Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 17:18

frise 06 01 653Théssalonique, un nom de ville mythique, qui évoque fortement l'Orient. Son emplacement sur une carte n'était pas bien précis pour moi, avant que nous étudiions le Guide Bleu de la Grèce. Grâce à Jean Giono et ses " deux cavaliers de l'orage", un peu aussi grâce à Marlène Jobert, Gérard Klein et Vittorio Mezzogiorno, je me rappelais que l'armée française y avait une base arrière pendant la triste bataille des Dardanelles ... Et nous avions tout à découvrir de la deuxième ville de Grèce, capitale de la Macédoine lorsque nous avons quitté Volos et le Pélion ce matin.

rd10 06 01 18

Longue étape aujourd'hui, comme nous n'avons pas l'habitude d'en faire, nous empruntions le plus souvent des routes que nous avions parcourues dans l'autre sens ! Nous avons eu de la chance en prenant l'autoroute, il n'y avait personne aux péages. Grève de personnel brutalisé par la crise ? Qu'importe, aujourd'hui c'était gratuit !

Nous sommes allés sur la rive sud-est pour l'étape du soir, un peu à l'écart du centre ville très animé. Nous avions l'impression d'être un peu au bout du monde, loin d'un port de commerce international actif .

rd10 06 01 648

auprès de cette petite plage et de cette vieille jetée

 rd10 06 01 649

Etrange spectacle auquel nous avons assisté ici ! Trois couples de mariés y sont venus avec un photographes pour leur reportage, autour de cette barque, sur la jetée en prenant des poses assez différentes, suivant les couples. Ca allait de la jeune mariée ingénue assise sur le quai à l'odalisque lascive ...Fantasmes des sujets ou des photographes ou des deux réunis ?

rd10 06 01 650

Nous sommes allés nous aussi, lorsque le quartier est redevenu calme voir au bout de la digue la chapelle qui ressemblait à une mosquée.

rd10 06 01 653

Que d'icônes rassemblées sur l'hôtel et les parois ! Sont-elles des ex-votos offerts par les jeunes couples ? il y a même une Dormition mais avec un jeune enfant dans les bras d'un saint homme ?

 

Une promenade dans le quartier nous a fait découvrir la maison d'une mariée abondamment décorée de rubans blancs et de couronnes de fleurs,

rd10 06 01 655 

et aussi, dans un registre très différend un magasin fabuleux et impeccable où l'on pouvait trouver toutes sortes de graines et dérivés propres à la consommation humaine. Des cafés, des pois, des riz nature, soufflés, en mélanges nippons, de nombreuses graines de cucurbitacée sèches, des noix de tous les continents, des nougats, dans des boites en fer, des compartiments en verre, des bocaux, des tiroirs, tout ça vendu en vrac ... Nous n'avons pas acheté de nutella, au chocolat ou au caramel, mais de petits sachets de préparations de soupes qui doivent être du tapioca précuit, (ici elles sont utilisées pour les petits déjeuners, nous les goûterons les soirs de pluie),des noix de pécan et des pistaches, et surtout du café, celui qu'il faut pour la préparation du café frappé dont la marchande m'a donné la recette. Je suis ravie de m'essayer à cette spécialité grecque !

Ce n'est pas la visite de Théssalonique à laquelle j'avais pensé ... Camille souhaite reprendre la route dès demain matin pour aller jusqu'à Filippi. Nous visiterons ses musées et ses  trésors en revenant.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 12:58

Nous avons rencontré un jeune homme ce matin que nous trouvons très singulier. Jugez en vous-même !

Nous sommes passés chez le concessionnaire Fiat, histoire de vérifier que tout allait bien maintenant et que nous pouvions partir pour le lointain Est sans risque de nouvelle panne.

Service parfait, on nous a pris tout de suite et remis entre les mains d'un grand jeune homme qui a fait les contrôles tout en nous posant quelques questions. Échange dans un sabir un peu difficile :

- Où habitons-nous ? Région de Valence. Belle équipe ! Ah, de quoi nous parle t'il ?

- Quelles sont ses couleurs? Les couleurs de Valence ... Nous avons eu besoin de quelques mots de plus pour savoir que ça concernait l'équipe de foot ! Pas vraiment célèbre au point que ces renseignements arrivent à Volos et que nous connaissions la réponse,  en tout cas moins célèbre que Valencia !

Le moment devenait difficile, nous perdions toute crédibilité ! Heureusement que nous avons pu dire que Valence France était entre Lyon et Marseille. Çà allait beaucoup mieux d'être encadrés par des célébrités pareilles.

Pour le remercier Camille lui a donné une bouteille d'un petit Bordeaux. Ah ! Bordeaux, grande équipe ! Très célèbre aussi pour le vin lui avons-nous répliqué. Ah, le vin ? il ne connaissait pas du tout.Il n'était intéressé que par les équipes de foot-ball.

Il ne devait boire que de l'eau ou de l'ouzo ce jeune homme qui commençait à être en transes à l'approche du début du Mondial, où les français avaient l'avantage d'une belle équipe de bons joueurs ...

 

Vers l'Office de Tourisme où nous avions dû passer pour obtenir une adresse de Fiat compatible avec le GPS (toujours le problème des transcriptions et des déclinaisons), alors que nous marchions le long d'un vieux mur Camille a été intrigué par une odeur bien particulière de cuir qu'il me fait remarquer.Et en regardant par la porte ouverte, nous avons vu un atelier sombre et deviné des peaux de boeufs suspendues devant nous.

rd10 05 31 632

J'y ai mis un pied, un deuxième, nous nous sommes avancés un peu plus et avons été accueillis pas un monsieur qui cassait la croute alors que deux autres travaillaient. Il nous a invités à nous avancer un peu plus pour voir leur travail et la machine automatique dans laquelle les peaux étaient traitées pour les rendre propres à une utilisation.

rd10 05 31 633

Un ouvrier les égalait à l'aide d'un poids circulaire, et l'autre en faisait la manutention.

rd10 05 31 630

Voici que nous avions trouvé une des tanneries disparues de Makrinitza, transportée à Volos !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 11:51

Nous ne pouvons pas quitter le Pélion sans parler du centaure Chiron et son élève Jason, deux grandes figures de la mythologie grecque.  Volos et sa région sont l'endroit où ces deux personnages sont nés et ont vécu. Leur image et leur histoire sont si grandes qu'elles valent bien comme présence de l'Antiquité un site mal conservé !

 

Chiron le centaure, mi homme - mi cheval, sage, sensible, cultivé (contrairement à ses semblables) a vécu caché dans une grotte de la montagne où il a acquis la connaissance du monde qui l'entourait et particulièrement des plantes. C'est ainsi qu'il fut l'un des précurseurs de la médecine avec Apollon et Esculape . Il eut de nombreux élèves dont Achille et Jason à qui il appris les arts de la musique et de la guerre, la chasse, la morale  ... Il fut victime de la lutte qui opposa les Centaures à Héraclès. La plaie que lui causa une flèche empoisonnée était incurable et extrêmement douloureuse, aussi renonça t'il à son immortalité (au profit de Prométhée) et Zeus le transforma alors en constellation connue sous le nom de Sagittaire.

 

Notre amie de Volos dit de  Jason qu'il était le fils d'une grande famille qui partit à l'aventure avec ses copains ! Sa vie est une succession de romans, de belles histoires (son éducation par Chiron), de grandes aventures (la recherche de la Toison d'or réussie grâce à l'aide de Médée), et de grandes tragédies (mari volage il fut puni par son épouse délaissée qui tua leurs enfants)

 

Et maintenant nous partons pour la Macédoine à la rencontre d'Alexandre le Grand, de sa famille et ses compagnons et de ses successeurs.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Camping-car
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 10:10

frise 31 05 C 312Il y a beaucoup de façons de bien commencer une journée en Grèce pour des visiteurs. Aller se promener dans Makrinista alors que le village semble encore dormir en est une.

En quittant Portaria ce village perché  se découvre à un détour de la route. Nos amis nous en avaient chanté les charmes. Et ils avaient raison. Quant à nous, nous avions raison d'y terminer notre découverte du Pélion car c'est tellement beau que les autres villages auraient pu pâtir de la comparaison !

rd10 05 31 627

C'est un village particulièrement protégé (on y refuse toute construction qui ne serait pas strictement conforme à la tradition) et préservé (pas de voiture, pas d'engins à moteurs). Tout comme avant !

Il faut donc trouver une place aussitôt que possible avant les premières maison du quartier  Brani où le ravissement commence tout de suite.

  rd10 05 31 598

C'est la meilleure vue sur Volos dont on puisse rêver ! Et on comprend bien le surnom de "balcon du Pélion" qui lui a été attribué.

rd10 05 31 591

rd10 05 31 592

rd10 05 31 593La place du quartier sert de parking aux gens du village, mais ça ne parvient pas à en gacher l'attrait. Un ruisseau chante sur les pierres de son lit, une fontaine de marbre offre son eau claire et potable, des bancs à l'ombre des platanes multiséculaires, des ruelles pavées qui partent vers les quartiers hauts et bas et une terrasse de café qui n'est pas encore tout à fait réveillée : ça inviterait presque à rester ici.

 

Nous choisissons la rue en face qui semble la plus facile. Des maisons traditionnelles, des balcons qui déversent des jardinières de fleurs, des commerces qui proposent des produits artisanaux (?)

rd10 05 31 C 337

rd10 05 31 619et nous arrivons sur la ravissante place du Bazar. Drôle de nom qui doit rappeler une activité aujourd'hui disparue !

Nous aurions peut-être pensé à l'appeler "Place de la Fontaine", ou "place de Saint Ioannis" ...

rd10 05 31 600

La place a un charme fou avec une très belle fontaine baptisée "Liontaria" où des lions, petits et gros, gueules béantes crachent l'eau par intermittence dans un grand bassin,

rd10 05 31 601

et la petite église Aghios (Saint) Ioannis aux murs couverts de marbre avec une colonnade de marbre en façade, quelques icônes dans la salle de prières,

rd10 05 31 C 313

des platanes géants sous lesquels des tables vont bientôt accueillir les amateurs de café portent une petite plaque de bois pyrogravée d'un verset de la bible ; celui qui est creux en a aussi à l'intérieur !

rd10 05 31 615

l'eau du bassin cascade après avoir traversé la place pour descendre quelques rues ;

rd10 05 31 616

des maisons en cours de restauration, et çà doit être quelque chose à en juger par la petite taille des sacs de matériaux, les élévateurs et les brouettes pour évacuer les gravats !

Nous avons gagné un ancien monastère reconverti en grande église. Il reste aussi la porte d'accès dont l'allure est encore bien fière.

rd10 05 31 C 319

rd10 05 31 C 322Nous avons de la chance, un monsieur que nous avions pris pour un jardinier nous fait admirer la fresque qui surmonte la porte d'entrée,

rd10 05 31 C 324

nous ouvre la porte et nous fait entrer en nous disant "no  photo" et nous aide à en faire le tour. Nous commençons à remarquer qu'il y a dans presque toutes les églises  un tableau richement brodé, avec des applications de soiries qui représente la Dormition de la Vierge. Il doit être l'objet de dévotions particulières, et notre accompagnateur en a l'air particulièrement fier.

rd10 05 31 C 326

Il nous fait remarquer de nombreuses pierres de réemploi à l'extérieur de l'église, d'époques différentes. Le quadrige est sûrement de l'Antiquité, alors que les feuillages et les dragons seraient plus du début de l'ère chrétienne.

Retour vers le "Bazaar" par des rues qui commencent à s'animer, des commerces ouvrent, et des conversations vont bon train sur les terrasses.

rd10 05 31 C 341

Un dernier  zoom sur Volos avant de quitter ce village qui, au 19ème siècle avait une activité artisanale importante grâce aux nombreuses sources qui l'entourent. Elles actionnaient des presses, et alimentaient des tanneries qui ne disparurent définitivement qu'après la seconde guerre mondiale. Au 21ème siècle l'activité semble être essentiellement touristique, et tant mieux pour nous !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 20:39

portariaNous sommes arrivés à Portaria, et avons eu la chance de trouver une place dans le parking 6-jaune au centre nord-est de la ville.

Un peu d'histoire avant de partir pour une longue promenade : Volos n'est devenue une ville importante qu'après la chute de l'empire ottoman, à la fin de la première guerre mondiale, et surtout après le retour des minorités grecques installées en Turquie que les Ottomans avaient exigé en contrepartie du départ de leurs population de la Grèce. Ces exodes de 1922  bouleversèrent tant l'économie locale qu'on les appelle encore la "Catastrophe" .

Les nouvelles populations dépourvues de tout, se fixèrent plutôt à Volos, port de retour que dans les montagnes plus riches.

L'industrialisation, la deuxième guerre mondiale, la guerre civile qui ne prit fin qu'en 1949, et le tremblement de terre de 1955 précipitent l'abandon des villages pour Volos dont le développement s'accélère encore à la fin du 20ème siècle quand une université y est créée.

Avec l'augmentation du niveau de vie (!!!) et le développement du tourisme les gens des montagnes manifestent leur attachement à leurs racines en restaurant et transformant là aussi les vieilles demeures de maîtres en hôtels de luxe.

Munis de la jolie carte illustrée nous pouvons maintenant partir dans les calades, et je propose que nous suivions Camille, qui préfère le feeling et l'intuition à la carte ...

 

Première étape à l'église Saint Nicolas (5 rose, juste à l'est du parking) dont le clocher est bizarrement cerclé de ferraille et dont la seule cloche ne semble pas sonner tout à fait juste. Restes du tremblement de terre ?Des gens y préparent une cérémonie avec un pope, nous allons voir dehors.

rd10 05 30 C 276

Dans la grande cour ombragée et fleurie il y a une minuscule chapelle, seul vestige du monastère de la Madone de Portaria qui fut à l'origine du village. On en ignore la date exacte de fondation, le premier repère existant est l'acte de donation du seigneur de la région de Dimitrias à son épouse en 1273 lorsqu'elle devint nonne, lui-même se faisant moine un peu plus tard. La petite porte est fermée et nous ne pouvons donc pas voir les "belles fresques du 16ème siècle.Dommage !

rd10 05 30 564

Camille prend la voie à côté du théâtre de verdure (3 jaune en dessous de l'église) et nous descendons entre les maisons aux toits de lauzes ou de tuiles rouges qui surplombent le Golfe Panasétique,

rd10 05 30 567

rd10 05 30 577

rd10 05 30 C 295

 rd10 05 30 C 294les terrasses sous les treilles en fleurs aux parfums capiteux  de roses et de chèvre-feuille, il y a même un jardin potager bleu : ses légumes ont été traités sans modération !

 

rd10 05 30 568Des fontaines chantent sur les places et l'eau court dans les rigoles, vers les ruisseaux qui entourent le bourg. La source Mana sous l'abri aux colonnes de marbre et au toit de lauzes est une des plus belles.

rd10 05 30 C 286

rd10 05 30 C 288Les demeures anciennes-hôtels ont bien fière allure, qu'elles soient des maisons traditionnelles ou qu'elles ressemblent à des palais !

rd10 05 30 C 292

Il y en a même une cachée derrière un grand pin qui occupe sa cour !

rd10 05 30 579

Pas moins de onze églises plus ou moins anciennes sont dispersées dans la ville. Le jardinet qui entoure la minuscule Sainte Marina sent bon le jasmin.

rd10 05 30 585

Je me demande si les petites carrioles joliment peintes que nous voyons de temps en temps dans les jardins étaient des jouets ou des voitures de dames ?

rd10 05 30 586

Nous n'avons pas pris le chemin des Centaures qui part du sommet ouest du village en suivant un ruisseau et arrive à la route de Makrinitsa, à côté d'une fontaine-cascade.

Lorsque nous sommes revenus au camping-car, il est pour des Français une heure tout à fait raisonnable pour le dîner. Pour des Grecs c'est l'heure des grandes cérémonies ! Les invités d'un premier mariage quittent l'église et libèrent le parking juste à temps pour ceux d'un second qui arrivent et ont du mal à trouver de la place. Nous nous faisons discrets dans notre véhicule, car nous avons bien l'intention de passer la nuit ici sur ce parking bien plat.

Il est bien 21 heures quand les invités et le pope quittent la place qui retombe dans la tranquillité.

 

 

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 15:15

frise 30 05 C 273Je vais raconter une pauvre d'histoire de chiens grecs, qui s'est bien finie aujourd'hui, mais qu'arrivera-t'il au prochain "rallye Centaure" ? ou bien avant ...

Nous avons repris la route de montagne qui nous ramènera à Volos par les villages de Portaria et Makrinitsa, ceux dont les lumières brillent dans le ciel de Volos lorsque la nuit est tombée, et que l'on prend pour des étoiles ...

rd10 05 30 521

Nous traversons des villages qui s'étirent entre la forêt et les falaises qui dominent la Mer Egée de quelques centaines de mètres, c'est superbe. Le contraste des couleurs semble s'estomper derrière de la brume, mais oui, c'est ça.

Nous ne tardons pas à trouver des gens qui assurent la sécurité du rallye, ils nous conseillent de filer vite ou de nous arrêter, les voitures ne vont pas tarder à arriver. Nous préférons la deuxième proposition, filer vite ne nous convient pas.

Nous trouvons une voie de manoeuvre pour des camions au-dessus des installations d'une entreprise de fabrication de béton, de son vaste parking et de sa flotte de camions-toupies. Ce n'est pas l'endroit le plus beau que l'on puisse souhaiter, mais il sera parfait pour attendre que la route soit à nouveau libre, et pour voir les voitures en compétition.

De l'autre côté de la route une maison entourée de son jardin fleuri bien clôturé et une pommeraie où jouent trois jeunes chiens fous, belles boules de poils en pagaille, plein d'épis de folle avoine, et de poussière qui ne tardent pas à traverser la route pour venir nous voir. Nous, nous aurions préféré qu'ils restent tranquilles sous les pommiers et tentons de les y ramener, mais ça ne les intéresse plus du tout ! Ils traversent à nouveau. Ça doit être assez incontrôlable des chiots de quelques mois au bord d'une portion de route assez large, entre deux virages serrés, où les conducteurs vont essayer de gagner quelques secondes ... Comment des gens peuvent quitter leur maison en laissant leurs animaux dehors alors qu'ils doivent parfaitement savoir quel type de trafic il y aura aujourd'hui ?

Des jeunes gens arrivent, équipés de superbes appareils photos. Je suis sûre qu'ils ne sont pas là pour des chiens écrasés, mais plutôt pour des petits bolides bien lancés. Je leur parle de mon souci qui ne les laissent pas parfaitement indifférents. Ont-ils dépêché cette demoiselle qui arrive et commence à jouer avec les trois chiens alors que la mère gravit la pente qui nous sépare du parking ? Ils sont maintenant quatre à protéger ! Suggestion de la demoiselle : que nous allions sur le parking des camions dont l'accès est à peine protégé en fait. OK.

Et alors que nous y arrivons, nous entendons quelques geignements et c'est une ribambelle de bébés chiens qui sort de l'ombre d'un camion ... Nous en avons maintenant une douzaine à surveiller !

rd10 05 30 524

rd10 05 30 C 262

rd10 05 30 C 250Finalement une deuxième jeune femme est arrivée, et à trois nous avons pu assurer un relais pour amuser les chiens et leur ôter l'envie de traverser la route pendant que les voitures passaient en vrombissant.

 

 

Je suis assez "surprise" par l'attitude des Grecs qui se confirme vis à vis de leurs chats et chiens. Ceux qui nous ont préoccupés aujourd'hui ne sont pas des animaux errants, mais leurs propriétaires ne semblent pas y être attachés, bien qu'il s'agisse de chiens de garde (c'est vrai que la garde du parking n'était pas bien assurée, la chienne avait peut-être la charge des véhicules ? ) ils pourraient au moins essayer d'en limiter la prolifération. Je ne crois pas que la charge de leurs animaux leur coûte bien cher, ils ne peuvent espérer des économies ici pour rétablir leurs pauvres finances.

 

Tout au long de cette route il a beaucoup de fleurs, et j'ai une belle récolte aujourd'hui pour mon herbier virtuel :

rd10 05 30 529

rd10 05 30 533rd10 05 30 541rd10 05 30 552des campanules étalées (il doit y avoir une grande variété de campanules en Grèce aussi), des ipomées blanches, des oeillets à delta, et des chardons penchés, rd10 05 30 539

les bas côtés sont couverts de vesces bleues, et alors que nous gagnons le versant occidental de la montagne, les coteaux au-dessus du golfe et de Volos sont couverts de genets à l'odeur de miel.

rd10 05 30 550

Nous avons passé la station de ski régionale, sur les pentes du Mont Pourianos Stavros qui culmine à 1624 mètres et avons fait une pause-caférd10 05 30 544 à Hania qui accueille comme il se doit les skieurs et promeneurs : cafés, restaurants, marchands de souvenirs, de miel, de poterie culinaire régionale célèbre, de fleurs à planter et de fruits, frais, en conserves, en confitures : beaux alignements de pots !

rd10 05 30 537

L'eau jaillit des fontaines

rd10 05 30 545

rd10 0530 555

et court le long de la route.

C'est ainsi que nous sommes arrivés à Portaria. Et c'est une autre histoire que je dirai bientôt !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 20:22

frise 05 29 495C'était C'était sûrement une bonne idée de ne pas être allés sur les plages au sud de Tsagarada., mais maintenant que les fils de la batterie sont bien serrés, il est indispensable d'aller à Mylopotamos, à quatre kilomètres en dessous de Tsagarada par une petite route bien pentue, bordée de belles maisons anciennes et de somptueuses villas toutes neuves.

rd10 05 29 484 

On ne s'en lasserait pas de descendre par une route si spectaculaire ...

rd10 05 29 486

Les cartes postales que nous avons vues sont magnifiques et vraies. La seule différence, ce sont les baigneurs, et encore pas si nombreux.

rd10 05 29 485

Après avoir descendu un chemin-escalier

rd10 05 29 488

fleuri de grosses campanules bleu-clair qui attirent beaucoup d'insectes et de ravissantes inconnues  roses, 

rd10 05 29 489

rd10 05 29 487

nous sommes arrivés sur cette merveilleuse plage qui en cache encore une autre ! 

rd10 05 29 491Je redis nos activités plage favorites ? Baignade, séchage, lecture jusqu'à avoir trop chaud, et on recommence ... jusqu'à en avoir assez !

J'espère que tout ça restera possible pendant longtemps, car quelques engins de chantier ouvrent un passage juste dans le prolongement du parking. Peut-être que ce sera une somptueuse villa en surplomb et pas un immeuble d'appartements.

rd10 05 29 496

Superbe terrasse de café accrochée aux rochers, d'où l'on peut admirer la transparence de l'eau, ses couleurs incroyables, ses courants et le chatoiement du soleil sur les vaguelettes ... et les gerbes d'eau des plongeurs.

rd10 05 29 494

On se retourne un peu avant de repartir ?

Pour Agios Ionnis. Pas du tout le même genre. C'est une station balnéaire réputée. Avec tout ce qu'il faut pour accueillir toutes les familles qui arriveront ici dans trois semaines, les vacances scolaires commenceront le 20 juin.

Dommage pour nous, le terrain de camping n'a pas de machine à laver le linge, c'était pour la lessive que nous avons choisi de nous y arrêter. Donc lessive à la main !

Et longue balade le long de la plage pour essayer de retrouver celle des cartes postales !

Nous longeons la promenade. La rue en front de mer est équipée de solides séparateurs qui empêchent les changements de voie trop rapides. Il faut de grands moyens pour contenir les tendances naturelles des automobilistes grecs ...

rd10 05 30 C 238

Elle est bordée de maisons à balcon de bois et profusion de fleurs

rd10 05 30 C 247

de restaurants dont l'inévitable "pharotaverna".

rd10 05 30 C 244

Le séraphin au dessus de la porte de l'église semble avoir un peu de mal à sortir la tête de ses trois paires d'ailes qui l'étouffent presque.

rd10 05 30 505

Tout au bout de la plage, après le port, un sentier se dessine dans un éboulis, il faut peut-être le suivre pour enfin arriver à la plage de carte postale ?

rd10 05 30 508

Eh, oui ! c'est là qu'elle se cache presque. Tout de même équipée de parasols et chaises longues elle doit attendre l'arrivée des baigneurs qui la tirera de son sommeil.

C'est vraiment Mylopotamos que je préfère, elle a un côté plus secret et plus sauvage. Pour combien de temps encore ?

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 18:56

frise 30 05 499Nous sommes donc repartis vers le nord du Pélion et les petites plages de la côte égéenne ...

La route est devenue plus sinueuse et étroite, une vraie route de montagne, avec un paysage somptueux. Des forêts, des maquis très verts descendent en cascade jusqu'à la mer Egée, dont les bleus chatoient quelques centaines de mètres plus bas. Nous pensons aux personnes que nous avions rencontrées sur le parking de Vergina qui nous avaient recommandé d'éviter cette côte à la circulation trop difficile. Ça dépend du projet de chacun. Le leur était de traverser l'Europe du Sud au Nord en un temps assez rapide, ça ne leur permettait pas de regarder autour d'eux en flânant. Alors que nous, nous sommes surtout intéressés par la flânerie !

rd10 05 29 480Elles ne sont pas consacrées à la promenade ces routes, quelques conducteurs de petits bolides Peugeot et Renault ont l'air de beaucoup les apprécier, ils les parcourent à une allure très sportive, et nous avons les oreilles pleines des ronflements de moteurs et des crissements des pneus. C'est assez impressionnant dans ce paysage.

Nous voyons alors des équipes d'hommes qui balisent la route, posant d'abondants rubans jaune et rouge le long des passages les plus étroits, des ponts qui ressemblent à des passerelles au fond des épingles à cheveux, et autour des arbres très proches de la route.

Un rallye passe ici demain et tout ce monde le prépare, chacun à sa façon.

 

J'aimerais bien que nous nous arrêtions un peu pour mieux admirer ce paysage, et descendre vers les toutes petites plages au fond des criques, perles de sable blond le long du rivage escarpé.

Camille a l'air assez imperméable à cette idée, et c'est dans un village, à Tsangarada, OK, le Guide bleu nous vante ses géraniums et le platane plusieurs fois centenaire de sa place, mais enfin ... que Camille s'arrête.

 

Et tente de repartir.Et le moteur est muet. Tente à nouveau, et encore ... Toujours rien. Cette fois nous sommes en côte dans une étroite rue sinueuse, presque une ruelle, un samedi après-midi, si loin de Volos et de l'agent Fiat, et un rallye automobile doit passer ici demain. Oh que c'est désagréable ! Il faut évidemment faire quelque chose !

Appeler le service d'assistance de l'assurance, bien sûr. Le saint Guide bleu nous dit comment faire Page 51.  "00 33 avant le n° de téléphone sans le 0". Ca ne marche pas avec le portable de Camille qui pendant ce temps là cherche le triangle à poser à l'arrière de camping-car. - Mais pourquoi n'est-il pas là ? - Je ne sais pas, et je vais essayer de téléphoner du bistrot juste en dessous de la rue.

Le bistrot n'a qu'un mobile qui ne peut pas sortir de Grèce. Mais me conseille d'acheter une carte de téléphone à l'épicerie au dessus pour aller à la cabine un peu plus loin. Merci, j'y vais ! Le vieil épicier et moi avons un échange un peu difficile (question de langues), mais j'arrive à comprendre qu'il est en rupture de stock. Ca devient de plus en plus difficile, et Camille n'a toujours pas trouvé le triangle. - Mais enfin, où l'as-tu mis, toi qui ranges tout ? - Je n'en ai pas la moindre idée car je n'en ai jamais eu besoin. - C'est toujours pareil ...

Heureusement, le monsieur du bistrot est monté pour voir ce qui anime le quartier à une heure d'habitude si calme ; et me demande si je l'ai eue cette carte ? - Non, il n'en a plus ! Il soupçonne que nous ne nous soyons pas compris et   m'emmène vérifier. Pas d'erreur, il n'y en a pas, jusqu'au début de la semaine prochaine ...

Et pendant ce temps-là Camille cherche encore le triangle. Qu'il y en a des rangements dans ce camping-car !

Par chance, le bistrotier compatissant continue de nous aider et me conseille d'aller à la supérette à côté de la cabine téléphonique pour voir s'il n'y aurait pas une carte. Non. Mais les dames me disent d'utiliser leur téléphone fixe. La liaison ne se fait toujours pas ! Mais finalement, il y a peut-être une n° spécial à appeler de l'étranger ! Il me faudrait vérifier, par internet bien sûr !

 

Je reviens au camping-car où Camille a fini par trouver le triangle, finalement pas vraiment caché. Mais nous avions perdu notre sang-froid et la capacité de réfléchir quand nous nous sommes trouvé bloqués ici. Sûrement plus d'une heure déjà ! Posé à l'arrière le triangle attire du monde presque instantanément. Deux messieurs arrivent, nous demandent ce qui se passe, l'un ne parle que le grec mais semble bigrement intéressé par la mécanique. Que je n'aime pas ça ! L'autre parle anglais et me propose ses services. Je cherche une liaison internet. Pas de problème, il me dit de le suivre. C'est sa femme à laquelle il s'adresse en espagnol qui me donne son ordinateur connecté à internet. Et elle me parle dans un français impeccable ! Vérification : c'était bien ça, il y a un n° spécial ...

Retour au camping-car où l'amateur de mécanique est plongé sous le siège conducteur. Il a passé en revue le moteur, trop électronique, et va s'attaquer aux fusibles. Refrain : Oh, que je n'aime pas ça !

L'appel marche sur le portable de Camille, mais le service d'assistance de l'assurance nous demande de nous adresser au constructeur du véhicule qui est sous garantie ...

Du côté mécanique ça s'affaire, du mien j'appelle Fiat. Qui vérifie la date de mise en circulation du véhicule : un an hier, joyeux anniversaire ! ... Je crains que la communication coupe sur le portable, le monsieur "multilinguiste" me propose de me faire rappeler sur le sien. Ça marche, sa femme arrive avec son mobile et un appel de Fiat pour nous ! On ouvre le dossier, on décrit le problème et ...  le moteur se met à ronfler. Oui, à tourner !

Viva le-jeune-homme-mécanicien-amateur ! Non seulement il a compris ce qui n'allait pas, mais il a trouvé comment y remédier ! Et honte à moi qui aie craint le pire !

Fiat raccroche, nous sourions et rions tous, nous respirons mieux ! C'était une cosse de batterie qui était complètement dévissée, ou quelque chose d'approchant  ...

Il est 3 heures, nous n'avons pas mangé et ressentons la faim, maintenant que l'angoisse est passée ! Il m'a semblé que c'etait dans une salle de restaurant vide, mais restaurant quand-même, que m'a reçue le couple qui  a mis son ordinateur à ma disposition ? Oui, c'est ça. Eh bien nous allons profiter de votre table, c'est bien la moindre des choses que nous puissions faire !

rd10 05 29 471

Après avoir garé le camping-car, remercié comme il le fallait le jeune mécanicien qui repartait déjà, rangé le triangle là où Camille l'a trouvé, nous avons eu le loisir de regarder autour de nous. La rue fait une colonne vertébrale aux quartiers de Tsangarada (transcription Guide bleu) ou Tsagkaràda (transcription Michelin), ou Tsagarada (transcription Office de tourisme de Volos) qui s'étendent au-dessus et en dessous, reliés autant par des escaliers que par des ruelles pavées de grandes pierres à la route.

rd10 05 29 475

La "Taverna Agnandi" (la fontaine) s'ouvre sur une grande place avec une fontaine de marbre, l'immense et énorme platane multiséculaire que nous espérions voir, l'église moderne ; c'est là qu'est installée la terrasse la plus agréable que nous puissions trouver !

rd10 05 29 472 

Le garçon arrive avec le menu et un pichet qu'il remplit à la fontaine. Un peu d'eau fraiche avant tout pour nous remettre et nous pouvons regarder la carte. Avant que nous ayons eu le temps de l'ouvrir la restauratrice arrive avec une bouteille de vin blanc, un "blanc de noir" de la région d'Imathia, de la part de son mari pour fêter l'anniversaire du camping-car ! Nous n'avons plus revu Konstantinos Panos, le monsieur aux langages européens, mais avons très agréablement discuté avec sa femme, Marie José Morales. Ils sont tous les deux les hôtes idéaux dont nous avions besoin. Camille leur donne un viognier, cépage particulièrement rhodanien en guise d'échange et de remerciement.

 

Nous avons délicieusement mangé chez eux une crème de courgettes et noix qui ressemble au tzatziki (concombre, ail et yaourt grec) tout aussi frais et délicieux

rd10 05 29 474rd10 05 29 476 

 

 

J'ai choisi de la saucisse aux poivrons rouges (beaucoup) et à la tomate alors que Camille a préféré le porc confit aux pommes. 

Le prix des restaurants grecs est souvent étonnament modeste.

 

 

Nous avons eu l'impression en partant vers la plage d'avoir de nouveaux amis sur cette belle terre du Pélion.

 

Nous garderons un souvenir heureux de Konstantinos et Marie José qui ont si bien su faire ce dont nous avions besoin au bon moment ! Promis, nous reviendrons.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 15:56

frise-29-05-461.jpgSamedi matin. En route, il faut revenir à Miliès avant midi !

La route traverse par moments une forêt qui ressemble beaucoup à la laurista, la forêt primaire méditerranéenne que nous avons aussi vue à  Madère ou à Ténérife. Ailleurs les bas-côté sont fleuris de cistes ondulés au rose indien éclatant, de genets qui embaument toute la montagne,

rd10-05-29-454.jpg

d'arbres de Judée, de framboisiers sauvages, de figuiers à l'odeur capiteuse, et d'oliveraies.

Le marché du samedi matin à Argalasti nous permet de faire le plein de produits frais. On y trouve les producteurs locaux, agriculteurs, jardiniers, apiculteurs et pêcheurs, les marchands de produits divers, les paysannes qui proposent des confitures, des sauces tomates, et quelques pâtisseries maison. Et bien sûr des touristes. Pour répondre à leurs demandes, les vendeurs parlent anglais, allemand et parfois aussi français !

 

C'est en robe, pantalon et les bras couverts que nous arrivons à Miliès. Nous ne prenons pas le risque de nous faire refouler ! Surprise, c'est tout simplement ouvert, et nous pouvons entrer sans aucun contrôle. Nous nous joignons aux quelques personnes qui attendent là. Nous formons un groupe très international, et le guide bénévole qui va nous commenter la visite le fera en anglais ... Ce ne sont pas les fresque de 1742 peintes par des moines du Mont Athos qui le passionnent, c'est son architecture et son acoustique exceptionnelle. On est venu en  constater la qualité et l'admirer de très loin. Des concerts avec les meilleurs chanteurs y sont organisés, le public est alors constitué des "meilleurs" auditeurs qui sont longtemps restés médusés par sa qualité de son.

L'église est beaucoup plus ancienne que les fresques. Elle fut construite dans la plus grande confidence afin de garder secrète l'origine de cette acoustique pendant des siècles ... jusque dans les années 1990 où fut entreprise la restauration des parties endommagées par le tremblement de terre de 1955.

 

Et là le guide a eu besoin de Camille et de l'harmonieuse courbe de son ventre pour nous faire observer de semblables courbes dans les quatre bases de support des douze coupoles des nefs latérales, juste au dessus du niveau de l'arcature qui les sépare.Dans la profusion de couleurs des fresque, elles sont presque camouflées.

rd10 05 29 458b 

Les restaurateurs y ont trouvé une jarre de terre cuite renversée, à chaque angle, soit 42 dans le plafond de l'église ! A la base de chaque jarre, un petit trou d'un diamètre variable a deux effets, statique et acoustique : l'obtention de la perfection des voix hautes (soprano, mezzo, haute-contre). Là je n'ai pas bien compris l'explication ; s'ils absorbent les sons, les renvoient sans écho ?

Sous les grandes dalles de pierre, il y a cinq puits dans le sol, à chaque angle et au centre, reliés par des canaux. Ils drainent l'eau des sources nombreuses autour de l'église, et ont aussi la même fonction que les jarres pour les voix basses (baryton, basses).

 

Le guide nous entraîne par la porte basse (tout comme en Roumanie, les portes sont très basses pour empêcher les cavaliers ottomans d'entrer à cheval dans l'église) latérale que nous avions trouvée close quelques jours plus tôt pour nous montrer un pot contemporain, tout à fait semblable à ceux fabriqués quelques siècles plus tôt et insérés dans le plafond. rd10 05 29 462
J'ai pris quelques photos piratées car il est bien sûr interdit d'en faire, avec ou sans flash. (Ca risquerait d'abimer les fresques qui ont survécu avec beaucoup de chance à des siècle d'enfumage par le noir de fumée des cierges ! Ces cierges ont disparu des sanctuaires anciens et les bacs dans lesquels ils sont plantés sont recouverts de vastes cheminées qui absorbent les fumées). Les photos que j'ai prises en catimini ne sont pas parfaites ...j'espère qu'on y voit l'essentiel.

rd10 05 29 460

Comme ici le saint à la tête d'agneau, à côté de la porte.

Quand le guide technique a eu fini de nous montrer les secrets des constructeurs médiévaux, c'est un pope qui est venu nous parler des fresques. Et particulièrement de la représentation du Saint Christophe (étymologiquement "celui qui a porté le Christ") à tête d'agneau. C'est une métaphore rare en Grèce et elle veut dire que la beauté de l'âme est supérieure à celle du visage ou du corps !

rd10 05 29 459

Voici l'iconostase de bois sculpté dorée à la feuille d'or, fabriquée en Epire, (début de notre voyage) et acheminée ici à dos de mulet. Il a fallu lui faire traverser tout le haut massif montagneux ... C'est une profusion de feuillages, de fleurs, et d'oiseaux. Bien sûr il y a la place entre les colonnes sculptées pour de nombreuses icônes.

La visite se termine par le narthex à la fresque foisonnante que nous avions vue lors de notre première visite. Son rôle pédagogique était essentiel à l'époque où l'on baptisait les enfants à l'âge de raison, voire plus tard. Les non baptisés n'avaient pas droit d'accès à l'église, ils recevaient la catéchèse dans cet espace parfait pour entendre parler de pécher, d'enfer, de rédemption et de vie éternelle si bien illustrés !

 

Cette visite nous a enchantés, et nous sommes partis pour Vizitsa ...

Eh bien , la visite de l'église est difficile après celle de Miliès, surtout avec une sacristine (?) qui ne parlait pas français mais qui voulait absolument savoir si nous étions bien mariés (nous ne portions pas de bague, ni l'un ni l'autre), qui voulait absolument que nous photographions son église, et qui voulait vraiment nous envoyer manger dans un restaurant voisin.

rd10 05 29 464

Nous avons réussi à nous en défaire pour regarder des maisons très colorées. suivant la tradition ottomane . au fond le Golfe Pagasétique  ; une belle fontaine de marbre sur la place déverse son eau fraîche dans une vasque débordante, sous un rosier à l'élégante couleur th.

rd10 05 29 466

Encore un coup d'oeil à une maison superbement restaurée et son jardin avant d'aller acheter quelques produits de la coopérative municipale, bergamote au sirop, olives. Les étals sont riches en pommes qui est un fruit tellement traditionnel qu'il a donné son nom à la capitale régionale, Miliès. Oui, ça veut dire "pomme" !

Mince, au moment de repartir la batterie nous a encore lâchés. Comme la fois précédente le niveau affiché par le cadran de contrôle est parfait ... Heureusement, il y a une descente, et la possibilité de faire demi-tour rapidement sur cette route étroite de village escarpé. Ça y est , nous sommes repartis pour le nord du Pélion et les petites plages de la côte égéenne !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 17:56

frise05 28 452Nouvelle destination, le bout de la péninsule du Pélion, là où les eaux du golfe Pagasétique rejoignent celles de la mer Egée. Enfin c'est presque ça, juste entre deux détroits, celui de Trikeri et celui de Skiathos.

En passant par Afissos, que nous avons trouvé agréable avec sa grande plage aménagée, ses maisons traditionnelles à balcons de bois bordant la mer,

rd10 05 28-06 2010 395

  rd10-05-27-393-copie-1.jpget les eaux si claires du golfe qu'on peut y compter les oursins et les anémones depuis la rue, et même les photographier.

 

rd10 05 27 397

Mais nous n'avons pas eu pour autant, envie de qualifier cet endroit de "port de pêche le plus charmant du golfe Panasétique" ! Il doit être si facile de perdre le caractère qui séduit les passants, juste en voulant simplifier ou moderniser les conditions de vie des habitants ...

C'est Platania le port de pêche qui nous a bien plu, avec ses maisons cachées derrière des monceaux de fleurs et de plantes grimpantes,

rd10 05 27 403

rd10 05 27 404

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ses terrasses de restaurants juste en bord de mer,

rd10 05 27 408

rd10 05 27 405

ses plages, la longue au bout de laquelle il y a un emplacement tellement idéal pour deux camping-cars qu'on se passe l'adresse entre Français où que l'on soit en Grèce ; il doit falloir prévoir son séjour avec beaucoup de finesse et la complicité des occupants pour pouvoir s'y installer. A défaut de tout ça, nous sommes installés avec quelques voisins à l'autre extrémité du village, vers la jetée

rd10 05 27 406

 

très fréquentée, par les baigneurs qui veulent profiter de la plage sauvage, par les pêcheurs et leurs clients qui guettent le retour pour acheter les meilleurs poissons, les plus beaux, les plus frais, enfin ceux qu'ils vont cuisiner quelques minutes plus tard pour les clients qui ne se pressent pas vraiment dans les restaurants. Effet crise ? Il parait que oui.

rd10 05 27 411 

Il y a aussi, déjà dans l'ombre la petite plage à l'ouest qui s'appelle tout simplement Micro, mais avant d'y arriver il faut longer une magnifique oliveraie qui doit être là bien avant que le tourisme existe.

rd10 05 27 409

Lorsque nous sommes revenus sur nos pas le soleil allait basculer derrière les montagnes. Le golfe scintillait encore au loin, et le soleil éclairait les îles de Skiathos et d'Eubée en face de nous.

rd10 05 27 414

Quel paysage paisible et quel moment heureux. Qui le devint beaucoup plus lorsque nous aperçûmes un grand dauphin faire des cabrioles et sauter très haut plusieurs fois. Dans la soirée calme, c'est le bonheur !

Et voici que le ronflement d'un puissant moteur se fait entendre. Des véhicules arrivent dont un camion frigorifique assez gros, marqué "Volos". Il est plus rapide, plus efficace de venir chercher la pêche ici en camion plutôt que d'aller jusqu'au port de Volos avec le bateau ?

Les pêcheurs sont peut-être de Platania, ils semblent être attendus par des familles.

 

 

 

Voici venu le moment du transbordement de la précieuse cargaison depuis les coffres de stockage jusqu'au camion. Les petits thons sont traités comme des matières précieuses.

rd10 05 27 C 222

Les autres poissons, ou ceux pris dans les mailles du filet ont été mis de côté et seront vendus aux gens de Platania, ou emportés par les pêcheurs.

La journée se termine sous la lune, la pleine lune affectionnée par les Grecs. Il fait un peu trop chaud, il sera difficile de trouver le sommeil !

rd10 05 27 427b

Nous avons bien dû finir par nous endormir puisque nous sommes réveillés de très bon matin par un va et vient de voitures, de discussions de gens qui ont envahi la jetée. Ça doit être un tout petit peu plus calme à l'ouest du village !

Réveillés pour réveillés, nous nous levons pour aller voir ce qui se passe. Beaucoup de monde entoure une voiture où l'on semble s'inscrire sur une liste, moyennant paiement. Ronflement de moteur dans le lointain (c'est fou ce que ce bruit porte loin sur l'eau), qui se rapproche ;

rd10 05 28 430

et nous voyons un bateau de transport de personnes vers et entre les îles approcher. Ce sont des excursionnistes qui partent de bon matin.

rd10 05 28 428

Il ne faut pas attendre beaucoup plus pour voir revenir les pêcheurs de leur première sortie. Toujours attendus par leurs clients, les négociations sont en cours,

rd10 05 27 426

pas pour moi, il me faudra encore quelques stages en Grèce avant de pouvoir le faire,

rd10 05 28 431

et le pêcheur à qui j'ai acheté quatre poissons est si content du prix qu'il m'a fait qu'il le raconte bien fort à ses collègues, comme la meilleure plaisanterie du jour ...

Nous avons cherché un endroit plus tranquille pour passer la journée suivante, et sommes partis vers Mortia (ou Mourtias suivant la transcription). C'est une plage presque déserte à laquelle on accède par une piste bordée de cannes, de figuiers et de lauriers. Quelques personnes sont venues tout au long de la journée, se sont baignées, sont reparties.  Elle est plutôt jolie, pas absolument propre, nous en avons fait le tour afin de porter vers la poubelle tout ce que la mer avait déposé, les baigneurs oublié et qui gênait notre regard. Maintenant qu'il n'y a plus que du sable, des galets et l'île de Skiathos en face,

rd10 05 28 440

nous avons entrepris une journée plage, comme les autres, baignade, séchage au soleil, lecture à l'ombre de l'auvent, mais sans la douche ... c'est une plage presque déserte, quoi ! Il ne faut pas rêver !

Presque déserte et entourée de falaises qui s'effondrent de temps en temps dans la mer, laissant des rochers rouges dans l'eau bleue.

rd10 05 28 448

A gauche, un maquis fleuri. Voici ma récolte botanique du jour, enrichie d'un papillon !

rd10 05 28 444

rd10 05 28 445et à droite sur les cartes postales il y a les beaux rochers rouges. Je ne les ai pas trouvés aussi photogéniques que ceux de l'image que j'avais vue. Mais les rochers dans la mer, ça roule, ça éclate et ça devient du sable à force de subir l'assaut des vagues. Nous en sommes presque à cette phase !

rd10 05 28 451

Je dois montrer les poissons que j'ai achetés ce matin, grillés ils étaient très bons,

rd10 05 28 C 231

 

et Camille avait trouvé dans la cave du camping-car ce qu'il fallait pour les accompagner, (nous avons emporté quelques bouteilles françaises, Roland nous avait dit que le vin grec n'est pas parfait, mais nous y avons goûté et allons nous livrer à une étude plus approfondie sous peu) avec la vue sur la mer que nous avions, c'était gastronomique !

rd10 05 28 C 234

En fin de journée quelques dauphins nous ont fait une nouvelle démonstration de cabrioles. Beaucoup moins spectaculaire que la veille, mais très agréable. On aimerait bien en avoir comme ça souvent !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette - dans Voyages familiaux
commenter cet article