Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 12:45

29 11 00

Notre dernier petit déjeuner fut presque une foire d'empoigne ... Une horde de visiteurs avait envahi l'hôtel où il était difficile de trouver une table, puis nos mets favoris. Nous avons pensé que pendant les week-ends à Vienne on devait se marcher sur les pieds.

Confirmation un peu plus tard lorsque le car nous a laissés en haut du palais du Belvédère supérieur. Une foule emmitouflée se préparait à passer les splendides grilles qu'Arnold et Konrad Küffner avaient fabriquées au début du 18ème siècle pour fermer la cour d'honneur du palais où le prince Eugène de Savoie-Carignan recevait les invités de ses fêtes.29 11 01Etrange histoire que celle de ce prince arrivé ici au sommet de sa gloire ... Jeune aristocrate français à qui Louis XIV refusa le commandement d'un de ses régiments, il alla proposer ses services aux Habsbourg qui l'engagèrent. Ses victoires contre les Turcs puis contre les Français lui ont permis d'accéder jusqu'au poste de ministre le plus important de Charles VI. L'article wikipedia que j'ai mis en lien est un peu long, mais permet de supposer que Louis XIV regretta plus d'une fois son refus.

Eugène de Savoie savourant sa victoire définitive contre les Français fit construire hors les murs en 1716 sa demeure,  le Belvédère inférieur. Puis quelques années plus tard le palais de prestige, vide de tout en dehors des fêtes qui y étaient données.

Imaginons une soirée, mille feux brillaient et illuminaient la façade qui se reflètait dans le grand bassin ... Somptueux ! Lorsque nous sommes arrivés, avant 10 heures ce matin, les jardins semblaient assoupis sous le soleil glacé. Le bassin, les pelouses avaient revêtu leurs protections d'hiver, les cabanes du marché de Noêl étaient encore fermées, le froid avait rendu muettes les sphinx femelles chargées de délivrer le droit de passage mais quel charme !29 11 02En attendant Romana et les billets d'entrée nous avons compris pourquoi le palais s'appelle Belvédère. D'ici la vue porte sur les toits de la vieille ville, le clocher de la cathédrale Saint Etienne et même le bulbe doré accroché à la cheminée de l'usine d'incinération d'Hundertwasser tout près du Danube.29 11 03Le programme ne prévoit que deux heures et demie pour la visite de ce musée, l'un des plus importants de Vienne. C'est aussi le lieu privilégié pour découvrir ou revoir quelques uns des tableaux majeurs de Klimt et Schiele, et les différents aspects de leur talents.

Trop difficile de parler de Klimt, cet acteur essentiel de la Sécession, de la remise en cause de l'art académique et de la société viennoise de 1900 qui ulcéra l'Université mais fut favorablement accueilli par la grande bourgeoisie.

Je préfère laisser sa biographie à Wikipédia et montrer les oeuvres auxquelles je suis le plus sensible, dont j'ai trouvé une photo récupérable sur internet, et qui illustrent les trois tendances que j'ai retenues, portraits somptueux, paysages précis et scènes allégoriques.

Jusqu'à la fin du 19ème siècle il me semble que Klimt se consacre avec ses amis à des travaux essentiellement décoratifs où il acquiert une grande réputation.

Il peint également des portraits de femmes du monde, ici celui de Sonja Knips où l'évocation du cheval qu'elle avait offert à son frère et avec lequel il s'était tué accidentellement a été découverte lors d'un récent néttoyage (milieu de la partie supérieure)gustav-klimt-sonja-knips-I

et des paysages où il étudie la lumière et ses reflets, ne réservant que bien peu de place pour le ciel, Un matin à l'étang (1899)Klimt un matin sur l'étangAprès un voyage en Italie du Nord il rentre dans sa "période dorée" durant laquelle il peint des femmes souvent fatales dont la très célèbre Judith où la mort et l'amour, l'érotisme sont étroitement liés. Quelle audace, quelle fierté !Klimt JudithIl peint en même temps des paysages d'une précision photographique, tel le Grand peuplier II, orage naissant. On dirait les feuilles peintes une à une !gustav-klimt-le-grand-peuplierUn peu plus tard (1907-1908) la période d'or et ses portraits évoluent. Le visage, les mains et les pieds sortent de vêtements aux motifs dorés répétitifs qui cachent les corps et quelques éléments ésotériques-klimt-adele-bloch-bauer et dissimulent l'érotisme de certaines scènes qui seraient susceptibles de censure, tel le Baiser devenu emblème de la ville de Vienne.Klimt le Baiser1907-1912, période des longs séjours estivals à Kammerl am Attersee où Gustav klimt est accompagné de son amie Emilie Flöge. Il peint et repeint les paysages qui l'entourent, dès l'aube, toujours avec la même précision.

gustav-klimt-bord-de-riviere-schloss-kammerChâteau  Kammer à Attersee, 1909 proche du pointillisme.

1911, la vie et la mort reçoit le Ier prix à l'exposition internationale de Rome. Incroyable ce tableau avec à droite un groupe lumineux comprenant un beau bébé potelé, de jolies femmes enlacées de maints âges, une évocation masculine à la peau plus sombre, et tant de présences féminines cachées ici et là que l'on découvre presque par hasard et à gauche dans l'ombre la mort en vêtement sombre qui ricane en regardant la vie et attend patiemment l'heure de chacun ...Klimt la vie et la mortIl continue à peindre les paysages de ses étés à Kammerl am Attersee. Voici l'allée du parc du château Kammergustav-klimt-allee-du-parc-de-schloss-kammerdont les arbres ont déjà beaucoup changé ...gustav-klimt-adam-eveJe vais arrêter mes présentations des toiles du Belvédère avec cet Adam et Eve dont Gilles Néret dit "Même klimt ne peut peindre le thème d'Adam et Eve sans que l'homme soit présent. Encore s'arrange-t'il pour faire de celui-ci ubne sorte d'accessoire. Il le peint même plus sombre - selon un prodédé qu'il a observé sur les vases peints de l'époque archaïque - que cette Eve triomphante, dodue comme une Viennoise bien nourrie, à la chair alléchante, qui est à l'évidence la véritable vedette du tableau."

J'évoque juste le pavillon de la Sécession avec la représentation des Forces hostilesgustav-klimt-forces-hostiles Secessiondans la frise Beethoven de l'hymne à la joie sur laquelle je reviendrai dans un article sur mes découvertes personnelles.

Pour le moment, il reste quelques minutes avant d'aller déjeuner, c'est le moment ou jamais d'aller à la boutique avant de repartir.29 11 04Nous avons traversé le jardin jusqu'au Belvédère inférieur, résidence du prince en admirant les perpectives 29 11 05qui comprennent aussi les grues de cosntruction d'une nouvelle gare internationale.

Dernier groupe avant le déjeuner à la brasserie spécialisée dans le saumon sauvage, juste au coin du palais.29 11 06

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens