Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 22:18

rd Salzbourg 167rd Salzbourg 168rd Salzbourg 170rd Salzbourg 172Groupe de Saoû chante Mozart à la brasserie Sternbraü (n° 24 sur le plan) attendant son goulash du jour ! Jamais tout à fait le même : pour ce repas ce fut avec du gibier ; peut-être du cerf ? Avec les pâtes fraîches autrichiennes c'était toujours bon, et ça allait si bien pour les journées froides que nous passions  ...Salzbourg 01 26 aprèsmidi 125

Et bien sûr il neige encore lorsque nous nous dirigeons vers le café Mozart, Getreidegasse, pour la conférence qui n'a pas pu se tenir ce matin à l'hôtel.rd Salzbourg 176L'ambiance dans la salle rappelle celle de conférences de Berlin dans la chambre d'Annie er Pierre ... Moment cocasse, et bon souvenir.rd Salzbourg 180Philippe Andriot revient sur les concerts d'hier : le matin un chef qui sait diriger des jeunes musiciens, mais une 41ème  symphonie qui "manquait un peu de tripes" ? Ah ? Je ne l'ai pas ressentie comme ça. Les oeuvres contemporaines diversement appréciées, ont cependant intéressé tout le monde.

Quant à la Flûte que nous avons entendue, tout le monde a été enchanté sans trop savoir pourquoi ! Cette version de concert était tout sauf statique. Philippe est dithyrambique, et nous sommes tous d'accord avec lui.

 

Le programme de ce soir comporte deux oeuvres,

- Alban Berg, concerto pour violon et orchestre "A la mémoire d'un Ange",

- Wolfgang Amadeus Mozart, 40ème symphonie en sol mineur KV 550 ;

qui auraient dû être interprétées par le Wiener Philharmoniker dirigé par Nikolaus Harnoncourt et Gidon Kremer au violon. Défection du chef puis du violon qui ne voulait jouer qu'avec Harnoncourt, ils seront remplacés par Herbert Blomstedt et Christian Tetzlaff, le des violonistes que nous avons entendus lundi soir.

 

La 40ème symphonie à la tonalité angoissée, complémentaire à la 41ème entendue hier soir,  illustre le questionnement. "Oeuvre folle dont chaque note est en or".

Puis Philippe nous parle du mouvement dodécaphonique créé par Schenberg et ses élèves, Berg et Webern, et de la musique sérielle ... Il nous conte l'émouvante génèse du "concerto à la mémoire d'un Ange" et nous précise que cette oeuvre composée en 1935, à la fin de la vie de Berg a été influencée par Freud pour qui "la musique a pour fonction de représenter et d'éclairer l'inconscient".

Il est paradoxal d'entendre la musique transparente et presque légère qui sera jouée par un orchestre monumental.

Camille et moi ne connaissons que peu d'oeuvres de cette école, et nous serons sûrement ici dans les meilleures conditions pour en découvrir une !

 

Il est temps de reprendre notre découverte de Salzbourg, dans les pas de Mozart et ceux de Marouan Dib. La rue des enseignes a de bien beaux magasins. Il nous semble curieux de voir combien les vêtements traditionnels y occupent une place de choix.rd Salzbourg 185Et aussi dans les lieux "habillés" : nous avons vu les soirs derniers des spectatrices avec ces jupes et leurs tabliers de satin. Nous avons aussi vu un monsieur en costume et chaussures sombres avec des snow-boots orange par dessus ! Vers le n° 18 du plan nous empruntons une traboule salzbourgeoise bordée de boutiques aux couleurs vives.rd Salzbourg 188On dirait qu'il y a aussi un marché dans la cour centrale !rd Salzbourg 189Place de l'Université (n°17) avec la longue façade du collège à droite de l'église tout blanche (magnifique baroque salzbourgeois !).rd Salzbourg 195C'est au collège que Wolfgang se produisit pour la première fois en public : inattendu c'est en dansant, et il avait 5 ans.

Les "jeunes gens de bonnes famille" fréquentaient ce collège au 18ème siècle, et pour célébrer leurs diplomes Mozart recevait commande de nombreuses aubades.

Nous poussons jusqu'au n° 14, la pharmacie qui n'a presque pas changé depuis son ouverture en 1591 ! rd Salzbourg 202

La neige tombe encore, et comme ça dure depuis plusieurs jours elle a été entassée sur la place, aujourd'hui des pelles mécaniques l'évacuent sur de grands camions.rd Salzbourg 205

Une belle horloge dorée à côté de la Résidence des Princes-Archevêques est le seul point d'éclat de la place très terne sous le ciel si gris.rd Salzbourg 206

Nous sommes arrivés Place de la Résidence (n° 10).  Elle est presque déserte, presque sans couleur, sans paysage en arrière plan, les fontaines sont protégées par des caisses de bois, les chevaux et les fiacres sont rentrés chez eux ... Il ne reste plus que Mozart au loin, seul sur son piedestal, en face des fenêtres que Constance a abandonnées depuis si longtemps, et nous !

rd Salzbourg 209La cathédrale Saint Rupert semble presque aussi triste que la place.rd Salzbourg 208

Encore une fontaine protégée du froid, mais qui est dans l'igloo élevé devant ? Un étudiant de la faculté de Droit qui occupe maintenant le palais archiépiscopal ?rd Salzbourg 210Depuis l'élévation d'une premiere cathédrale au 8ème siècle elle fut bien des fois remaniée et restaurée. La dernière fois après le bombardement de 1944 qui toucha la coupole.

Voici reposant sur des lions lombards, les fonds baptismaux gothiques où Wolfgang Amadeus fut baptisé dès le lendemain de sa naissance. Les Mozart avaient perdu cinq de leurs six enfants précédents : il était nécessaire de baptiser les bébés très rapidement.rd Salzbourg 213 La cathédrale possède cinq orgues, un grand au-dessus de la porte d'entrée, et quatre petits, semblables, sur les piliers de la croisée du transept. Chacun avait son organiste, et il leur était possible de se voir pour jouer ensemble.rd Salzbourg 216Mozart, organiste du Prince-Archevêque joua pendant deux ans et demi sur celui du pilier droit avant !

La cathédrale a une crypte où quelques pièces, témoignages de son histoire sont visibles. Depuis 2009 les personnages d'une Danse macabre, oeuvre d'art contemporain de Christian Boltanski, se balancent sur les murs au rythme que les souffles d'air impriment aux flammes des bougies.rd Salzbourg 219Les catacombes et  le cimetière  Saint Pierre (n° 6 et 7) sont à quelques pas, juste au pied de la colline de la forteresse.rd Salzbourg 227

C'est ici que repose Nannerl, peut-être sous une belle croix de fer forgé comme on en voit aussi en Bavière ?

Le cimetière jouxte l'église de même nom. Le portail n'essaie pas de cacher le style roman de l'édificerd Salzbourg 238rd Salzbourg 237

dont le décor intérieur a été baroquisé ... C'est ici que Constance chanta l'air si difficile de la grand messe en ut mineur (KV 427) que Mozart avait composée en 1782, en remerciement de la guérison de Constance et de leur mariage.

La nuit est tombée alors que nous rejoignions la rivière et rentrions à l'hôtel.

Un peu de repos dans un bon bain chaud avant de repartir pour le concert !

 

Christian Tetzlaff nous a complètement enthousiasmés dans son interprétation du "Concerto à la mémoire d'un Ange" de Berg. C'est un vrai triomphe ! Et le morceau de Bach qu'il a choisi pour son bis nous démontre la modernité de ce compositeur ! 

rd Salzbourg 245

Un long entracte nous sert de transition et nous permet de passer de Berg-20ème siècle à Mozart-18ème siècle en douceur, d'autant que nous en avons profité pour faire notre dernière découverte de la journée : un agréable vin blanc autrichien, fruité et frais.

 

Autre moment d'émotion que la 40ème symphonie de Mozart par ce grand orchestre dirigé par Herbert Blomstedt, un grand vieux monsieur dont les mains dirigent les musiciens par des mouvements amples, telles les oiseaux qui montrent la voie au groupe qu'ils mènent.

 

Non, il neige encore alors que nous sortons de la Gross Festspielhaus ! Et c'est beau maintenant !rd Salzbourg 247

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

SYLVAINE LAMY 09/02/2011 18:31


whaou que cela est beau. Dommage qu'il y fasse si froid sans doute... très belles photos.
je vous invite pierrete à aller voir un site d'un jeune valentinois dont je connais les parnets qui s'appelle je crois "toutenmarchant.com " . regardez ses photos cela vous donnera sansdoute envie.
la gerogie magnifique, la turquie également...
bonne continuation bises


Recherche

Liens