Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 12:25

Hoi An 00Entre Hué et Hoï An il n'y a que 140 kilomètres qui n'ont nécessité qu'une étape au magasin d'un village de tailleurs de pierre, au pied d'une "montagne de marbre". Là quatre personnes polissaient une immense statue de marbre ... artisans prétextes à cette visite essentiellement destinée à nous faire entrer dans l'immense boutique. Ça m'agace un peu.

Nous ne nous sommes pas arrêtés à Danang dont le tourisme (plage et casino) s'adresserait beaucoup à une clientèle chinoise friande de farniente, plutôt qu'européenne pour qui il faudrait du culturel !

Et nous sommes arrivés à Hoï An qui a plus d'une corde à son arc pour nous retenir.

D'abord un passage dans une boutique spécialisée dans les vêtements de soie sur mesure après la visite d'une salle de démonstration d'élevage de vers à soie et du travail des cocons. Demain en fin d'après-midi nous aurons tout ce que nous avons commandé !

A l'hôtel très art-déco nous avions une séance de presque une heure de massage, manucure et pédicure avant le dîner. Juste de quoi arriver tout frais et détendus pour fêter l'anniversaire de Lynn.

Jeudi le programme de visites est très varié. Il nous promet une "véritable expérience d'éco-tourisme au contact de la vie quotidienne des populations locales" ...

Nous sommes donc partis vers le port d'un village de pêcheurs voisin.Hoi An 01

Sur le sol du chantier naval, à côté des bateaux aux grands yeux qui permettent de voir les monstres et de les éviter, deux paniers ronds immenses. Quelle drôle de place pour des paniers !

J'avais oublié que l'apprentissage de la navigation dans un bateau-panier faisait était prévue ; ce sont donc des bateaux !Hoi An 02C'est avec ces paniers que nous avons rejoint le bateau qui nous attendait un peu plus loin en mer pour nous emmener voir des pêcheurs lancer leurs filets, démonstration spéciale pour nous.Hoi An 04La façon dont l'ensemble de l'épervier se déploie est superbe. On recommence, encore de face, et encore de côté.Hoi An 08La vie traditionnelle change à toute vitesse, et on voit un peu plus loin que les deux pointes de l'anse où nous nous trouvons seront bientôt reliées par un grand pont dont les piles sont déjà bien avancées.

Quatre volontaires (dont je suis) ont rejoint dans un bateau-panier un couple de pêcheurs pour retirer les filets de l'eau. Ce sont des gestes sans envergure, calmes, qui ne vont pas nous faire perdre l'équilibre et passer par dessus bord. Mais si ça arrivait nous sommes bien repérables et identifiables : les chapeaux coniques, les gilets de sauvetage attachés, les bateaux tout est marqué au nom de notre opérateur qui pourrait repêcher ses clients !

Un de nos accompagnateurs nous fait une démonstration de la stabilité et de la maniabilité de ces étranges embarcations qui servent ici pour tous les déplacements et petits transports, grande danse au balancement effréné, pas une goutte d'eau n'entre dans le panier !Hoi An 06C'est donc rassurés que nous partons pour un grand tour dans la mangrove voisine, plantée de cocotiers d'eau. Elle couvre quarante hectares et servit de refuge pour le Vietcong pendant plusieurs années.Hoi An 10 La vie qui y était menée était spartiate, la nourriture celle trouvée sur place :  fruits des cocotiers, coquillages, et crevettes le plus souvent crus. Les cuire aurait dégagé de la fumée et signalé la présence des rebelles. Le napalm qui a réussi à les chasser a détruit la végétation pour une trentaine d'années. Pour un peu on l'oublierait tant elle semble avoir repris le dessus.Hoi An 07Les palmes sont utiles à de nombreux usages parmi lesquels la confection de masques, de chapeaux ... à la fin de notre tour tous les rameurs ont réussis à nous donner une tenue de camouflage !Hoi An 11La pêche se pratique dans des bateaux, mais aussi sur terre avec les grands carrelets que nous avons vus partout depuis la baie d'Halong et dans les rivières. Un équipement nous attend pour une démonstration.

Mais d'abord il nous faut nous livrer au lancer de l'épervier. Depuis la plage nous ne risquons pas de tomber à l'eau !Hoi An 12Et maintenant à la machine qui relève le carrelet ! Elle a une roue avec de grands leviers qu'on manipule assis avec les pieds et les mains. C'est plus facile pour Christian que pour Lynn ou moi, autrement dit pour les grands que pour les petites !Hoi An 13 Le carrelet ne se remonte pas complètement, il faut garder une petite partie dans l'eau où les poissons se rassemblent. Nous sommes allés les chercher. Il n'y en avait que quatre, avec l'épervier ce n'était guère plus. J'espère que les pêcheurs font mieux que nous ! Ou le poisson est-il devenu denrée rare dans cette région aussi ?

Cette partie de pêche est passée trop vite avec des exclamations et des rires. Et déjà notre toute jeune guide pour qui c'est la première journée de travailnous emmène-t'elle dans des champs de cultures maraîchères.

Dans ce village fondé il y a trois siècles deux cent vingt familles produissent des légumes et des fleurs pour les marchés de la ville, les restaurants, les supermarché. Le terrain appartient à l'état qui confie 600 m2 à chaque exploitant privé.

Dans ce terrain sablonneux, pas produits chimiques pour engrais, mais des jacinthes d'eau.

C'est superbe. Des tonnelles servent de support à des courgettes géantes,Hoi An 14

les jardins sont soigneusement entretenus et arrosés deux fois par jour, a l'arrosoir.Hoi An 15J'ai essayé l'arrosage comme le fait la vieille dame, en portant deux arrosoirs sur une palanche. Mais la palanche est droite et je ne la place pas correctement ... bien sûr avec deux arrosoirs pleins c'est lourd, donc ça ne s'improvise pas. Et mon résultat me fait faire la grimace plutôt qu'un beau sourire comme celui de la dame !Hoi An 16 Les platebandes regorgent d'herbes aromatiques dont nous sommes invités à cueillir une ou deux feuilles, à les froisser pour profiter de leur puissant parfum. Leurs n,oms sont persil, basilic, aneth avec des qualificatifs qui font qu'ils ne sont pas bien proches des nôtres, et nous ne reconnaissons pas beaucoup d'espèces.

Belle visite qui nous a mis en appétit, et c'est heureusement l'heure du repas maintenant !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article

commentaires

Recherche

Liens