Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 14:47

frise 25 Salzbourg 057Mardi 25 Janvier 2011

Il a cessé de neiger quelques instants ce matin, ainsi nous avons pu vérifier, depuis la salle à manger de l'hôtel que Salzbourg s'étend au fond d'une vallée, le long de la rivière  Salzach qu'il faut imaginer, entourée de montagnes à la pente assez forte.rd Salzbourg 017

Les couleurs et les volumes de la ville sont effacés et nivelés, et d'après la météo que nous avions relevée avant de partir, ça va durer tout au long de notre séjour ...

Alors il va falloir faire preuve de bonne volonté et deviner quelles sont les coupoles et les clochers que nous apercevons sous leur couverture blanche, sous le ciel blanc, entre les montagnes grisâtres.

A nos pieds la gare, où l'impératrice Elisabeth reçut en septembre 1898 le dernier hommage de son peuple, juste à l'endroit où s'élève maintenant sa statue. Elle se rendait en Suisse pour se reposer mais à Genève, le 10 septembre un anarchiste italien, Luigi Lucheni, l'assassina.

Que sa représentation est différente de celle que nous avons vue sur les hauteurs de Funchal, à Madère avec sa large robe à cerceaux ! Rien de commun avec l'anorexique reine qu'elle fut à la fin de sa vie représentée ici.

 

9H30, c'est l'heure de préparation des concerts dont le programme du matin est :

- Johann Christoph Friedrich Bach : Symphonie en si bémol majeur ;

- Heinz Holliger : Turm-Musik pour flûtes, petit orchestre et bande magnétique ;

- W. A. Mozart : 41ème Symphonie en do majeur KV 551 "Jupiter"

interprétés par le Sinfonieorchester der Universität Mozarteum, dirigé par Dennis Russell Davies, aux flûtes Jerca Novak.

Je réserve le concert du soir  pour un peu plus tard.rd Salzbourg 021

Philippe Andriot évoque les réactions "légèrement " polémiques aux oeuvres contemporaines que nous avons entendues hier soir ... avant de nous présenter Johann Friedrich Christoph Bach compositeur de la  première oeuvre que nous entendrons ce matin. 16ème enfant de Jean Sébastien, mais seulement 9ème de sa deuxième femme (!), il fut très estimé de ses  frères musiciens qui disaient qu'il était le plus doué, le plus intelligent de la fratrie. Elle fait partie des oeuvres "italianisantes" qu'affectionnait son employeur, le comte Guillaume de Schaumbourg-Lippe à Bückeburg. Si son oeuvre est méconnue c'est qu'elle a été détruite ou dispersée pendant la seconde guerre mondiale. En effet, en 1934 elle fut transportée dans une bibliothèque de Berlin  bombardée en 1944. Heureusement cette symphonie fut retrouvée en 1950. .

La troisième oeuvre, la 41ème symphonie de Mozart que Salomon, impresario de Joseph Haydn surnomma "Jupiter" fut composée en 1788. Wolfgang n'entendit jamais sa dernière symphonie brillante, véritable chef d'oeuvre ...

Philippe nous a gardé pour la fin une mince information sur la deuxième oeuvre, concerto (?) de musique électronique composée par Holliger dont nous avons entendu hier trois esquisses à six voix interprétées par deux musiciens. Le chef charismatique de Lyon est à Salzbourg un compositeur encore sans qualificatif ! Et pourtant nous rencontrerons un peu plus tard nos amis Suzanne et Michel, Michèle et Alain, habitués de la Mozart Woche  venus seuls, qui nous dirons qu'en ville il n'y en a que pour les deux compositeurs contemporains, Widman et Holliger ...rd Salzbourg 023

Alors que nous attendons le bus les échanges "privés" continuent bon train !

Tramway jusqu'à la Dreifaltigkeitskirche, où une grosse molaire rouge occupe le centre du square ;rd Salzbourg 024b

en face d'un accès aux jardins Mirabell dont les statues sont comme des gardiens prêts à s'affronter aux boules de neige !rd Salzbourg 027Et nous arrivons au Mozarteum. Les bâtiments s'étirent sur plusieurs centaines de mètres. Il faut beaucoup de place pour abriter cette grande université de musique et d'arts figuratifs (1998), de réputation internationale qu'est devenue l'école de musique fondée en 1841, du vivant de Constance, la veuve de Mozart. La fondation créée en 1880 etait chargée de découvrir de nouveaux talents. Elle gère maintenant aussi les différents musées Mozart de Salzbourg.rd Salzbourg 029

Le bâtiment central, de style Art Nouveau, a été construit par un architecte munichois, Richard Berndl, lauréat du concours lancé en 1909. A gauche la grande salle où les élèves donnent des concerts tous les soirs (et aussi le matin pendant les festivals), à droite les salles des 40 classes qui reçoivent 1500 élèves par an.

La scène a changé, prête à accueillir ce matin un grand orchestre symphonique,

rd Salzbourg 031avec beaucoup d'instruments de percussion dont un xylophone et un gong géants.

Il y sera même ajouté un peu plus tard pour la pièce d'Hollinger quelques verres d'eau dont la préparation semble assez délicate : le niveau de liquide est déterminant pour l'exactitude de la note ! Ce n'est pas sans nous rappeler l'harmonica de verre que nous avons entendu à Dieulefit en juillet dernier .rd Salzbourg 035Les flûtes jouées par Jerca Novak ont été les instruments majeurs de cette oeuvre qui fait aussi une grande place aux violons, à la harpe, aux percussions, au piano, aux verres d'eau et à la bande magnétique. Nous avions beaucoup à faire à deviner de quel instrument sortait ce pépiement d'oiseau, ce souffle d'air, ces sons venus d'un monde plus primitif, plus naturel, tellurique, que celui de la musique de Bach ! Quelques notes étaient tenues jusqu'à la limite du supportable, et nous avons parfois craint que les instruments n'en sortent pas entiers. Mais il y a eu aussi de grands retours au calme et à la paix, avant les applaudissements et ovations, que le compositeur reçut aussi avec plaisir. rd Salzbourg 038

Pendant l'entracte de détente nous avons visité des salons d'où l'on aperçoit les jardins,rd Salzbourg 039

et même y aller pour une cigarettes, ou pour apercevoir la maisonnette dans laquelle Mozart composa la Flûte enchantée ... Mais il était alors à Vienne, non ? Oui, mais le Mozarteum l'a achetée et transportée dans son jardin. Trop de neige pour aller la voir de près.rd Salzbourg 041La symphonie Jupiter a rassemblé tous les spectateurs en un grand bonheur unanime.

Les jeunes musiciens de l'orchestre ont beaucoup de fougue, d'efficacité et de talent !

 

Et c'était l'heure pour les personnes qui venaient à Salzbourg pour la première fois d'aller visiter les "caves à manuscrits" du Mozarteum où Geneviève Geffray nous attendait. Shopping ou café pour les autres. Nous, nous faisons partie des nouveaux cette fois-ci !

rd Salzbourg 049Madame Geffray était venue nous présenter le fac-similé d'une partie du livre de musique de Nannerl, la soeur de Wolfgang  l'été dernier à Etoile où le jeune enfant avait écrit une de ses premières compositions, qu'Anne Queffelec nous interpréta en première nationale. L'original estici.

Dans les vitrines de ce coffre fort que nous visitons se trouvent quelques uns des trésors du Mozarteum. Dons des deux fils de Mozart disparus sans enfants qui léguèrent leurs archives familiales parmi lesquelles la correspondance de 700 lettres envoyées au cours des voyages est source infinie d'informations de tous genres. Elle permet de suivre Wolfgang presque heure par heure ... Il y a assez peu de compositions ; Nannerl avait reçu de nombreux cahiers mais elle avait l'habitude d'en arracher des pages pour les offrir à ses visiteurs ... On en retrouve dans des bibliothèques, elles sont parfois mises aux enchères. Le Mozarteum, grâce à l'intervention de mécènes en acquiert régulièrement.

Ici une des pièces que Wolfgang composa tout petit, retranscrite par son père, Léopold qui l' annotard Salzbourg 050

dans le bas : "ceci a été composé le 26 janvier 1761, par W A Mozart, juste avant son 5ème anniversaire".

En face c'est la copie de la composition qui lui valut d'être admis à l'Académie de Bologne encore adolescent. L'original doit y être encore !Salzbourg-055.jpg A côté la lettre que Léopold écrivit à sa femme pour lui annoncer le succès de leur fils  !rd Salzbourg 054La page de "Ah, vous dirais-je maman" a été récemment rachetée à la bibliothèque d'Augsbourg, ville natale de Léopold pour 300 000 Euros !rd Salzbourg 052 rd Salzbourg 058

 

 

 

Quelques lettres à Nannerl sont "codées" ou écrites en mélangeant toutes les langues que l'enfant connaît : allemand, anglais, italien, français, latin ...

Et une dernière vitrine témoigne du caractère joueur de Wolfgang. A côté d'un exercice de contrepoint quelques rébus ! On peut décrypter - J'ai grand appétit (G a) (au milieu)

ou - J'ai assez obéi à elle (G A C O B I A L) (en dessous)

et encore - J'ai couché avec elle (voyez un g couché suivi d'un L en quatrième ligne audessus de G a !)

rébus en français ! Pour ce jeune homme du Saint Empire Romain, territoire qui comprenait l'ensemble de l'Europe centrale. Mais c'était à l'époque où l'on parlait français dans toutes les cours, y compris celles où Mozart exerçait son art en tant que laquais. C'est ainsi que les musiciens étaient alors traités.

Il y a aussi des lettres de joueur plus tragiques ! Dans une lettre adressée à un ami nous pouvons lire qu'il lui demande une somme équivalente à deux années de salaire, montant  perdu en 24 heures ! Et il y en a 22 semblables dans les archives conservées derrière une troisième porte forte que nous ne sommes pas admis à franchir ...

 

 

 

 

On va arrêter avec le dernier portrait de Mozart, dessiné à la pointe d'argent par Madame Doris Stock de Dresdel, datée du 16 Avril 1789. C'est aussi la dernière acquisition du Mozarteum (350 KE !) Il paraît qu'il est tellement précis qu'il a permis à des médecins de dire de quelle maladie aurait souffert notre musicien favori ...rd Salzbourg 060Il est temps de quitter cette cave, maintenue à une température et une humidité constantes et à l'abri de la lumière afin de conserver dans les meilleures conditions ces écrits si précieux. Heureusement pour la qualité de conservation et le bonheur des admirateurs, les Mozart utilisaient du papier et de l'encre de bonne qualité, ce qui aide beaucoup. Ce n'était pas le cas de Bach, dont les manuscrits sont semés de trous ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article

commentaires

Celine 30/01/2011 20:11


Vu le papier de m. qu'on utilize maintenant, c'est sur qu'on va perdre les originaux de Jean-Michel Jarre! :-) dixit Nad, avant in grand rire...


Recherche

Liens