Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 13:37

Prudent, Henry dans son programme nous a plus parlé du MuseumsQuartier, unique en Europe, installé dans les anciennes écuries impériales que des expositions Schiele et Klimt que nous allons maintenant voir au Leopold Museum. C'est donc Romana qui nous conte les histoires.

Celle du musée Rudolf Leopold, médecin et grand amateur d'art qui s'est mis dans les années 50 avec son épouse, à acheter un maximum d'oeuvres d'art expressionniste autrichien et en particulier des toiles d'Egon Schiele dont le cours était alors fort bas.28 11 22 Ils ont acquis ainsi quelques 5000 pièces et quelques décennies plus tard le fisc leur est "tombé dessus" pour taxer la fortune que constituait la collection. Menaces de part et d'autre ... transactions ... En 1994 M. Leopold a fait don d'une grande partie de sa collection. L'état, l'Austrian National Bank et lui même ont constitué une fondation qui porte son nom. Un splendide muséea été conçu et construit pour quie le public puisse accéder aux oeuvres rassemblées où les toiles de Schiele sont particulièrement nombreuses.

Romana s'est aussi donné comme objectif de changer un peu notre regard sur cet artiste difficile (c'est moi qui le qualifie ainsi). J'ai aussi parcouru un livret de la série "le musée du monde" que Reinhard Steiner (Directeur de l'Institut de l'Histoire de l'art à l'université de Stuttgart) a consacré à Egon Schiele, et consulté un certain nombre de sites sur internet avant d'écrire cet article que je trouve délicat, incomplet, maladroit et approximatif. Maintenant je m'y colle !28 11 27

Schiele (autoportrait de 1912) est né en 1890 dans une famille de cheminots. Très tôt il a montré un réel goût pour le dessin et la peinture, seuls sujets qui l'intéressent à l'école. Son père soutient son goût pour ces activités, mais il souffre de crises de folie répétitives et meurt en le 1er janvier 1905 gagné par la paralysie.Egon avait déjà perdu une soeur aînée.

En 1906 contre l'avis de sa mère et de son tuteur qui voulaient en faire un ingénieur ferroviaire, il entre aux Beaux Arts à Vienne où il se heurte à l'académisme de l'enseignement. Un de ses professeurs (Griepenkerl ?) se serait exclamé :"Quel est le diable qui m'a donné ce tas de merde dans ma classe ?" Heureusement en 1907 il a pour professeur Gustav Klimt dont il va subir l'influence ... Attiré par le style Sécession viennoise il se libère des influences académiques et conservatrices.

Il découvre à 19 ans une galerie qui accepte son travail. Il produit en grande quantité, signe et vend tout. Des collectionneurs lui proposent de se tourner vers la pornographie et ça marche.28 11 28

En 1910 il trouve son propre style. Il s'installe à Krumau (maintenant Cesky Krumlov visitée en avril 2010) où vit  sa mère. En 1911 il vit avec Wally Neuzil, mannequin et modèle, concubinage scandaleux. En 1912 Schiele est poursuivi pour détournement de mineur, fait de la prison pendant quelques mois avant que la plainte soit retirée. Pendant cette période il a dessiné tout ce qu'il voyait de sa cellule. Cette expérience le laisse inquiet et mélancolique. Il revient avec Wally à Vienne en 1912 où il fait connaissance en 1914 des soeurs Harms.

En 1915 après avoir quitté Wally Neuzil, il se marie avec Edith Harms. Il semble acquérir une certaine sérénité. Il est mobilisé à Prague puis à Vienne.

En 1918, le 6 février Gustav Klimt meurt. En mars Egon Schiele participe à une grande exposition et vend la plupart de ses toiles exposées. Le 28 octobre sa femme enceinte meurt de la grippe espagnole et trois jours plus tard il en meurt également.

 

Il y aurait bien des façons de présenter son oeuvre, par date, par sujet (autoportraits, "acte sexuel", paysages et villes, ou comme les toiles se sont présentées lors de notre visite. Voici la mienne !

Les autoportraits sont très nombreux, visages, nus, pornographiques, dans des paysages et avec d'autres personnages, contorsionnés, cheveux dressés, regards angoissants ...28 11 25

 Dans un paysage voici "Lévitation" peint en 1912 en très grandes dimensions.. L'homme presque vertical a les mains ouvertes. Les mains sont toujours soigneusement dessinées et dans cette position comme pour repousser celui qui le regarde. Les  visages sont interrogatifs, le paysage survolé chargé de symboles.28 11 29

Particulièrement dérangeant cet "Homme nu assis" peint en 1910. Mutilé, sans pieds ni mains, sur fond blanc, le visage caché par les bras, le corps très osseux aux couleurs violentes voici un autoportrait que je ressens très douloureux.28 11 30"Le joueur de lyre" de 1911, tête totalement inclinée et mains en protection, visage ascétique et vert m'inquiète.28 11 26Dans "Les ermites" (1912) il se représente avec Klimt, têtes baissées, regards interrogateurs et perçants. Mystiscisme ?28 11 311912 encore, voici "le cardinal et la nonne". Pas de mystique là, mais du scandale absolu : une étreinte impossible entre un dignitaire de l'église, et une simple nonne génée du regard que nous portons sur eux, personnages que la nudité des pieds rend encore plus licencieux ...28 11 33Sexuelle ou presque "la femme au repos" de 1917, belle mais vulgaire dans ses draps froissés, pas très nets, doigts crispés et jambes très musclées.

Il n'y a pas d'oeuvres de la série pornographique présentées en ce moment au musée Leopold qui en possède.28 11 34

Personnage pathétique que cette "mère aveugle" de 1914, chauve, nue quiallaite ses deux enfants . Contorsions, bras qui encercle un des bébés, main fermée.28 11 36Et voici la très douloureuse "jeune fille et la mort" peinte en 1915 pendant la guerre, bras squelettique, mains nouées, jambes musclées et autoportrait pour la mort ...28 11 32Mais après son mariage il y a aussi quelques nus presque reposants comme ces "trois femmes debout" peintes en 1918.

J'ai gardé pour la fin les paysages qui sont une surprise pas seulement pour moi. J'ai montré un tableau de Krumau au début de l'article, voici un "calvaire à Krumau" (1911)28 11 24et une "maison au bord de la Moldau" (1915)28 11 23Et les "quatre arbres" d'automne dans un éclatant couché de soleil peint en 1917 n'est pas le moins surprenant des tableaux que nous avons vus.28 11 37Je finis par le presque abstrait "arbre dans le vent" de 191228 11 35complètement ployé sur fond de paysage à peine perceptible au bas du tableau pour laisser une immense place au ciel enneigé.

Décidément Egon Schiele serait-il ma grande rencontre de ce voyage ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens