Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:30

frise 22 09 (142b)

Changement d'ambiance, aujourd'hui nous sommes allés à SinaÏa, villégiature royale au nord-est de Bucarest.

Mais il y a trois heures de route avant d'y arriver ; de quoi découvrir une partie de la Valachie, vaste plaine entre le Carpates et le Danube.Rd 22 09 (2) Nous sommes d'abord passés devant la "maison de la Presse", grand bâtiment de style soviétique construit dans les années 50.

Rd 22 09

Puis nous avons quitté Bucarest en passant le long du parc où se cache l'établissement de gériatrie fréquenté par tous les grands responsables communistes du monde entier.

Nous rentrions alors dans la campagne. Fin septembre les champs étaient très secs et avaient l'air de friches. Vraies friches ? Champs en attente d'une bonne pluie avant les labours ou prairies sèches ? Nous n'avons pas vu de systèmes d'irrigation, mais des scènes plutôt originales,

Rd 22 09 (199)Rd22 09 (201)

 

comme ces vaches faméliques dans des prairies bordées de tuyauteries gigantesques, ou quelques dizaines de derricks dans la région de Ploïesti. Car la Roumanie a du pétrole, mais n'en profite pas beaucoup car les contrats d'exploitation conclus avec une entreprise autrichienne sont léonins.

En approchant des Carpates le paysage est devenu plus vert, les villages plus riants.

Rd 22 09 (5)Rd 22 09 (4)

Des vignes sur les collines, des troupeaux de moutons dans les prairies, du maïs dans les champs, de grandes meules de foin dans les jardins, fleuris, où de belles grappes finissent de mûrir sur les treilles, des vergers chargés de prunes. Les maisons ont de beaux balcons de bois ou sont entourées de vérandas. Elles se serrent le long de la route, au creux des vallées des monts Bucegi.

Une grosse usine mécanique moins prospère qu'elle ne le fut avant la Révolution, époque où dans une économie fermée les problèmes de gestion étaient limités à donner du travail à chacun, occupe avec une ligne de chemin de fer, tout le fond de la vallée. Gare Art nouveau. Et une ville s'élève au-dessus de la route.

Il a fallu changer d'itinéraire, le centre ville est interdit aux cars. La ville est pleine de contrastes, suivant l'altitude. En bas l'industrie, puis le bourg, et nous voici arrivés au monastère. Nous sommes à Sinaïa !

 

Des moines se sont retirés dans ces montagnes depuis le début du 14ème siècle. A la fin du 17ème siècle, le cheval de Michel Cantacuzino se casse une patte. Ce seigneur était en fuite,  pourchassé par son prince,  Les moines l'ont déguisé en apiculteur et caché. Les soldats sont partis poursuivre leurs recherches ailleurs. Quelques années après, revenant d'un pèlerinage au mont SinaÏ Michel Cantacuzino a fait construire le premier monastère de pierre.

La grande église que l'on voit en arrivant est plus récente, de la fin du 19ème siècle car le premier monastère était devenu trop petit pour les 70 moines qui y vivaient. Rd 22 09 (23)

Les cellules forment une enceinte, et il faut passer une petite porte pour arriver dans la cour de la vieille église.Rd 22 09 (24)Entre les colonnes sculptées on découvre les fresques qui recouvrent entièrement l'exonarthex . La traditionnelle scène du Jugement dernier, (où l'enfer est toujours représenté à droite) rappelle à tous les visiteurs qu'ils devront un jour ou l'autre en passer par là ...Rd 22 09 (30) Moïse et Salomon encadrent la porte. Au dessus une dormition de la Vierge. Ça semble être une représentation aussi indispensable que celle du jugement dernier.Rd 22 09 (29)Et la cohorte des saints entoure Dieu le père. Car ce n'est pas un jeu de l'oie roumain, mais le Paradis et ses habitants qui occupent le plafond du porche.

Les fresque de l'intérieur sont bien fraîches. Un bienfaiteur a-t'il était ajouté à ceux qui étaient là depuis longtemps pour remercier celui qui a financé le nettoyage et les nouvelles peintures ? Oui, je n'aime pas que des peintures du 18ème siècle aient disparu sous les coups de pinceaux des ravaleurs.

Nous nous sommes arrêtés dans la grande église où le groupe commence à se dissiper !Rd 22 09 (68)Il est temps d'aller plus loin !

Le roi Carol Ier a choisi de faire de Senaïa sa résidences d'été et y fit construire un palais en 1870. Ce premier roi que les Roumains s'étaient choisi dans de la famille des Hohenzolern donna à sa résidence un aspect très prussien.

Rd 22 09 (80)

Magnifiquement situé dans la montagne, nous le découvrons entouré de bois, et de quelques maisons de gardes tenus un peu à distance.

Coup d'oeil sur le jardin, où lesbassins, les massifs et surtout les statues sont nombreux.Rd 22 09 (178)Nous entrons dans la cour intérieure. Quel décor ! Beaucoup de bois, de peintures, quelques marbres orientaux : surprenant !Rd 22 09 (90)Les touristes entrent par une petite porte latérale. La grande porte dans la cour est réservée aux hôtes officiels. Pendant la période communiste ils avaient tous l'honneur de cette visite. Notre président Giscard d'Estaing y est venu lorsqu'on considérait que la distance qu'observait Ceausescu par rapport aux russes en faisait un allié intéressant.Y furent également reçus Richard Nixon et Gerald Ford, Mouammar Khadafi et Yaser Arafat. Quant à la nomenklatura roumaine elle en avait fait une retraite privée et un pavillon de chasse.

Nous nous sommes acquitté du droit à photo, avons enfilé des chaussons sur nos chaussures et sommes partis à la découverte du plus ahurissant palais jamais vu !Rd 22 09 (174)L'escalier est sombre, pas si large, et donne dans une antichambre toute revétue de bois, suffocante. Les quelques panneaux vert clair ne doivent pas nous tromper. Ce n'e sont pas des espaces vides, mais des écrans qui protègent les tapisseries qui les occupent. Rd 22 09 (112)Les lambris sont très travaillés, le mobilier est richement sculpté, les surfaces planes, verticles ou horizontales sont marquetées de bois d'essences rares, de pierres semi-précieuses ou dures, d'ivoire et d'os. Les murs sont recouverts de lambris, de cuir repoussé ou de velours damassé. Les plafonds sont à caissons sculptés ou peints. Incroyable, aucun espace ne semble vide ! A côté de cette débauche de décors le palais est aussi pourvu des installations les plus modernes pour l'époque : électricité, chauffage central, eau courante, ascenseurs et aspiration centralisée.

Nous avons traversé les pièces du rez-de-chaussée, en passant par une salle qui regroupe une collection d'armes. Rd 22 09 (118)Une vraie quincaillerie, mais aussi une vitrine où les pistolets et les couteaux (enfin beaucoup de lames aux noms divers) sont de vraies pièces d'orfèvrerie faites d'or et d'argent et couvertes de coraux, de turquoises, et de perles. Petits bureaux, grands bureaux, bibliothèque avec de beaux livres (dont quelques Victor Hugo et Voltaire) et de faux pour masquer un passage secret ; une petite salle à manger, des salons,Rd 22 09 (136)

des tableaux anciens et même une ravissante scène de famille, le salon de musique où un énorme limonaire n'a pas pu entrer ; il est resté dans le corridor !

Et quelques pièces d'apparat, la grande salle à manger prête à recevoir quelques dizaines d'hôtesRd 22 09 (152)et un des grands salons orientaux,Rd 22 09 (159)Nous avons un peu trop flâné dans toutes ces salles et les gardiennes sont juste derrière nous pour tourner les boutons électriques et refermer les portes dès que le dernier a quitté la pièce. Les couloirs sont bien sûr meublés de consoles dorées, Rd 22 09 (167)et de miroirs de Murano ou d'ailleurs si le cadre est une débauche de fioritures.Rd 22 09 (145)

Les secrétaires sont somptueux avec toutes les incrustations possibles. Rien n'est simple, même les espagnolettes et les chenets sont outrageusement décorés. Aucun détail n'a été laissé au hasard.

La reine Marie n'aurait pas bien supporté ce décor un peu trop emphatique ( Ah, bon ?) et lui aurait préféré le palais voisin de Pelisor que nous ne visiterons pas.

Depuis la Révolution le château est redevenu propriété du roi destitué, Michel.

Rd 22 09 (181)Rd 22 09 (180)

 

Pas le temps de regarder un peu mieux le jardin, il nous faut aller déjeuner dans une auberge voisine où on nous a servi du gibier. Dans un cadre semblable c'était évident. Sûrement que le faisan dans mon assiette avait vraiment beaucoup couru dans les montagnes ... 

Rd 22 09 (77)Rd 22 09 (73)

 

 On trouve dans la ville quelques résidences et de nombreux hôtels luxueux. Il fallait bien loger la cour qui accompagnait la famille royale.

 

Et nous sommes rentrés. Quand nous avons rejoint la plaine Eugenia nous a mis le DVD sur Enescu. Dommage que nous nous soyons assoupi, nous n'avons pas tout vu. Heureusement que nous pourrons, rentrés à la maison faire des recherches pour compléter ce que nous avons vu des entretiens qu'il eut avec des journalistes et des musicologues français.

Allez, on se repose maintenant. A un peu plus tard pour relater le concert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens