Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 13:55

Nous avons commencé "notre" festival par le film de Carlos Saura Don Giovanni, naissance d'un opéra, hier soir au Lux à Valence.Carlos Saura

J'ai passé une excellente soirée à découvrir qui était Da Ponte, et les relations qu'entretenaient trois personnages singuliers et exceptionnels : l'abbé Lorenzo Da Ponte, Casanova et Mozart.

Les décors sont en trompe-l'oeil, les palais de carton-pâte, les personnages emperruqués, costumés, maquillés comme au théâtre que nous ne quittons jamais.

 

Après le succès des Noces de Figaro en 1786 la collaboration entre le librettiste Da Ponte et le compositeur Mozart se poursuit par Don Giovanni, qui serait inspiré presque autant par la vie du librettiste que par celle de Casanova exilé, alors  bibliothécaire au château de Dux en Bohème ...

Le récit de la genèse de l'oeuvre est l'occasion de nous livrer ses grands moments, les grands arias et de la rendre ainsi extrêmement lisible et accessible.

Le scène finale qui devait rassurer les goûts de l'empereur Joseph II, de sa cour et du public conservateur de Vienne, celle du repas avec le Commandeur sur fond de feux de Bengale qui forme un fleuve rougeoyant s'ouvrant sur l'enfer pour engloutir Don Giovanni ne dissimule t'elle pas pour les esprits forts la porte pour une évasion vers la liberté, encore et toujours ?

Mozart aux prises avec ses problèmes d'argent, de santé, le décès de son père qui ravive toutes les difficultés de leur relation, transcende les deux libertins et leurs amies.

 

C'est vraiment un bien beau film, même s'il prend des libertés avec l'Histoire. A rechercher lesquelles ...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens