Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 11:50
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Jeudi matin la causerie musicale n'est qu'à 9 heures. Ça me laisse largement le temps d'aller saluer Karl Marx à deux ou trois blocs de bâtiments plus loin.

C'est un souvenir de l’époque communiste qui a résisté aux diverses remises à niveau depuis 25 ans. Garder ou démolir ce monument qui, avec ses 13 mètres est le deuxième plus grand buste au monde ? (Le premier est un buste de Lénine, même goût de la démesure et besoin de représentations légendaires). Des polémiques, des propositions de rachat et finalement il fut gardé et devint même l'emblème de la grande ville industrielle qui adopta, grâce à ce monument, la devise "la ville avec des têtes et des cerveaux".

Après tout Karl Marx fut un philosophe qui laissa une emprunte forte sur le monde, alors ça vaut bien un hommage !

C'est un sculpteur soviétique qui conçut le monument, une fonderie de Saint Pétersbourg qui n'arriva pas à le réaliser car la technologie soviétique était insuffisante, et finalement le projet fut lors confié à une fonderie allemande. Et en octobre 1971 la statue fut inaugurée devant une foule de 250 000 personnes !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Sur le mur du bâtiment àç l'arrière une immense plaque faisant partie de l’œuvre porte en allemand, anglais, russe et français l'injonction "Prolétaires de tous les pays unissez-vous !" tiré du Manifeste communiste.

Je reviendrai sur la causerie musicale, il est déjà temps de partir pour la visite du Musée de l'Industrie de Saxe.

A quelques kilomètres du centre de la ville nous arrivons dans un quartier qui fut industriel. Il y a encore quelques usines en friche ; d'autres ont dû être rasées et remplacées par des immeubles d'habitation ; certaines sont joliment réhabilitées et enfin une grande fonderie de briques rouges, complètement abandonnée après la chute du mur, est devenue le Musée de l'Industrie de Saxe.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Nous sommes accueillis par le directeur qui parle français : il vient régulièrement passer des vacances en Ardèche !

Nous sommes d'abord passés par la salle où une machine à vapeur produit encore de l'électricité quelques jours par an. Ces machines rutilent, et la salle avec sa frise au haut des murs, son carrelage en soubassement et ses tableaux accrochés aux murs ressemble plus à une salle de bal qu'à un atelier industriel ... Notre guide nous assure que tout est authentiquement d'origine, rénové avec un grand souci de réalisme.

Il nous fait remarquer des trous creusés dans le carrelage. Ils devaient recevoir les explosifs pour détruire l'usine. Des "activistes" sont intervenus pour conserver ce patrimoine de la culture industrielle.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Chemnitz située dans la région des Monts Métallifères riches en minerais divers (sauf fer et houille) a été et est encore un centre industriel essentiel de l'Allemagne. Et dans le musée des ateliers ont été fidèlement reproduits.

Nous sommes passés devant un tableau qui compare le nombre d'emploi entre 1990 et 1999 : les deux tiers avaient disparu en 10 ans, avec un chômage était alors terrible. Aujourd'hui l'industrie mécanique a retrouvé sa place dans l'économie germanique et son niveau d'emploi comparable à celui de 1990, avec un chômage d'environ 9 %.

Des démonstrations, nous en avons eues sur beaucoup de machines qui sont donc en état de fonctionnement : machines textiles à mouliner le coton originaire d'Alsace, à tisser, à tricoter, à broder ; un atelier de mécanique artisanal avec tour, fraiseuse, raboteuse etc fort bien conservés malgré leur âge canonique.

La construction automobile est une activité historiquement de pointe de la région. Voici quelques modèles vénérables locaux, une Traban équipée d'un solide châssis sur lequel est montée une tente : l'ancêtre du camping-car !

Une voiture électrique de 1920 avec une chaîne : élément de transmission ?

Et une voiture de la première moitié du siècle dernier, découpée pour être présentée dans les salons automobiles.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Quelle belle voiture que voilà ! Elle est déjà au musée ? Drôle de peinture ... nous nous sommes approchés et avons alors découvert le système mécanique : deux pédaliers et deux guidons, deux sièges plutôt confortables. Très drôle la Ferdinand GT3 RS, la"Porsche la plus lente du monde" !

Si la BMW électrique trop chère ne trouve pas sa clientèle, le vélo électrique, lui a un immense succès. Il figure parmi la collection de cycles extraordinaires, vélos et draisiennes, et tous les intermédiaires imaginables.

Il y a un secteur design où nous sommes passés trop vite, au profit du secteur équipement ferroviaire où l'on voit une locomotive à vapeur et encore plus attirant le robot de soudage, utilisé dans le montage automobile. Il soude virtuellement à une allure hallucinante, l'illusion est totale. Chemnitz a maintenant retrouvé sa place dans les productions robotique et automobile. Il faut dire que la main d’œuvre y est sensiblement moins chère qu'à l'ouest.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Beaucoup de machines textiles et une opératrice attendent les visiteurs pour des démonstrations de tricotage de tee-shirts, de métiers Jacquard, (bistenclack et claqueret nous précise Sylvie lyonnaise de la Croix Rousse) de petites machines à passementerie pour les travailleuses à domicile, de confection de "chenille", un gros fil qui ressemble à de la fourrure et qui est (était ?) utilisé dans le textile d'ameublement. La démonstration et la vitesse à laquelle les éléments sont montés a laissé perplexes Jean-Francois, Sylvie, Bernadette et Michèle !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe

Une machine à gratter les tissus de coton pour en faire du pilou !

Incroyable, c'est une machine faite avec des têtes de chardon, tout à fait semblable à celle que nous avons vue il y a quelques semaines, Camille et moi, à Montauban et qui servait là à carder la laine de moutons. Ça devait donc aller très bien !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - Musée de l'Industrie de Saxe
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 20:50
Saoû chante Mozart, concert à la Frauenkirche de Dresde

8h30 ce 25 mai, Yves Jaffrès, notre musicologue nous prépare au concert du soir qui comprend des œuvres suivantes

- Jean Sébastien Bach Fantaisie et Fugue en sol mineur BWV 542 et prélude de Choral BWV 653 ;

- Johannes Brahms 3 choralvorspiele op 122 ;

- César Franck choral en si mineur

- Max Reger 2 choralvorspieles op. 79b et surtout Symphonische Fantasie und Fuge d-moll op. 57, œuvre si difficile à jouer qu'elle nécessitait 2 assistants avant l'électronique !

Saoû chante Mozart, concert à la Frauenkirche de Dresde

Ce premier matin, c'est plus une conférence qu'une causerie que nous fait Yves.

D'abord sur l'orgue. L'église Notre Dame avait été presque entièrement détruite au cours du terrible bombardement du 13 au 15 février 1945. Sa reconstruction n'a été vraiment entreprise qu'après la réunification de 1990. L'orgue n'est pas la copie de celui qui a été détruit dans l'église. Il a cependant été réalisé par le facteur alsacien Daniel Kern avec un buffet de style baroque, et il permet de jouer de la musique depuis Bach jusqu'aux œuvres contemporaines.

Puis présentation de l'organiste, Andréas Jakob, né en 1967 : très doué, il sait tout faire !

Après quoi Yves nous présente les œuvres du programme, leur place dans la vie de leur compositeur, sa construction, sa structure.

Max Reger, (1873-1916) compositeur très peu connu en France bénéficie d'un développement particulier. Pour le centième anniversaire de sa mort il est programmé plusieurs fois au cours du festival auquel nous allons assister, Sachsisches Mozartfest à Chemnitz.

Il a composé pour tous les genres de musiques, sauf pour l'opéra. Ses compositions sont marquées par Bach, Beethoven et Brahms

A vrai dire c'est surtout à nous que ce développement a bénéficié car si Max Reger très doué et tourmenté n'est pas facile à jouer, il n'est pas facile à écouter sans mise en condition..

Saoû chante Mozart, concert à la Frauenkirche de Dresde

Durant une heure nous avons tous été très attentifs à ce que nous disait Yves Jaffrès, et nous étions nombreux à prendre des notes consultables lors du concert !

Le soir venu, après une journée trop courte de visites trop rapides de Dresde, nous avons rejoint la Frauenkirche, église aux dimensions imposantes, luthérienne très baroque aux couleurs pastel. Ça surprend des Français habitués au dépouillement calviniste !

La reconstruction a été faite à l'identique y compris pour la coupole dite "cloche de pierre", la plus vaste du nord des Alpes.

Saoû chante Mozart, concert à la Frauenkirche de Dresde

Quant à l'orgue, il arrive à donner un volume de décibels tout à fait imposant : la musique a retenti parfois comme le tonnerre dans toute la nef jusqu'au sommet de la coupole ! C'est la très tonitruante (oui, j'ose le dire !) symphonie de Max Reger qui a ainsi rempli tout l'espace !

Saoû chante Mozart, concert à la Frauenkirche de Dresde

Je vais vous raconter dans un autre article nos découvertes de Dresde.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 16:17

J'ai traversé le centre historique de Dresde en passant par l'église de la cour puis par la Terrasse de Brühl qui domine l'Elbe et donne accès à de nombreux édifices officiels surmontés par des personnages dorés, figures mythologiques de Saxe pour arriver à l'Albertinum.

Ce musée est réputé pour ses collections de peintures des 19ème et 20ème siècles, les "Nouveaux Maîtres" et voici l'opportunité de voir enfin des œuvres de peintres allemands. Je cherche les impressionnistes, expressionnistes et surtout les représentants du mouvement "Die Brücke". Et c'est facile, les tableaux sont accrochés chronologiquement !

Lorsque je suis arrivée aux "Enfants jouant" de Liebermann j'ai su que j'étais arrivée où je voulais !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Pas assez de temps pour bien regarder deux tableaux de Gotthardt Kuehl superbes. L'"orphelinat de Lübeck" et la "pièce sur le jardin" !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Puis Toulouse-Lautrec, James Ensor, Monet, Manet et un grand maître allemand, Max Slevogt dont une pièce rassemble de nombreuses œuvres de 1914, peintes au cours d'un voyage en Égypte. Ne croyez pas qu'il n'y a que des cavaliers, il y a aussi des scènes sur le Nil, des rues de villages, mais les chameliers et cavaliers donnent si bien le sentiment du mouvement lent et celui de la course rapide que je les préfèrent !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Et je suis arrivée dans les salles des expressionnistes, fondateurs du mouvement "die Brücke" en 1905.

C'est le choc des couleurs ! Et je pense aussitôt aux Fauves, qui me semble l'équivalent français à la même époque.

Les couleurs sont aussi violentes, sans aucune réalité physique, elles expriment des sentiments très forts dans les deux mouvements.

Ernst Ludwig Kirchner ne m'est pas totalement inconnu ! Mais voici

- le train à Dresde,

- filles debout devant un poêle,

- scène de rue avec coiffeur,

- et couple

que je trouve représentatifs.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Des couleurs encore plus fortes chez Karl Schmidt-Rottluff, l'artiste dont le nom nous est apparu dès notre arrivée. Il figure en grand sur le fronton du musée de Chemnitz, juste en face de la salle à manger de notre hôtel.

Nous allons faire connaissance avec

- Tête de femme avec masque (1912)

- Après le bain (1912)

- Paysage à Rottluff (1921)

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Carl Lohse a été complètement délaissé pendant des décennies et est à nouveau considéré comme un représentant essentiel de l'expressionnisme allemand. Mais ce n'est pas facile de trouver de la document sur "sa vie-son œuvre" en français ! J'apprends toutefois qu'il a passé une grande partie de sa vie en Saxe et que sa période 1919-1921 est considérée comme la plus fructueuse de sa vie. Voici quelques unes des toiles accrochées à l'Albertinum de Dresde :

- Garçon (1919)

- Petite ville (1920)

- Jardin fleuri (1920)

- Moison (aux taureaux bleus) (1920)

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Et enfin voici une femme dont on parle beaucoup cette année en France, mais qui était quasiment inconnue jusqu'à ce que Marie Darrieussecq la découvre et nous la fasse découvrir par un livre "Etre ici est une splendeur" et une exposition au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris.

Sa vie fut très brève, 1876-1907. 31 ans pendant lesquels elle réalisa une œuvre prolifique de plus de 1000 toiles dont 700 ont échappé aux aléas du siècle.

Voici quelques toiles qui n'y sont pas visibles, restées à Dresde :

- Fossé dans la lande (1900)

- Nature morte avec cruche, citrons et oranges (1906)

- Portrait d'une vieille femme avec chapeau et enfant (1905).

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde, 2

Les oeuvres qui traduisaient la volonté qu'avait le mouvement "Die Brücke" d'exprimer une tension émotionnelle par des couleurs vives et un dessin rudimentaire les ont fait qualifier par les nazis d'"art dégénéré". Des œuvres ont été saisies et détruites. Encore un autodafé.

Heureusement les artistes en ont caché beaucoup et quelques unes sont ici. Parmi lesquelles aussi des toiles de Chagall, Kandinsky, Picasso, Kokoschka, Nolde.

Deux œuvres composées d'un ensemble de tableaux illustrent la guerre. Elles sont de Hans Grundig et Otto Dix.

... Mais l'avertissement de fermeture retentit, les gardiens passent pour vérifier que nous quittons le musée. Le groupe a rendez-vous sous les voûtes du restaurant Pulvertum voisin.

Alors je dois filer heureuse des "rencontres" de mon après-midi. En regrettant un tout petit peu qu'il ait fallu faire des choix, que j'aie donc dû renoncer aux "Voutes vertes" ou aux quartiers de la ville de l'autre côté de l'Elbe ! Eternel dilemne.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 14:30
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

Nous avons l’après midi libre et tant d'endroits à visiter ! Deux musées m'attirent tout particulièrement : la Galerie des Maîtres Anciens (Gemäldegalerie Alte Meister) et l'Albertinum.

La Galerie des Maîtres Anciens est l'une des plus importantes au monde. Les monarques Auguste le Fort et Auguste III y ont rassemblé une collection exceptionnelle de chefs-d'oeuvres de la Renaissance et du baroque parmi lesquels des Dürer et des Cranach. C'est ce qu'il me faut !

De Lucas Cranach l'Ancien dont j'ai admiré ailleurs les jeunes femmes à la beauté un peu glacée, fantasmes du 16ème siècle, il y a ici des oeuvres très différentes : des tableaux et des parties d'autels illustrant des thèmes bibliques, des figures de saints parmi lesquels j'ai choisi Samson et Dalila (1537), Homme des douleurs entre des anges (1540), Présentation du Christ à la foule (1515), Sainte Catherine et Sainte Barbara (1516), et le panneau central d'un autel représentant la décapitation de Sainte Catherine (1531).

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

Il y a aussi des portraits en pied de grands de son monde, dont Henri de Saxe et son épouse

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

mais pas de ces femmes idéalisées, graciles, à la peau d'une blancheur laiteuse, aux courbes exagérées (ou idéales ?), à la nudité à peine voilée en dehors de cette Eve accompagnée d'Adam, mais sur une autre toile, peints en 1531.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

Je n'avais jamais vu autant d'oeuvres de Cranach l'Ancien dans un même musée !

Et elles voisinent un portrait peint par Albrecht Dürer dont le regard me fascine.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

Un autel de la Vierge sur bois est très attendrissant : Marie dans son rôle de maman qui donne des soins à son enfant Jésus !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

Pour terminer cet article et pour changer de région, j'ai choisi une Vierge à l'enfant de Murillo.

Son regard, la beauté de ses traits et les sentiments qu'elle exprime sont si émouvants !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite libre de Dresde

C'était difficile de choisir pour terminer car il y a à cet étage des Van Eyck, Lotto, Titien, Rembrandt, Van Dyck, Vermeer, Zurbaran, la très célèbre Vierge de Raphaël avec les deux angelots à ses pieds ... Il aurait fallu une après-midi entière rien que pour cet étage ! Et j'ai raté la Chocolatière,œuvre emblématique de ce musée ...

A un détour de couloir j'ai été surprise par toute une série de vues de Dresde peintes au 18ème siècle par Canaletto : intéressant document de reconstitution !

Mais est déjà temps de quitter le Zwinger pour ma prochaine visite

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 11:49
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Nous allons assister au festival "Sachsisches Mozartfest" à Chemnitz, ville industrielle que nous visiterons à peine. A Dresde, ville royale, nous consacrons une journée, c'est peu ! Donc il faut ouvrir grands les yeux pour regarder tout autour de nous.

Voici d'ailleurs dans la banlieue une grande usine admirablement art-déco. A-t'elle traversé sans dommage le 20ème siècle, ou a-t'elle été reconstruite à l'identique ?

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

On peut se poser la question car Dresde a été bombardée par les aviations anglaise et américaines les 13 et 14 février 1945 dans le but de démoraliser l'état major allemand et Hitler. Le centre a été presque entièrement détruit, et on estime qu'il y eut au moins 25 000 morts.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Un peu plus près du centre voici une immense mosquée avec un imposant minaret ! Notre chauffeur nous entend et nous dit que non, c'était une manufacture de tabac, mais à cet endroit il ne devait pas y avoir d'usine ! Alors elle est déguisée !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Notre chauffeur s'arrête à côté d'un lac; et d'après les coupoles, les toits de bronze et les flèches que l'on voit sur l'autre rive, nous sommes juste derrière le centre historique. Notre guide Sylvia nous attendait, elle nous emmène rapidement vers la place du Théâtre. Impressionnante par tout ce qui nous entoure : des bâtiments baroques très gris, mais aussi très décorés sous le ciel gris.

Nous osons des questions, mais Sylvia estime que chaque chose dans venir en son temps, et c'est d’abord celui du Zwinger, palais des fêtes du roi Auguste le Fort. C'est prestigieux, et ça montre ostensiblement la richesse du monarque et du royaume à tous les visiteurs !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

La grande cour intérieure est grandiose avec ses bâtiments baroques aux très nombreuses fenêtres, ses galeries, la porte coiffée d'une énorme couronne dont le sommet est constitué d'une couronne royale dorée portée par quatre aigles !

A gauche le pavillon du carillon est décoré d'un ensemble de clochettes de porcelaine de Meissen.

Tout autour de cette cour sont rassemblés les musées qui accueillent les collections royales : tableaux des maîtres anciens, porcelaine, horloges anciennes ... Après la défaite de Stalingrad elles avaient été mises à l'abri dans des grottes de la Suisse saxonne, voisine.

Et heureusement car ce palais fut détruit à 80 % pendant les bombardements. Il a bénéficié de la première reconstruction dès la fin de la guerre.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Et déjà il faut revenir sur la place du Théâtre. Plantés au milieu nous en avons fait un tour du regard alors que des groupes de visiteurs se pressaient un peu partout.

L'opéra Semper est impressionnant par sa belle architecture : son entrée ressemble à un arc de triomphe au sommet duquel un quadrige de panthères caracole, mais discrètement sous des voiles.

Il impressionne également par son programme : l'organisation de l'établissement permet de donner tous les soirs un spectacle différent !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Au centre de la place la statue équestre du roi Jean de Saxe. Son grand socle sert aux enfants qui veulent se faire photographier en groupe. Il y a quelques décennies, les photographes se cachaient à l'intérieur. C'étaient des agents de la stasi chargés de repérer et noter qui étaient les manifestants qui se rassemblaient là ...

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Sur la place il y a, comme nous en avions vu à toutes nos étapes du voyage de Saoû chante Mozart à Saint-Pétersbourg dans les années 90, un quatuor de musiciens qui flatte les touristes en leur jouant de la musique de leur pays. Un billet de Sylvia et voici la Marseillaise et quelques ritournelles.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

De l'autre côté de la Sophienstrasse voici la très italienne église catholique de la cour, la Hofkirche. En effet, pour devenir aussi roi de Pologne, Auguste le Fort avait dû se convertir au catholicisme, suivi par la cour. Il avait été nécessaire de faire construire une église royale prestigieuse alors que la bourgeoisie luthérienne faisait bâtir sa belle Frauenkirche, l'église Notre Dame.

Détruite en 1945 elle a été reconstruite à partir de 1979. Comment se fait-il qu'elle soit si noire, que tous les monuments soient si noirs ? Ce n'est pas un problème de pollution, c'est lié à la nature même des pierres utilisées : elles contiennent de l'argent qui s'oxyde à l'air. Les pierres ocre ou dorées n'ont pas encore eu le temps de noircir !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Je suis entrée l'après-midi dans cette église, entre deux musées. Elle est très claire grâce à toutes les fenêtres qui en font le tour. J'ai été impressionnée par la chair très baroque, et par les orgues, dernière grande oeuvre de Silbermann. Les deux ont été fidèlement reconstituées.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde
Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Le pont de bronze qui relie la Résidence royale à l'église catholique tenait la cour et le roi à l'abri des quolibets et des projectiles que le peuple pouvaient leur jeter. Nous l'avons passé pour arriver Schlosslatz où des travaux de reconstruction sont toujours en cours.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Dans la façade à pignon de la Résidence de Saxe un passage est ouvert, dont la vote est soutenue par deux forts atlantes saxons où l'on peut deviner Georges le Barbu, duc de Saxe à l'origine de ce château. Nous l'avons emprunté pour arriver dans une cour intérieure de la Résidence.

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Elle nous parait finie. Les pierres d'une galerie semblent être d'origine, elles portent les traces de coups et de chocs. Par contre dans la cour voisine aux façades couvertes de sgraffites.des échafaudages sont toujours élevés. Dresde est aussi un immense chantier !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Pour aller vers l'église Notre Dame il faut passer par le cortège des princes fait à l'origine de 23000 carreaux de porcelaine de Meissen. Ils ont été remplacés en 1913 par des carreaux de faïence. Ils représentent tous les rois de Saxe avec les dates de leurs règnes. (illustration de début d'article)

Nous avons continué jusqu'à l'église Notre Dame dont le dôme est emblématique de la ville. C'est étrange, cet édifice très visiblement riche est un temple protestant. C'est une digne évident que les luthériens n'observent pas le même dépouillement que les calvinistes ... Mais je l'ai déjà écrit, n'est-ce pas ?

Un des témoignages que les marchands qui avaient passé cette commande voulaient donner étaient que leur richesse égalait celle du roi !

Saoû chante Mozart à Chemnitz - visite de Dresde

Les pierres neuves sont facilement identifiables. Une partie de la frise supérieure a été gardée à terre, mémorandum des nuits tragiques qui font toujours polémique dans le monde occidental. Et son emplacement reste béant au-dessus du pan de mur noirci.

Et notre visite guidée de Dresde s'arrête là !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 20:43

Pas si facile que ce que nous le pensions d'arriver à 14 à l'hôtel Chemnitzhof de Chemnitz ! Mais nous y sommes arrivés, tous ensemble, et ça c'est bien !

Saoû chante Mozart à Chemnitz

Cet hôtel est à un endroit superbe. Sur la place du Théâtre aux dimensions impériales, centre culturel et administratif de la ville. C'est en bordure d'une grande avenue, tout aussi impériale par sa taille que la place, mais relativement tranquille le soir.

Notre chambre, à Anne-Marie et à moi, est spacieuse, au moins 30 mètres carrés et donne sur l'église et le parc à l'ouest. Nous allons passer une semaine de rêve, dans la quiétude des nuits calmes.

Saoû chante Mozart à Chemnitz

Ce sera idéal car notre programme est dense : conférences, visites, concerts chaque jour. Je vous raconterai.

Alors à demain pour un premier récit !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 19:21
Avril en Drôme

Nous n'étions pas en Drôme les années précédentes et nous sommes d'autant plus séduits par les couleurs des paysages d'avril.

Les verts ne sont déjà plus si tendres et les colzas font de grands aplats jaunes. D'abord très striés de verts, ils sont jaune caca d'oie ...

Avril en Drôme

On peut voir en même temps des champs de ce jaune verdâtre acidulé, et d'autres déjà plus épanouis, plus pleins, jaune-canari ou cobalt.

Avril en Drôme

Que voici vus de plus près.

Avril en Drôme

Au jardin, ce n'est pas mon truc en ce moment le jaune, ça ne va pas avec le camaïeu de roses.

De très pâles tulipes,

Avril en Drôme
Avril en Drôme

une pivoine arbustive rose indien qui revient de loin (heureusement que je commence à laisser du temps aux végétaux pour constater leur état ; il y a deux ans je l'avais bien cru morte celle-ci ! )

Avril en Drôme

des tulipes aubergine que l'on dit "noires" ;

Avril en Drôme

une verte et blanche aux pétales délicatement découpés, ramenée de notre voyage d'automne au Portugal (j'avais craint qu'elles ne fleurissent pas, il a à peine gelé cet l'hiver) et la très flamboyante rouge, à l'ardeur tout à fait ibérique. Des pétales dansants, frisés, à franges ... Superbes et surprenantes !

Avril en Drôme

Il y a aussi des fleurs blanches au jardin, des iris, les préférés de Sophie, entourés d'un deutzia et d'une spirée.

Avril en Drôme

Il reste quelques si gracieuses fleurs du cognassier, les autres sont déjà de futurs fruits. Cet arbre qui était dans le jardin bien avant nous, est devenu beaucoup plus attachant depuis que Josette m'a raconté l'histoire des cognassiers de la Drôme. Ils y ont été implantés durant l'"ancien régime", ramenés d'Asie dans les cales des navires des expéditions de Bougainville, en fin du 18ème siècle. Alors nous veillons bien sur lui pour qu'il nous survive encore longtemps !

Avril en Drôme

Et il y a les glycines que nous ne nous lassons pas d'admirer, et les abeilles de butiner !

Avril en Drôme
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 16:06
GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

C'est un peu après la grande maison qui n'est ni un hôpital, ni un sanatorium, ni un centre de soins palliatifs, mais une maison de convalescence, qu'il faut laisser la nationale et prendre à droite pour aller dans le village, au parking entre l'église et l'école.

Chaussures enfilées et sac bien sanglé, nous pouvons partir vers le sommet du village jusqu'au panneau qui indique le "parcours des oiseaux chanteurs". Et c'est vrai qu'ils chantent !

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Nous allons ainsi jusqu'à Saint Nazaire en Royans par les Massotiers, entre cerisaie en fleurs à notre gauche et noiseraie à droite, encore dans l'ombre de la première chaîne des montagnes du Vercors.

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de déniveléGREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Après une première côte qui nous a donné chaud tout de suite, nous sommes redescendus juste à la limite entre champs et forêt, puis nous sommes arrivés au canal de la Bourne construit à la fin du 19ème siècle pour irriguer la plaine de Valence.

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

On traverse la route très fréquentée et on passe tout de suite sur la berge, vers la grotte de Thaïs et le bassin de la Bourne qui forme ici un lac superbe. A cette heure-ci on ne voit pas le contraste et la richesse des couleurs, le lac vert, les rochers rouges et l'aqueduc qui se reflète alors que le bateau à aube attend à quai pour reprendre les croisières sur l'Isère dont le confluent est tout proche.

Geneviève a choisi de nous accorder dans ce beau paysage la pause banane. Le ciel est bleu, nous sommes à l'abri. Il fait bon, et que c'est beau !

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Par un passage souterrain et des calades, ces ruelles qui montent en pente raide dans les quartiers médiévaux, nous sortons du village au niveau supérieur de l'aqueduc. Tiens, il est fermé au public ... Je croyais que traverser le village par le passage sur le canal était une attraction touristique ! Me suis-je trompée ou y a t'il une saison d'ouverture ?

Nous longeons la limite d'une carrière dominée par une falaise. Serait-ce notre cible ?

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Non, pour nous c'est le chemin de la Draye, voie empruntée traditionnellement par les troupeaux en transhumance. Les feuillages commencent à apparaître, verts tendres et parfois roses ou rouges, comme pour farder le paysage.

Nous avons pris la direction de Rochechinard. Irons-nous jusque à ce village dont on voit les ruines du château depuis Saint Jean en Royans ?

Par un chemin forestier nous passons les lieux-dits de Tire-Vire, et de la Maison de la Luce, sûrement celle qui est enfouie dans la végétation et dont on aperçoit à peine les pierres grises verdies par des mousses et des fougères ?

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Subitement le paysage s'ouvre sur la vallée du Royans limitée à l'est et au sud par les grandes falaises du Vercors profondément entaillées de gorges et de combes cyclopéennes. A nos pieds voici une leçon de géographie, c'est la Bourne qui est si large. Les barrages sur l'Isère ont eu pour incidence d'en faire un lac qui s'étire de part et d'autre de St Nazaire en Royans ...

Nous avons continué à suivre la flèche vers Rochechinard, mais arrivés à une petite route toute en côte nous avons tourné à droite, à l'opposé. Nous voici à la pointe nord de la première chaîne de montagnes du Vercors, et le vent arrive sans que rien ne retienne son souffle. Nous avons mouillé nos chemises pour monter, attention à ne pas prendre froid maintenant.

Passage à la ferme de Belle Combe. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'on ne nous y a pas souhaité la bienvenue. Mais Geneviève a eu les mots qu'il faut pour que nous traversions quand même. Bravo, tu as acquis ton diplôme de meneuse de randonnée !

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Nous avons cherché un sous-bois qui nous protègerait du vent, et de la vue du fermier pour pique-niquer. Et très rapidement nous avons eu si froid que nous avons enfilé nos mitaines pour nous protèger de l'onglée.

Finalement Belle n'est pas l'épithète qui va le mieux à cette combe. Froide serait plus opportun !

Nous avons très rapidement repris notre randonnée par un beau chemin taillé dans la montagne calcaire et bordé de buis. Un trou semble plonger vers des profondeurs célèbres en Vercors. L'antre d'un animal sauvage ? Plutôt l'entrée d'une grotte, car la carte porte la mention d'un scialet par ici.

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Geneviève et Bernard ont bien étudié la carte, le GPS, leur montre et nous ont proposé un détour vers un belvédère afin que nous ne soyons pas aux voitures avant 15 heures. Acceptés à l'unanimité les 80 mètres de dénivelé et 2 kilomètres supplémentaires.

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Au col des Bois Communaux il faut prendre à gauche par des grosses pierres arrangées en escaliers moussus. Le chemin de la crête avec vue sur le paysage du Royans est tracé sur des lapiaz, roches calcaires découpées, façonnées par les eaux de pluie. Peut-être que la montagne que nous foulons est le toit d'un gouffre profond ?

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Pour arriver au belvédère il suffit de suivre la flèche. Encore une belle vue sur le Royans, avec juste assez de place pour la photo du jour. Attention, ne poussez pas Edgar, Michelle ou Thierry tout derrière !

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé

Il ne reste plus qu'à rejoindre le parcours de Oiseaux chanteurs et nous aurons bouclé cette belle randonnée dans une région où nous n'avions pas encore marché !

Découverte intéressante !

GREB - La Baume d'Hostun, Belle Combe : 15 kilomètres, 800 mètres de dénivelé
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 15:37

De la brume, et des nuages gris ce matin au moment de notre départ pour le Teil, c'est au sud il y fera peut-être un meilleur temps ?

C'est Jacqueline qui mène cette randonnée sur le terrain de chasse de Dominique. Après la Rouvière nous avons pris le chemin marqué "Fontlaval" : non seulement un terrain de chasse, mais aussi des terres historiquement familiales, non ?

Derrière nous, superbe contre-jour sur les Trois Becs, le col de la Chaudière et le Grand Delmas, tout au fond.

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Et à nos pieds les premières orchidées ! Incroyable, déjà ? Un ophrys passionis dont la labelle est très large, étalée, d'un rouge très foncé avec une marge plus claire et des pétales légèrement frisés et verts ... et tout ça couverts de gouttelettes de rosée

Non, pas un, en fait une multitude juste en face du parking !

MGM - sur les terres de chasse de Dominique
MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Et derrière des buissons un orchis géant ou orchis à longues bractées. Je n'en avais encore jamais vu dans notre région, par contre beaucoup au-dessus de Castelnou, dans les Pyrénées Orientales l'an dernier.

Ces deux variétés sont identifiées comme espèces méditerranéennes. Et c'est vrai que le climat du Teil, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Montmeyran est assez différent du nôtre.

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Attention, je vais me faire semer alors que nous ne sommes qu'à peine partis. OK, je range mon appareil photo pour le moment !

Nous montons doucement et sûrement par le GR 42, franchissons un col et apercevons dans le lointain le village de Saint Thomé.

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Nous devons contourner de larges flaques, dignes des épreuves de Koh Lanta ? jusqu'à un carrefour nommé Montfaucon.

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Nous redescendons jusqu'à la route dans la vallée de l'Escoutey, et là quittons le GR. Il faut suivre la route en prenant à droite sur les talus qui bordent des vignes ... Tiens, il est encore temps de les tailler ? Bonne nouvelle, il y en a une dans le jardin qui doit l'être ! Et arrivons au pont du ruisseau des Carmes.

Là, il faut prendre à droite le chemin des Carmes qui conduit au gite du Moulinage. Le chemin est encore large comme une avenue, pas de broussaille, mais le ruisseau à traverser plusieurs fois. C'est là que les plus joueurs et les plus lestes se dévoilent : courir dans le cours du ruisseau en faisant jaillir des gerbes d'eau a toujours beaucoup de succès et est salué par de grands cris !

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

En haut, tout en haut, même si nous n'y arrivons qu'à 13 heures, Jacqueline a prévu que nous pique-niquions autour de la grande table des chasseurs. Cette cabane est tellement bien équipée et soignée qu'on dirait un pavillon de chasse ! Parfaite pour notre étape, pour un temps de repos plein d'histoires et d'éclats de rires, et pour la photo de groupe. Avez-vous remarqué que le ciel est devenu bleu ?

MGM - sur les terres de chasse de Dominique

Nous avons ensuite rejoint en une heure notre point de départ, sous un chaud soleil.

Merci, Jacqueline et Dominique pour nous avoir permis de découvrir ces collines d'Ardèche !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 14:42

En prenant une tasse de Darjeeling Okayti white tea en provenance de la boutique-musée de Twinings je vais clore (enfin, il est bien temps) le récit de notre séjour à Londres.

Saoû chante Mozart à Londres - British Library

Pour des raisons pratiques j'avais gardé la visite de la British Library pour la fin, elle est juste en face de la gare de Saint Pancras.

Toute de briques revêtue, elle présente un autre aspect du style brutaliste par lequel nous avons commencé notre voyage à Barbican Centre.

Saoû chante Mozart à Londres - British Library

Ce n'est cependant pas l'architecture ou les sculptures qui m'attirent ici, ce sont quelques uns des trésors de la bibliothèque nationale de Grande Bretagne. Pas besoin de lire l'anglais pour mesurer la richesse de tous les volumes et papiers qui y sont précieusement conservés et ceux qui sont présentés dans la salle d'exposition permanente.

Ils s'adressent à tous. En rentrant à gauche, à ceux qui lisent la musique et que l'on a entendu chantonner quelques mesures des partitions autographes de Haendel, Haydn, Beethoven Schumann présentées ce jour là dans les vitrines.

D'autres se sont précipités pour voir la fameuse Magna Carta, charte qui fut arrachée en 1215 au roi Jean sans Terre et qui garantit encore au peuple anglais le droit à la liberté individuelle et établit l'habeas corpus, les libertés des villes ... et limite le droit du monarque. Ce fut le premier document qui marqua le passage à l'état de droit ... Ce document fut tellement révolutionnaire que le pape, en en prenant connaissance, excommunia tous les barons qui l'avaient arraché au roi, La bulle est juste à côté de la Magna Carta !

Nous nous sommes dispersés pour admirer tant de documents écrits depuis des siècles et merveilleusement conservés. Ils sont exposés en vitrine, sous une lumière très douce et retrouvent les salles de stockage après trois mois d'exposition pour être remplacés par d'autres tout aussi intéressants et précieux.

Est-il nécessaire de dire qu'on ne peut rien photographier, et qu'il n'est pas facile de trouver des photos ?

J'allais oublier d'ajouter que la bibliothèque abrite aussi une extraordinaire collection de timbres !

Donc, amoureux du papier, des écrits et des documents rares, il vous faut aller visiter cette bibliothèque ...

Pour nous, il est temps de traverser pour rejoindre la gare Saint Pancras. Nous passerons les quelques minutes qui nous restent dans le très beau hall commercial qui permet les derniers achats-souvenirs avant le départ.

Je vais rentrer à Montmeyran avec ma première équipe de voyageurs de Saoû chante Mozart. Je crois savoir que tout le monde a apprécié cette visite de Londres, même si elle était fatigante : je suis chargée d'en préparer une autre grâce au nouveau livre d'architecture avec lequel je rentre et qui déjà me donne des envies de nouvelles découvertes !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Saoû chante Mozart
commenter cet article

Recherche

Liens