Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 11:57
MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Ce mardi a été une si belle journée, et la randonnée menée par Michel dans son pays de Saillans si agréable que je reprends la plume, ou plutôt le clavier ! Josette est absente pour quelques jours et a confié la mission de guide à  des intérimaires qui prennent très au sérieux leur rôle.

L'itinéraire est décrit sur le site que Michel nous a envoyé :

https://www.google.fr/#q=le+tour+de+chabrier+saillans

Sur place il est référencé sous le n° 127.

Il faut absolument se retourner avant le sous-bois, le paysage des Trois Becs est d'ici merveilleux. Si vert après les trombes d'eau qui sont tombées la semaine dernière.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Première plante intéressante en sous-bois, une aristoloche. Mes photos ne sont pas bien nettes alors j'en ai emprunté une sur internet que je vais mettre après m'être rappelé que ce n'est que la seconde fois que nous en voyons. Pensée pour Régine qui avait découvert la première vers Condorcet ...

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Le chemin s'élève en dehors des arbres et voici derrière nous l'ouest du massif de la Forêt de Saoû, et aussi le plateau où les cabanons des vignes sont très nombreux. Chaque viticulteur en avait un il y a quelques décennies.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Le chemin monte régulièrement et presque sans discontinuer. Aussi lorsque nous atteignons un replat nous l'apprécions beaucoup. D'autant qu'ici il traverse une forêt de buis que les pyrales n'ont pas trouvés. Maintenant que nous avons des forêts dévastées, Mont Brian, Pas du Loup, nous regardons avec des yeux tendres ceux qui sont sains.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

C'est par là que j'ai trouvé un orchis à deux feuilles, crème, en épi lâche, pourvu de longs éperons horizontaux et d'un labelle fin et long ... A moins que ce soit un orchis verdâtre dont la seule différence est la disposition des loges polliniques ? Ah ! parce qu'il y a aussi ça à regarder ? Mais qu'est-ce que c'est ? je ne m'en sortirai jamais !

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Voici une grande clairière toute bleue couverte de touffes d'aphyllantes de Montpellier. Michel nous dit qu'autrefois ces pentes étaient couvertes de lavande, et que les murets que nous longeons régulièrement sont les restes de terrasses que les pins et les buis ont envahies depuis l'exode rural.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.
MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Il faut prendre à droite sur la route forestière, et un peu plus loin encore à droite sur le large chemin tout neuf qui monte sérieusement, mais pas longtemps. Nous cherchons l'ombre pour les pauses et les regroupements. Maintenant le soleil tape vraiment. On reprend un sentier avant d'arriver à la vieille ferme en cours de restauration, et voici un sous-bois parfait pour le pique-nique sous les petits chênes.

Quelques produits locaux sortent des sacs pour être partagés. Je n'oserais pas appeler ça du carburant, mais ... Bernard fait sauter les bouchons, et levons nos verres à ceux qui ont porté le muscat de Baume de Venise et le Côte du Rhône !

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Nous ne repartons qu'après la photo de groupe, et nous avons failli avoir aussi cette fois-ci une photo de croupes ...Certains ne voulaient pas et je ne suis pas allée assez vite avec ceux qui voulaient bien.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

L'itinéraire se poursuit sur le chemin de crêtes. Au nord nous découvrons les montagnes jusqu'au Roc de Touland.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

A l'est c'est le village d'Espenel qui occupe le creux des montagnes du Diois.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Entre rochers, pierres et buis il fait maintenant très chaud. C'est presque une journée de juillet, sans transition. Et nous rejoignons avec plaisir après les lacets sous le soleil ceux qui sont enfin sous les pins.

Il n'y a que Bernard qui a vu une étrange fleur qu'il me montre ; en photo bien sûr. Oh ! une orchidée bleue que je n'ai déjà vue que 2 fois, la première sur le rocher de Crussol, déjà passée, et la seconde dans le vallon de St Genis, encore en boutons. Elle est deux lacets plus hauts. J'ai de la chance, Bernard accepte de remonter pour me la montrer. Il y a justement pas mal de distance entre deux épingles à cheveux à cet endroit. Le limodore à feuilles avortées se mérite. Il n'a pas de feuilles au sol, elles sont réduites à des écailles le long de la tige. Et ses pétales ressemblent à une bouche ouverte pleine de dents (ça, c'est moi qui le pense !)

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.
MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Le sentier descend rapidement vers le bourg de Saillans où nous avons tôt fait de changer de chaussures pour aller au cabanon de Michel, dans les anciennes vignes de clairette qui sont devenues un champ d'orchidées.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.

Il a transformé le traditionnel cabanon des vignes familial en lieu d'accueil des copains où nous avons partagé le délicieux clafoutis bien frais.

Merci Michel et Nadine pour l'organisation de cette belle journée.

Bernard assurera sûrement l'intérim de la semaine prochaine et nous propose le Taillefer drômois. Bonne idée, il y a longtemps que nous n'y sommes pas allés.

MGM - Le tour de Chabrier de Saillans - 11 km dénivelé 530 mètres.
Repost 0
Published by Pierrette Filippi - dans Randonnées Couleurs de la Drôme
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 13:44
Les prairies bigarrées de fin juin

Les couleurs de la Drôme en ce moment ? Elles sont multiples et mélangées, emmêlées, et changent à chaque pas.

D'abord les orchidées rose pâle du Dauphiné. Le labelle et les pétales sont ornés de lignes courbes et de tirés légèrement plus foncés.

Les prairies bigarrées de fin juin
Les prairies bigarrées de fin juin
Les prairies bigarrées de fin juin

Le labelle et les sépales de l'orchis tridenté sont rose plus soutenu tachetés de points rose vif. Son casque composé de deux pétales et un sépale est rose indien. On voit bien que c'est du labelle découpé en trois parties que lui vient son nom.

Les prairies bigarrées de fin juin

Cet orchis plus grand, rose sombre, à fleurs clairsemées que j'ai eu la chance de saisir juste avant qu'il fane est peut-être bien un orchis peint ? A réexaminer en meilleur état !

Les prairies bigarrées de fin juin

Les orchidées, il faut un peu les chercher. En cette fin de juin, dans les herbages il y a tant et tant de fleurs qu'on ne sait où donner de la tête !

Rose et bleu, ce sont ici du sainfoin et des campanules.

Les prairies bigarrées de fin juin

Somptueux voici un gros bouquet bleu de véroniques.

Les prairies bigarrées de fin juin

Toujours bleus, les épis de raiponces.

Les prairies bigarrées de fin juin

Bleus mélangés se sont des sauges des prés avec des scabieuses

Les prairies bigarrées de fin juin

Là il y a tant de sauges qu'elles semblent avoir donné des reflets bleus aux herbes.

Les prairies bigarrées de fin juin

Mon livret "les fleurs" de Lipert/Podlech classe les scabieuses dans les fleurs roses ... non, définitivement elles sont bleues.

Les prairies bigarrées de fin juin

Il y a aussi des blanches comme les marguerites.

Les prairies bigarrées de fin juin

Décidément il y en a pour tous les goûts, avec une dominante pour les bleus. Mais il faut se dépêcher d'aller voir car les prairies sont coupées ces jours-ci, et sous peu il n'y aura plus que les bas-côtés qui seront fleuris.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 19:21
Avril en Drôme

Nous n'étions pas en Drôme les années précédentes et nous sommes d'autant plus séduits par les couleurs des paysages d'avril.

Les verts ne sont déjà plus si tendres et les colzas font de grands aplats jaunes. D'abord très striés de verts, ils sont jaune caca d'oie ...

Avril en Drôme

On peut voir en même temps des champs de ce jaune verdâtre acidulé, et d'autres déjà plus épanouis, plus pleins, jaune-canari ou cobalt.

Avril en Drôme

Que voici vus de plus près.

Avril en Drôme

Au jardin, ce n'est pas mon truc en ce moment le jaune, ça ne va pas avec le camaïeu de roses.

De très pâles tulipes,

Avril en Drôme
Avril en Drôme

une pivoine arbustive rose indien qui revient de loin (heureusement que je commence à laisser du temps aux végétaux pour constater leur état ; il y a deux ans je l'avais bien cru morte celle-ci ! )

Avril en Drôme

des tulipes aubergine que l'on dit "noires" ;

Avril en Drôme

une verte et blanche aux pétales délicatement découpés, ramenée de notre voyage d'automne au Portugal (j'avais craint qu'elles ne fleurissent pas, il a à peine gelé cet l'hiver) et la très flamboyante rouge, à l'ardeur tout à fait ibérique. Des pétales dansants, frisés, à franges ... Superbes et surprenantes !

Avril en Drôme

Il y a aussi des fleurs blanches au jardin, des iris, les préférés de Sophie, entourés d'un deutzia et d'une spirée.

Avril en Drôme

Il reste quelques si gracieuses fleurs du cognassier, les autres sont déjà de futurs fruits. Cet arbre qui était dans le jardin bien avant nous, est devenu beaucoup plus attachant depuis que Josette m'a raconté l'histoire des cognassiers de la Drôme. Ils y ont été implantés durant l'"ancien régime", ramenés d'Asie dans les cales des navires des expéditions de Bougainville, en fin du 18ème siècle. Alors nous veillons bien sur lui pour qu'il nous survive encore longtemps !

Avril en Drôme

Et il y a les glycines que nous ne nous lassons pas d'admirer, et les abeilles de butiner !

Avril en Drôme
Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 08:36

Pendant le salon de l'agriculture (fin février) la Drôme s'est illustrée en illuminant les stations de métro parisien.

Sous le soleil, une maison des vignes, le ciel bleu, des lavandes et des roches calcaires devaient faire rêver les voyageurs. D'autant plus que la Drôme est le département classé en tête, en France, de la production agricole bio.

La Drôme à Paris

Avec la très belle affiche de l'été dernier pour le festival de Saoû chante Mozart, les voyageurs parisiens savent que notre département a des qualités diverses qui le classent dans l'excellence.

Alors à bientôt chez nous, amis lecteurs !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:10
Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

C'est Renée qui m'a proposé d'aller visiter l'exposition Niki de Saint Phalle à Hauterives (Drôme des Collines).

Et quelle bonne idée elle a eue, nous avons passé une excellente journée ce 7 janvier, enfin jusqu'à 17 heures ...

Pendant la grande rétrospective Niki de Saint Phalle au Grand Palais à Paris, il y avait une exposition dans l'enceinte du musée du facteur Cheval. Surprenant, mais pourquoi pas ? Nous n'étions pas plus documentées que ça, ne savions pas ce que nous allions voir, et parfois c'est très bien.

Il fallait passer par l'entrée du Palais Idéal pour accéder à cette expo. Nous en avons abondamment profité pour faire le tour de cette étrange construction, foisonnante, complètement baroque, folle gageure d'un autodidacte.

Je n'étais pas venue depuis bien longtemps et ai pu ainsi constaté un changement considérable : depuis 1993 plusieurs campagnes de restauration ont permis la consolidation et le nettoyage du palais que le facteur Cheval a mis trente ans à construire (1879-1912). Et lui ont donné des couleurs. Les poussières enlevées, le gris unicolore a laissé place à de jolies teintes ocre, rosées, blanches, nacrées et verdâtres des mortiers d'origine . Quelle surprise !

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

La façade nord s'offre immédiatement aux regards, et c'est un peu dommage car c'est la partie que Ferdinand Cheval a construite en dernier, alors qu'il était en parfaite possession de ses techniques. C'est son Temple de la Nature, inspiré de la Génèse ; un bestiaire fourmille. On y reconnait des éléphants, des serpents, des gueules de mammifères. On peut y lire "Eve écoute les serpents trompeurs". Car un peu partout le facteur Cheval a introduit quelques devises et sentences, et des hommages qu'il s'adressait n'en recevant que peu de son entourage.

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

Nous sommes passées par la façade ouest, tellement rationnelle, structurée et idéaliste. Il réunit là toutes les religions et essaie de les faire cohabiter ainsi que les styles, et les cultures.

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)
Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

C'est la façade que j'aime le moins. Trop rationnelle dans ce monde baroque ?

Nous sommes passées dans une "grotte" où des réflexions et des rêves sont inscrits : "Trois fées de l'Orient viennent fraterniser avec l'Occident" est celle que je remarque le plus.

La terrasse est occupée par deux architectes des Beaux Arts qui préparent le prochain chantier de rénovation, nous passons à la façade est, celle des Géants que nous approchons sans hâte, les préservant pour la fin ou presque..

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

D'abord la Fontaine avec une faune et une flore extraordinaires. Il voulait organiser là une cascade, des ruisseaux et des bassins. Et aujourd'hui alors que nous sommes les seules visiteuses nous entendons bien de l'eau courir en dessous du Palais. Ici la devise que je préfère est "A la source de la vie j'ai puisé mon génie".

Nous essayons d'obtenir quelques renseignements sur la prochaine tranche de travaux, mais ce sont les fournisseurs d'échafaudage à qui nous nous sommes adressées, alors c'est juste l'emplacement qu'ils peuvent nous dire : la Grotte de Saint Amédée et de la Source de la Sagesse, à droite.

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)
Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

Et voici à gauche les Trois Géants, gardiens du Palais, César, Archimède et Vercingétorix. Je suis un peu déçue que ce soient les trois héros masculins de Cheval et non pas de grandes odalisques ... Pierrette, tu t'égares, nous ne sommes pas dans un monde de fantasmes, mais dans un monde idéal ... Au dessous nous pouvons lire : "sous la garde des trois Géants, j'ai placé l'Epopée des Humbles courbés sous le sillon".

Nous sommes passées assez rapidement devant la façade sud, le "Musée antideluvien", nous commencions à avoir froid

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

et nous venions de voir les photos et écrits fixés aux murs du jardin. C'est là l'exposition que nous sommes venues voir.

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)
Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

Des projets des sculptures que Niki de Saint Phalle a faites pour son "Jardin des Tarots" toscan et des textes expliquant les symboles.

C'est un peu modeste, et nous frisons la déception car maintenant nous avons l'onglée ! Heureusement en suivant ces cartes nous arrivons dans une grande salle ...

où nous est expliqué le Jardin des Tarots à Garavicchio (Toscane) en photos et commentaires.

Le lien que j'ai choisi est celui du site officiel où il y a abondance de photos et vidéos. J'ai choisi la version en français, ce n'est pas la seule.

Photo de photos, ce n'est pas très intéressant, et en plus il y a toujours un ou deux projecteurs qui se reflètent, alors il faut regarder le lien.

Il y avait également quelques objets fabriqués d'après les personnages des tarots dont la Justice doit être la vedette car elle y est sous plusieurs formes que je trouve très réussies.

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

L'influence qu'a exercée Joseph-Ferdinand Cheval sur cette sculptrice, que signale les informations de l'expo et le livre d'or du Palais devient évidente maintenant. Mais je pense aussi à Gaudi en voyant les matériaux utilisés, les céramiques, les mosaïques, les couleurs très vives, les formes bizarres et enfin à son mari Jean Tinguely dans les roues, les machines à eau ...

C'est dans les années 1950 que Niki de Saint Phalle avait découvert le Palais Idéal du facteur Cheval. Elle y était revenue plusieurs fois et l'avait fait découvrir à Jean Tinguely.

Bien avant, dans les années 1930 André Breton, Max Ernst, Pablo Picasso avaient reconnu le génie de son constructeur. Mais ce n'est qu'en 1969 qu'André Malraux fit classer le Palais Monument Historique et qu'il le qualifia de "seul exemple d'architecture de l'art naïf".

C'est dans la grande salle dédiée à la vie de l'artiste et à son oeuvre que l'on trouve ces informations et les réponses à toutes les questions ou presque que l'on ne manquait pas de se poser en visitant cet endroit il y a plus de 20 ans.

On y apprend que dès 1902 des photos montrant le Palais et son architecte furent prises et vendues en cartes postales. Choqué par ce commerce, J-F Cheval attaqua le photographe et obtint la première réparation pour droit à l'image en 1906 ! On y apprend aussi qu'une biographie officielle de Joseph-Ferdinand Cheval (1836-1924) a été écrite en 1905 par André Lacroix, archiviste départemental et qu'elle parut en 1919 dans le Wide World Magazine ....

En sortant nous ne manquons pas la vue générale de la façade aux sources et fontaines

Artistes "naïfs" à Hauterives (Drôme)

Nous avons fini notre journée à Hauterives par une longue visite dans une librairie magnifique. La meilleure de la Drôme disent certains ... Il s'agit du Baz'Art Des Mots. Quel régal ! Il suffit de dire un titre de livre, de commencer le nom d'un auteur pour que le libraire en parle avec gourmandise. Et ça peut durer des heures ...

Nous sommes rentrées, encore dans la bulle qui nous avait isolées du monde pour la journée, avec de jolies images plein la tête, quelques livres sous le bras pour affronter, arrivées à Montmeyran l'incroyable horreur de l'attentat de Chartlie Hebdo.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 08:01

Coucou, je suis rentrée et voici quelques images surtout pour mes Londoniennes qui reviennent des grandes forêts canadiennes peuplées d'animaux sauvages.

Dommage, la technique ne permet pas encore de vous poster les parfums.

Verger d'abricotiers sous le soleil de l'après-midi.1er juillet 01

La photo n'est pas nette, les couleurs sont mauvaises, mais l'on voit que les branches ploient sous tant de fruits. Une plus belle image d'abricotiers sous peu.

Pour le moment en voici avec des brugnons dont le jus coule sur les doigts lorsqu'on les croque ...1er juillet 02Dans les bols à peine verts, c'est une soupe froide de concombre, comme nous en ferons aussi avec Sophie. Nous l'appelerons "soupe de sorcière au jus de grenouille".

Et voici quelques unes des roses trémières du jardin.1er juillet 04Il y en a aussi des roses, clair ou foncé suivant les pieds et les années. Curieuses plantes dont le couleur varie d'une année sur l'autre.

Mais tout ça sous un ciel très nuageux en fin de journée, toutefois pas comme à Londres.1er juillet 03Les nuages poussés par le vent qui court dans la vallée du Rhône n'ont pas du tout la même forme que ceux poussés par les vents de la Mer du Nord !

Rendez-vous mercredi soir 2 juillet à Montélimar pour les Drômois permanents ou de passage, au concert d'ouverture du festival de Saoû chante Mozart qui tourne sans intermittents du spectacle ...

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 15:34

L'été est arrivé avec quinze jours d'avance et le soleil a oublié qu'il s'est bien peu montré avant, qu'il ne nous a pas habitués à la chaleur de ses rayons qu'il darde implacablement sur la Drôme depuis quelques jours.

Les fleurs sauvages nous font des clins d'oeil et parfois même nous éblouissent. C'est ce qu'a fait une grosse touffe de fleurs bleues-roses ce matin alors que je roulais sur la route de Chabeuil à Crest !06 Juin Centaurées scabieuses 1 Montmeyran

La circulation était très légère, j'ai pu m'arrêter pour voir que ce sont des centaurées scabieuses, au feuillage denté,06 Juin Centaurées scabieuses 3 Montmeyranet à paillettes triangulaires bordées de brun (la partie inférieure de la fleur). Ces deux particularités permettent de la distinguer de la fausse centaurée et de la centaurée jacée.06 Juin Centaurées scabieuses 2 MontmeyranJe n'étais pas la seule à avoir été séduite par la vive couleur de ces fleurs ! Quelques insectes les butinaient fébrilement.

Je me suis encore arrêtée au jardin bio de Josette et de ses fils.

Pour voir le lin qui pousse dans les pommes de terre. 06 Jardin Josette 01

Jolie association, mais qui n'a pas pour objectif le plaisir des yeux. Le lin protège les jardins des doryphores. Et après ? Josette n'envisage pas d'en faire de la toile ! Les fibres qui constituent les tiges sont trop solides pour l'utiliser dans le compost, alors c'est en paillage que le lin sera utilisé lorsque son rôle protecteur sera achevé.

Le lin se trouve chez tous les grainetiers et dans toutes les jardineries en sachets au rayon des fleurs à semer.

Ses fleurs bleues illuminent le jardin de Josette tous le matin. A midi elles se ferment, peut-être se fanent-elles pour éclater innombrables le lendemain.06 Jardin Josette 02

C'est aussi dans les jardins, petits et grands que la Drôme a acquis son premier rang de département bio de France.

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 08:08

La flore des vallées et des montagnes de Chamoloc et de Romeyer est si riche, et les passionnés de MGM de plus en plus nombreux que je dois un article pour toutes nos trouvailles !

Le Petit Robert confirme ce que j'avais imaginé, les ophrys sont des orchidées dont les fleurs prendre l'aspect de fleurs.

Il faut être très attentif pour voir sur le bord du chemin l'ophrys petite araignée.05 Mai ophrys petite araignée ChamalocNon seulement elle est de petite taille, mais sa couleur n'attire pas vraiment l'oeil, ni l'appareil photo car je crois qu'aucun des photographes du groupe n'a réussi un cliché bien net :05 Mai ophrys petite araignée Chamaloc 01La couleur de son labelle va du beige clair au marron clair aussi, et il se cache un peu en dessous de son sépale vert beaucoup plus volumineux.05 Mai ophrys petite araignée Chamaloc 02Nous l'avons trouvé en début de parcours, sur le versant tourné vers l'ouest, le long de la route forestière montant de Chamaloc vers le col de la Pouterle.

Après bien des vérificatins je pense que c'est la première fois que je remarque un orchis peint depuis longtemps, proche de l'orchis bouffon, mais à la fleur moins fournie.05 Mai orchis singe avec papillon Chamaloc 01Un plus sur cet orchis, le papillon qui la butine !

Encore un papillon sur une touffe d'anthyllide des montagnes 05 Mai Anthyllide des Montagnes et papillon Chamalocet beaucoup mieux en voici deux sur une touffe plus grosse !05 Mai Anthyllide des Montagnes et papillons ChamalocC'est Michel qui a trouvé le nom de cet insecte, ascalaphe blanc05 Mai Ascalaphe Chamaloc 2ou jaune. C'est un insecte plus proche des libellules que des papillons. Il semblerait que c'était la première fois que beaucoup dans le groupe le voyait.05 Mai Ascalaphe ChamalocEn face de l'endroit où nous avons pique-niqué nous avons vu trois orchis homme pendu, discret car beaucoup vert que rose.05 Mai Orchis homme pendu RomeyerMa photo n'est pas assez précise pour que l'on voit à quel point le labelle a une silhouette humaine. A préciser plus tard.

Au col de la Pouterle nous avons trouvé trois petits orchis brûlés que Michel a appelés Dalton. Non, non, brûlé en raison de la couleur très sombre de sa sommité florale.05 Mai orchis brulé Chamaloc 01Son labelle est blanc discrètement taché de pourpre.05 Mai orchis brulé et anthyllide des montagnes C-copie-1En voici un autre en compagnie d'anthyllide des montagnes que nous avons trouvé plus bas bien exposés au soleil.

Quelques rares touffes d'une fleur à l'apparence de lis nous ont arrêtés le temps d'une question, lis ou pas lis ?05 Mai Phalangère à fleurs de lis Chamaloc

Eh bien les deux ! c'est une plalangère à fleurs de lis.

Je vais finir par encore quelques ophrys.

Ophrys bourdon que Martine a vus sur le haut-côté.05 Mai ophrys bourdon 2 Chamaloc 01ou encore 05 Mai ophrys bourdon 1 Chamaloc 01On doit le reconnaître grâce à son labelle largement étalé dans la partie inférieure, et à son appendice vert qui ressemble à un dard.

Et pour finir le discret ophrys mouche, coloré oui, mais vraiment tout petit.05 Mai ophrys mouche Chamaloc 01

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 20:44

Que d'observations et de découvertes nous avons faites dans la prairie et la forêt de Malatra ! Malatra 0408 Août Phalle impudique - Malatra

Phalle impudique ou satyre puant, voici un drôle de champignon ; copulation de sauterelles, c'est un exercice de haut équilibre sur les tiges des plantes qui ploient sous le poids de la grosse femelle et de son petit mâle.

 

Mais je m'égare. Il ne s'agit pas de sexe, mais de bonheurs !Malatra 06 Cueillir une poignée de fraises des bois parfaitement mûres, Malatra 18rencontrer un papillon que nous n'avons pas l'habitude de voir, découvrir la flore d'août dans le Vercors (eh oui, je crois que c'est la première fois que je randonne en août en Drôme ; et que c'est agréable !)

08 Août Aconit napel - Malatra08 Août Ail à tête ronde - MalatraAprès l'ail des ours de la forêt d'Ambel dont nous avons cueilli les feuilles, voici l'ail à tête ronde qui a bien peu de feuilles et un parfum presque discret, puis la très belle et très toxique aconit et encore les joubarbes des toits qui poussent juste au dessus d'un à-pic vertigineux ... J'y vais à plat ventre et en rampant et Josette tient mon sac à dos, tout ça pour la photographier !08 Août Joubarbe - MalatraFinalement le plus grand bonheur du jour c'est fêter l'anniversaire d'Elisabeth qui vient juste d'avoir 79 ans ! Bon pied, bon oeil elle a même trouvé le temps de nous faire un délicieux gâteau au chocolat et à la groseille après avoir déjà fêté dignement cet évènement avec toute sa famille ! Crémant de Die pour arroser ça !Malatra 01

Joyeux aniversaire Elisabeth !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 16:39

Mission repérage pour une future randonnée sur les montagnes au-dessus de Poët Laval. Il restait juste en dessous du village quelques lambeaux de brouillard qui s'accrochaient dans les vallons à droite et à gauche mais le soleil éclatait dans le ciel tout bleu, et c'était ça l'important !rd12 11 15 001La journée fut un festival de couleurs d'automne dont il fallait profiter car ça ne va sûrement pas durer. Mi-novembre les prochaines gelées vont provoquer la chute de nombreuses feuilles.

Toutefois celles des chênes qui occupent les terrasses autour du chemin de pierres blanches vont s'accrocher jusqu'au printemps où l'apparition des nouvelles feuilles poussera à la chute celles de cette année déjà toutes rouillées.rd12 11 15 004A Font d'Estrèche l'eau de la source coule, régulière. Le ciel et les arbres s'y reflètent.rd12 11 15 009Nous avons continué jusqu'à Grand Pas, au dessous de la montagne rousse et des ruines du Chatelard qui fut le repère de Pierre Troyhon, ancien mercenaire de la Guerre de Cent Ans démobilisé qui y gardait son butin et ses prisonniers. Il aurait été détruit pendant les guerres de religions.rd12 11 15 013Nous avons rapidement abandonné le chemin sous la ligne électrique pour un beaucoup plus vieux creusé dans le rocher qui semble être d'une seule pièce en couches plissées comme une pâte épaisse qui aurait refroidi en strates.rd12 11 15 016Mais c'est du calcaire ... Qu'un peu de géologie serait souhaitable !rd12 11 15 017

Et maintenant le vert des buis, le rouge des sumacs et le jaune des sycomores succèdent aux roux des chênes.rd12 11 15 018Les hêtres sont toujours de très beaux arbres, et particulièrement sous leurs ors d'automne.rd12 11 15 019A force de monter par le sentier dans les rochers nous sommes arrivées presque au sommet où le Trou du Furet ne nous surprend presque pas : nous avions senti l'air qui monte d'Eyzahut et passe par là.rd12 11 15 020Nous découvrons les rousseurs et les verts de la vallée par l'ouverture, et continuons à monter vers les prairies d'où l'on a une vue superbe jusqu'au massif de la Forêt de Saoû dans son intégralité de Rochecolombe à gauche jusqu'aux Trois Becs à droite, qui accrochent quelques nuages. rd12 11 15 023

A notre droite voici entre le Serre Gros juste devant nous et le col de la Chaudière tout au fond à gauche le rocher de la Tournelle et sa faille qui rappellent à Josette une randonnée très difficile par jour de vent. D'après la vidéo que voici je crois que nous ne sommes pas encore prêts pour  franchir cette cheminée ! Ca ne paraît pourtant pas d'ici si rude !rd12 11 15 027 Adossées à des bouquets de buis qui nous protégeaient du vent nous avons goûté aux douceurs du soleil pendant notre pique-nique.

Et nous sommes reparties. Josette nous concoctera au printemps un itinéraire composé de sentiers qu'elle connaissait déjà, d'autres découverts aujourd'hui pour une sortie en boucles qui aura beaucoup d'attraits : les chevaux en liberté dont nous avons vu quelques traces et les anémones pulsatilles qui semblent si nombreuses en mai ! Encore une nouvelle esp^èce à ajouter à mon herbier !

Repost 0
Published by Camille et Pierrette Filippi - dans Couleurs de la Drôme
commenter cet article

Recherche

Liens