Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 06:07

Sur le bord des sentiers que nous quittons rarement les nouvelles orchidées deviennent rares, les orchis pourpres, militaires et singes fanent, alors nous nos yeux se libèrent pour les autres fleurs dont voici les plus belles ...

Flore de la montagne des Ussets

La mélisse des bois ou mélitte à fleurs de mélisse ou encore citronnelle pousse aux bords des chemins boisés. Ses fleurs sont pourpres et blanches. Elle peut atteindre jusqu'à 60 centimètres de haut. Et enfin en infusion elle aide à la digestion et calme les problèmes d'estomac. J'allai oublier, la fleur est superbe et les feuilles rappellent beaucoup celles des orties. Elle est de la même famille, celle des lamiaceae.

Flore de la montagne des Ussets

Le sous-bois s'est éclairci et nous avons trouvé de nombreux sceaux de Salomon. C'est sur les rhizomes que ce sceau est incrusté, alors nous n'avons pas cherché à vérifier l'origine de son nom.

Les fleurs en clochettes sont assemblées deux par deux. Rien à voir avec le muguet, les clochettes sont beaucoup plus longues, vertes au bord de la corolle et sont vraiment suspendues sous le tige. A l'automne elles seront des graines bleues iridescentes.

Flore de la montagne des Ussets

Les bleuets commencent à fleurir. Je crois que celui-ci est une centaurée des montagnes. Pas sûr car les feuilles lancéolées et couvertes de duvet sont vraiment très longues ? La fleur est rose à l'intérieur, bleue à l'extérieur.

Flore de la montagne des Ussets

La phalangère à fleurs de lis est plus facile à identifier bien qu'elle ressemble beaucoup au lis de Saint Bruno dont les fleurs sont beaucoup plus grosses et surtout qui est beaucoup plus rare ...

La nôtre, celle d'aujourd'hui pousse dans les pelouses sèches et rocailleuses bien exposées au soleil.

Flore de la montagne des Ussets

Nous avons remarqué quelques néotties nid-d'oiseau beaucoup plus facilement que mon appareil photo qui a du mal à la distinguer des feuilles mortes à l'arrière. Donc la photo manque encore de netteté ...

Nous l'avions déjà rencontrée la semaine précédente,

Flore de la montagne des Ussets
Flore de la montagne des Ussets

Cette touffe de raiponces à feuilles de bétoine est une des premières de la saison. Cette plante fait partie de la même famille que les campanules.

Flore de la montagne des Ussets

Des genets, il y en a plein sur les pentes des montagnes, mais aussi vingt références dans le site flore alpes ... Je ne les ai pas regardé d'assez près pour identifier celui-ci avec précision !

Flore de la montagne des Ussets
Flore de la montagne des Ussets

La prairie où nous avions décidé de pique-niquer est couverte de'orchidées ! Un vrai plaisir : des ophrys de la Drôme, des bourdons, des orchis pourpres ...

Et en voici une nouvelle : l'orchis pyramidal qui affectionne les herbages et les forêts claires.

On le regarde de près ? D'abord sa forme en grappe dense et pyramidale, sa couleur rose clair. On aperçoit entre les labelles trilobés l'éperon long et horizontal, et les sépale externes étalées.

Flore de la montagne des Ussets
Flore de la montagne des Ussets

A quelques mètres près l'orientation des pentes, leur exposition au soleil, leur humidité, leur altitude créent des conditions de vie bien différentes où s'implantent les familles botaniques les mieux adaptées.

C'est ainsi que nous avons trouvé dans un détour de la voie forestière des gentianes que j'avais cru acaules, mais non, c'est beaucoup on ne les trouve qu'au dessus de 1400 mètres. Ce sont des gentianes à feuilles étroites ... Outre l'altitude il faudra regarder les feuilles la prochaine fois, longues, étroites et en rosette à la base pour la variété à moins de 1400 mètres.

Flore de la montagne des Ussets

Voici encore quelques globulaires ponctuées avant qu'elles ne fanent.

Flore de la montagne des Ussets

et la très commune sauge des près qui pousse au bord de tous les chemins et routes de France et sûrement aussi de Navarre ;

Flore de la montagne des Ussets

après être revenus à notre altitude de départ, au bord d'une prairie à l'herbe bien haute nous avons trouvé des ancolies et des rhinanthes aristés à l'abondante pilosité.

Flore de la montagne des Ussets
Flore de la montagne des Ussets

Comme il était encore tôt quand nous avons fini le suisse et les biscuits d'Elisabeth, Josette nous a emmenés dans un des jardins drômois qu'elle préfère, celui où l'on trouve les iris du grand barbu, entre Chabeuil et Montvendre. Quelle merveille !

Pour les détails allez voir son catalogue.

Flore de la montagne des Ussets
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Flore
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 10:54

Vraiment nous sommes le 21 mai, juste un mois avant le début de l'été ? Ça ne se sent pas du tout ... Ciel très gris au-dessus de la vallée du Rhône et des falaises du Vercors et température assez basse.

La randonnée du jour démarre à Beauregard Baret, un village blotti juste sous des barres rocheuses qui doivent être instables : les pentes sont couvertes de grosses résilles de métal chargées de bloquer les roches qui se détachent de la montagne.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Sonnaize, Pas du Loup et ravin des Tourniers : l'itinéraire est nouveau pour beaucoup d'entre nous et nous aimons ça !

Nous avons quitté le village par le sud-est en suivant le lit large et plein de roches du Sonnaize, ruisseau déjà sec. Nous tournons le dos aux rochers qui ferment la cluse. Derrière se trouve une petite vallée, la Combe et les ravins qui descendent du plateau du Vercors.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

L'itinéraire de notre randonnée est sage. Il se faufile entre les toutes premières montagnes à l'altitude plus modeste (750 à 950 mètres), dont les cols flirtent avec la courbe de niveau des 800 mètres.

Nous avons suivi la Draye des Vachers puis continué par Saint Isérat (altitude 710 mètres). De temps en temps les arbres s'écartent et le regard porte alors jusqu'au fond du ravin par lequel nous devons revenir. Large, riche de tous les verts du prointemps, profond, superbe quoi !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons croisé un employé du Département dont la mission était ce jour-là de vérifier l'état des balises pour éventuellement les restaurer voire les remplacer. Nous lui avons dit que c'était vraiment un "boulot de rêve" qu'il ne partage pas avec nous : "Pas toujours, les jours où le blizzard me fouette avec la neige, ou ceux où le soleil m'étourdit de ses ardeurs ne sont pas faciles, et alors un bureau est plus tranquille !" Eh oui, qu'allions-nous imaginer ?

En attendant, il a raison d'être là car il y a des panneaux à réparer un peu plus bas. Bien sûr qu'il doit y aller à pied sans le beau 4x4 marqué "la Drôme" qui l'attend au col de Sonnaize sous un cytise en fleur.

Bien sûr nous trouvons des fleurs en route, de la mélisse, des sceaux de Salomon, des raiponces, et aussi quelques orchidées, de celles que nous voyons déjà depuis quelques semaines et qui commencent à faner. J'en parlerai plus tard ...

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons poursuivi par le Pas du Loup, 810 mètres. Là le chemin est très rocheux, et comme il bruine maintenant avec régularité et constance, ça glisse. Attention au loup ! Est-ce lui qui se cache sous une cape noire, derrière les petits chênes ?

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Par petits groupes nous gagnons la plate-forme juste au col. De là on peut découvrir le vallon de Saint Genys là juste en bas, et les falaises du Vercors. C'est un panorama impressionnant, légèrement voilé par un rideau de brume.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous sommes à quelques mètres de l'entrée de la grotte des Ussets et il est presque midi. Est-ce un endroit où nous pourrions nous mettre au sec pour le pique-nique ? Non, elle est trop petite ... Alors nous ne regrettons pas d'avoir manqué son accès, un étroit chemin escarpé difficilement praticable pour nous tous aujourd'hui.

Avez-vous remarqué qu'Hubert est avec nous, dans le groupe de tête ? Il n'a pas marché pendant trois ans et aujourd'hui avec sa cheville et son genou remis à neuf, il a retrouvé sa bonne humeur, et nous aussi. Quel plaisir d'entendre sa voix, chansons, sourires et humour bien particulier ... Son retour nous ravi !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Les garçons qui agitez les bras, attendez un peu, il faut faire un regroupement. Sous un cytise c'est parfait.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Après une descente est en forte pente glissante nous arrivons dans une prairie où les orchidées sont très nombreuses : orchis pourpres et pyramidaux, ophrys bourdon et de la Drôme, il y en a partout et tant ...

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres
MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Pique-nique et photo de groupe, heureusement redressée par Alféo. Merci !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Nous avons continué vers l'est et le fond du vallon, en-dessous du Pas de la Pierre, 1165 mètres, en nous limitant au col des Tourniers, 746 mètres. Je ne pense pas que ce soit par ce sentier que nous sommes passés il y a quelques années pour arriver au pas de la Pierre, nous devions venir du sud.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Ce sont des souvenirs qui donnent un peu le vertige ... et la lecture des panneaux épuise : c'est en 1.6 kilomètre que l'on grimpe les 420 mètres de dénivelé. Pas prévu au programme du jour : ouf !

Nous sommes redescendus par Champ Rians dans le ravin des Tourniers. Au loin la cluse de Beauregard Baret.

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres

Et en chemin des fleurs bleues. Nous avons traversé la Combe, la cluse et sommes revenus au village où nous attendait le Suisse d'Elisabeth. Un vrai régal ! Elle avait aussi apporté des biscuits, des fois que le Suisse ne soit pas bon ... Il était excellent, et nous avons aussi fini les bixcuits. Bonne opportunité d'avoir oublié de les emmener pour ta réunion hier soir !

MGM - Col de Sonnaize, 12 kilomètres, dénivelé 450 mètres
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 20:36

Superbe randonnée dans le Haut-Diois à la recherche des pivoines sauvages.

Oui, ces somptueuses fleurs se montrent en cette fin mai, au-dessus de 1400 mètres, sur les flancs de la montagne de Praloubeau. Somptueuses mais simples, elles ont l'air de s'adapter à tout : à l'ombre des sous-bois ou au plein soleil et au vent sur la crête, pelouse rase ou cailloux, et aussi sur des pentes en forte déclivité, là où il n'est pas facile de les atteindre.

Voici en un diaporama les impressions que j'ai captées. Il faut cliquer au milieu, à droite ou a gauche pour accéder à l'image suivante.

MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères
MGM - Les pivoines de Jonchères

Nous avons, Michel et moi quitté le chemin aussi souvent que possible pour aller les voir de près sur des pentes pas bien accessibles. Nous nous sommes fait griffer par des genets et bien d'autres feuillages ou branchages. C'est le prix qu'il faut payer pour ramener des images de près.

Amateurs de pivoines, il faut vous dépêcher, elles ne se montreront pas encore bien longtemps, il y a encore des boutons mais aussi des fleurs fanées, "défleuries" comme on dit dans la Drôme !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Flore
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 22:38

Le temps était gris et le mistral très présent mardi matin à l'heure du rendez-vous. Alféo nous avait dit que la météo nous serait favorable vers Saint Nazaire le Désert, et il avait raison !

Pour rejoindre le point de départ, il faut prendre la route qui remonte la Drôme, au pont d'Espenel traverser et remonter la Roanne jusqu'au pas du Loup, et continuer sur la D135 quelques centaines de mètres pour laisser les voitures au parking des carrières des Suzettes.

De là, parce que marcher sur du goudron est plus facile le matin on redescend à pied un peu après le pas du Loup.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

On finit par arriver à la piste forestière (c'est la première le long de la route) qui monte en décrivant de nombreux lacets. En haut sur notre droite le col de la Batie, qu'Alféo a gravi depuis bien longtemps.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

J'ai écrit, il y a quelques semaines, qu'il avait franchi 700 cols drômois ... J'étais loin du compte, maintenant il ne lui en manque que 7 pour arriver à 800 ! C'est fou le nombre de passages qu'il y a entre deux montagnes en Drôme. C'est également fou le nombre de montagnes que nous avons !

Pour le moment Alféo nous dit qu'il y a deux mines de calamine sur les pentes de cette montagne que nous montons. Des mines de calamines ? J'ai vraiment eu l'impression que nous pensions tous que c'était seulement dans les moteurs encrassés qu'on trouvait ça ... Eh bien, non ! Mes recherches m'ont appris que la calamine est du silicate hydraté naturel de zinc ... il y a bien longtemps que ce type de mots ne me dit rien, mais voici une information plus compréhensible : c'est un minerai de zinc ! Et voilà, je ne pouvais garder ça pour moi seule !

Tout en devisant nous voici arrivés au col de la Batie, un passage qui était, il y a fort longtemps, tenu et contrôlé par un fortin dont il ne reste plus rien.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Nous avons quitté la piste et pris un sentier face à la Servelle, célèbre sommet du Diois, là, juste en face de nous devant le soleil. Il dégringole rapidement; avec des pommes de pin sèches qui s'alignent en chapelet dans son creux. Attention, il faut les éviter car elles roulent sous les pieds et nous entraîneraient.

Nous arrivons à un grand champ de céréales qui coupe l'itinéraire qu'Alféo a enregistré sur son GPS. Un poteau porte une flèche vers la gauche, il faut la suivre et respecter le paysan et son champ ...

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Suivons Francine qui a encore pris de l'avance.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

En contournons les champs nous finissons par retrouver l'itinéraire initial (dans les temps anciens du 20ème siècle, alors qu'on fonctionnait avec des cartes et des fiches papier, et des itinéraires identifiés par des numéros, nous avons démarré sur celui qui portait le n° 56, puis pris le n° 102 que nous allons suivre pendant encore quelques kilomètres), pas pour longtemps, des arbres abattus au milieu de la liste nous égarent un peu et enfin le récupérons ...

En face de nous une ferme est juchée au sommet d'un mamelon. Elle doit être exposée à tous les vents, et en particulier aujourd'hui alors que le mistral poussent des nuages, petites et gros, blancs et gris foncés, là-haut dans le ciel. Mais entre eux il y a de grands lambeaux de ciel bleu.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Tout au fond nous apercevons, entre les arbres un ruisseau, la Brette.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

et c'est vraiment la belle découverte de ce jour, ce ruisseau qui file, saute et jaillit dans des cuvettes là où il prend cette si belle couleur verte des rivières sauvages de la Drôme., Des truites et des truitelles surprises par notre approche un peu bruyante se cachent rapidement sous des rochers.

En voici un que les messieurs jugent parfait pour la photo de groupe.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Oh, Michel, c'est à peine si on te voit derrière moi. Heureusement que tu l'avais prévu.

Un passage à gué un peu plus loin, l'eau dans les chaussettes c'est sur option et finalement beaucoup ne l'ont pas choisie

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Marcher le long de cette rivière, entre les deux falaises dodues qui la borde est si agréable que nous aurions pu continuer longtemps. nous voici déjà au gour, Des cuvettes avec d'étroits goulets d'où l'eau jaillit dans une autre, de grandes pierres plates, plus nombreuses sont celles en pente, le soleil qui brille ... quel est l'endroit assez grand et plat qui va plaire à tous ?

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Sous des arbres, les pieds à fleur d'eau nous voici bien installés pour le pique-nique.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

C'est sûrement parce qu'il est encore trop tôt pour mettre les pieds dans l'eau que nous sommes repartis assez vite.

Il faut traverser la route, prendre le chemin vertical qui est bien marqué de flèches jaunes, c'est juste deux mètres d'escalade !

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Le chemin coupe les lacets de la D135 que nous rejoignons juste un peu avant le col des Guillens.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Et maintenant il ne reste plus qu'à redescendre aux carrières des Suzettes en passant par Pied Leytra et BlaÏ.

Nous avons sans trop de peine, grimpé un dénivelé de 200 mètres après le déjeuner, descendu assez vite et sommes revenus aux voitures tôt, ce qui nous a donné tout le temps souhaité pour savourer le gâteau de Nadine et Michel, en l'honneur de leur petite fille Elaïa déjà âgée de 8 jours !

Dernier paysage de la commune de Saint Nazaire le Désert, avec coquelicots.

MGM - entre Roanne et Brette, 13.5 km, dénivelé 550 mètres

Des fleurs ? Oui, il y en a eues, qui feront l'objet d'un article flore spécial.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 16:39

Pas très simple la remise en place du voyage à Kerkennah, mais nous finirons bien par y arriver et à partir en octobre 2015 !

En attendant voici quelques photos souvenirs du voyage que nous y avions fait en 2005.

Voici le Grand Hôtel au bord de la plage. Le paysage est superbe depuis les fenêtres de l'hôtel et invite à un bain avant le petit déjeuner. L'eau reste peu profonde jusque bien loin, aller le vérifier est une excellente façon de se réveiller.

Les voyages de Saoû chante Mozart

Le port d'un des villages que l'on découvre au cours de la visite des îles ... Heureusement que nous allons y retourner, ça me permettra d'être plus précise dans mes informations !

Les voyages de Saoû chante Mozart

Nous irons ensuite à Lucerne, en Suisse du 25 au 27 novembre 2015, pour le festival de piano où des interprètes de renommée internationale nous ferons entendre des œuvres depuis l'époque baroque jusqu'au début du 20ème siècle, de Bach à Szymanowski et Bartok en passant bien sûr par Mozart.

Nous en profiterons pour visiter la ville et sa région.

photo wikipedia

photo wikipedia

Puis nous irons à Londres écouter le 11 février 2016 une Flûte enchantée de Mozart autour de laquelle nous bâtirons un séjour de découverte de la ville du 21ème siècle qui me fascine tant par son dynamisme, mais aussi par son absence de schéma directeur qui fait côtoyer et presque engloutir des immeubles historiques à la belle architecture classique de Wren ou des néogothiques de la reine Victoria par des tours aux formes les plus incroyables ...

Les voyages de Saoû chante Mozart

Toujours en 2016, nous irons voir le printemps de l’Europe centrale et écouter des œuvres de Mozart à Dresde, pour finir par un voyage à la saison des vendanges à Rovereto, la ville jumelle de Saoû où Mozart fit étape trois fois pendant ses voyages en Italie ...

Nous avons aussi des suggestions pour 2017. Mais il faut y mettre de l'ordre et attendre des programmes !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Voyages musicaux
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:29

Jeudi de l'Ascension, journée idéale pour aller voir, Camille et moi ce qui pousse sur le plateau d'Ambel !

Il ne fait pas chaud, du brouillard nappe le pied du Vercors et les falaises autour de la route du col de Limouche.

Belle surprise, dès que nous sommes arrivés sur le plateau, le soleil brille. Je dis belle surprise, mais c'est souvent que les nuages et le brouillard stagnent sur la pente, collés aux rochers.

La Vacherie, Léoncel où des échafaudages entourent l'abbaye. Dommage pour les nombreux visiteurs qui ne la verront pas sous son meilleur profil, mais il faut bien l'entretenir.

Le chalet du Grand Echaillon où nous pensions nous régaler d'une assiette de spécialités drômoises est fermé pour travaux et ne sera ré-ouvert qu'en décembre. C'est une bonne nouvelle, il se disait que les exploitants ne pouvaient pas supporter le coût de la mise aux normes et que ça allait fermer ... Mes copines de marche apprécieront bien, même si elles doivent se passer de café gourmand ou de glace bio cet été en fin de randonnée !

Contrairement au panneau "col de la Bataille fermé" à la sortie de Peyrus le tunnel est ouvert. Quel endroit impressionnant à plus de 1300 mètres d'altitude avec les deux a-pics de part et d'autre !

Flore du plateau d'Ambel

Nous sommes allés jusqu'aux chalets de Gardiol et de là sommes partis vers le chalet d'Ambel.

Un grand rapace survolait les sommets du Roc de Toulaud. Sûrement un aigle puisqu'il était solitaire, les vautours sont toujours en groupe.

Flore du plateau d'Ambel

Sous les hêtres de la forêt des jonquilles étaient encore en fleur. Elles m'ont paru bien tardive. Mais nous sommes à presque 1200 mètres, il doit encore geler la nuit.

Flore du plateau d'Ambel

Après avoir quitté les bois ce sont des narcisses que nous avons trouvés, très dispersés.

Flore du plateau d'Ambel

Les bugles rampants sont beaucoup plus nombreux !

Flore du plateau d'Ambel Flore du plateau d'Ambel

Depuis le chemin qui passe sous les hêtres on voit le chalet d'Ambel, refuge pour les grands marcheurs qui passent des nuits dans la montagne.

Flore du plateau d'Ambel

Et voici une orchidée qui m'intrigue. Superbe, rose intense, labelle non découpé et gros éperon. Elle m'a donné du mal pour l'identifier parmi les 76 espèces roses fleuries en mai que mentionne le site "flore Alpes". En fait je ne l'ai pas trouvée ! Je pense que c'est un hybride de l'orchis sureau.

Flore du plateau d'Ambel

Car finalement il y a en un peu partout des orchis sureau, des beige et des roses. Très trapu, labelle trilobé, taché de points roses, et le grand éperon à l'arrière, sa tige est assez courte, et la fleur domine à peine la prairie.

Flore du plateau d'Ambel Flore du plateau d'Ambel
Flore du plateau d'Ambel

Il faut dire que des fleurs, il y en a vraiment beaucoup, surtout des pâquerettes et des fleurs de pissenlit dont les couleurs illuminent le paysage.

Flore du plateau d'Ambel

nous sommes allés faire un tour jusqu'à l'orée de la forêt qui embaume l'ail des ours. Il y en a tant que ça parfume tout le sous-bois.

Petite halte et nous revenons vers Gardiol, en passant à côté d'un hêtre récemment déraciné. Le géant git la tête encore coiffée de jeunes feuilles, à côté de ses frères, Est-ce une tempête qui l'a abattu ?

Flore du plateau d'Ambel

C'est avec des anémones que nous avons fini notre récolte botanique du jour. L'anémone des sous-bois, blanche, que nous connaissons depuis notre tendre enfance, et l'anémone fausse renoncule, jaune qui semble presque aussi commune, cependant elle ne fait pas partie de mes souvenirs d'enfance.

Flore du plateau d'Ambel
Flore du plateau d'Ambel
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Flore
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 18:53

Avant même que nous démarrions vraiment notre randonnée j'ai trouvé des orchis pyramidaux. qui s'ouvrent à peine, voici celui qui montre le mieux ses fleurs rose indien. On ne distingue pas bien les sépales ni les tépales. Par contre le labelle tripartite est très net, tout comme l'éperon filiforme ... A suivre durant les prochaines sorties pour une meilleure approche..

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

La rencontre suivante fut celle d'orchis militaires. J'en ai déjà parlé (orchidées du vallon de Saint Genis) mais ils n'étaient pas en défilé comme ceux-là. Les voici bien en rang :

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

En sous-bois est-ce un orchis à deux feuilles (platanthera bifolia) ou un orchis verdâtre ? Facile de les confondre quand on sait que seules les l'épaisseur de l'éperon et la disposition des anthères les distinguent. Et d'abord que sont les anthères que j'aurais dû regarder ? La partie supérieure des étamines, renflée, contenant deux loges polliniques ... Je ne savais même pas que ça existait.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

On voit bien les fleurs blanches en épi lâche, le long éperon horizontal, les sépales externes étalés et le labelle verdâtre. nous regarderons la prochaine fois les anthères ! Mais alors nous n'aurons sûrement pas les deux espèces pour savoir qui est quoi.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

La semaine dernière un céphalanthère blanc avait mobilisé toute notre attention. En voici un autre, beige, de la variété céphalanthère de Damas, avec les fleurs en épi lâche beaucoup plus grosses que celle du blanc.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

On peut ainsi la voir de plus près, et en particulier son si petit labelle jaune. Les céphalanthères font partie de la catégorie des orchidées que je qualifie de discrètes.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Encore plus discrète, voici la listère ovale.ou grande listère. Ses fleurs sont en épi lâche, vertes, et petites.Elle pousse dans les sous-bois sombres. On a toutes les chances de passer à côté sans la distinguer des brins d'herbe. Il faut regarder attentivement les feuilles pour la distinguer. Les siennes sont presque à ras de terre et bien larges, entières.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

En regardant bien la fleur, on voit les sépales disposés en casque et le labelle bilobé.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Dans les orchidées bizarres et discrètes voici la néottie nid d'oiseau qui pousse elle aussi dans les bois sombres. Ses fleurs et ses feuilles n'ont pas de couleur, elles vivent sans chlorophylle. Elle parasite des champignons par l'intermédiaire desquels elle tire ce dont elle a besoin du sol.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Ses fleurs sont presque rondes, les sépales constituent le casque et le labelle est marron et bilobé. Vous ne voyez pas bien ? Moi non plus sur ces photos. Il faudra que j'y revienne.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Et voici un orchis superbe, sous-espèce de l'orchis mâle. Ses feuilles mouchetées de pourpre, et les sépales s'avançant sont les deux éléments d'identification.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Donc ses sépales se portent vers l'avant. Son labelle est divisé en 3 lobes aux bords dentelés ou crénelés. La partie centrale est plus longue que les lobes latéraux.

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Nous avons vu des champs entiers, ou presque d'orchis provençaux que je disais rares la semaine dernière. En fait les variétés sont très localisées, et peuvent pousser en grand nombre lorsqu'elles ont trouvé un endroit qui leur convient.

Je vais finir ma chronique par un splendide ophrys araignée, au corps plein de poils ....

Orchidées de Mornans et du Serre Antoine

Pas de doute, il n'y a pas trace d'un liseré plus clair, c'est bien le type araignée !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Flore
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 15:03

Marianne assure l’intérim de Josette. Cet accord a été scellé une semaine plus tôt, ça lui a laissé le temps nécessaire à la consultation de ses notes et au choix d’une destination : Mornans et le Serre Antoine, tout près du flanc sud du massif de la Forêt de Saoû. Je n’y suis jamais allée, donc ça me va parfaitement !

Attention, le parking des randonneurs est en-dessous du village. Si, comme nous, vous ne l’avez pas vu et que vous êtes montés jusqu’à la mairie, là où les parkings sont privés, vous trouverez sans doute quelqu’un pour vous expliquer avec force détails ce qu’est un parking privé et où est celui qui nous est destiné. Pas d’objection qui tienne !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Les chauffeurs ont repris leurs voitures, les passagers le chemin préconisé. Et c’était très bien car sur les pelouses sèches que nous avons longées j’ai trouvé mon premier orchis pyramidal et des fleurs de salsifis. Parmi les huit espèces aux fleurs jaunes, roses et rouges je pense que ce sont des salsifis blancs à capitule (oui, ce que l’on nomme couramment fleur mais qui en est tout un ensemble) rose et pour le jaunes, des salsifis des près. Je me rappelle que ma mère nous faisait des omelettes avec les boutons : vieux souvenirs !

MGM - Mornans, Serre AntoineMGM - Mornans, Serre Antoine
MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous avons pris la petite route goudronnée très ensoleillée, pendant longtemps, jusqu’à la dernière maison presque dans la montagne.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Passé cet endroit habité le chemin n'a pas dû changer depuis longtemps, empierré et bordé d’arbres qui nous donnent l’ombre souhaitée.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous passons les ruines d’une ferme et descendons jusqu’au ruisseau qui chante au creux de la combe. Quelques ancolies fleurissent sur ses rives.

MGM - Mornans, Serre Antoine

On saute et on remonte dans la forêt sombre. Il faut observer attentivement les feuillages pour découvrir quelques listères ovales en parfaite tenue de camouflage, et les néotties nid-d’oiseau, étranges fleurs de la famille des orchidées pour lesquelles je ferai une chronique flore.

Les yeux tellement rivés au sol pour y voir toutes les orchidées possibles, et qu'il y en a, je n'ai pas vu le marronnier ni les lilas à côté des ruines d'une ferme. Les ruines, oui, je les ai vues ainsi que des iris superbes.

Au dessus de la forêt dans la prairie nous trouvons des céphalanthères de Damas et surtout la chaîne sud de la Forêt de Saoû, du grand Pomerolle jusqu'au Pas de Jossau.

Nous arrivons à un carrefour de chemins que je connais. En allant aux Trois Becs depuis le Barry on passe ici ! Et le Serre Antoine est lmaintenant derrière nous. Le contourner comme nous l'avons fait change tout !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous continuons jusqu'au gite de Fonderesse, et trouvons au-dessus un bel endroit pour pique-niquer à l'ombre de sapins dans une prairie ceinte d'une clôture électrique. La porte est fermée, refermonslà après notre passage.

Quelques souffles d'air font naître et s'envoler de petits nuages de pollen des fleurs de sapin. Quatre chevaux arrivent peu à peu vers nous. Un est carrément curieux et arrive jusqu'à nous, accepte des caresses, inspectent nos sacs et nos boites, ne veut pas manger de pain ni de biscuits. L'herbe doit être si bonne par là !

MGM - Mornans, Serre Antoine

Leurs naseaux sont jaunes de pollen, et ils éternuent de temps en temps. Combien sont-ils ? Quatre, six, plus ceux qui sont cachés par les arbres, et que l'on n'aperçoit que maintenant, c'est un vrai troupeau animé des meilleures intentions. Mais qui se demandent ce que nous faisons chez eux ... Ils s'approchent plus nombreux, nous examinent mine de rien.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Des photos, encore une, à plat ventre pour voir la montagne de Gourdon entre les pattes.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Mais à vrai dire, certaines d'entre nous les trouvent un peu trop présents. Alors nous nous disons qu'ils sont chez eux, et pas nous ... ils nous ont courtoisement raccompagnés jusqu'à la porte et nous sommes repartis sur le versant très ensoleillé du Serre Antoine, par le chemin marqué en jaune sur la carte.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Nous marchons au-dessus de marnes, ces terres blanches très enchevêtrées à nos pieds. Je trouve que c'est très impressionnant. Ça me semble être assez instable, presque mouvant, travaillé par les eaux et le vent.

MGM - Mornans, Serre Antoine

La montagne de Gourdon se fond avec le Grand Delmas. Derrière nous la Roche Rousse et le Veyou dominent le paysage de leurs 1432 et 1589 mètres d'altitude.

Et en face la Tour de Bézaudun est un repère aussi incontournable que les sommets autour de nous.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Ici a commencé une grande promenade botanique dans des champs d'orchidées de différentes variétés, chacune ayant son territoire.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Ça a donné des ailes à Francine que nous n'avons plus vue jusqu'à un carrefour au choix multiple. Donc pas de Francine sur la photo collective.

MGM - Mornans, Serre Antoine

Maintenant nous sommes descendus jusqu'à la combe de la Garde, où nous avons marqué une pause avant de continuer par la petite route.

MGM - Mornans, Serre Antoine

et avons rejoint rapidement la place centrale de Mornans. Les messieurs du matin y étaient un peu plus accueillants, et même prêts à nous montrer tous les charmes de leur village, des gites et des bungalows très agréable pour y passer un été !

C'est trop pour nous, une belle journée nous va parfaitement.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 14:56

La randonnée de Pontaix à Vachères en Quint s'est terminée sur la plate-forme du château de Pontaix qui domine la vallée de la Drôme.

MGM - visite de Pontaix

Et là a commencé la visite des lieux les plus emblématiques de l'histoire de ce village.

D'abord le château.

Depuis le 12ème siècle qu'il en impose sur son rocher, il ne reste plus que les ruines du donjon. Perché en haut d'un endroit stratégique, le passage resserré de la Drôme il contrôlait la route du Diois. Son histoire a dû être belliqueuse mais je n'ai pas retrouvé d'archives.

L'habitat dispersé dans la vallée depuis l'époque gallo-romaine s'est regroupé autour du château, à l'abri de son enceinte dès la construction de la forteresse.

MGM - visite de Pontaix

Le calvinisme s'y introduisit dès son élaboration au 16ème siècle. Les guerres de religion n'épargnèrent pas le village qui fut pris par les protestants dès 1574.

C'est aussi au 16ème siècle que le château commença a tomber en ruine. Corrélation ?

MGM - visite de Pontaix

En fait, nous grillons d'impatience d'aller voir la cascade que nous avons découverte à l'émission de TV Des racines et des ailes et qui ressemblait si peu au souvenir que j'avais gardé. Nous quittons le château par un sentier qui descend jusque dans le village.

Il faut alors passer dans une étroite ruelle entre deux maisons qui n'ont plus d'âge depuis longtemps (12ème siècle ?), franchir une porte de pierre, longer de vieux jardins pour voir une cascade assez haute puis entre des rochers couler le ruisseau qu'il nous faut sauter ... même Claudie avec sa hanche toute neuve.

MGM - visite de Pontaix

Et on continue ... Ah ! parce que ce n'est pas ça la cascade ?

On prend le chemin qui monte vers la falaise en face de nous, on arrive sur une étroite corniche creusée dans le rocher. Il faut bien se courber pour passer, attention de l'eau goutte du plafond et ça glisse. Heureusement il y a une rampe métallique pour se tenir.

MGM - visite de Pontaix

On commence à apercevoir une double cascade un peu en amont. Avec de belles vasques où tombe une eau très claire, verte comme l'eau de la Drôme. Elles sont merveilleuses nos rivières !

MGM - visite de Pontaix

Attention Michel, ça glisse les pierres humides, et même si l'eau est tentante, elle doit encore être froide !

MGM - visite de Pontaix

Une baignade ici doit être une façon séduisante de terminer une rando d'été. Il nous faudra donc attendre quelques mois.

Pour le moment ce qui nous attend c'est la visite du temple, le bâtiment qui a une si belle façade sur la Drôme avec ses deux fenêtres à bretèches (logettes à mâchicoulis).

photo wikipedia

photo wikipedia

C'était la chapelle funéraire des seigneurs du château,construite dans le mur de défense du village.la rive droite de la seule rivière européenne libre de tout barrage depuis le 12ème siècle.

Lorsque le village et sa forteresse furent pris par les calvinistes elle devint temple, et assez rapidement le pasteur ordonna de cacher toutes les fresques si peu protestantes ! Trop de dessins, trop de couleurs, et la Vierge ...

MGM - visite de Pontaix

Sur le mur derrière l'autel une grande crucifixion à seulement trois personnages date du 14ème siècle.

L'arc qui l'encadre est décoré de quatre anges dans des médaillons.

MGM - visite de PontaixMGM - visite de Pontaix

A droite de l'autel un austère Christ rayonnant date du 13ème siècle. Austère ? Peut-être pas, mais rare sûrement.

MGM - visite de Pontaix

Enfin une litre funéraire fait le tour de l'église. C'est la large bande noire qui porte les blasons des seigneurs défunts. Elle participe à la solennité des funérailles. La plupart des armoiries ont été effacées, mais il en reste quelques unes, mieux cachées à l'époque de l'effaçage ?

MGM - visite de Pontaix
MGM - visite de Pontaix
MGM - visite de Pontaix

L'histoire du temple est tumultueuse, tantôt église ou temple, il l'est resté depuis le concordat de 1803. Elle est l'illustration des conflits qui meurtrirent le Dauphiné depuis le 16ème siècle, combats, exils, emprisonnements, exécutions ... dont les cicatrices sont parfois encore sensibles. Dans notre groupe, l'apaisement semble avoir été atteint et ces évènements passés rangés dans la catégorie Histoire.

Et le gâteau de Martine scelle l'union des randonneurs ... après avoir traversé le village aux ruelles médiévales où elle retrouve ici ou là une personne qui a aussi quelque trésor à montrer parfois beaucoup plus vieux. Une pierre romaine par exemple incluse dans une façade !

MGM - visite de Pontaix

Merci à Martine et Alain et à vos amis Pontaisons pour cette journée !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 20:36

Martine et Alain nous ont organisé une grande journée à Pontaix, le pays de Martine. Ils vont nous montrer leur pays, accompagnée de quelques membres de leur famille et d'amis marcheurs qui vont nous guider dans la randonnée puis dans la visite du village.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Départ de la rive droite de la Drôme, après avoir traversé le village aux rues encore médiévales.

C'est à dire pas vraiment adaptées à la circulation du 21ème siècle. D'ailleurs des volets sont tous griffés par les rétroviseurs de camions qui arrivent à passer malgré tout.

Nous partons du Colombier vers le collet des Croisières. Peu à peu le chemin qui monte à travers les vignes nous permet d'embrasser la vue de la vallée.

A l'Ouest le village que nous avons laissé et dont nous apercevons les toits de tuiles romaines,

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

à l'est au premier plan les montagnes qui nous cachent l'abbaye de Sainte Croix dont nous pourrons visiter le jardin en revenant, puis celles qui entourent Die.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Nous sommes dans un pays de cabanes des vignes qui plaisent tant à Josette. Elle décide aujourd'hui de voir celles qui lui vont le mieux ! Au teint ou au cœur ?

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Je crois que la première, parfaitement entretenue, a un compteur électrique et une boite à lettres anachroniques. La seconde n'a sûrement pas ce défaut, mais pas beaucoup de qualités non plus. Quant à la troisième elle semble être un coup de foudre ... mais ce n'est pas vraiment un cabanon !

Au cours de cette recherche de l'idéal nous sommes entrés, au collet des Croisières dans la forêt de Saint Genix.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Il y en a tant des lieux qui s'appellent Saint Genix, ici une forêt, bien au-dessus de nous le But de Saint Genix assez pelé, très minéral, mais qui nous fait rêver de performances, et la semaine dernière un vallon à l'est de Rochefort-Samson, c'est à dire bien loin d'ici. Ont-ils tous appartenu à une abbaye dédiée à un saint Genix ? Pour quelles raisons portent-ils tous ce même nom ? Et la brioche aux pralines que vient-elle faire dans tout ça ? Pas de réponse possible aujourd'hui ...

Direction Col de Vachères. Ça monte bien, et à priori nous allons faire un dénivelé supérieur aux 200 mètres que Martine et Josette nous ont annoncés.

On souffle au col de Vachères, et on pose pour une ou deux photos. Claudie et Michel sont délicieusement assortis au vert des bois et des fourrés et se voient de loin.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Il y a des orchidées tout au long de notre itinéraire ... Je ne reviendrai pas sur les ophrys petites araignées et mouches, sur les orchis pourpres, hommes pendus, et militaires développés la semaine dernière.

Mais voici un orchis militaire hypochrome, tout blanc, qui mérite qu'on s'arrête un peu devant lui, au bord du chemin et que je le nomme dans mon article.

Derrière, on en aperçoit un normalement rose.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Entre les montagnes le Ruisseau de Vachères a creusé un vallon profond qui oblige à un long détour vers l'ouest avant d'arriver au village, une toute petite commune rurale et montagnarde de 30 habitants que l'on aperçoit longtemps avant d'y arriver.

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Les habitants y pratiquent l'élevage de bovins, caprins et ovins pour leur viande et pour la fabrication de fromages. Ils produisent également des plantes aromatiques pour la fabrication d'huiles essentielles si prisées par les laboratoires.

Nous avons pique-niqué devant la mairie, entre la fontaine et la table des marcheurs, en face de la fromagerie de Jean-Lou et Danièle où nous avons pu acheter des petits fromages de lait de brebis "rainurés" ...

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Nous sommes repartis sur l'autre versant du vallon par le Prat des Rots et Sauvagnon jusqu'au Champ du Seigneur. Là nous avons laissé la direction Saint Croix (ne marcherions-nous pas assez vite pour tout le programme annoncé ?) pour prendre à droite un chemin des autochtones, non balisé.

Heureusement car voici une petite nouvelle qui deviendra grande, une céphalanthère blanche qui s'ouvre juste. Inflorescence lâche de 4 à 12 fleurs en forme de clochettes, et des feuilles le long de la tige.

Michel trouve qu'elle mérite qu'on se mette à plat ventre à travers le sentier pour la photographier correctement. Tant pis pour ceux qui sont derrière !

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de déniveléMGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

C'est encore une orchidée, bien que très différente de celles que nous avons vues depuis le début de la saison. Le labelle est petit et orangé caché par le casque formé par les sépales externes.

Michel me dit ses déceptions lorsqu'il regarde ses photos de plantes, quand seul le fond est net ... Je connais bien le problème, il me faut prendre tant de clichés pour avoir le réglage souhaité ... Mais pourtant tu as une fonction macro ; regarde bien ton écran, lorsque tu y vois une fleur clique droit et le réglage est bon. On recommence ? Non, on rattrape les autres.

Après avoir rejoint le groupe, c'est en haut d'un talus devant un ophrys petite araignée que nous avons renouvelé nos essais ... Et Alféo regardant mon appareil y a découvert la fonction macro. Allez, on essaie, et on recommence, encore et encore ... Et il nous a fallu plus d'un quart d'heure pour recoller avec les autres. Mais nous sommes plutôt satisfaits de ce que nous sommes arrivés à trouver à trois sur ces petites machines automatiques ! Finalement, c'est comme les ordinateurs, on a toujours quelques chose à prendre et à apporter aux personnes à côté de nous !

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé

Juste avant le village de Pontaix, voici une vigne de muscat ou de clairette au premier et derrière, l'abbaye de Sainte Croix que nous avons presque visitée avec l'émission des Racines et des Ailes à la TV fin mars.

Nous nous séparons de quelques uns des Pontaissous qui nous ont accompagnés en les remerciant bien et filons vers les ruines du château médiéval pour commencer la visite guidée de Pontaix, qui fut un village perché au-dessus de la Drôme..

MGM - Pontaix, Vachères en Quint 12 kilomètres, 500 mètres de dénivelé
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Randonnées
commenter cet article