Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 13:43

frise121126 2Pas de voyage en Turquie sans passer chez un marchand de tapis, quel que soit le tour-opérateur choisi et le prix payé ! Parfois on y arrive même sans être accompagné. C'est ce que nous avons fait lors de notre premier séjour à Istanbul. Nous logions dans un hôtel au centre de la vieille ville et nous avions profité de la liberté de notre jour d'arrivée pour faire un petit tour : l'Hippodrome, la Mosquée bleue, Sainte Sophie, descendre jusqu'au Bosphore en traversant le quartier de Beyoglo aux vieilles maisons de bois pour remonter le long des murailles du palais de Topkapi qui ressemblent, lorsque la nuit est tombée à celles d'une prison, c'était vraiment une belle promenade ! Avec quelques rencontres. Je me rappelle en particulier de celle d'un turc beau comme Omar Sharif qui nous a abordés dans un français impeccable et nous a invités à faire le tour des anciennes écuries du palais ... C'était devenu un très beau souk de tapis. Les vendeurs étaient charmants, avaient toujours un verre de thé à la pomme à offrir en déroulant quelques merveilles ; et parlaient tous un français impeccable. Nous avons réussi à en sortir sans avoir acheté, et avions passé un bon moment.

Quinze ans plus tard en Cappadoce ...

Après le merveilleux et matutinal vol en montgolfière nous en étions au moent de la visite d'un atelier ou plutôt magasin de tapis.rd121126 50

Pour nous rassurer sur le respect de la tradition un chariot utilisé pour le transport des tapis nous accueillis. Et tout de suite Tayfun nous a confié au personnel de l'entreprise pour toutes les démonstrations et explications dont nous pouvions avoir besoin.

D'abord la finition d'un tapis avant expertise : rd121126 51le dos est passé rapidement au chalumeau pour éliminer tous les petits filaments de laine qui ont échappé au nouage. Puis il est lavé à grande eau, savonné au "savon de Marseille turc" et vigoureusement passé à la brosserd121126 52mécanique avant d'être rincé au jet puis essoré dans une grande centrifugeuse. Je suis sûre que cette démonstration nous servira au prochain printemps lorsque nous voudrons débarraser nos tapis des taches de l'hiver et que nous pourrons les faire sécher dans nos jardins ou comme les grecs sur notre balcon ! Les couleurs s'en porteront bien mieux que de passer chez le teinturier. Pour un dépoussièrage il faut tourner les tapis à l'envers et  bien marcher dessus, résultat assuré. Et bien garder à l'esprit que plus on marche sur un tapis fait à la main, plus il devient solide car on resserre les noeuds, alors qu'on use simplement un tapis mécanique !

Il manquait l'épisode "déroulement de la soie" après le récit de l'élevage des vers que Josette nous avait fait lors d'une randonnée à Puyjovent.

Le voici. Les cocons plongés dans de l'eau chaude (50°) pour tuer le ver avant qu'il ne perce son cocon pour sortir et on procède alors au devidement du fil.rd121126 53Les fils utilisés pour le tissage d'un tapis de soie sont obtenus en moulinant 20 fils de base faits chacun de 25 fils de cocons. Pour le tissage d'une tapisserie ils sont plus fins.rd121126 54Nous sommes entrés dans un atelier où travaille une ouvrière qui doit supporter les regards des visiteurs et réduire son rythme de travail pour que nous puissons essayer d'apercevoir ses gestes pour réaliser ses doubles noeuds, spécificité turque.rd121126 55Il faut  40 jours de travail pour nouer un mètre carré de tapis de laine, et 100 pour un tapis de soie de 100 noeuds au centimètre carré.

rd121126 56

rd121126 57Le paon accroché au mur (trop précieux pour que l'on marche dessus. Ah, quand même !) a nécessité 13 mois de travail.

Les dessins sont créés par des dessinateurs et pas par les personnes qui les tissent.

Et nous sommes passés dans une vaste salle. Des bancs autour des murs, une invitation à déguster une boisson locale (même du raki à 10 heures du matin) et nous sommes prêts pour le grand balai des tapis déposés, projetés, envoyés en virevoltant, tout en évoquant les grandes régions de production de tapis dont la plus célèbre est Hereke spécialisée dans les tapis les plus fins du monde (pour les sultans on y a fabriqué pour les sultans des tapis qui comprenaient 640 000 noeuds au mètre carré !)rd121126 58Des roses, des rouges, des bleus, des verts, des marrons, des sombres, des clairs, des brillants ou des mats (suivant le sens), des tapis nomades de laine pour dormir, des tapis de prière juste assez grands pour y poser les genoux et la tête, des motifs floraux, géométriques,rd121126 59traditionnels, plus modernes, de l'ouest, des montagnes ... il y en a plus que nous ne pouvons imaginer.

Nous sommes invités à nous approcher pour mieux regarder, pour demander, pour toucher les tapis pure laine, pure soie, de laine sur coton, de laine rebrodés de soie (comme ce kilim amélioré rd121126 60qui me plait vraiment beaucoup). C'est le moment du marchandage, et celui où nous nous sommes retirés Camille et moi, heureux d'avoir vu de si jolies pièces et de ne pas en avoir besoin. Heureusement pour le commerce turc ce n'est pas le cas de tout le monde.rd121126 61La matinée s'est terminée dans un restaurant où nous avons eu un repas traditionnel : une viande cuite dans ce grand pot de terre luté d'une pate de farine et d'eau. Les petits plats ressemblent beaucoup à ceux dans lesquels les saint-féliciens nous sont souvent vendus. Ont-ils parcouru tant de kilomètres entre Avanos et l'Isère avant d'arriver sur nos tables ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens