Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 22:54

C'est une très belle soirée que nous venons de passer au palais des grands Maîtres ! Jugez-en plutôt.

Un opéra-bouffe de Télémann dans la salle du Grand Conseil c'est beaucoup d'attraits réunis.

Nous avons eu un peu de mal à nous retrouver au bon endroit pour entendre le concert. Ça nous a permis de visiter très rapidement quelques rues la nuit avant d'arriver dans cette grande salle décorée d'un cycle de douze fresques peintes entre 1577et 1581par Mattéo Perez d'Aleccio représentant les étapes les plus décisives du Grand Siège de Malte.Gd siège 27 05 1565

Le 18 mai 1565, 138 galères de Soliman le Magnifique et plus de 30 000 hommes (les chiffres divergent suivant les auteurs) arrivent en vue de Malte. Ils s'intallent sur la presqu'île de Sciberras, dont la pointe est est défendue par le fort Saint Elmeen face de Birgù. Le 27 mai, date représentée sur l'image, l'artillerie ottomane attaque le fort qu'occupent à peine 60 chevaliers et quelques centaines d'hommes. Les Turcs pensent le prendre en 5 jours grâce à leurs 50 canons, mais n'y arrivent que le 23 juin.

Leur objectif suivant est le fort Saint Ange, à la pointe de Birgù. Les forces alliées de l'Europe chrétienne à laquelle les chevaliers ont fait appel tardent et le siège se poursuit si longtemps que les vivres manquent encore plus chez les assiégeants que chez les assiégés.Gd siège 15 07 1565Les assauts par mer et par terre sont terriblement sanglants (ici le 15 juillet) ... jusqu'à ce qu'enfin le 7 septembre les voiles de bateaux alliés sèment la panique chez les forces ottomanes. A l'approche de l'automne et de ses tempêtes les Turcs préfèrent se retirer et le 8 septembre, à la pointe du jour les navires turcs ont levé le siège. Un 8 septembre, c'est bien sûr un miracle de la Vierge !

 

Mais ce soir c'est un programme musical léger que nous allons entendre dans cette salle chargée d'histoire ! Pimpimone, un "intermezzo" de Télémann dont Alain Balsan nous avait rappelé lors de sa causerie qu'il avait été un compositeur très fécond ayant produit quelques 6 000 oeuvres pendant sa longue vie (1681-1767) parmi lesquelles nombre d'opéras dont seulement une dizaine est arrivée jusqu'à nous.  Le sens d'intermezzo a changé suivant les siècles et au début du 18ème il est proche d'"opéra bouffe".

 

La mise en scène l'a rendu encore plus drôle en faisant le choix de quelques anachronismes et d'un peu d'audace ( faire cuire des spaghettis et une sauce tomate dans ce vénérable salon à savourer par des spectateurs ) tout en respectant les traditions puisque il y avait même les marionnettes. Humour, bonne humeur et belles voies.

Vraiment je ne m'attendais pas à trouver un opéra de Télémann drôle. J'adore être surprise de cette façon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens