Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 20:12

Lundi matin 7 mars, entièrement libre ; il nous faut simplement être à l'hotel à 13h30 pour repartir en bus à Biarritz. Nous allons en profiter pour jeter un coup d'oeil à des aspects un peu moins culturels de la capitale du Pays Basque !

Nous avons soigneusement préparé cette matinée, Michèle, Alain, Camille et moi ; choisi avec l'approbation de Luis Mariano la plage dont nous allons prendre l'air,  rive droite, à gauche c'est le port très industriel ; puis nous reviendrons dans le quartier des Siete Calles pour quelques achats et déjeuner de pintxos. Les pintxos (prononcer pintchos) sont au Pays Basque ce que sont les tapas au reste de l'Espagne, en encore mieux !rd 11 03 Bilbao 265

Le soleil n'est pas très haut dans le ciel alors que nous partons prendre le métro à la station Abando, Plaza Circular. Pas dans Isozaki Atea, où le grand M entouré d'un double cercle de néon bleu ne désigne pas le métro, mais une boite de nuit du nom de Metropolitan ! OK, c'est noté j'ai perdu mon pari ... Nous passons la ria (eh oui ! nous améliorons notre vocabulaire un peu chaque jour) qui frissonne à peine. Marée montante ou descendante ?rd 11 03 Bilbao 267 Depuis que nous sommes là je n'ai pas su la distinguer ... et pourtant les quais sont bien marqués par les différences de niveau.

Prendre le métro très automatisé n'est pas tout à fait simple, le personnel derrière des guichets n'est pas là pour aider les voyageurs ... Nous arrivons à prendre des billets simples alors qu'Alain et Michèle ont réussi à prendre des aller-retour : ils sont meilleurs que nous ...Alice aurait dû se joindre à eux plutôt qu'à nous !

Dès que le métro a franchi les limites de la ville il devient aérien. Nous traversons un no-man-land, friche industrielle comme il y en a dans toutes les villes qui ont perdu une bonne partie de leurs industries, puis traversons une succession de villes jusqu'à Getxo.

Tout le quartier de la station Algorta est en chantier : espaces verts, piétonniers, cloisons de verre, escalators : tout est fait pour le confort des passants.rd 11 03 Bilbao 274Nous avons facilement trouvé l'accès à la plage Ereaga encore endormie à nos pieds. Soleil et air vif ! C'est sûrement ce que cherchent les propriétaires des villas qui longent la rue en corniche.rd 11 03 Bilbao 271

rd 11 03 Bilbao 275

A notre gauche le port de plaisance, en face de nous, sur l'autre rive le port industriel. Est-ce ça qui ne m'a pas donné envie d'aller me tremper les pieds dans l'eau de l'estuaire du Nervion ? Ou la fraîcheur de l'estran ?rd P1060161 modifié-1 Peut-être tout simplement le temps un peu compté, celui de regarder autour de nous,  celui de prendre quelques photos avant de repartir mais pas celui de passer par un port, le vieux au nord, ou de plaisance au sud ! Mais quand m^eme celui de regarder ce grand voilier qui sort de la ria, toutes voiles baissées, mais ne tarde pas à les hisser.

Magnifique ! Il est escorté d'une flotille de petits bateaux, et il y a aussi quelques aéroplanes et helicoptères au dessus ! Impressionnant. C'est l'hôtesse de l'office de tourisme qui nous dit quelle est cette goelette : le  "Juan Sebastian Elcano", le bateau-école de la marine royale espagnole.

rd P1060165Merci Michèle pour ta belle photo !

En revenant nous avons eu le temps de regarder le plan de Getxo pris au bureau de tourisme de la plage. Il y a un monument classé au patrimoine universel de l'Unesco à l'embouchure du Nervion, un pont transbordeur du plus style de construction industrielle métallique de la fin du 19ème siècle ... rd-03-pont-transbordeur.jpgPas trop de regrets, on ne peut pas tout faire en si peu de temps.

Et ce qui nous en a pris plus que de raison, c'est de sortir du métro à la station Casco Viejo ! L'automate refusaut de nous laissait passer lorsque nous lui donnions notre "titre de transport" (nous là, c'était Alice, Camille et moi). Michèle et Alain sont allés chercher quelqu'un pour nous délivrer ... il s'est avéré que nous avions pris un billet pour une distance A-A alors qu'il aurait fallu prendre A-B ! C'est du moins ce qu'il nous a semblé. Mais nous ne comprenions pas ce  que la jeune femme qui nous "tançait" nous disait vraiment. Je crois que nous sommes passés pour des resquilleurs ! Après les problèmes de queue d'hier (pas nous, pas nous cette fois-ci) nous n'avons pas arrangé le réputation des Français à Bilbao au cours de ce séjour ! Enfin nous sommes sortis, sans être sanctionnés.

 

Un coup d'oeil un peu plus appuyé que celui de samedi à la Cathédrale Santiago s'imposait. Architecture gothique basque de pierre blonde avec un beau cloître, le seul de style gothqiue du Pays Basque.rd 11 03 Bilbao 303Ouvertures trilobées, arcs brisés et clocher néo-gothique encadrent le jardin  plantés d'orangers. Ne sont-ils pas les arbres de la tentation ?rd 11 03 Bilbao 305 rd 11 03 Bilbao 306rd 11 03 Bilbao 308Nous n'avons pas su retrouver les magasins d'alimentation vus samedi, avons essayé d'aller jusqu'au Mercado de la Ribera, dont le petit futé conseillait la visite ...

Il ne reste plus assez de temps ! Alors nous avons consacré toutes les précieuses minutes qui nous restaient à l'étude des pintxos que nous avions choisis, Alain et moi : dans une assiette  sur une tranche de pain,

tortilla à la bacalau, et tortilla aux champignons et à l'ail : parfaitement relevé, un délice ! et sur l'autre c'est une tranche de courgette frite avec du poisson, alors que la tranche d'aubergine reposait sur un lit de pâté de foie et était rehaussée d'un peu de ce délicieux jambon serrano ... Je me suis acquitté de mes dettes avec un verre de Rioja blanc pour tout le monde. A 1.20 €uro par verre, sachant que la bouteille avait été répartie dans nos cinq verres, je m'en suis tirée à très bon compte ! Il nous faudra aller faire un tour dans la  région viticole du Rioja lorsque nous reviendrons. Ce très bon vin qui peut soutenir la comparaison avec ceux de la vallée du Rhône n'a pas dû atteindre leurs niveaux de prix.

 

Il est presque midi et demi lorsque nous quittons le tout petit bar où nous nous sommes régalés. Nous nous accordons le temps de jeter encore un coup d'oeil autour de nous : les immeubles de style miradores sous le soleil c'est intéressant, car si ces vérandas protègent du froid de l'hiver elles protègent aussi de la chaleur de l'été qui arrive à gagner même ces rues construites pour l'en chasser.rd 11 03 Bilbao 319 rd 11 03 Bilbao 320Oh, cette vitrine pleine de vêtements traditionnels pour enfants !rd 11 03 Bilbao 311Carnaval, sensibilté basque ou folklore ou tout ça à la fois ?

 

Parfait, nous arrivons juste à temps pour confier nos bagages au chauffeur, et monter dans l'autobus.

Nous quittons Bilbao en suivant le Paseo Campo Volantin où nous pouvons admirer encore une fois avec quelle fierté la ville intègre son passé sidérurgique à son image du 21ème siècle, statuaire, architecture. Quelle façon de rebondir en gardant tout ce passé qui fit la richesse de Bilbao !

 

Les photos des pintxos et "nous cinq à la plage" sont également de Michèle Malliet que je remercie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires