Par laquelle nous finirons notre tour car nous avons choisi une visite commentée qui commence par les bâtiments monastiques et le cloître dont les pierres ont été dispersées après le décret impérial de 1810. Nous sommes passés par la prairie et le verger d'où la vue d'ensemble sur le choeur, la tour et l'arrière des bâtiments de l'enclos abbatial. rd12 08 05 1061Nous avons fait le tour de la cuisine, de la cidrerie équipée d'un tour à écraser les pommes et d'un pressoir du 17ème siècle, du scriptorium qui fut transformé en cuisine, un potager dont l'époque n'a pas été  déterminée - je suppose qu'il date de la transformation de l'abbaye en ferme après 1810 - occupe le renfoncement d'une fenêtre.

La salle capitulaire se tire bien des outrages de sa transformation en étable. Le bas des piliers avait été enterré, mais la voûte laissée intacte pour notre plus grand plaisir. Il faut que nous nous souvenions bien de cette architecture car elle est typiquement normande.rd12 08 05 412Les murs ont été peints au 15ème siècle et quelques fresques  ont réussi à nous parvenir. Voici la scène du Christ lavant les pieds de ses disciples ; la Piéta en bois polychrome (16ème siècle)

rd12 08 05 1072-1rd12 08 05 1074a du être ramenée par madame Beck dont l'époux avait acheté en 1956 l'ensemble des bâtiments conventuels. Elle en tomba rapidement amoureuse et passa sa vie (jusqu'en 2010) à les restaurer ...  Il faut dire que la visite accompagnée est surtout un hommage à madame Beck et à l'immense travail qu'elle a accompli avec parfois assez peu de moyens. Les bâtiments achetés par son mari sont toujours propriété de sa famille alors que l'église abbatiale, la porterie et le bâtiment des frères convers appartiennent au département de la Manche.

L'abbaye fut fondée à l'instigation de l'évêque de Coutances en 1145. Elle connut une longue période de prospérité, essaima dans la région, en Bretagne et en Angleterre. A partir du 16ème siècle avec l'apparition des abbés commendataires elle entra comme tant d'autres en déclin et était abandonnée lors de la Révolution. Heureusement les "amateurs de pierres" qui l'achetèrent en 1810 eurent sûrement peur que le ciel leur tombe sur la tête et ils arrêtèrent de prélever des pierres après avoir abattu la façade, le portail, une partie de la nef et deux colonnes du choeur. Les détériorations continent seules. En 1860 l'évêque de Coutances intervient pour reconstituer les deux colonnes mais  les dégradations se poursuivent jusqu'en 1956.

Après beaucoup de travaux voici ce que nous pouvons voir du choeur, très sobre, très élancé avec huit colonnes du 13ème siècle et les arcs boutants de la même période.rd12 08 05 1093La tour carrée surmonte la croisée du transept. Elle allie des éléments romans et gothiques. Le clocher la coiffait  et dominait toute la vallée du haut de ses trente mètres.rd12 08 05 1089La nef mesurait 25 mètres, à l'échelle de la communauté qui vivait ici.

La vie dans ce vallon ne devait pas être toujours gaie et en ce dimanche gris et humide nous n'avons pas du tout eu envie d'aller voir l'exposition "de la prière aux champs" dont de nombreux panneaux se dressaient dans la prairie fraîchement tondue. Vivre en sandales dans cette herbe mouillée les jours d'hiver ... La vie monastique devait être dure certains jours !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Belles romanes et autres
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens