Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:04

clochers calvaires 00

Dans la vallée de la Soule plusieurs églises ont de curieux clochers ; au sommet du mur de la façade trois tourelles, trois pointes surmontées chacune d'une croix. Celle de Mendy est particulièment séduisante juchée sur sa colline d'où elle domine sûrement toute sa paroisse.clochers calvaires 1

Il faut absolument aller la voir de près ! Le cimetière la jouxte. Je n'y vois pas de stèles discoïdales qui sont les monuments funéraires basques les plus anciens. J'ai remarqué dans un petit escalier certains de ceux qui les ont remplacés utilisés en marches ... Et déjà les lourdes croix trapézoïdales qui sont arrivées ensuite cèdent la place à ces horribles stèles contemporaines.clochers calvaires 4Je fais le tour de la petite église aux rares fenêtres très étroites. Il doit falloir la flammes de nombreux cierges pour faire briller les ors du retable baroque que je ne verrai pas : la porte est fermée.clochers calvaires 3Un porche abrite la porte occidentale à côté de laquelle une tour recouverte de bardeaux enferme l'escalier d'accès au clocher proprement dit. Elles sont installées dans ce qui ressemble à l'ouest à une cage, à l'est à un balcon qui s'ouvre sur le toit de la nef recouvert d'ardoises comme tous les bâtiments de la région.clochers calvaires 2C'est vraiment dommage qu'elle soit fermée !

Tout comme d'ailleurs celle d'Idaux que nous sommes allés voir à notre retour chez la famille Armagnague.clochers calvaires 6La date de construction du porche est inscrite sur une pierre au dessus de la porte, 1718. Au dessus de la porte d'entrée de l'église on lit 1609. Mais pourtant certains éléments semblent beaucoup plus vieux.clochers calvaires 5

Du haut du plateau d'Iguizentia on voit encore quelques clochers semblables. J'en suis redescendue avec quelques questions.
Aimée, l'épouse de Jean Michel nous a répondu que les "clochers trinitaires" sont bien une particularité régionale mais n'a pu nous en dire plus.

Donc nous allions poser nos questions à Jean Michel lorsqu'il nous a conduit chez son ami Philippe Etchegoyen, ancien professeur de maths, voyageur infatigable et maintenant retraité revenu dans sur les lieux de son enfance pour y travailler l'histoire et recueillir les témoignages des derniers acteurs d'une civilisation en voie de disparition.clochers calvaires 0Il sait conter son pays et captiver son auditoire ! Quel plaisir de l'écouter et de partager quelques expériences.

S'il est intarissable sur les bergers et  les cayolars, bergeries des montagnes, les églises de la vallée de la Soule avec leur clochers-calvaires n'est pas sa spécialité. "Clocher-calvaire" voici déjà une piste : ils représentent le mont Golgotha avec les croix de Jésus au centre, à peine plus haute que celle des deux larrons. Voici un hommage inattendu à Dimas le bon larron et Gestas, le mauvais ...

Par contre l'histoire de la vallée est un de ses sujets favoris. Cette vallée de la Soule qui n'avait ni évêque ou prince puissant mais était cernée par la Navarre au sud et le Béarn au nord servit souvent de champ de bataille aux familles adverses qui soutenaient les deux royaumes voisins, la famille Gramont prenant partie pour la couronne française alors que la famille Luxe Beaumont bataillait pour celle de Castille-Aragon.

La vallée fut ainsi ravagée, les églises brûlées pendant près de deux siècles. C'est Arnaud de Maytie, grand évêque parmi les évêques d'Oloron Sainte Marie qui les fit reconstruire, en général sur les bases romanes, au début du 17ème siècle.

C'est un peu plus tard que les retables baroques dorés y furent installés.

Ces églises ont, comme toutes les églises basques une ou deux galeries qui dominent la nef. C'est de ces galeries que les hommes assistent aux offices. Les femmes, gardiennes des tombes de la famille, y assistent avec les enfants d'en bas, assises au-dessus des stèles simplement numérotées qui occupent l'ensemble du sol de la nef. Le passage pour un jeune garçon du sol à la galerie etait un vrai voyage initiatique. Cette tradition se perd en grande partie en raison de l'itinérance des cérémonies dans les différentes églises de la région.

Philippe Etchegoyhen a écrit deux ouvrages Mémoires souletines tome 1, "Villages de la vallée" et tome 2,"Bergers et Cayolars, gestion de l'estive" faciles à trouver bien au-delà des Pyrénées avec le net.

A lire avant que nous revenions car nous reviendrons sans aucun doute voir et entendre ces personnes de caractère que sont Jean Michel Armagnague et sa famille, Guillemette Spies et Philippe Etchegoyhen et peut-être quelques autres amoureux de leur vallée de la Soule !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Camping-car
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens