Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:19

frise121125 1Nous sommes arrivés au centre de la Cappadoce, à Ürgüp. La ville est grande mais nous avons tant à faire dans les vallées environnantes que nous aurons pas le loisir de la découvrir.

A 6h30 nous avons aperçu dans la grisaille du matin des montgolfières qui survolaient  la vallée. Ce sera notre tour demain matin ! Aujourd'hui nous devons arriver les premiers au musée en plein air de Göreme pour une visite tranquille (organisateur de notre temps : Tayfun !)

Le parcours en car permet la mise en situation.

Les apôtres ont bien travaillé au cours du 1er siècle, les chrétiens sont très nombreux. Ils arrivent en nombre à la fin du 2ème siècle et au début du 3ème en Cappadoce qui devient un centre spirituel important. Saint Basile, évêque de Cesarée (aujourd'hui Kayseri), son frère saint Grégoire de Nysa et son ami Saint Grégoire de Nazianze jettent les bases d'une nouvelle vie monacale. Favorables à la prière en groupe ils sont à l'origine de l'établissement de petits monastères où ils enseignent à des missionnaires. De petites églises rupestres sont construites pour célébrer le culte avec de petites communautés. rd121125 05

Il y en aurait plusieurs centaines dans toute la région.

Elles n'ont été redécouvertes par un jésuite français qu'en 1930, car les descriptions de Paul Lucas envoyé en Cappadoce par Louis XIV avaient semblé tellement fantaisistes qu'elles ne furent pas pris au sérieux.

Dans la vallée de Göreme il y en a une quinzaine dont dix font partie du musée de plein air, ouvertes au public. Nous sommes les premiers à y accéder ce matin, et c'est bien car il y aura foule lorsque nous repartirons.rd121125 04Il faut faire le tour de ce rocher pyramidal percé de nombreuses ouvertures (cellules monacales ?) pour arriver à l'église de la Pomme. En croix grecque, toute petite, cependant à trois nefs séparées par des colonnes, trois absides, des coupoles au plafond, une iconostase comme dans les églises orthodoxes ; l'architecture en est très complexe. Les murs sont couverts de peintures (qu'il est interdit de photographier) ainsi que les coupoles . Plutôt en bon état, mais les yeux sont griffés. Les Turcs les avaient  respectées, mais les Grecs attribuaient un pouvoir miraculeux à une boisson qu'ils obtenaient en diluant la peinture des yeux dans de l'eau. Et pour que Dieu ne se trompe pas, ils gravaient leur nom à côté du fragment emporté ...

On y reconnaît les mêmes scènes que dans nos églises romanes, mais avec une patte plus orientale : scènes bibliques, vie de Jésus, des saints ...et aussi des scènes tirées de la thora.

L'église Ste Barbe est dans le même rocher, au-dessus avec beaucoup moins de peintures et moins de coupoles, mais l'architecture est encore compliquée, adaptée au volume du rocher.

L'église du Serpent doit son nom à la représentation du dragon que vainc St Georges.Goreme Yilanli Kilise St Georges St TheodoreDans l'église aux sandales (en raison des empreintes laissées devant un mur par les pieds d'un saint homme) une des nombreuses peintures représente la Crucifixion où l'on remarque le soldat converti portant une auréole alors que la lune et le soleil si choqués sont prêts à disparaître.Goreme Karanlik CrucifixionjpgCertaines églises ont été décorées à l'époque iconoclaste (8ème et 9ème siècles). Seuls des croix et des motifs géométriques les ornentrd121125 12Leur architecture demeure très élaborée.rd121125 11L'église Sombre (Karanlik) est un joyau dont la visite n'est pas comprise dans le billet d'entrée. 4 liras qu'il faut payer absolument dans la monnaie turque (ce sera la seule fois, partout ailleurs les euros sont plus appréciés que la monnaie locale).rd121125 09

On estime qu'elle date du 11ème siècle, tout comme l'église à la pomme et celle des sandales. Les peintures sont faites directement sur les parois.Goreme Karanlik CèneCette cene est vraiment très belle !Goreme Karanlik Nativitétout comme cette nativité et ce premier bain où Jésus a déjà un visage d'homme ;Goreme Karanlik-Trahison Judasquant à la trahison de Judas je la trouve très émouvante. Il y a beaucoup d'autres scènes tout aussi dignes d'attention, mais il faut bien choisir ! Toujours ce terrible dilemme.

Nous avons terminé par l'église Tokali, de l'autre côté de la route. C'est la plus grande église rupestre connue. Les peintures sont estimées être du 10ème siècle. Elle est divisée en deux salles, la seconde a un plan en croix, plusieurs nefs et absides séparées par des colonnes, encore une fois l'architecture est très élaborée.rd121125 01Et les peintures sont sur un fond bleu extraordinaire, fait de lapis-lazuli. La vie de Jésus en BD rd121125 02précieuse ! Depuis l'annonciation sur la demi-coupole de cette absidiole jusqu'àrd121125 03une mise en croix avec anges et séraphins.

Mais c'est sûrement la scène de l'apparition aux apôtres dans un jardin que je préfère.Goreme Tokali PentecoteJe vais toutefois finir parcette Vierge à l'enfant dont j'aime beaucoup la finesse et la douceur du regard. Goreme Tokali Vierge à l'enfant modifié-1Eh bien il est grand temps de retourner au monde laïque en allant au bistrot du coin prendre un bon thé turc !rd121125 14J'ai passé beaucoup de trop de choses et d'images sans en parler ...

L'élevage des pigeons, avec les boulins creusés dans les falaises ; nous en verrons d'autre ? Alors j'arrête.rd121125 07

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Belles romanes et autres
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 20:58

Après la visite de Konya nous avons repris la route pour la Cappadoce. Toute droite cette grande route à quatre voies à travers les steppes de la vaste plaine anatolienne qui ne s'arrête vers le nord qu'aux rives de la mer Noire.rd121124 03

Et pour tout dire un peu morne ! Il faut absolument tenir à ne rien manquer pour garder les yeux ouverts à cette heure favorable au repos digestif, ou avoir à lire un bon récit. Pour moi c'est la deuxième option. J'ai donc aperçu des bergers qui chevauchaient des mules auprès de leur troupeau de brebis, de rares villages dont les étables et les écuries aux murs et aux toits de terre sèche se distinguaient à peine des terres alentour, et au milieu de si peu de choses une énorme raffinerie de betteraves à sucrerd121124 20devant laquelle de nombreux camions attendaient pour déposer leur chargement. J'ai alors compris ce qu'étaient vraiment les tas de cailloux que j'avais vus : des betteraves rassemblées au bout des champs en attente du transport à l'usine.rd121124 21J'avoue que j'ai fini par m'endormir, d'autant qu'à 16h30 la nuit tombe. A Saratli, un des nombreux villages, parfois villes, souterrains de Cappadoce, tout le monde se réveille pour une visite surprenante.

Dans cette région si souvent traversée par des envahisseurs depuis la nuit des temps les populations ont du se protéger. Ici le sol de tuf leur a permis de mettre au point un moyen original : creuser de vrais villages souterrains. Cette technique aurait été mise au point par les Hittites.

A la surface les entrées et les aérations étaient dissimulées par des meules de basalte.rd121124 22 Elles fermaient aussi  l'accès aux couloirs et les passages au début des réseaux. Car il y avait des kilomètres de tunnels creusés sous et entre les villages ; il parait qu''un souterrain de 10 kilomètres relierait Saratli à l'agglomération la plus proche.

Ce n'est qu'à la fin du 20ème siècle que ces villes ont été redécouvertes, étudiées et ouvertes au public. Celle que nous visitons n'a que trois étages.

Au premier sept salles regroupaient les cuisines aux plafonds charbonneux,rd121124 23

les étables, les réserves de fourrage, un puits et un système d'aération qui assure le renouvellement et une température agréable. Les alcôves creusées dans les parois sont des mangeoires, des réserves.

rd121124 24Au deuxième étage des salles pour accueillir les famille, des salles communes ... afin que les besoins privés ainsi que l'organisation de la communauté soient assurés. Comme ces refuges ont du servir pendant des millénaires, que le sol est très facile à travailler, que les parois deviennent très résistantes à l'air, on peut penser que les habitants avaient trouvé une solution pour pourvoir à tous les besoins vitaux des habitants.rd121124 25

Les groupes de visiteurs se succèdent ici aussi à pleins cars, et nous aurions vite fait d'être coincés dans un embouteillage au fond d'un couloir ou au bas d'un escalier. Alors sortons pendant que nous le pouvons !

Nous sommes repartis dans la nuit noire, nous sommes rendormis ou avons repris nos lectures, n'apercevant que nos reflets dans les vitres du car.

Nouvel arrêt, cadeau de Tayfun et de notre chauffeur Mehmet : les lumières d'une ville construite entre les célèbres  cheminées de fées de Cappadoce. Ils ont organisé un détour pour nous offrir ce spectacle auquel nous rêvions depuis si longtemps et encore plus depuis notre inscription à ce voyagerd121124 26

Nous avons là beaucoup de tuf et peu de ville, et un peu plus loin c'est une ville en étages,complètement intégrée dans le tuf.rd121124 27Merveilleux. Nous sommes comme des enfants devant une vitrine de grand magasin au moment de Noël !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 13:23

frise121124 2 Tayfun nous a dit plusieurs fois que nous n'étions pas en vacances, mais en circuit ... Alors à 6 heures nous étions dans le car en partance pour la Cappadoce. Plus de 500 kilomètres à parcourir dans des conditions plutôt confortables, des arrêts toutes les deux heures pour des raisons de sécurité et de bien être, et une route large, même en passant le col à 1825 mètres d'altitude qui nous permet de passer sur le plateau anatolien.

Ça donne à Tayfun beaucoup de temps pour nous parler de bien des sujets, d' Ataturk, des meilleures pistaches du monde, de Saint Paul venu évangeliser les Juifs de la region, des Dervishes tourneurs et de Konya.rd121124 02Mais d'abord je vais reprendre l'histoire de la Turquie là où je l'avais laissée ; au moment du grand Empire romain d'Orient.

En 312 avec la conversion de l'empereur Constantin l'empire devient chrétien. Sa puissance politique poursuit sa progression et atteint son apogée sous Justinien le Grand.

A sa mort (novembre 565) l'empire fut attaqué par les Perses. Puis l'Islam naissant et le monde arabe étendirent leur influence et déstabilisèrent Byzance (636-718).

Au début du 11ème siècle "de redoutables cavaliers", descendants des Tu Kin, peuple nomade venant des régions de Samarkand et Boukhara envahirent la Perse, l'Irak, la Syrie et la Palestine où ils se convertirent à l'islam. Ils envahirent ensuite l'empire byzantin jusqu'à la mer Marmara. C'étaient les Turcs appelés aussi Seldjoukides.

Ils convertirent les chrétiens à l'islam, par la persuasion et la force. Une partie de la population s'enfuit l'autre intégra les nouveaux venus.

En 1067 ils occupent l'Anatolie et choisissent Konya pour capitale. Combattants redoutables, monarques éclairés ils créent un remarquable système social d'entraide pour les plus démunis.rd121124 05Ils développent une architecture particulière dont la tombe de Mevlana, fondateur de l'ordre des Derviches tourneurs, est un parfait exemple : mausolée cylindrique  posé sur un socle carré, coiffé d'un toit conique inspiré de la forme des yourtes des nomades.

... Ils furent aussi de grands bâtisseurs de ponts de pierres, souvent à une seule arche en ogive. Certains prétendent que les Occidentaux revenant des Croisades s'en seraient inspirés pour créer l'ogive gothique ...

Nous faisons étape à Konya pour visiter le deuxième plus important musée de Turquie, le monastère Mevlana.rd121124 09Mevlana (Jalâl ud Dîn Rûmî dit Mevlana), philosophe, poête (Goethe se serait inspiré de son oeuvre) et mystique. La théorie sur laquelle le mouvement qu'il créa, le soufisme, était basé est l'amour entre dieu et ses fidèles (3ème partie du lien Melvana) et non plus la crainte et la peur.

Les membres de l'ordre soufi sont plus connus sous le nom de derviches tourneurs. Cette danse représente le mouvement universel de rotation autour de Dieu et en dansant ainsi l'homme participe à cette rotation ... Il vaut mieux lire le lien que mes mots pour savoir le contenu de sa pensée. Encore mieux quelques uns des livres écrits au 20ème siècle par Mme Eva de Vitray Meyerovitch, chercheuse au CNRS et disciple de Mevlana.rd121124 04Le Maître est enterré dans le premier monastère soufi, sous un mausolée très impressionnant, entouré de ses disciples les plus proches. Le jardin aussi est occupé par de nombreuses tombes près de la fontaine aux ablutions. Mma Eva de Vitray Meyerovitch y repose aussi depuis fin 2008.rd121124 06bIl est interdit de photographier dans le musée. Car le sanctuaire a été transformé après qu'Ataturk ait aboli tous les ordres religieux en 1920. Il contient quelques trésors du soufisme : des reliques, une robe, du mobilier et quelques manuscrits ayant appartenu à Mevlana, quelques autres manuscrits richement décorés de miniatures très colorées. Magnifique ce musée, mais très fréquenté, alors il faut suivre le rythme général devant les vitirnes très faiblement éclairées (ça je comprend compte tenu de la nature des pièces exposées).rd121124 10

rd121124 11

rd121124 12Autour de la cour, sur les autres côtés nous pouvons visiter la cuisine où des scènes de la vie quotidienne sont présentées, et les cellules où les disciples priaient, méditaient, vivaient ...

Une fontaine de marbre riche en symboles de division et de réunion occupe un autre côté de la cour.rd1121124 07Il y a foule absolument partout, même sur les toits où des ouvriers recouvrent les coupoles où il semble y avoir là aussi des inscriptions.

Les derviches et leur danse sont très mystérieux. C'est avec beaucoup de curiosité que nous avons pu assister un soir en Cappadice à un de leurs rituels.

D'abord on nous a remis un document qui explique la cérémonie, "le sémâ", sa spiritualité et son déroulement en sept phases.

Les musiciens, le maître de cérémonie habillé en noir et les sept danseurs habillés d'une grande robe blanche, linceul de l'ego et coiffé d'un haut bonnet de feutre, pierre tombale de l'ego sont arrivés au centre de la pièce sombre, les curieux tout autour sur des bancs.

Nous n'avions plus qu'à écouter, à regarder et à nous laisser porter par la musique, le mouvement envoûtant de danseurs qui tournaient, yeux fermés, la main droite tournée vers le ciel pour recevoir les dons divins, l'autre vers le sol pour les disperser sur le peuple. Ils tournoient doucemment autour de la salle en passant par le centre. C'est très calme, serein, grâcieux et équilibré, très empreint de spiritualité. 

Nous n'avons pas eu le droit de photographier la cérémonie. Lorsqu'elle est terminée deux Derviches reviennent et reprennent sous le crépitement des flashes leur tournoiement spécialement pour les photos !rd121124 14Le mouvement amplifié par la grande robe est superbe !rd121124 15Salutations. C'est fini.

Un verre de boisson chaude nous a été offert à la sortie : cannelle, safran, girofle et gingembre sont un bon mélange pour soutenir l'ambiance après la fin de la cérémonie !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 18:59

frise121123 3C'est absolument magique la façon d'entrer dans l'ancienne ville de Side. En quittant la grande route à quatre voies on arrive tout de suite dans des rues bordées de palmiers et de ruines antiques.Des champs de fouilles, une porte fortifiée,

rd121123 31rd121123 30

un aqueduc, des remparts énormes, et d'innombrables pierres qui reposent ou jaillissent de ce que j'avais d'abord pris pour les pelouses d'un parc. J'ai oublié la fontaine monumentale où s'affairent des archéologues et des maçons seaux, truelles et brouette à la main !rd121123-45.jpgC'est en car que nous remontons la rue bordée d'une colonnade, passons devant l'agorard121123 40et le monument à l'empereur Vespasien ramené à une période indéterminée entre le mur du théâtre et une porterd121123 39où l'on voit que de nombreuses colonnes ont été coupées et réutilisées comme pierres de taille (là le passage est délicat pour un véhicule aussi large que le notre ...) pour arriver juste à côté du théâtre contemporain de celui d'Aspendos, mais très différent.rd121123 42

C'est à pied que nous continuons par une rue où les vitrines exposent des montres, produits de maroquinerie, parfums à des prix incroyables : nous sommes au royaume de la contrefaçon !rd121123 32Tayfun nous dit que l'administration a toléré la construction de maisons récentes mais que ça pourrait n'être que provisoire car elles recouvrent de nombreuses fondations antiques. Et nous n'en doutons pas du tout lorsque, arrivés au bout de la rue nous tournons à gauche et découvrons cinq grandes colonnes qui se dressent devant nous.rd121123 35Des visages sévères tous semblables s'alignent sur la frise qui supporte le fronton du temple d'Apollon. Représentations d'Apollon ou de Gorgones ? Pour moi, sans hésitation je dis "Gorgone et Méduse", mais je me trompe souvent !rd121123 36

Sur cette plateforme où les ombres commencent à s'allonger les vestiges de différentes périodes et différents temples se juxtaposent ou se superposent : période hellenistique : temple d'Apollon et temple d'Athéna, début de la période romaine : temple dédié aux divinités égyptiennes (les voyageurs venant de l'autre côté de la Méditerranée étaient nombreux : marins, commerçants, marchands d'esclaves et même Cléopatre qui rencontrait ici Antoine avant leur mariage à Antioche), et basilique chrétienne du 5ème siècle.

Au 21ème siècle, les soirs d'été c'est le culte de la musique qui est célébré sur cette esplanade face à la mer.rd121123 37La station balnéaire et son petit port furent dans l'antiquité un très important port de commerce, un repère de pirates prospère au 2ème siècle av. JC, et une ville florissante sous les Romains. Elle déclina à partir du 7ème siècle sous l'effet des attaques et invasions arabes, et fut abandonnée au 10ème siècle après un incendie, puis disparut, ensablée. 

Ce n'est qu'au début du 20ème siècle qu'elle reprit vie avec l'arrivée de colons grecs musulmans exilés de Crète.

 

Tayfun nous laisse une demi heure libres. Le musée doit être magnifique, mais que pouvons-nous voir en si peu de temps. ? Je pars pour une rapide promenade dans les ruines où je croise Claudine et Jacques qui semblent eux-aussi déçus de ne pouvoir aller au musée ...

Je passe dans une rue pavée de grandes pierres au milieu de maisons à péristyle pour rejoindre un grand mur tout à l'est du site.rd121123 41C'est l'agora, le siège du gouvernement. Les colonnes, les niches (et le tableau didactique) nous indiquent une riche décoration, une abondance de marbre et de statues (qui sont dans le musée) dans cette immense salle. Les débris de colonnes, de plafonds, de coupoles angulaires sont posés tout autour. Ça ressemble à une caverne d'Ali Baba. Je ne suis plus surprise que les douaniers soient si sévères pour les tentatives d'emporter tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à une antiquité car il serait vraiment très facile de se servir !

Des sentiers sont creusés entre les pierres et les marbres par les nombreux passages des curieux. De temps en temps un fut de colonne presque enterré occupe le centre du passage, le socle et le chapiteau dépassent un peu, attention à ne pas se prendre les pieds ! Drôles de sentiers !,

En jetant un regard ici et là je rejoins une voie principale bien dégagée et la fontaine gigantesque. Très impressionnante par sa taille, la richesse de son décor et l'abondance de l'eau que devaient déverser dans le grand bassin les neufs bouches arrivant dans les vastes niches semi-circulaires.

Il ne me reste plus qu'à remonter aussi vite que possible jusqu'au parking pour arriver juste à l'heure du rendez-vous. C'est aussi le moment du soleil couchant et de la fraîcheur qui arrive.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 13:37

frise121123 02Pour nous plonger dans l'ambiance turque Tayfun, notre guide a commencé la journée en nous demandant si "notre pavot avait bien éclaté" ... Surprise générale, un éclaircissement est nécessaire !

C'est une allusion à une pratique du début du 20ème siècle, lorsque les hommes avaient l'habitude de ne pas fumer que du tabac dans leur narguilé. Pour passer les longues journées de privation du ramadan ils absorbaient avant l'aube une capsule de graines de pavot enfermée dans de l'intestin de mouton. Au bout d'un certain temps elle éclatait et rendait la bonne humeur au fumeur en manque !

Alors oui, notre pavot a bien éclaté !

 

Avant de visiter les monuments d'Aspendos il est nécessaire de faire un peu d'histoire de la Turquie.

On a découvert dans la région de Konya les vestiges de ce qui est considéré comme la première cité de l'âge de pierre.  Catal Hüyük aurait été fondé vers 7000 avant JC. Impressionnant ! Grâce aux objets trouvés lors des fouilles la vie de ses habitants a été partiellement dévoilée. La description qui est faite du site dans le lien donne grande envie d'y aller voir, mais ce n'est pas au programme de ce voyage ... rd dieux hittites

Les Hittites furent le deuxième grand peuple qui occupa de 1900 à 1300 avant JC la Turquie actuelle. Nous les avons déjà croisés au bord du Nil où ils disputaient à Ramses II le titre de première puissance. C'étaient sûrement des sages puisqu'ils finirent par signer vers 1270 av. JC le premier accord de paix connu à ce jour.Et des mariages furent conclus entre les deux familles. (photo d'une sculpture des 12 dieux hittites retrouvée dans l'immense capitale de Hattusas, dans la région d'Ankara.)

Les Grecs colonisèrent les côtes de la mer Egée après la chute de Troye grâce au célèbre cheval (1250 av. JC) et de 1200 à 700 av. JC des royaumes apparaissent le long de cette côte parmi lesquels la Pamphylie qui furent conquis en 546 av. JC par les Perses.

Deux siècles plus tard Alexandre le Grand chasse les Perses et installe ses hommes en Anatolie et le long de la Méditerranée. La culture hellénistique reprend le dessus jusqu'en 130 av. JC lorsque cette région devint une province du vaste empire romain. Et ce sont quelques témoignages de cette longue période de paix et de prospérité que nous allons visiter.

D'abord Aspendos, entre Perge à l'ouest et Side à l'est. Parmi toutes c'était sûrement la plus florissante. Au bord du fleuve Eurymédon s'étendaient le port fluvial, les établissements commerciaux où s'échangeaient les céréales, olives, fruits, sel, étoffes de laine et coton, vins, moutons et les chevaux des élevages locaux (si célèbres qu'en son temps Alexandre le Grand avait imposé une taxe annuelle à la région de 4000 chevaux par an).

Les quartiers résidentiels devaient se trouver également dans la ville basse.

Sur le plateau tout proche l'Acropole et ses bâtiments officiels et de prestige, basilique, fontaines étaient le centre de la vie publique. De la plaine on aperçoit de nombreux pans de murs.rd121123 18dont la fouille resterait à faire.

Le théâtre s'appuie sur la colline, transition entre les deux parties de la ville. C'est entre 161 et 181 après JC que l'architecte Zeno le conçut et qu'il fut construit par les frères Curtius Crispinus et Curtius Auspicatus.

Ce serait le mieux préservé des théâtres antiques d'Asie Mineure et aussi le plus beau monument romain de la région de Pamphyre. Il marque en tous cas l'apogée du concept architectural en matière de représentation théâtrale.rd121123 13

Le mur de scène à deux étages était la partie la plus élaborée. En marbre, avec un plafond, quarante colonnes se dressaient sur les deux étages, et des divinités occupaient les niches.rd121123 15Ce théâtre est dédié à Dyonisos, fils de Jupiter et de Sémélé, jeune mortelle. Belle histoire de l'expression "sortir de la cuisse de Jupiter" ! Les représentations théâtrales étaient des fêtes et c'est normalement qu'on y associe le dieu du vin !rd121123 12

Les objets retrouvés sont au musée d'Antalya.

Il pouvait accueillir 15 000 personnes. L'acoustique en est toujours exceptionnelle, et les spectateurs sur le dernier rang entendent tout aussi parfaitement que ceux du premier.rd121123 10Des vases en bronze disposés dans les niches de la galerie supérieure auraient assuré cette qualité.rd121123 14Nous avons attentivement écouté Tayfun nous raconter l'histoire et les légendes attachées à ce magnifique théâtre où des concerts étaient encore récemment donnés. Mais les vibrations des bases sapent ici comme ailleurs les fondations et les concerts sont maintenant donnés dans des lieux à l'abri de ce problème.

L'état de conservation est en partie due à la transformation en caravansérail sous les Seldjoukides.

C'est ensuite un peu à l'est que nous sommes allés voir les restes de l'aqueduc et surtout les deux tours-siphons exceptionnelles qui permettaient la filtration de l'eau amenée depuis les hauteurs du nord-ouest.rd121123 17L'aqueduc traverse la plaine sur près d'un kilomètre de long. Il a été détruit lors du tremblement de terre de mai 363, en même temps que le pont. rd121123 16Tout autour de la tour les femmes du village vendent les objets qu'elles fabriquent, des jus de grenade (c'est délicieux et bien rafraîchissant, très différent de la grenadine que nous connaissons !), des brins de coton dont on fait la troisième récolte de l'année en automne.rd121123 19Puis nous sommes allés déjeuner au bord du fleuve, sur une terrasse ombragée (nous sommes le 23 novembre !) où l'on nous a servi après le buffet de mezze, une truite grillée délicieuse.

Dernière image d'Aspendos en repartant, celle de la basilique sur l'Acropole et à l'horizon un sommet du Taurus.rd121123 20Et nous sommes partis pour Side.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 09:19

frise121123-01.jpgSur la route de Side jusqu'au "plus beau théâtre de tout le monde antique" d'Aspendos il faut traverser le fleuve Köprüçay, l'ancien Eurymedon.

Mehmet, notre chauffeur nous a accompagnés tout près du pont historique, nous a laissés auprès d'une ferme toute en couleurs : rouge des grenades récoltées et bleus éclatants des murs et du ciel rd121123 01et est reparti par la grande route à quatre voies nous attendre sur la rive droite du fleuve qui descend directement des montagnes du Taurus. Il y a pris la très belle couleur verte des cours d'eau et des lacs de montagnes.rd121123 03Encore un beau contraste avec la blancheur de la pierre du pont qui a une étrange sinuosité.

rd121123 02C'est que ce pont a subi bien des vicissitudes depuis sa construction par les Romains, supposée contemporaine de celle de l'aqueduc que nous verrons un peu plus tard. Ils auraient tout les deux été détruits par le tremblement de terre de mai 363.

Les constructeurs seldjoukides (nous verrons qui ils sont un peu plus tard) du 13ème siècle l'ont reconstruit à l'emplacement exact qu'occupaient les piles bousculées par le courant et les séismes. C'est ce qui expliquerait cet étrange décrochement presque centralrd121123 05exactement à l'inverse de tout ce qui se fait maintenant pour résister à la pression de l'eau !rd121123 04On aperçoit sur la première pile des pierres qui pourraient être romaines, et la première arche si blanche qui doit dater de la restauration du 210ème siècle !

Autour de ce pont des villageois exercent des petits métiers : vendeurs de jus d'orange et de grenade, de cartes postales, de colifichets et d'un souvenir qui nous a scotché : d'assiette dont le fond est garni de la photo de chacun !

Le garçon qui nous les propose a réussi à les réaliser le temps que nous traversions le pont, et nous sommes une quarantaine !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 14:45

 rd121123 carte1

 

Je fais ma savante, mais il n'y a pas longtemps que je sais ce qu'est et où se trouve la Pamphylie ! C'est le nom qui désigne depuis l'Antiquité la région qui s'étend à l'est d'Antalya, pôle d'attraction touristique balnéaire de la Turquie d'aujourd'hui et au sud des grandes montagnes du Taurus masquées par des nuages.

C'est là que se trouvent aussi les célèbres sites de Perge et d'Aspendos. Mais le programme de notre jour d'arrivée est libre. Nous attendons l'arrivée de Belges qui compléteront notre groupe pour commencer les visites guidées.

Les premières heures sont donc surtout réservées à quelques informations et formalités pratiques.

Notre guide Tayfun nous a aussi communiqué quelques informations sur la plaine traversée. Le tourisme (environ 5000 hôtels) et l'agriculture (production de fruits et de coton) sont les deux activités principales cette région très fertile grâce aux fleuves qui descendent du Taurus.

La Turquie est le pays où le prix des carburants est le plus élevé du monde : 4.60 liras soit environ 2 € le litre. Intéressant à savoir pour ceux qui veulent y venir par leurs propres moyens.

A l'hôtel il y avait plus de chats à la réception que de membres du personnel. Etaient-ce les mêmes que nous avons retrouvés entre les tables au restaurant ?

J'ai profité des dernières lueurs de la journée pour aller jusqu'à la plage. Tout le quartier est occupé par des hôtels 5 *, des bars et des restaurants.

C'est déjà l'heure du soleil couchant derrière les montagnes de Lycie, au fond du golfe d'Antalya.rd121122 01A nos pieds, sur la plage de sable roux à perte de vue des structures tubulaires sont alignées. Land-art ?rd121122 02Non ! Plus prosaïquement ce sont les pieds des parasols qui protègent les estivants qui s'allongent sur les chaises longues rangées pour l'hiver. Un peu plus loin à droite elles sont encore sur la plage. Voici un fort rappel des pratiques grecques.

Dans la rue  des promeneurs allemands bavardent avec des "indigènes" ; mêmes rapports que ceux entretenus entre les touristes français et les anciens émigrés portugais ... 

Des lantanas, jasmins, chèvre-feuilles et bougainvillées sont encore en fleurs : le climat est subtropical sur cette côte.

De notre chambre, au quatrième étage de l'immeuble 5 de l'hôtel une autre facette de la vie locale s'offre à nous : les deux minarets élancés de la mosquée dominent le village agricole.rd121122 03Le lendemain le muezzin nous a reveillés vers 5H30, mais nous nous sommes facilement rendormis, nous nous étions levés si tôt le jour du départ !

Nous avons démarré la deuxième journée un peu tard, ce qui m'a permis d'aller voir la mosquée dont le bleu turquoise de la coupole  et du lavabo où les croyants pratiquent leurs ablutions éclatent sous le soleil matinal.

rd121122 05rd121122 04

Mais maintenant il est 9 heures, il me faut rentrer pour être à l'heure au départ du car.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Moyen Orient
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:59

Entre Courseulles-sur-Mer et Caen, dans une région très verte où courent de nombreux ruisseaux, le vallon de la Mue abrite une très vieille église romane abandonnée depuis 1840.

On y arrive à pied après avoir laissé le véhicule sur un grand parking et descendu jusqu'aux prairies par un large chemin boisé.rd12 08 07 498

Nous laissons les vaches qui paissent sous des pommiers, un ancien moulin reconverti en maison d'hôtes, pour mieux voir cette curieuse église à chevet plat, nef unique et superbe clocher.rd12 08 07 499En cette fin de journée l'ambiance est un peu lourde. Ça doit être un effet de mon imagination qui vagabonde entre l'édification d'une grande église à trois nefs aux 11ème et 12ème siècles, et le 19ème où elle réussit à ne pas être totalement détruite alors qu'elle devait devenir une usine de salpètre ... Entre temps il y eut des modernisations, des agrandissements, la suppression des bas-côtés et la construction d'une nouvelle église plus près du village au début du 19ème siècle ...

La richesse du décor à damiers autour des fausses ouvertures, les monstres et les diables juchés sur les arêtes du clocher surmontés d'une figure humaine (Dieu le Père ?) rd12 08 07 501la finesse des décors des modillons qui jalonnent toute la longueur des murs extérieurs donnent une idée de la puissance des seigneurs qui régnaient sur la région lors de sa construction.rd12 08 07 502Les chapiteaux des colonnes qui soutenaient les arcades des bas-côtés sont légèrement dégagés, sûrement depuis les restaurations successives.

Bien sûr un soir en semaine, j'ai à peine pu jeter un oeil indiscret à l'intérieur de la nef. Je n'en ai gardé que l'image verte de moisissures et n'ai pas pu voir les sculptures des chapiteaux ou l'harmonie de la longue nef.

Pour ça il faut revenir le dimanche après-midi, moment où l'association des Amis de l'Eglise la fait visiter. Heureusment pour nous elle a aussi un "site sur la toile" avec de nombreuses photos qui donnent vraiment envie de revenir pour voir avec l'aide de guides qui sauraient raconter l'histoire, et nous dire si bien combien cet endroit est un des plus beaux avec les ruines de l'abbaye de Hambye.

Si l'on en croit une communication reprise sur le site officieil de la mairie de Thaon c'est l'une des plus intéressantes et des plus connues des églises de Normandie ! Oh le lyrisme de ce texte !

Bonne visite virtuelle.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Belles romanes et autres
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 18:37

frise12 11 20 030Je suis ravie, je ne connais pas le circuit que Josette nous a communiqué hier ! Et le ciel est magnifiquement bleu au-dessus de notre village couvert de givre ! Pas de vent, la journée va être idéale.

Une réserve cependant, et de poids : lorsque j'arrive au point de rendez-vous, Josette est à l'autre bout du téléphone de Lilette. Et la direction qu'elle a du prendre ce matin, ce n'est pas avec nous vers le Vercors ...

Marianne qui connait notre itinéraire prend la direction du groupe.

Nous laissons les voitures au-delà d'Ourche et partons en direction du col d'Ourche. Ca monte plus ou moins tout le temps. Quelques pauses nous permettent d'admirer ce panorama que nous connaissons si bien,rd12 11 20 001

la Baume Cornillanne, ses rochers et les ruines de son chateau,rd12 11 20 002ou celles du chateau d'Ourche qui se confondent avec l'arête rocheuse sur laquelle il est juché. C'est aussi le moment d'enlever quelques couches de polaires nécessaires au moment du départ.rd12 11 20 006

L'arrivée au col est un plaisir pour tous : nous venons d'accomplir le plus gros effort du jour et encore une fois la vue justifie de monter jusqu'ici.rd12 11 20 010Le sentier continue vers la Cabane de Marcel, une cabane de chasseurs qu'avait amenagée ce monsieur prénommé Marcel avec tellement d'amour qu'il avait demandé que ses cendres y soient déposées. Et en effet, une urne occupe une étagère en face de la porte.rd12 11 20 016Maintenant nous redescendons vers le vallon de Cobonne,rd12 11 20 017avec les Trois Becs qui barrent l'horizon tout au sud.

Nous avons pique-niqué, dispersés le long du bois, savourant le soleil autant que notre repas, le beaujolais nouveau rd12 11 20 022et les desserts des unes et des autres. Il va falloir que nous nous organisions afin de ne pas en avoir une belle abondance !

Le chemin qui monte vers la Croix de Besot et que nous connaissons bien est juste à deux pas, large, plein de pierres.rd12 11 20 026Ensuite l'itinéraire est bien connu vers Ourches à flanc de Raye.

rd12 11 20 038La lune brille déjà au-dessus de la montagne que nous avons parcourue pendant 12 km avec un dénivelé de 650 mètres.

Et nous avons eu des nouvelles un peu rassurantes de Josette ... Le jour où j'écris ces lignes Josette pense reprendre bientôt l'animation de notre  "Montmeyran Groupe de Marche".

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 16:39

Mission repérage pour une future randonnée sur les montagnes au-dessus de Poët Laval. Il restait juste en dessous du village quelques lambeaux de brouillard qui s'accrochaient dans les vallons à droite et à gauche mais le soleil éclatait dans le ciel tout bleu, et c'était ça l'important !rd12 11 15 001La journée fut un festival de couleurs d'automne dont il fallait profiter car ça ne va sûrement pas durer. Mi-novembre les prochaines gelées vont provoquer la chute de nombreuses feuilles.

Toutefois celles des chênes qui occupent les terrasses autour du chemin de pierres blanches vont s'accrocher jusqu'au printemps où l'apparition des nouvelles feuilles poussera à la chute celles de cette année déjà toutes rouillées.rd12 11 15 004A Font d'Estrèche l'eau de la source coule, régulière. Le ciel et les arbres s'y reflètent.rd12 11 15 009Nous avons continué jusqu'à Grand Pas, au dessous de la montagne rousse et des ruines du Chatelard qui fut le repère de Pierre Troyhon, ancien mercenaire de la Guerre de Cent Ans démobilisé qui y gardait son butin et ses prisonniers. Il aurait été détruit pendant les guerres de religions.rd12 11 15 013Nous avons rapidement abandonné le chemin sous la ligne électrique pour un beaucoup plus vieux creusé dans le rocher qui semble être d'une seule pièce en couches plissées comme une pâte épaisse qui aurait refroidi en strates.rd12 11 15 016Mais c'est du calcaire ... Qu'un peu de géologie serait souhaitable !rd12 11 15 017

Et maintenant le vert des buis, le rouge des sumacs et le jaune des sycomores succèdent aux roux des chênes.rd12 11 15 018Les hêtres sont toujours de très beaux arbres, et particulièrement sous leurs ors d'automne.rd12 11 15 019A force de monter par le sentier dans les rochers nous sommes arrivées presque au sommet où le Trou du Furet ne nous surprend presque pas : nous avions senti l'air qui monte d'Eyzahut et passe par là.rd12 11 15 020Nous découvrons les rousseurs et les verts de la vallée par l'ouverture, et continuons à monter vers les prairies d'où l'on a une vue superbe jusqu'au massif de la Forêt de Saoû dans son intégralité de Rochecolombe à gauche jusqu'aux Trois Becs à droite, qui accrochent quelques nuages. rd12 11 15 023

A notre droite voici entre le Serre Gros juste devant nous et le col de la Chaudière tout au fond à gauche le rocher de la Tournelle et sa faille qui rappellent à Josette une randonnée très difficile par jour de vent. D'après la vidéo que voici je crois que nous ne sommes pas encore prêts pour  franchir cette cheminée ! Ca ne paraît pourtant pas d'ici si rude !rd12 11 15 027 Adossées à des bouquets de buis qui nous protégeaient du vent nous avons goûté aux douceurs du soleil pendant notre pique-nique.

Et nous sommes reparties. Josette nous concoctera au printemps un itinéraire composé de sentiers qu'elle connaissait déjà, d'autres découverts aujourd'hui pour une sortie en boucles qui aura beaucoup d'attraits : les chevaux en liberté dont nous avons vu quelques traces et les anémones pulsatilles qui semblent si nombreuses en mai ! Encore une nouvelle esp^èce à ajouter à mon herbier !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article

Recherche

Liens