Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 17:36

Hoi An ville 00Après une belle matinée de détente nous avons repris nos visites "culturelles" l'après-midi de ce 27 février presque équatorial.

En commençant par la pagode Chuc Thanh, dans le village de Tho Cam. Le guide Evasion-Hachette, tout en signalant que les avis divergent sur la date de sa fondation, la fixe au 18ème siècle alors que Quang nous la fait remonter au 16ème siècle.Hoi An ville 01La porte franchie nous arrivons dans un grand jardinHoi An ville 02 où la déesse qui n'a là que deux bras (mais c'est celle qui peut en avoir tant), est vénérée.

La grande salle au toit richement orné de dragons et de phoenix en mosaïque de faïence Hoi An ville 03Hoi An ville 05jpgHoi An ville 04

renferme les bouddhas du Passé, du Présent et de l'Avenir. Le bouddhisme est une religion ou philosophie complexe, que la tendance soit du "petit véhicule" comme ici ou du grand. La différence ? Je ne l'ai pas retenu malgré tout tout ce que nous en avait dit Stéphane Martin notre guide au Bhoutan.Hoi An ville 08

Dans des salles annexes des fidèles psalmodient des mantras que scande un vieux moine aveugle sur une grosse cloche aussi sacrée qu'ancienne.Hoi An ville 09Dans une autre partie du jardin des stûpas (si différents de ceux des royaumes himalayens) abritent des reliques de bonzes.Hoi An ville 06Cette visite est rapide, Quang n'est pas un mystique et le programme de l'après-midi est chargé.

Hoï An est célèbre pour la confection de vêtements sur mesure, mais aussi pour son patrimoine architectural. Le centre historique classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1999 conprend un quartier chinois et un quartier japonais reliés par un pont célèbre (article spécial), chacun remarquable par l'âge des bâtiments que l'on y trouve.

Quang nous a remis un plan en nous signalant ceux que nous allons visiter. On ne sait jamais, nous pourrions nous perdre parmi les si nombreux visiteurs, ou nous laisser tenter par les boutiques tout au long des rues ! Hoi An ville 12

Hoï An s'est développée au 15ème siècle grâce aux marchands venus de toute l'Asie du Sud-Est  et à partir du 16ème siècle à l'arrivée des missionnaires jésuites. Parmi eux Alexandre de Rhodes qui fut à l'origine de la latinisation de la langue vietnamienne. Située sur les routes du commerce de la soie c'est un des ports les plus importants d'Asie au 17ème siècle.

Les bateaux à voile doivent compter sur les vents : ils arrivent au printemps avec les vents de nord-est de la mousson et doivent attendre plusieurs mois ceux du sud pour rentrer. Les marins et les marchands ont ainsi dû s'installer à Hoï An pour de longs mois.

Ils y ont construit des maisons, installé des comptoirs commerciaux, des lieux de culte et des endroits où se rassembler.

Quant à nous, nous sommes attirés par chaque maison, par chaque boutique sansbien comprendre que ce sont les héritages des siècles passés, et Quang a du mal à nous amener jusqu'à la maison Phùng Hung.Hoi An ville 10Je suis un peu agacée car il me semble que c'est encore un prétexte pour nous faire entrer dans une boutique. Erreur ! C'est pour la visite d'une boutique historique, fondée en 1780 qui n'a presque pas changé depuis. Elle est restée dans la même famille, j"ai envie de dire dynastie, depuis sa construction. Elle réunit les caractéristiques des architectures japonaise, de nombreux piliers de bois de fer qui renforcent les fondations et soutiennent l'étage,le toit typique et les lucarnes de verre, et chinoise avec sa galerie et ses vantaux qui sont refermés le soir venu.

Le rez-de chaussée comprend la boutique en façade dont le plafond à claire-voie  permet de mettre les marchandises à l'abri au premier étage en cas d'inondations ; derrière la boutique une salle de réception. L'espace de stockage et les pièces privées des propriétaires sont au premier étage. Au 21ème siècle ce sont aussi des salles d'exposition. Pont Hoi An 01

Nous passons le pont japonais pour arriver dans le quartier chinois où il y a plusieurs "maisons communes des congrégations". Les congrégations, organisations typiquement chinoises permettent aux personnes de la même origine géographique, parlant le même dialectede se rencontrer, de se retrouver. Elles ont un rôle social, commercial et également cultuel. On y honore des divinités qui ont déversé leurs bienfaits sur les marins de la maison.Hoi An ville 13

Nous voici à la maison commune de la congrégation de Fujian qui rassemble des personnes d'origine cantonnaise. Au centre le temple de Quang Trieu dans lequel nous pénétrons est un lieu de culte à la déesse de la mer, Thien Hau Hoi An ville 14dont une statue occupe le centre de l'autel principal.

Dans le hall d'entrée elle est représentée marchant sur les flots tempétueux.Hoi An ville 15Suspendus au plafond de grands rouleaux portent tous une étiquette jaune. N'allez pas croire que c'est une étiquette marchande ; ce qu'elle porte c'est le nom du donateur, il ne faudrait pas que la déesse se trompe sur son identité et que sa protection aille au voisin !

Et maintenant nous sommes en face du marché et de la boutique où l'on peut trouver des vêtements de soie et bambou d'une légèreté extraordinaire, alors c'est le moment de shopping.Hoi An ville 16Nous sommes revenus le soir dans ce quartier pour dîner dans un restaurant dont la décoration était à la hauteur de la cuisine (quoique à ce sujet il y a un ou deux avis divergents). Nous y avons goûté les célèbres roses blanches de Hoï An,Rose-blancheun genre de raviolis de crevettes cuits à la vapeur.

Et nous avons flâné dans le marché nocturne où l'on peut trouver des lanternes de soie et de papier, autre spécialité de la ville.Hoi An ville 17-copie-1 Les rues, le pont sont éclairés de mille lanternes, et des marchandes vendent des petites paniers de paniers où brule une bougie. Il faut les poser sur l'eau et ils partent au gré du fleuve et de la brise en emportant vos voeux ...

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 12:25

Hoi An 00Entre Hué et Hoï An il n'y a que 140 kilomètres qui n'ont nécessité qu'une étape au magasin d'un village de tailleurs de pierre, au pied d'une "montagne de marbre". Là quatre personnes polissaient une immense statue de marbre ... artisans prétextes à cette visite essentiellement destinée à nous faire entrer dans l'immense boutique. Ça m'agace un peu.

Nous ne nous sommes pas arrêtés à Danang dont le tourisme (plage et casino) s'adresserait beaucoup à une clientèle chinoise friande de farniente, plutôt qu'européenne pour qui il faudrait du culturel !

Et nous sommes arrivés à Hoï An qui a plus d'une corde à son arc pour nous retenir.

D'abord un passage dans une boutique spécialisée dans les vêtements de soie sur mesure après la visite d'une salle de démonstration d'élevage de vers à soie et du travail des cocons. Demain en fin d'après-midi nous aurons tout ce que nous avons commandé !

A l'hôtel très art-déco nous avions une séance de presque une heure de massage, manucure et pédicure avant le dîner. Juste de quoi arriver tout frais et détendus pour fêter l'anniversaire de Lynn.

Jeudi le programme de visites est très varié. Il nous promet une "véritable expérience d'éco-tourisme au contact de la vie quotidienne des populations locales" ...

Nous sommes donc partis vers le port d'un village de pêcheurs voisin.Hoi An 01

Sur le sol du chantier naval, à côté des bateaux aux grands yeux qui permettent de voir les monstres et de les éviter, deux paniers ronds immenses. Quelle drôle de place pour des paniers !

J'avais oublié que l'apprentissage de la navigation dans un bateau-panier faisait était prévue ; ce sont donc des bateaux !Hoi An 02C'est avec ces paniers que nous avons rejoint le bateau qui nous attendait un peu plus loin en mer pour nous emmener voir des pêcheurs lancer leurs filets, démonstration spéciale pour nous.Hoi An 04La façon dont l'ensemble de l'épervier se déploie est superbe. On recommence, encore de face, et encore de côté.Hoi An 08La vie traditionnelle change à toute vitesse, et on voit un peu plus loin que les deux pointes de l'anse où nous nous trouvons seront bientôt reliées par un grand pont dont les piles sont déjà bien avancées.

Quatre volontaires (dont je suis) ont rejoint dans un bateau-panier un couple de pêcheurs pour retirer les filets de l'eau. Ce sont des gestes sans envergure, calmes, qui ne vont pas nous faire perdre l'équilibre et passer par dessus bord. Mais si ça arrivait nous sommes bien repérables et identifiables : les chapeaux coniques, les gilets de sauvetage attachés, les bateaux tout est marqué au nom de notre opérateur qui pourrait repêcher ses clients !

Un de nos accompagnateurs nous fait une démonstration de la stabilité et de la maniabilité de ces étranges embarcations qui servent ici pour tous les déplacements et petits transports, grande danse au balancement effréné, pas une goutte d'eau n'entre dans le panier !Hoi An 06C'est donc rassurés que nous partons pour un grand tour dans la mangrove voisine, plantée de cocotiers d'eau. Elle couvre quarante hectares et servit de refuge pour le Vietcong pendant plusieurs années.Hoi An 10 La vie qui y était menée était spartiate, la nourriture celle trouvée sur place :  fruits des cocotiers, coquillages, et crevettes le plus souvent crus. Les cuire aurait dégagé de la fumée et signalé la présence des rebelles. Le napalm qui a réussi à les chasser a détruit la végétation pour une trentaine d'années. Pour un peu on l'oublierait tant elle semble avoir repris le dessus.Hoi An 07Les palmes sont utiles à de nombreux usages parmi lesquels la confection de masques, de chapeaux ... à la fin de notre tour tous les rameurs ont réussis à nous donner une tenue de camouflage !Hoi An 11La pêche se pratique dans des bateaux, mais aussi sur terre avec les grands carrelets que nous avons vus partout depuis la baie d'Halong et dans les rivières. Un équipement nous attend pour une démonstration.

Mais d'abord il nous faut nous livrer au lancer de l'épervier. Depuis la plage nous ne risquons pas de tomber à l'eau !Hoi An 12Et maintenant à la machine qui relève le carrelet ! Elle a une roue avec de grands leviers qu'on manipule assis avec les pieds et les mains. C'est plus facile pour Christian que pour Lynn ou moi, autrement dit pour les grands que pour les petites !Hoi An 13 Le carrelet ne se remonte pas complètement, il faut garder une petite partie dans l'eau où les poissons se rassemblent. Nous sommes allés les chercher. Il n'y en avait que quatre, avec l'épervier ce n'était guère plus. J'espère que les pêcheurs font mieux que nous ! Ou le poisson est-il devenu denrée rare dans cette région aussi ?

Cette partie de pêche est passée trop vite avec des exclamations et des rires. Et déjà notre toute jeune guide pour qui c'est la première journée de travailnous emmène-t'elle dans des champs de cultures maraîchères.

Dans ce village fondé il y a trois siècles deux cent vingt familles produissent des légumes et des fleurs pour les marchés de la ville, les restaurants, les supermarché. Le terrain appartient à l'état qui confie 600 m2 à chaque exploitant privé.

Dans ce terrain sablonneux, pas produits chimiques pour engrais, mais des jacinthes d'eau.

C'est superbe. Des tonnelles servent de support à des courgettes géantes,Hoi An 14

les jardins sont soigneusement entretenus et arrosés deux fois par jour, a l'arrosoir.Hoi An 15J'ai essayé l'arrosage comme le fait la vieille dame, en portant deux arrosoirs sur une palanche. Mais la palanche est droite et je ne la place pas correctement ... bien sûr avec deux arrosoirs pleins c'est lourd, donc ça ne s'improvise pas. Et mon résultat me fait faire la grimace plutôt qu'un beau sourire comme celui de la dame !Hoi An 16 Les platebandes regorgent d'herbes aromatiques dont nous sommes invités à cueillir une ou deux feuilles, à les froisser pour profiter de leur puissant parfum. Leurs n,oms sont persil, basilic, aneth avec des qualificatifs qui font qu'ils ne sont pas bien proches des nôtres, et nous ne reconnaissons pas beaucoup d'espèces.

Belle visite qui nous a mis en appétit, et c'est heureusement l'heure du repas maintenant !

 

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 14:23

Hué, la citadelle 04Ce sont les grands principes feng shui (vent et eau) qui ont présidé au choix de l'emplacement de la cité impériale fondée par l'empereur Gia Long au début du 19ème siècle.

Science Feng shui ? Cet art taoïste consiste à révéler et harmoniser les énergies d'un lieu afin de procurer richesse et plénitude à ses occupants. Il a influencé l'architecture et l'orientation des palais fastueux des souverains, celles des modestes maisons paysanes sur pilotis aussi bien que celles des tombeaux (guide Evasion Hachette).

Mais en ce qui concerne la construction de la citadelle que nolus allons visiter aujourd'hui quelques principes de l'architecture militaire française ont été ajoutés à ceux du yin et du yang. Des remparts à la Vauban avec fossés, canaux et bastions font une première enceinte carrée percée de 10 portes avec tours de guet.Hué, la citadelle 01

Les remparts franchis nous sommes sur une vaste esplanade, au pied de la tour du drapeaude où de nombreux groupes para-militaires, armés ou non, défilent au pas cadencé. Les uniformes ressemblent plus à des tenues de travail qu'à celles de soldats. Ce sont des milices privées chargées de la garde de la citadelle.Hué, la citadelle 03

De part et d'autre de cette place les "canons sacrés" (frise), fondus avec le métal des armes prises aux Tây Son en 1803 symbolisent les cinq éléments, terre, eau, feu, métal et bois, les quatre saisons et le pouvoir des souverains (ça c'est plus facile à comprendre pour tous).

Nous passons la deuxième enceinte par la porte du Midi entièrement dissimulée derrière les bâches qui cachent le chantier de sa rénovation. C'était le principal accès à la cité impériale, qui s'ouvre sur le pont d'Or et sur l'esplanade des Grandes-Salutations où il y a foule de visiteurs. Nous sommes juste devant le palais de la Suprême Harmonie au toit de tuiles jaunes, couleur de l'empereur et vertes, couleur des mandarins.Hué, la citadelle 05

Ce bâtiment dont le toit est soutenu par 80 colonnes de teck, le plus grand de la cité impériale, était la salle du trône. Cette salle nue hormis le siège royal sur une estrade surmonté d'un baldaquin pouvait accueillir une nombreuse foule lors des audiences royales et les grandes cérémonies officielles. Tout est vermillon, avec des incrustations et des sculptures dorées; des dragons et des poêmes sur les murs, également dorés. Photos interdites.Hué, la citadelle 06

Par contre celles de la maquette de la cité impériale ne le sont pas, mais les reflets sur la vitrine les rendent difficiles.

Mais elles sont utiles pour essayer de comprendre l'organisation des lieux. Nous étions du côté du temple de la Résurrection, du temple dynastique et du pavillon de la Splendeur, principaux bâtiments du grand carré à droite. Cette partie de la cité impériale qui entourait la cité interdite est l'endroit  où se trouvaient aussi les ateliers de tous les fournisseurs du palais ainsi que les salles de travail des musiciens et des poètes. la Cité pourpre interdite est derrière la double enceinte noire au centre à gauche.

Nous allons y arriver dès que nous aurons franchi la cour où deux grands chaudrons symbolisent encore le pouvoir de vie et de mort que l'empereur pouvait exercer sur ses sujets.Hué, la citadelle 07En fait, il reste bien peu de choses de cette cité interdite que les bombardements de l'offensive du Tet en 1968 ont ravagée.Hué, la citadelle 08Quelques fondations et beaucoup d'herbe sont les souvenirs de l'ensemble résidentiel privé de la famille impériale, exclusivement accessible à l'empereur, la reine, ses concubines, ses enfants et les eunuques. Mais le classement de la citadelle au patrimoine mondial de l'Unesco permet l'afflux d'aides étrangères pour une reconstitution minutieuse de bâtiments. Elles ont déjà fait des miracles.Hué, la citadelle 09Je n'ai pas noté ce qu'était ce bâtiment dont la peinture sèche. Peut-être la bibliothèque royale ? Vermillon et or, les deux couleurs royales, avec des dragons qui symbolisent la puissance de l'empereur et du Vietnam.Hué, la citadelle 12 On le retrouvait partout dans les cours, les jardins et sur les vêtements, la vaisselle et le mobilier. Il continue aujourd'hui à représenter celle du pays.

Hué, la citadelle 10

Au théâtre parfaitement reconstitué on redonne des spectacles.Hué, la citadelle 11Ce joli pavillon aux couleurs tendres me semblent un peu petit pour avoir abrité le trésor royal où étaient entreposés les objets de valeur.

Nous sommes arrivés à la somptueuse porte de l'Humanité, porte de sortie de la cité interdite pour les visiteurs.Hué, la citadelle 13 Dans l'enceinte de la cité impériale le palais Long An abrite le musée des Antiquités royales.Hué, la citadelle 14Dans le beau et grand jardin des statues de mandarins, des stelles et des canons. A l'intérieur du mobilier dont un trône, quelques pièces incrustées de nacre, de la céramique,de la porcelaine française offerte par le gouverneur, de la vaisselle pour les sacrifices effectués par la dynastie des Nguyen, des instruments de musique, des costumes d'apparat, des robes, tuniques et chaussures impériales, des brûle-parfum, une chaise à porteur, des armes, des animaux de bronze et,  je n'ai pas eu le temps de tout voir ...

Devant le bâtiment à un seul niveau des bonzaïs dans de belles poteries, une cloche dont l'anse est un superbe dragon.Hué, la citadelle 15A regarder un bonzaï de près on voit qu'il a fallu beaucoup travailler et contraindre cet arbre pour le miniaturiser.Hué, la citadelle 16Il me fait penser aux pieds martyrisés des chinoises, mais nous sommes dans un autre pays et je n'ai plus le temps d'échafauder des hypothèses, il me faut rejoindre les cyclo-pousse qui vont nous promener dans la citadelle, ses canaux, ses lacs et à l'extérieur jusqu'au restaurant où nous déjeunerons.Hué, la citadelle 17

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 13:10

Dong Ba est le plus important marché traditionnel de Hué, proche de la citadelle. C'est un marché couvert, mais les marchands se sont emparés des rues avoisinantes où ils exercent toutes sortes de commerces. En voici quelques images.

Des personnes qui transportent leurs marchandises, les dames en palanche, paniers pleins ou paniers vidés ;Hue marché Dong Ba 02un couple en moto avec des sacs plastique (ça enlève beaucoup d'exotisme) ; Hue marché Dong Ba 08un monsieur avec un énorme chargement d'oignons et d'échalottes ;Hue marché Dong Ba 09la marchandise peut aussi être transportée en cyclo-pousse, mais les messieurs assis dans le leur ont-ils amené leur production depuis un village voisin ou attendent-ils quelqu'un qui fait son marché ? En voyant leurs bottes je choisis la première hypothèse.Hue marché Dong Ba 12Les marchandes de légumes peuvent les vendre fraîchement épluchés ; ici une dame écosse les fèves qu'elle va vendre ;Hue marché Dong Ba 01parfois finement émincés, prêts à être sautés au wok ou à la poêle, des bottes de petites échalottes ou ciboulettes attendent dans une cuvette d'eau ;Hue marché Dong Ba 18le riz est vendu en gros paquet ou en vrac ;Hue marché Dong Ba 03en vrav aussi toutes sortes de graines sèches que propose ces dames,Hue marché Dong Ba 04alors que leur voisine prépare des repas qui seront pris sur le pouce, dès le matin par les personnes qui se sont levées très tôt.

Hue marché Dong Ba 05Il semblerait que cette dame vende des nouilles de riz cuites. La garniture sera achetée dans l'un ou l'autre des stands proches.Hue marché Dong Ba 17La pharmacienne derrière sa vitrine nous fait un grand sourire,Hue marché Dong Ba 06alors que le cordonnier ne nous voit même pas !Hue marché Dong Ba 07Les marchandes de poissons frais changent régulièrement l'eau des cuvettes dans lesquellles certains attendent preneur, alors que la plupart sont présentés dans des paniers ;Hue marché Dong Ba 10en face des poulpes secs sont  empilés au premier plan alors que les crevettes également sèches, de toutes tailles sont dans de grands sacs transparents. A consommer dans des soupes ou au petit déjeuner pour les minuscules (ça, ça réveille !).Hue marché Dong Ba 14Les marchands de tongs en ont de toutes les tailles et de toutes les couleurs, de bas en haut de leurs magasins. Je vais bien en trouver des roses pour Sophie !Hue marché Dong Ba 16Ma petite galerie de marchandes ne serait pas tout à fait complète si j'oubliais la vendeuse d'épices au sourire ravi devant tant de clients européens curieux et de tout et preneurs de quelques sachets.Hue marché Dong Ba 15Par contre nous n'avions pas vu qu'une de ces voisines souriait beaucoup moins, se mettait même très en colère et l'exprimait en jetant bruyamment juste à mes talons une longue barre de fer. Nous étions très surpris et ses voisines stupéfaites. C'était la première fois que nous voyions une Vietnamienne qui avait perdu le sourire !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 21:36

Hué ateliers 000Après la traversée de la rivière des Parfums en bateau dragon, nous avons rejoint les mausolées des empereurs avec notre bus dont voici notre chauffeur, toujours souriant même dans en panne sérieuse,Hué ateliers 00 et son aide (d'après le recueil de nouvelles que je lis il semble que beaucoup de fonctions nécessitent un aide pour être parfaitement remplies) qui nous aide à descendre et monter avec une caisse de soda qu'il est prompt à sortir, et donne de nombreux "coups de main" dont nous ne sommes pas toujours conscients.Hué ateliers 01Entre chaque grande visite des arrêts dans des ateliers artisanaux sont prévus.

Nous avons tout d'abord une démonstration de fabrication d'encens. De fines baguettes de bambou colorées sont enduites d'une pâte dont la composition exacte est gardée secrète, car c'est d'elle que dépend le parfum plus ou moins suave des batonnets dont les dieux et les esprits se nourissent.Hué ateliers 03Entrent dans sa composition au minimum de la résine, de la poudre d'écorce de jacquier (arbre fruitier) et de la vanille.

Juste à côté une dame fabrique un chapeau conique. Sous l'oeiul attentif de ses petits enfants elle maintient son gabarit avec un pied et dispose des fibres de palmes sèches serrées pour que le chapeau puisse protéger aussi bien de la pluie que du soleil.Hué ateliers 04Elle peut intosuire entre deux couches de palmes un papier coloré et découpé de façon à obtenir, par transparence des dessins.Hué ateliers 05Et surtout ces démonstrations ont été faites dans un local qui est beaucoup plus un magasin qu'un atelier. Nous pouvons y trouver des peintures sur bois, des lanternes de soie, des statuettes, et tant de tongs en satin de soie. Absolument irresistibles maintenant que la température est vraiment chaude, en soie elles ne vont pas me blesser !Hué ateliers 06Les artisanes sont devenues vendeuses, ont répondu à nos questions avec des sourires merveilleux et nous sommes repartis avec nos paquets sous le bras !

La pause déjeuner est une grande tradition aussi sacrée au Vietnam qu'en France. Et il ne nous faut pas croire que ce superbe restaurant fait de paillotes sur pilotis reliées par des galeries où nous accueillent des mandarins semblables à ceux qui veillent dans les cours d'honneur des tombes d'empereurs sont des établissements pour touristes. Ils sont avant tout destinés à une clientèle locale.Hué ateliers 07A chaque jour sa découverte gastronomique, ce sont des crevettes au riz vert qui nous surprennent ce midi. Soufflés le riz et nous aussi ...Hué ateliers 02Juste à côté du restaurant un centre d'arts martiaux nous accueille pour une leçon ou une démonstration de taÏ chi, . c'est comme on veut.Hué ateliers 10Après les envolées d'épée d'une jeune experte et l'horrible combat d'un jeune homme contre une épée, des briques et je ne sais plus quels instruments de torture c'est le moment plus calme de la calligraphie. Le Maître, son assistante, ses pinceaux nous font une démonstration en quelques traits d'encre de Chine, maintenant synthétique. Tout se perd ...Hué ateliers 08Quang traduit. L'assemblage de deux signes correspondant à des choses très concrètes exprime une idée. Ainsi le signe soleil associé au signe lune expriment la lumière ...Hué ateliers 09La feuille que tient Quang représente une porte à gauche, une autre à droite et au milieu une bouche ; l'ensemble veut dire demander ... L'assemblages des dessins, pardon, des signes soie et rizière veut dsire bonheur ! C'est de la philosophie.

Avant le rendez-vous de fin de journée nous avions assez de temps pour aller faire un tour au marché près d'un canal où un pêcheur rentrait de sa journée sur son sampan. On l'aurait cru seul au monde. J'espère qu'il a trouvé des acquéreurs pour sa pêche du jour.Hué ateliers 11A la nuit tombée nous avons assisté à un spectacle de marionnettes sur l'eau. Hué ateliers 12C'est une grande tradition vietnamienne. Les meilleures troupes font le tour du monde avec leurs bassins et leurs marionnettes de bois qui racontent  des anecdotes de la vie villageoise et paysane, et les plus grandes légendes du pays, comme la "danse des huit fées" qui était présentée pour les anniversaires de la Reine-Mère, du Roi et de la Reine.Hue-ateliers-14.jpgOn a un peu de mal à imaginer que les marionnettistes restent dans l'eau, derrière le rideau pendant toute le spectacle, mais si, ils y sont jusqu'aux hanches !Hué ateliers 13Pour clôturer cette grande journée nous avons eu un dîner impérial, en costume. Nous avons choisi Martine et Louis dans le rôle du couple impérial, .Hue-ateliers-15.jpget tous les autres nous étions des mandarins et des mandarines ? (Merci Josqette pour la photo.)qui n'ont pas trouvé que le repas était à la hauteur de l'enjeu. Ce ne sera pas celui dont nous aurons les meilleurs souvenirs, mùalgré les musiciens qui nous ont joué et chanté des musiques traditionnelles. Mais non, pas à cause d'eux.Hué ateliers 17

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 10:43

Hué M. Tu Duc 00Hué a été la capitale des empereurs Nguyen de 1802 à 1945. Parmi les monuments qu'il faut absolument visiter quelques uns des tombeaux qu'ils firent édifier pour assurer le confort de leur vie éternelle figurent en bonne place car

le mot "tombeaux"  ne permet pas d'imaginer ces vastes ensembles dont l'emplacement a été soigneusement choisi  suivant des principes de géomancie et construits à si grands frais qu'il fallut parfois augmenter les impots de façon substancielle pour les financer.

Nous nous sommes d'abord rendu au mausolée de Tu Duc qui régna de 1848 à 1883. Il comprend une cinquantaine de bâtiments qui furent construits de 1864 à 1867 sur une terrain d'une douzaine d'hectares. Avant d'être un tombeau se fut une résidence secondaire où le monarque tentait d'oublier les difficultés du règne en composant des vers.

Le pavillon sur pilotis du lac Luu Khiem était un de ses endroits préférés. Hue-M.-Tu-Duc-pavillon-sur-pilotis.jpgJe dois la photo à Wikipédia car il était entièrement baché pour travaux de rénovation quand nous sommes passés.

Il faut franchir des murs d'enceinte, des portes

Hué M. Tu Duc 01superbement décorées de céramiques vernissées

Hué M. Tu Duc 03Hué M. Tu Duc 02

avant d'arriver dans la cour des Salutations où les mandarins, et les animaux sacrés attendent éternellement  leur maître sous les frangipaniers dénudés par l'hiver.

Hué M. Tu Duc 07Hué M. Tu Duc 08

Dans la cour suivante, sur la Stèle du pavillon également en cours de rénovation lors de notre visite,  Hue M. Tu Duc pavillon de la stèleon peut lire (enfin, c'est en calligraphie presque chinoise) l'autobiographie de l'empereur (photo Wikipédia).

Et nous voici devant la tombe, finalement toute simple et presque nue.

La construction de l'ensemble a été dirigée par deux mandarins qui ont fait travailler dans des conditions complètement inhumaines 6000 ouvriers. Une révolte des ouvriers a été réprimée dans un tel  bain de sang que le projet n'a pu être mené à son terme et vaut à cet ensemble la réputation d'avoir été construit avec le sang et les os du peuple.Hué M. Tu Duc 06L'empereur ne reposerait pas dans la tombe. En effet craignant que son corps ne soit profané par ses ennemis il se serait fait enterré dans un endroit secret par dix personnes auxquelles un banquet empoisonné a été offert après ces funérailles. Le secret de la sépulture aurait ainsi été gardé.

 

A quelques kilomètres le mausolée de Khai Dinh, empereur de 1916 à 1925 est encore plus surprenant. Régnant sous la colonisation française il devait avoir du temps disponible (!) qu'il consacra presque exclusivement à cette construction. Pöur financer le luxe de cette tombe les mandarins demandèrent au gouverneur français l'autorisation d'augmenter les impots de 30 % qui fut accordée !

Cet empereur fut le père adoptif de Bao Daï, dernier empereur vietnamien qui abdiqua en 1943 ; mort à la Réunion il est enterré plus modestement au Père Lachaise.

En haut d'une double volée de marches Hué M. Khai Dinhil faut franchir un pavillon de gardes.Hué M. Khai Dinh 02 pour arriver dans la cour des Salutations où les mandarins, les soldats et les animaux gardent le tombeauHué M. Khai Dinh 03Le grand palais construit suivant l'idée que les Vietnamiens se faisaient des chateaux français

Hué M. Khai Dinh 04 est composé de trois pièces abondament décorées. Les peintures et les mosaïques de porcelaine, céramqiue et verroterie recouvrent entièrement les murs et plafonds.Hué M. Khai Dinh 09Hué M. Khai Dinh 08

 

Des oiseaux sont perchés sur des végétaux  le long des murs

 

Hué M. Khai Dinh 06

alors qu'au plafond neuf dragons sont cachés dans les nuages.

Au centre le sanctuaire avec la statue du monarque en bronze doré fondue à Marseille en 1922.Hué M. Khai Dinh 05Etourdissant, n'est-ce pas ces monuments d'autocélébration ?

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 09:51

Hué Pagode 00C'est en bateau dragon que nous avons remonté en un peu moins d'une heure et traversé la Rivière des Parfums, large fleuve aux eaux vertes. Juste le temps d'admirer les berges et de marchander des statues de bois ou de fonte, des vêtements de soie, des jouets animés dont le pont regorge et pour e soleil de percer la brume matinale. 

Au milieu du fleuve une vedette de la police fluviale "contrôle" le trafic. C'est à dire reçoit les bakchichs que les bateliers versent à chaque traversée ... C'est finalement moins cher que les amendes qui pourraient leur être infligées pour non respect d'une législation tatillonne, parfaite pour créer ce genre de pratique (qui s'applique avec encore plus de vigueur sur les routes ; Quang nous a dit que le salaire des policiers n'était que leur argent de poche, et que ce métier était très convoité !)

Hué Pagode 01

Le batelier accoste entre d'autres bateaux-dragons, au pied de la tour octogonale qui se dresse en haut d'une volée d'escaliers. Hue-Pagode-17.jpgCette tour a été construite au 19ème siècle. Les sept niveaux symbolisent les réincarnations de Bouddha.  Essayer de gravir ces étages est réservé aux croyants mystiques ; les touristes en mal de panorama vont voir ailleurs !Hué Pagode 09

Et c'est un vrai plaisir car l'endroit est très beau. Le complexe bouddhique a été fondé au 17ème siècle. Il comprend des sanctuaires, une pagode, des dépendances, une terrasse avec des bonzaïs et un grand jardin fleuri. Enfin des fleurs ! 02-fevrier-orchidee-Hue.jpgSoyons sérieux, on n'est qu'accessoirement là pour les orchidées qui parasitent les grands arbres ...

Nous avons passé un porche à trois portes dont le toit est orné d'un grand soleil (frise) et de dragons superbes, en mosaïque de faïence et de porcelaine,Hué Pagode 02Sur les cloisons internes de bons génies accueillent les visiteurs.

Hué Pagode 06Hué Pagode 07

C'est l'accès à la pagode principale du Grand Héroïsme. Un Bouddha du Futur, Maitreya, doré, derrière une vitrine qui fait plein de reflets, en est la figure principale. Deux sanctuaires en enfilade sont consacrés au dieu de la Guerre, Quan Vo et à la déesse de la compassion, Quan Âm. Hué Pagode 08Dans une galerie est conservée une vieille voiture. C'est celle qu'utilisa le bonze Thich Quang Duc pour aller à Saïgon en 1963 protester contre la répression dont les moines était victimes. Son immolation par le feu frappa toutes les consciences du monde. Je ne mets pas de lien pour la vidéo sur Dailymotion qui en montre tous les détails.

je préfère le jardin qui surplombe le fleuve, son ruisseau Hué Pagode 10 et ses bassins où les nénuphars sont en fleur, propice à la photo de groupe.Hué Pagode 18Nous en avons fait le tour avant de redescendre vers la route, en essayant de ne rien perdre de la végétation, des toits et de leurs gargouilles,Hué Pagode 12et en marchandant, pour notre part des chapeaux pliables car le soleil se fait enfin très chaud !Hué Pagode 15Les fruits dont nous ignorons tout ou presque, ce sera pour plus tard, nous avons des visites de vergers au programme.Hué Pagode 16

Que les jeunes filles que nous croisons en costume traditionnel sont gracieuses sous l'ombrelle assortie au pantalon, et surtout sans le masque qui cache presque entièrement le visage ! Hué Pagode 13Ce sont des étudiantes portant l'uniforme de leur université. Celui des jeunes gens est beaucoup plus occidentalisé ...Hué Pagode 14Avant de quitter la pagode voici l'origine de son nom.

Sur cette colline des paysans virent une vieille femme vêtue d'une tunique rouge et d'un pantalon vert (ou bleu ?). Elle leur dit qu'un seigneur devrait construire une pagode à cet emplacement particulièrement propice et disparut dans les cieux. Le seigneur Nguyen Hoàng les entendit raconter cette apparition et décida de bâtir la pagode en lui donnant le nom de "pagode de la Dame céleste". Les dieux et leurs manifestations sont finalement partout les mêmes ; et la vie de Nguyen Hoàng, fondateur de la dynastie des Nguyen pleine d'aventures, de luttes et de sagesse !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 21:10

Ce sont les 360 km qui séparent Vinh de Hué que nous devons parcourir aujourd'hui ... Bien longue route pour laquelle  nous avons retrouvé notre bus initial, avec son chauffeur et son aide. Ils ont réussi à réparer un dimanche et à être en état de poursuivre le voyage le lundi matin. Nous n'aurons plus à supporter l'épouvantable klaxon à écho dont était si fier le chauffeur de remplacement !

Rizières, villages agricoles, élevages de buffles et de canards, Vinh à Hué 05 chantiers, villes et rivières tout au long de la route Vinh à Hué 01où nous cherchons les chargements insolites transportés par les vélos et motos. J'y reviendrai ...

A midi nous nous sommes arrêtés déjeuner dans une belle résidence pour touristes dont nous étions les seuls occupants. C'est aussi l'heure de pause pour le personnel.Vinh à Hué 06au pied du jardin somptueux à la végétation tropicale.Vinh à Hué 07Nous sommes allés jusqu'à la plage tâter du pied l'eau du golfe du Tonkin ... Encore un peu fraîche.

Et il était déjà temps de repartir par la Route Mandarine jusqu'au site de Vinh Moc, un ensemble de tunnels ou plutôt un village souterrain que les paysans ont creusé au début du conflit contre les Américains pour se protéger des attaques aériennes. C'est là que reviennent les terribles images d'Apocalyspe Now , celle des hélicoptères rugissant du Wagner en chassant les paysans le long de la plage ... Vinh à Hué 10

Pour se protéger de ces attaques et des bombes perforantes qui explosent à 6 mètres sous terre  un ensemble de tunnels de  2.6 km a été aménagé en 13 mois : trois boyaux à une profondeur de 12, 15 et 23 mètres où vécurent jour et nuit envion 300 personnes, chaque famille se voyant attribué une grotte de 2 m2 ... Vinh à Hué 11Cet ensemble comprend des salles communes, un hôpital, des sanitaires, enfin tout ce qui est nécessaire à une vie sociale organisée ...

Un musée rassemble des photos, des douilles d'armes, et une plaque commémorant l'héroïsme des gens qui aménagèrent cet endroit avec des moyens rudimentaires et y vécurent.Vinh à Hué 04Nous avons été accompagnés pendant notre visite par un monsieur qui porte les séquelles physiques et mentales des combats. Mais c'est avec fierté qu'il nous a montré pami les photos la sienne, celle d'un petit garçon ordinaire, qui transportait une arme destinée aux résistants qui occupaient une île proche ...

Pour détendre un peu l'ambiance nous avons pu marchander à la sortie du site où des marchandes attendent les visiteurs le poivre  qui est produit (1er producteur mondial) dans la région où la végétation a fini par repousser longtemps après la déversement des gaz défoliants.Vinh à Hué 03Si la pollution chimique a été en grande partie résorbée, le danger des munitions enfouies est encore bien présent et il nous est recommandé de rester dans les chemins, et pas seulement ici.

Les champs autour du village ont été déminés et nous pouvons jeter un coup d'oeil aux plantations d'hévéas dénudés par l'hiver, à celles de poivriers, plantes grimpant jusqu'en haut des arbres qui les supportent,Vinh à Hué 08et aux patates à grandes feuilles avec lesquelles les Vietnamiens font des nouilles.Vinh à Hué 09

Un peu plus au sud, au pont du 17ème parallèle nous avons continué dans le même registre. Le fleuve devant nous, le Ben Hai était la frontière naturelle qui séparait la République Socialiste du Vietnam (nord) de la République du Vietnam  (Sud).Vinh à Hué 14Le drapeau rouge à étoile d'or devait flotter haut sur la rive nord dès 1954, tout près du portique Vinh à Hué 13muni de dizaines de haut-parleurs qui devaient diffuser des messages d'endoctrinement ou de menace vers le sud.Vinh à Hué 15Le pont, seul passage entre les deux entités politiques n'était emprunté que par les observateurs internationaux en provenance du Canada, d'Autralie et d'Inde ...Vinh-a-Hue-17.jpg

Un no man's land de 5 km s'étendant de part et d'autre du fleuve était étroitement surveillé pr les armées des deux côtés.

Nous l'avons traversé à pied, ce pont maintenant ouvert à tous les piétons où nous attendent sur l'autre rive une veuve et une orpheline aux visages tristes.Vinh à Hué 16Quels sont les symboles qui les entourent ? Des arbes ou des armes ?

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Ponts du monde
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 17:16

Phat diem 00Quelle étrange cathédrale avons-nous découvert à Phat Diem, premier évêché du Vietnam, au coeur de la région la plus catholique du pays avant 1954, date de la fondation de la RDV, République Démocratique du Vietnam. Le pouvoir laissa alors aux catholiques la possibilité de partir pour le sud. Malgré cet exode massif la communauté catholique de cette région représenterait encore 50 % de la population.Phat diem 06La construction de cet édifice de style sino-vietnamien fut entreprise en 1891 à l'initiative du père Six, et réalisée grâce aux efforts des fidèles, bénévoles.

En arrivant nous avons été saisis par la taille de l'ensemble. Un Christ Roi au milieu d'un étang accueille les paroissiens et les visiteurs,Phat-Diem-14.jpg

et dsur l'autre rive ces étranges bâtiments, assez proches des pagodes bouddhistes, mais tellement plus grands. Phat diem 02Les tours latérales du "campanile" sont surmontées des statues des évangélistes,

Phat diem 04Phat diem 05

et un arbre qui finalement ne semble pas être de Jésée est sculpté au-dessus de la porte principale.Phat diem 07Les chapelles Saint Joseph, Saint Pierre ... etc ... sont des pavillons extérieurs de part et d'autre d'un calvaire et d'une grotte de Bethléem.Phat diem 08Les sculptures réalisées par les meilleurs artistes de l'époque allient culture locale et scènes bibliques :

les animaux mythologiques vietnamiens, dragons, licornes, tortues et phénix accompagnent la crucifixion.Phat diem 03Nous avons attendu, en compagnie de visiteurs cosmopolites (Vietnamiens, Américains et Anglais) que quelqu'un ramène la clef pour pouvoir visiter.Phat diem 13

La nef dont la charpente a été réalisée en "bois de fer" imputrescible est immense !Phat diem 11C'est vraiment surprenant, le bâtiment est tellement large qu'on ne se rend pas compte de sa hauteur depuis l'extérieur.

Le retable est tout à fait de style "baroque flamboyant vietnamien" (c'est moi qui formule ainsi mon sentiment) et la voute ornée d'une représentation céleste.Phat diem 12Elle est vraiment très surprenante cette cathédrale et mérite de figurer parmi mes églises romanes, même si elle en est aux antipodes à tous les sens du mot !

 

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Belles romanes et autres
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 14:55

Ninh Binh 00Nous avons quitté la baie d'Halong pour nous rendre à Ninh Binh, visiter une partie de la région dite baie d'Halong terrestre. Elle a été rendue célèbre par le film de Régis Wargnier  "Indochine" qu'il me faudra absolument revoir !

La distance qui sépare ces deux grands sites est de 200 km, et il nous a fallu toute l'après-midi pour les parcourir.

Quang a profité de toutes ces heures de route pour nous expliquer quelques unes des scènes que nous avions sous les yeux.

Les si nombreux chantiers de doublement des voies des routes que nous avons empruntées depuis notre arrivée vietnamnord.gifrésultent de la mise en oeuvre du "plan 2018". Actuellement le nombre de voitures de tourisme est extrèmement faible car leur prix est le même que celui pratiqué en Occident auquel il faut ajouter 100 % de taxes d'importation. Pour des gens qui gagnent en moyenne 500 à 600 €uros par mois c'est beaucoup trop cher.

Le Vietnam est récemment rentré dans l'Organisation Mondiale du Commerce pour favoriser sa position de 2ème exportateur de riz du monde, en contrepartie de quoi il lui a été imposé de réduire sérieusement ces taxes. Aussi les pouvoirs publics attendent une explosion du nombre de véhicules rendant nécessaire l'aménagement du réseau routier.

Pour le moment entre les villages et les ponts il y a d'assez nombreuses portions de routes à 2x2 voies. Celle de droite est utilisée par les deux roues, celle de gauche par les voitures, camions et cars. Ça explique pourquoi le doublement se fait à droite, entre deux coups de klaxon pour avertir les conducteurs de tous les engins.Moto 02Quant aux villages, ils sont éventrés, des maisons frappées d'alignement en cours de reconstruction, la poussière et la boue sont partout ... et les déchets ménagers empaquetés dans des sacs plastiques entassés aux entrées des villages. Pas glamours ces villages pour le moment.

De grands chantiers de doublement de tous les ponts, les très grands sur les bras du Fleuve Rouge, les plus petits sur les rivières provoquent des étranglements jusqu'à une seule voie à circulation en alternance. Les embouteillages et files d'attente sont fréquents.

Enfin il faut ralentir à l'entrée et à la sortie de chaque pont, et Dieu qu'il y en a dans ce pays d'eau, car les routes sont construites sur un terrain sablonneux qui s'affaisse alors que les ponts sont solidement arrimés. Peu à peu des creux se forment et provoquent des cahots redoutables pour la mécanique et fatigants pour les passagers !

Nous avons apprécié l'arrêt que nous avons fait dans une grande station où j'ai acheté une spécialité, des gateaux de riz gluant (pas de grimace, c'est la plus belle qualité !) enveloppés dans des feuilles de bananiers.Ninh Binh 02D'après la quantité qu'il y a sur la vitrine, c'est un article très demandé ! Quang a fait le prix, 50 000 dongs. Je pense que c'est le prix pour touriste occidental (mais ça fait 1.50 Euro, et il y en a 5 !).

Tout au long de la route, entre les villages les rizières occupent tout l'espace. Souvent il y a des tombes au milieu. Quang nous a alors parlé du culte des morts, j'y reviendrai.Ninh Binh 01

Nous sommes arrivés à Ninh Binh fourbus où une extraordinaire fondue vietnamienne nous a requinqués ! Je joins une recette, et dois ajouter que dans celle que nous avons mangée il y avait aussi beaucoup de champignons.Ninh Binh 22Heureusement ce sont les serveurs qui se sont occupés de la cuisson et du service !Ninh Binh 21Le lendemain matin c'est une équipe de taxis qui nous a menés jusqu'à la pagode  Bich Dong, car notre car est en panne et immobilisé pour une durée indéterminée ...

Il faut traverser un étang par un joli pont de pierre pour atteindre "la pagode de Jade", son autre nom.Ninh Binh 03

Pas de nénuphars, pas de lotus en fleurs à cette saison, mais la végétation luxuriante autour de nous, de la porte, du passage et des escaliers qui mènent aux trois temples dont les deux supérieurs troglodytes.Ninh Binh 05Le premièr est entouré de bâtiments, des oratoires dans un jardin coloré, des abris pour les pèlerins, le monastère où loge toujours un bonze.Ninh Binh 06Le dragon du second est assez étrange (voir la frise) et si différent  des autres !

Ninh Binh 10Ninh Binh 09

C'est  à cet étage que fut élevée, au 15ème siècle la première pagode, restaurée au 19ème lorsque les deux autres furent construites.Ninh Binh 08Les toits de tuiles en écaille, coins relevés en forme de fleur de lotus sont magnifiques.Ninh Binh 11Malheureusement la vue sur la rivière depuis la pagode du Ciel, la plus haute, est bouchée par la brume qui voile tout le paysage. Dommage, il parait qu'elle est superbe.

Cette visite a été suivie d'une balade en barque sur la rivière que nous ne pouvions voir d'en haut. Les bateliers  nous attendent sur le quai, encapuchonnés.  Ninh Binh 12Un couple par bateau mené par deux batelières. Hanh, une de nos deux accompagnatrices, abandonne les rames de temps en temps pour me faire un collier avec une fleur de nénuphar, masser le dos de Camille, nous offrir des bonbons. Ninh-Binh-20-copie-1.jpgElle parle quelques mots de français et nous bavardons en avançant entre les fermes où les canards vont prendre leur bain, Ninh Binh 13entre les rizières que nous apercevons à peine, des vergers et surtout des rochers et des pics de calcaire.Ninh Binh 15C'est très calme, reposant. Nous n'entendons que les volailles et nos rires.Ninh Binh 17De temps en temps nous avons l'impression que la barque devant nous disparait dans une gorge étroite,Ninh Binh 19ou sous un tunnel bien bas. Très long et obscur ! C'est alors que nous faisons demi-tour et rentrons par la même voie.

Des chèvres blanches sont en haut des falaises, alors que sur des arbres plus bas des grues blanches sont posées.

Elles doivent partager les poissons de la rivière avec les pêcheurs que nous vus.Ninh Binh 16

C'est le moment de négocier maintenant car Hanh sort d'un sac des tableaux brodés, des nappes, des pochettes, de quoi arrondir le revenu familial. Est-ce vraiment elle qui les a tous brodés comme elle nous dit ? Peut-être car il parait que les rameuses ne travaillent qu'un jour sur trois tellement elles sont nombreuses.Ninh Binh 20Et maintenant c'est un parcours de 250 km qui nous attend pour arriver à Vinh !

Merci à Josette pour la photo que je lui ai empruntée !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Asie et Océanie
commenter cet article