Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 20:33
Lundi 9 Novembre 2009
Nous nous sommes réveillés au Sikkim. Tôt, très tôt, mais au Sikkim ! Dans ce petit royaume caché au coeur de si hautes montagnes aux sommets étincellants de neige et de glace que ses habitants, les Lepchas l'ont appelé "le Ciel" où les vallées sont si vertes et si accueillantes que les Tibétains le surnomment "la Terre du riz". Le romancier anglais James Hilton l'a décrit comme étant " la chose la plus proche du Paradis" et s'en serait inspiré pour son roman "Horizon perdu" qui fut un bestseller dès sa sortie en 1933. (A lire dès notre retour !)

Hier soir Stéphane nous avait conseillé de nous réveiller vers 5h pour jouir du lever du soleil sur le Kanchenjunga ... Encore ? mais nous nous sommes déjà levés si tôt pour le voir hier de Darjeeling ! Comme on veut, c'est une option, mais tous les pavillons ouvrent sur le massif et permettent d'en profiter sans se lever vraiment !
Surprise, l'exitation a fait que nous nous sommes réveillés, Camille et moi, avant que le réveil sonne ! Nous avons ainsi entendu le chant merveilleux, extrèmement mélodieux et varié d'un oiseau qui appelait le soleil dans la nuit finissante.
Seul bémol à ce réveil, les nuages recouvraient les sommets et il n'y avait pas de lever de soleil sur le plus haut sommet du pays ... Petit conciliabule sur les perrons et aux fenêtres avec nos voisins les plus proches et retour au lit !















Pas trop longtemps, pour profiter de la belle matinée un peu fraîche, des fumigations matinales en offrandes parfumées aux divinités qui nous entourent : les montagnes, les vallées, peut-être aussi les arbres et les rossignols himalayens ? A moins que ce soit pour honorer le Kangchendjunga, les cinq grands trésors glacés qui se profilent maintenant au loin : ces montagnes sont riches en turquoises, or et textes sacrés déposés par Padmasambhava. link


Le programme du jour est un peu chargé : pas moins de trois monastères de différentes écoles, une promenade à pied, et quitter Pemayangsté pour la capitale Gangtok !

Le monastère de Pemayangsté, ou du "Lotus sublime" dépend du bouddhisme tantrique et est dédié à Padmasam-bhava, le "Précieux Maître". Au sommet d'une crête à 2085 mètres d'altitude ce monastère est l'un des plus célèbres du Sikkim.
Le premier chörten y aurait été élevé en 1705 par le lama  Lhatsun Chempo qui aurait "découvert le royaume caché" à la fin du 17ème siècle et aurait présidé à la cérémonie de couronnement du premier Chogyal, titre du roi du Sikkim.
L'organisation du monastère est classique, et le décor particulièrement soigné. Des pavillons très colorés entourent la gompa.


Moulins à prières géants, petits sanctuaires, habitations des moines et des nonnes donnent une idée de l'importance du lieu.
















Nous commençons à reconnaître l'organisation de la gompa : la salle hypostyle, les fresques, les statues de terre crue richement peintes, les sièges bien hiérarchisés ...
Ici la visite continue au premier étage avec une collection de masques grimaçants utilisés  lors de danses. Une pièce est dédiée à Guru Rinpoche et ses huit manifestations ... Pas simple le bouddhisme, cette religion sans Dieu, mais avec de nombreux Bouddhas dont certains ont de multiples manifestations : il doit y avoir beaucoup de monde au Panthéon bouddhique !
Et la "grande bibliothèque" rassemble le Kanjyur, les 108 volumes des enseignements du Bouddha historique et le Tengyur, les 240 volumes de commentaires : l'ensemble du canon bouddhique est ici ! Les bibliothèques m'émeuvent toujours, même très différentes de celles que nous voyons en Europe !
Au deuxième étage nous accédons à l'essence même du "mystère" bouddhique : un mandala en trois dimensions, haut d'au moins cinq mètres, fabuleuse oeuvre de foi réalisée par un seul moine, en vingt années de travail. C'est une représentation symbolique du Cosmos tel que le perçoit un "Eveillé", (traduction de Bouddha"). Ici c'est la Montagne Cuivrée, en son centre Guru Rinpoché, tout autour de nombreuses figures secondaires, des émanations du bouddha.
On pourrait aussi dire que c'est une oeuvre d'art, mais le peut-on vraiment pour quelque chose chargé de tant de mysticisme ? Les mots de mes notes sont trop forts pour que j'essaie de les mettre en phrases : emplacement de la conscience, manifestation et émanation de Bouddha, nature du Bouddha qui existe en tout être vivant ... Les représentations de la terre, de l'eau, du feu et de la conscience, des formes énérgétiques ...
Nous sommes un peu scotchés et regardons avec émerveillement ce "monde" que nous ne pouvons photographier car il doit rester secret ... Et le moins que nous puissions faire c'est de respecter la foi et les interdits des croyants que nous visitons, rencontrons au cours de nos voyages ...


Le temporel s'exerçait tout près du spirituel : les ruines de Rabdentse, la capitale du Sikkim de 1670 à 1814 se découpent sur une montagne voisine un peu plus basse ... Sens de la hiérarchie ?

Nous gagnons le monastère de Sanga Choliing à pied ! Et ça nous a permis de voir la profonde vallée de Pelling,


ainsi que quelques morceaux choisis de vie quotidienne. Les dames récoltent des herbes fraîches dans la forêt de cryptomérias et les ramènent à la  maison, avec le sourire !


pendant que les hommes sont sur le chantier d'aménagement du chemin. Bientôt on accèdera au monastère en voiture. Les pierres sont déchargées à la main et transportées sur l'épaule depuis le camion qui les monte jusqu'à l'endroit où elles seront cassées avec une petite masse et rangées soigneusement et manuellement côte à côte.


Le monastère a été construit en 1697, c'est l'un des plus anciens du Sikkim. Il est perché à 2500 mètres d'altitude, et doit particulièrement convenir pour la dispersion des mantras vers les divinités,


les nombreux  drapeaux de prières entourent les chörtens et suivent le chemin qui gravit jusqu'au sommet de la colline. Des chants et de la musique proviennent de la gompa : l'ambiance est au recueillemnt dans ce lieu habité !


... par le mysticisme et aussi quelques moinillons comme celui-ci qui s'éloigne en grignotant du riz frit, le nombril à l'air, la morve au nez, un petit chat dans sa chemise . Quel âge peut bien avoir cet enfant pour être déjà pensionnaire du monastère ?


Retour à l'hôtel pour le déjeuner. Des pickles himalayens "murissent" au soleil : petits piments forts, mini-navets, champignons, ail au vinaigre.


Il est déjà temps de repartir. Nous admirons tout au long de notre route le paysage si surprenant d'un mois de novembre sur les flancs de l'Himalaya. Des buissons fleuris de poinsettias, de lentanas, de bougainvillées, de fuschias, d'hibiscus, de bambous, des lianes de volubilis et quelques autres occupent le sol sous les grands rhododendrons ... Que toutes ces fleurs sont belles !
Mais que dire lorsqu'elles bordent les rizières ? C'est féérique ! Ici le riz commence à mûrir,


là il est coupé et finit de sécher.


La cardamome est aussi une richesse locale, et pousse un peu partout sous les arbres au bord de la route, et aussi tout près de la serre


en face du "sanctuaire de Yungdrung Bön, un des rares îlots subsistant de la religion Bön Po, qui fut la première à supplanter l'animisme dans ces régions". Mélange de chamanisme et de bouddhisme ?


C'est le jour des offrandes, de jeunes novices nous accueillent et le lama nous offre des clémentines reçues aujourd'hui. La peau est très verte, mais elles sont juteuses et douces.
Détails ésotériques : les svatiskas incluses dans les ferronneries du balcon au-dessus des novices, et la syllabe "Om", la plus sacrée des syllabes, dorée sur fond bleu, sur le chörten.


Nous croisons une équipe de ramasseurs de cardamome , Sourech nous en ramène, et surprise, c'est très différent de ce que je connaissais. Ca semble être une partie de racine et non pas des graines !


La route est longue jusqu'à Gangtok, ou du moins nous le semble-t'elle à 20 km/heure en vitesse de pointe. Mais que notre chauffeur est bon, pour franchir tous les obstacles qui barrent la route avec une régularité incroyable ... Et n'allez pas croire, c'est d'une grande route revêtue que nous empruntons pour traverser le pays ...



Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Asie et Océanie
commenter cet article

commentaires

Pierrette Filippi 03/12/2009 10:01


Quel voyage cela a du être…
Photos splendides !
Textes enchanteurs…


Recherche

Liens